Réagir et agir est une façon comme une autre de dire non, de savoir dire non. Le billet du jour.

MOI_pR E V O L U T I O N !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Allé les filles, allé les gars, on se réveille, pas de soleil, mais une envie d’être en éveil.
La vie n’est responsable de rien, elle nous laisse le choix, le choix de bien faire ou de mal faire, le choix de nous laisser faire ou le choix de réagir et d’agir, à partir de ce constat, nous sommes les responsables.
Responsable, de toute cette misère qui peu à peu a pris le dessus du bien-être.
Responsable de toutes ces maladies qui ont pris le dessus sur le remède.
Responsable de toutes ces guerres qui ont pris le dessus sur un monde de paix.
Responsable de toute cette immigration qui a pris le dessus sur le départ de tous ces gens qui essaient de s’évader du mal, de l’autoritarisme, de la dictature de ces hommes qui sont friands de la déportation.
Responsable de cette société où les mots ne sont restés que des mots.
Tiens, tu connais Fraternité ? Ce mot qui te demande de vivre comme des frères et sœurs, car si tu regardes l’autre que vois-tu comme différence à part sa couleur de peau, sa culture qui n’est pas la même que la tienne, sa religion ? À part cela, l’autre a une tête, un corps et des membres, comme toi.
Connais-tu le mot Liberté ? Ce mot qui dit que tu dois être libre de faire, libre de penser et de dire, libre de choisir, libre d’accepter ou de ne pas admettre, ce mot, nous l’avons oublié, aujourd’hui tout nous est imposé.
Connais-tu le mot Égalité ? Ce mot qui veut dire le contraire de différence, car les femmes et les hommes ne sont différents que parce que nous voulons qu’ils soient différents. Tout ce que font les humains se retrouve chez tous les humains. De manières différentes, mais pour la même finalité. Vivre, vivre libre et égal de l’autre.
Connais-tu le mot Solidarité ? Ce mot qui pour ma part est le regroupement de ces mots Liberté, Égalité et Fraternité. Aider, supporter, porter, suppléer, éduquer, soigner ne sont-ils pas les devoirs de tout à chacun ? Être solidaire, c’est se donner l’envie d’exister, d’être, de pouvoir construire ENSEMBLE.
Ces mots de Liberté, d’Égalité, de Fraternité et de Solidarité, nous les avons transformés, ils n’ont plus aucune connotation avec le pourquoi ils ont été prononcés.
Liberté s’est transformée en interdiction, censure, contrat, domination, rigueur, servilité, etc.
Égalité est devenue irrégularité, différence, diversité, supériorité, infériorité, etc.
Fraternité a été remplacée par la haine, l’inimitié, l’hostilité, la désunion et la mésintelligence.
Solidarité est devenue indépendance et individualisme.
Si l’homme un jour a choisi ces mots de Liberté, d’Égalité, de Fraternité et de Solidarité, c’était bien parce qu’il les pensait, parce qu’il le souhaitait, parce qu’il voulait d’un monde juste. Alors pourquoi l’homme a décidé de les transformer ? Pour le pouvoir ? L’argent ?
Et pourquoi l’a-t-on laissé faire ? Par peur ? Par inconscience ?
On remarque bien que de laisser-faire, on en arrive à des situations qui n’ont rien d’humain, et que la vie n’y est pour rien, c’est bien l’homme qui a créé la condition.
Il n’est pas trop tard, il n’est jamais trop tard pour corriger ce qui a été créé à un moment et qui a dévié. De quel droit des humains seraient supérieurs à d’autres humains ? Qui a prédit ce genre de différences ?
Ils ont pris le pouvoir, ils ont fait qu’aujourd’hui ces mots sont devenus des maux, à nous de soigner, de corriger et de revenir à la genèse de ces mots. Si nous ne le faisons pas, ce sera la fin de ce vocabulaire et les mots de Liberté, d’Égalité, de Fraternité et de Solidarité disparaîtront à jamais.
Pourquoi ne pas ajouter à nos façons de faire ces mots de courage, d’envie, de transformation, de réaction et d’agissement ? C’est de cela qu’il s’agit de vouloir se réattribuer ces pensées d’une fois, ces pensées qui avaient pour but de vivre dans une société où toutes et tous auraient eu sa place, rien que sa place.
Réagir et agir est une façon comme une autre de dire non, de savoir dire non.
De refuser le monde que certains veulent nous imposer.
Nous n'avons pas ce droit de nous dérober.
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Le billet du jour : Les trente premières années se passent à ne pouvoir se réveiller, les trente suivantes à ne pas pouvoir s’endormir.

MOI_pJe me rappelle qu’il n’y a pas longtemps on me faisait remarquer que j’entrais dans le cercle des « quadras ». C’était il y a vingt ans, et ces vingt ans sont passés comme si cela avait était une semaine, à la vitesse de la lumière. Aujourd’hui, on me dit que je rentre dans le cercle des « sexagénaires, des sexas ».
Le temps passe, on croit souvent avoir construit quelque chose de solide, que ce soit au niveau familial, professionnel ou autre et on s’aperçoit que ce n’est pas toujours le cas.
Revenir en arrière c’est impossible et bien dommage, reconstruire autre chose, peut-être ! Mais cela devient de plus en plus difficile, l’âge est là, la vie t’a fatigué, elle t’en à fait voir des belles et des moins gracieuses.
Elle t’a appris que l’amitié était souvent éphémère, qu’il fallait compter que sur toi même.
Souvent, tu te sens trahis par celles et ceux que tu croyais être sincères, celles et ceux que tu aimais comme une sœur ou un frère.
Heureusement que cela n’est pas une généralité et que parfois la vie t’a donné des amis (es) que jamais tu ne pourras oublier, des amis (es) qui t’ont ouvert les yeux, poussé à faire ou ne pas faire, des amis (es) qui sont à tes côtés pour t’épauler et je sais de quoi je parle !
La vie devrait  être le bonheur, puisque dans ta vie tu construis, tu crées une famille, tu fais des enfants, puis ceux-ci te font des petits enfants et à chaque étape de la vie tu vieillis, tu te rends compte que tes parents avaient raison quand ils te disaient que cela passe très vite.
Heureux oui heureux d’avoir les enfants que j’ai, les petits enfants qui sont venus grandir le clan, mais quand tu es militant et que pour toi l’humain est plus qu’important tu ne sais pas saisir ce bonheur, car si bonheur il y a, il est petit à côté de tout ce que tu peux voir de mal dans cette vie.
Chaque fait divers, chaque mesure allant à l’encontre du bien des gens te font mal, tu ne sais plus ce qu’est le second degré, tu prends tout à cœur et cela te gâche une grande partie de ta vie et celle des tiens.
Mais l’injustice tu ne supportes pas, alors c’est plus fort que toi, tu continues, tu ne veux rien lâcher, d’autant que tu te dis que sur cette terre il y en a pour toutes et pour tous, il suffirait de conjuguer ce verbe qui est PARTAGER. D’appliquer nos valeurs républicaines qui sont liberté, égalité, fraternité et solidarité, des valeurs qui sont sur nos frontons de nos mairies et de nos écoles et qui ne sont pas respectées par celles et ceux qui souhaitent que notre jeunesse s’en imprègne.
Tu as cette impression que la vie n’est qu’un mensonge et tromperie, que toutes celles et tous ceux qui peuvent, ne font pas, qu’ils ne pensent qu’à eux avec égoïsme et sans cœur. Mais est-ce vraiment qu’une impression ?
Ils entassent, ils protègent leurs acquis, leurs statuts, au détriment du peuple que nous sommes, et cela à tous les niveaux, à croire que nous ne sommes que du bétail !
Aujourd’hui, j’ai 60 ans, je vais certainement prendre ma retraite, une retraite bien méritée, mais jamais je ne cesserais le combat contre toutes ces injustices qui font que les humains que nous sommes ne sont pas respectés.
DIGNITÉ, je veux mourir dans la DIGNITÉ, et pour cela je continuerais le combat, la lutte avec mes camarades pour que ce monde devienne meilleur. C’est possible, tout est possible, il suffit de le vouloir et d’appliquer les mots qui sont prononcés.
Le temps passe vite, mais dans ce domaine aucun radar ne te rappellera qu’il faut que tu ralentisses.

Le billet du jour : Liberté – Égalité – Parité. L’égalité, c’est toute l’année !

MOI_pChaque année la même chose, le 8 mars c’est la journée internationale des droits des femmes.
Journée ! Pourquoi la journée ?
La femme respire, travaille comme l’homme et il y a cette journée !
Penser à la femme ne doit en fait être qu’une seule journée, ce 8 mars et les autres jours ?
Elle n’existe pas ? Elle est un sous-homme ?
Non ! La femme doit être considérée l’égal de l’homme et cela 365 jours sur 365 jours et pas uniquement le 8 mars.
Elle doit être considérée l’égal de l’homme et cela dans tous les domaines que la vie nous réserve, travail, salaire, responsabilité, social, etc…
Les habitudes sont rudes, on parle de la femme comme si cela était une exception, une chose bizarre qui n’aurait le droit que d’avoir sa journée.
Certes, les choses avancent, mais il faut avouer qu’elles avancent lentement, pire, il faut des lois pour les faire avancer. Est-ce si difficile que cela que de mettre au même niveau l’homme et la femme ? Que d’admettre que la femme ait les mêmes droits que les hommes ?
Inévitablement, compte tenu des tâches que la femme doit réaliser et supporter dans une journée, il n’est pas facile pour elle de participer à la vie sociale dans les mêmes conditions que les hommes. C’est ce que l’on entend souvent, la femme ne peut pas.
Ce n’est pas la femme qui ne peut pas, c’est les hommes qui ne le permettent pas, c’est différent, non ?
Mettons les moyens nécessaires, facilitons la participation des femmes dans la vie sociale et vous verrez non seulement que la femme peut, mais la femme veut !
Avant d’être un homme, nous sommes dans le ventre d’une femme, elle nous nourrit, elle nous porte, elle est attentionnée pour que tout se passe bien, et cela dure pendant neuf mois, neuf longs mois. Et ce n’est qu’une journée par an qu’il faudrait consacrer à cette femme qui nous donne la vie ?
Cette femme qui devient mère et protectrice de l’homme que nous allons devenir, n’aurait-elle pas ce droit de participer aux changements que nous souhaitons ? N’aurait-elle pas ce droit d’être considérée comme les hommes que nous sommes devenus grâce à elle ? N’aurait-elle pas ce droit de dire son mot ?
Il en a fallu des luttes et des années pour que la femme puisse accoucher sans souffrance, pour qu’elle ait ce droit de vote, le droit de porter le pantalon et en écrivant ces mots j’ai l’impression de parler de ces extrémistes talibans.
Nous n’avons pas de leçons à donner, même si cela avance dans le bon sens, il nous reste encore beaucoup à faire, alors faisons, mais faisons-le vite.
Femmes… Je vous aime.
Ils ont dit :
► Femmes, c’est vous qui tenez entre vos mains le salut du monde. Léon Tolstoï
► « Les hommes rêvent, se fabriquent des mondes idéaux et des dieux. Les femmes assurent la solidité et la continuité du réel » René Barjavel
► Une femme est l’amour, la gloire et l’espérance. Aux enfants qu’elle guide, à l’homme consolé,
elle élève le cœur et calme la souffrance, comme un esprit des cieux sur la terre exilé. Gérard de Nerval
► « Le travail d’une femme vaut plus que le discours de cent hommes » Proverbe afghan

Revenu Universel et Front de Gauche

C.Morel-Darleux, secrétaire national du PG, répond aux questions de Stéphane Laborde et Seb Musset sur le revenu de vie.
– Présentation.
– Le concept du revenu universel.
– Quelle réforme cela suppose t-il concernant les minimas sociaux ?
– En combien de temps, cela peut-il être mis en place ?
– Selon quel rapport serait calculé le revenu universel ?
– La différence entre le revenu universel et le RSA ?
– Le revenu universel et les mineurs.

Entre copain , et coquin !!!!

La politique , sociale et économique de ce gouvernement expliquer  pour les nuls !
Bon c'est vrai , je suis un peu réducteur ; Alors pour les nuls, explication en français plus bas !
Eux sont trop polis pour être honnête , alors soyons trop honnête est moins poli , la colère ne se chuchote pas, elle se hurle !
amitie a tous ………
LA VIE N'A PAS DE PRIX ….