>Ultra libérales


« Sauvons le soldat Sarkozy… mais surtout pas les grecs »

Ce soir Barack Obama et Nicolas Sarkozy se sont livrés à un exercice de communication qui frôlait la perfection. Si le président français, rougissant, paraissait intimidé par son grand frère américain, les 2 hommes avaient parfaitement répété leur rôle.
Maintenant nous le savons, Le président américain et le président français, sont « amis » et savent se passer de la pommade sur le dos.

Cette interview n’ayant pour but que de donner un « coup de pouce » à Nicolas Sarkozy pour sa campagne est parfaitement indécente ! Le président est simplement venu chercher quelques points de sondages quand des hommes et des femmes souffrent, au quotidien, des mesures ultra-libérales engagées par son gouvernement et de la politique d’austérité dictée par le couple franco-allemand.
Alors que l’Europe vit des jours malheureux et que le peuple grec est en grave danger humain, les 2 hommes n’ont, à aucun moment eu l’air de se soucier du sort qui était réservé à ces hommes et ces femmes.
L’amitié franco-américaine est préservée. Les marchés financiers sont « rassurés ». Grand bien nous fasse, le monde est sauvé, l’Europe et la Grèce avec !