Réagir à la crise financière : la perte de votre épargne n’est pas une fatalité

Le cabinet d'avocats LECOQ VALLON & ASSOCIES est spécialisé dans la défense des épargnants et des investisseurs. Maître Nicolas Lecoq Vallon propose des solutions pragmatiques, amiables ou judiciaires au profit des intérêts patrimoniaux.
Déroulement de l'entretien :
– Présentation brève du cabinet et de sa spécialité en banque assurance
– Quel est le ressenti de Maître Nicolas Lecoq Vallon sur la situation actuelle dans les domaines banque et assurance?
– Quels sont les types de dossier gérés par son cabinet spécialisé en cette période trouble ?
– Si j'ai un PEA, un compte titre et une assurance vie, dois-je me faire du soucis?
– Il y a-t-il un risque de bank run en France?
– Les faillites de compagnies d'assurance et de banques sont possibles; Quelles sont les garanties et sont-elles satisfaisantes?
– Le mot de la fin…

« Nous sommes là, ensemble, pour gagner »

Au cours des trois jours de cette Fête à haute densité politique, Pierre Laurent, comme de son côté Bernard Thibault, a affirmé que rien n’est joué sur les retraites. Le secrétaire national du PCF, Christian Piquet, pour la Gauche unitaire, et Jean-Luc Mélenchon, pour le Parti de gauche, ont appelé depuis la Fête à une dynamique du Front de gauche.
Il y a toujours dans la Fête des moments de grâce et d’autres qui bouleversent. La grâce, ce peut être un sourire, avec un groupe de ces jeunes gens qui arrivent sans cesse avec leurs Quechuas en larges tartes et leurs vêtements bariolés où se lisent les inventions des modes à venir. L’émotion, dans le silence à couper au couteau d’une foule de plus de 50 000 personnes devant la Grande Scène, ce fut Francesca Solleville chantant Nuit et brouillard, samedi après-midi, en hommage à Jean Ferrat. C’est peut-être au fond ce que n’ont jamais compris tous ceux qui, des années durant, se sont acharnés, au prix d’un sacré effort de cécité, à ne voir dans les allées que frites et merguez : cette proximité, ce partage de valeurs, d’humanisme et ce goût du printemps de l’auteur de Ma France. Mais précisément, cette année, les fritologues en ont été pour leurs frais, la Fête a fait l’événement politique du week-end, en étant un véritable rendez-vous de la gauche. La France aujourd’hui, soulignait avec force le directeur de l’Humanité au Village du monde, devant les représentants et ambassadeurs des multiples pays ayant un stand sur la Fête, la France est bafouée. « Hier, disait-il, le Sénat a voté une citoyenneté à deux vitesses et la droite à l’Assemblée nationale a voté, avec l’article sur la retraite à soixante ans, une régression sociale sans précédent. » Une France bafouée et qui n’a rien à voir avec celle du trio Sarkozy, Hortefeux, Besson, pour ne citer qu’eux. Une France qui se bat.
Des échanges, du débat, des solutions

Retraites : des vraies solutions plutôt que des effets d’annonces

Après avoir sciemment fait planer l’idée d’une publication de loi en juillet, l’annonce faite hier par le président de la République d’une loi à l’automne n’est qu’une astuce de communication. Le sens de la position présidentielle est bien d’épargner le Medef, d’imposer aux seuls salariés et retraités de payer intégralement la facture de la réforme voulue par Sarkozy. Le PCF défend le droit et affirme la possibilité du départ à la retraite à taux plein à 60 ans pour toutes et tous ainsi que la prise en compte de la pénibilité.
En « récupérant » immédiatement les 28 Milliards d’€ d’exonérations annuelles de charges patronales sans effet sur l’emploi y compris des seniors, en faisant contribuer les revenus financiers des sociétés et des banques et les entreprises en fonction de leur politique en matière d’emploi de qualifications, de salaires et d’investissement nous avons le socle du financement d’une réforme moderne de notre système par répartition. Le financement des retraites doit être conforté par une politique favorisant l’emploi des jeunes. L’allocation d’autonomie de la jeunesse doit permettre de cotiser pour la protection sociale. C’est indispensable pour répondre à l’aspiration d’une très large partie de la population qui reste attachée à ce droit à la retraite à taux plein à 60 ans.
Le montant des pensions est une vraie préoccupation. Il est indispensable de garantir un niveau de vie décent pour les retraités. La mobilisation des salariés, retraités, privés d’emploi est nécessaire. Les perspectives d’une journée de mobilisation le 23 mars ont notre accord et notre total soutien. La défense et la promotion d’une retraite digne est au cœur du projet défendu par les candidates et candidats présenté-e-s par le Parti Communiste Français lors des élections régionales.

novembre 2018
L M M J V S D
« Juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :