Les mensonges d’un message qui dénonce le coût des soins accordés aux sans-papiers

La rumeur, qui circule notamment par e-mail et sur Facebook, affirme à tort que les personnes en situation irrégulière peuvent bénéficier de cures thermales gratuites.

Les clichés sur les supposés « privilèges » des migrants ont la vie dure. Un message qui circule actuellement par courriel et sur Facebook affirme ainsi que les résidents en situation irrégulière en France bénéficieraient d’une couverture de santé « 100 % gratuite », allant jusqu’au remboursement de cures thermales. Un mensonge parmi d’autres, glissé sous couvert de dénoncer le « scandale » supposé des prestations de santé accordées aux sans-papiers.

CE QUE DIT LA RUMEUR

Ce message, sur lequel un lecteur nous a interpellés sur Facebook fin août, circule en réalité à quelques détails près depuis au moins 2011 dans des chaînes d’e-mails et sur les réseaux sociaux. On en retrouve également la trace sur plusieurs blogs d’extrême droite comme françaisdefrance.wordpresse.com (un site qui nous apparaît peu fiable dans le Décodex). En voici les grandes lignes :

« CARTE VITALE. Nous payons 8.83 euros par mois à ceux qui vomissent la France et mettent le feu à nos voitures. […] J’ai découvert, sur le relevé de ma mutuelle, que je contribue désormais au financement de la CMU [à hauteur de] 8,83 euros par mois.

Saviez-vous que les “sans-papiers” bénéficient d’un remboursement à 100 %, sans aucun ticket modérateur, pour l’ensemble de leurs soins médicaux : médecine d’urgence, soins liés à la grossesse, vaccinations, lunettes, frais dentaires et même les cures ! Alors que la grande majorité des Français ne peut même pas s’offrir le luxe de prothèses dentaires ! Si vous doutez de cette info demandez donc à votre dentiste !

Ce dispositif [est] intitulé aide médicale d’Etat […] depuis 12 ans ce budget a bénéficié chaque année de larges rallonges […] il s’élève actuellement à 670 millions d’euros par an soit, en moyenne, 3 350 euros par clandestin. C’est un véritable scandale, dénoncé dans un rapport par Claude Goasguen. Ce rapport sera, comme de nombreux autres, très soigneusement enterré. »

POURQUOI C’EST MENSONGER

1. La CMU et l’aide médicale d’Etat sont deux dispositifs différents

La protection universelle maladie (PUMA), qui remplace depuis 2016 l’ancienne CMU de base, garantit une protection de santé à toute personne qui réside ou travaille en France de manière stable et régulière, et ne concerne donc pas les sans-papiers. Ce régime permet notamment aux personnes sans activité professionnelle de bénéficier d’une prise en charge gratuite de leurs frais de santé, sous conditions de ressources (ceux qui dépassent le seuil paient des cotisations).

Les étrangers en situation irrégulière ne peuvent bénéficier de la PUMA. Ils peuvent en revanche être éligibles à un autre dispositif : l’aide médicale d’Etat (AME), sous conditions de ressources et de résidence stable en France (seuls les mineurs peuvent en bénéficier sans condition).

PUMA (anciennement CMU) et AME sont donc deux choses différentes, qui concernent des publics différents et ne donnent pas les mêmes droits.

2. L’aide médicale d’Etat ne rembourse pas les soins de « luxe »

Cette distinction est importante car l’AME ne donne droit qu’à un panier restreint de soins. Les personnes sans-papiers qui en bénéficient ont effectivement accès aux soins d’urgence, aux vaccinations obligatoires ou aux soins liés aux grossesses, comme l’affirme la rumeur (la liste des prestations est consultable ici).

Il est en revanche mensonger d’affirmer que l’aide médicale d’Etat couvrirait des soins « de luxe ». Les cures thermales évoquées dans le texte ne sont ainsi pas remboursées aux bénéficiaires de l’AME. Dans le cas des frais d’optique et dentaires, cette prestation n’offre une prise en charge que dans les tarifs de base de la Sécurité sociale, laissant un reste à charge souvent conséquent (et donc prohibitif) aux sans-papiers.

La CMU complémentaire (CMU-C), à laquelle les résidents réguliers (avec papiers, donc) en France sont éligibles sous conditions de ressources, offre en réalité une bien meilleure couverture. Dès lors, il est fallacieux de présenter les sans-papiers comme des privilégiés face aux Français qui ne pourraient se payer de prothèses dentaires.

3. L’aide médicale d’Etat n’est pas financée par une taxe sur les mutuelles

La mention d’un coût de « 8,83 euros par mois » sur le relevé de mutuelle est également trompeuse. Il existe bien une taxe de solidarité additionnelle (TSA) sur les contrats d’assurance maladie, mais elle vient financer en partie la PUMA et non l’aide médicale d’Etat. Le chiffre de 8 euros par mois n’a en revanche pas de sens car il s’agit d’une taxe indexée sur le montant des cotisations et dont le taux varie selon les cas. En 2015, la TSA permettait de financer le fonds CMU à hauteur d’environ 2,1 milliards d’euros.

Le coût brut de l’AME est néanmoins connu : il était de 814,1 millions d’euros en 2015, selon les chiffres de la commission des finances du Sénat, pour 316 314 personnes concernées. Un chiffre à la hausse depuis des années, principalement à cause de l’augmentation du nombre de bénéficiaires, et qui représente 0,0000022 % des dépenses totales de l’Etat.

Le député Les Républicains (LR) Claude Goasguen dénonçait effectivement la hausse du coût de l’aide médicale d’Etat dans un rapport parlementaire en 2011, comme le mentionne la rumeur. Loin d’être enterré, ce constat a cependant été débattu sur la place publique à de multiples reprises depuis. Plusieurs candidats à la primaire de la droite, dont François Fillon, ont ainsi plaidé pour restreindre l’aide médicale d’Etat, quand Marine Le Pen proposait tout simplement de la supprimer dans son programme présidentiel.

Des questions éthiques et de potentiels problèmes de santé publique

L’idée qu’il serait possible de réaliser des économies substantielles sur cette dépense est néanmoins contestable, pour plusieurs raisons. D’abord du fait de la nature des soins dispensés au titre de l’AME, fréquemment pour traiter des tuberculoses, des maladies associées au VIH ou pour des accouchements. Ne pas traiter ces cas poserait à la fois des questions éthiques et de potentiels problèmes de santé publique, en favorisant la propagation d’affections contagieuses non traitées.

De possibles restrictions à l’AME pourraient même s’avérer contre-productives sur le plan économique. Ainsi, l’idée de mettre en place un droit d’entrée de 30 euros pour en bénéficier avait été testée par la droite en 2011, avant que la gauche ne revienne dessus. Un rapport parlementaire de 2015 relevait que ce dispositif avait engendré des retards « dans l’accès aux soins et in fine un renchérissement de la dépense ». Autrement dit, que l’état de certains patients s’était aggravé et que les soins avaient finalement coûté plus cher que s’ils étaient intervenus plus tôt.

Article du “Le monde.fr” écrit par Adrien Sénécat

Voeux 2013 : rallumons les étoiles

La vidéo humoristique du PCF rappelant les engagements de campagne de François Hollande vient de provoquer une réaction totalement disproportionnée du premier secrétaire du PS.
« Ce clip (…) de mauvaise foi, mensonger et caricatural: il est une faute contre la gauche (…) il est une honte pour ses auteurs » .
Notre clip, incitant à « rallumer les étoiles », ne mérite en rien l'usage d'une artillerie aussi lourde.
Nous convenons que cette vidéo peut susciter des réactions. Mais la première d'entre elle, la plus partagée, avec près de 200 000 visites dés les 2 premiers jours est tout simplement d'en sourire.
Mieux vaut user aujourd'hui d'un droit de critique, qu'être contraint à un devoir d'inventaire dans 5 ans.
Sur le fond, nous n'avons fait que reprendre les promesses publiques du candidat Hollande, sans rien bidouiller : ses promesses sur des marqueurs de gauche pour un changement « Maintenant » après 10 ans de droite.
Huit mois après, Harlem Désir devrait plutôt se demander pourquoi cette vidéo rencontre un tel succès. D'une certaine manière, ce clip est une invitation de fin d'année, certes légèrement impertinente, à rappeler à l'ensemble de la gauche que l'année 2013 doit être une année de conquêtes, de luttes face aux puissances de l'argent qui gouvernent, décrites par François Hollande lui même lors de son meeting de début de campagne au Bourget : « Mon véritable adversaire, scandait alors François Hollande, il n’a pas de nom, il n’a pas de visage, pas de parti, il ne sera pas élu, et pourtant il gouverne, cet adversaire, c’est le monde de la finance »

Sidaction 2012 : trois jours « ensemble contre le sida »

« Nous n'en avons pas fini avec le sida », insiste François Dupré, directeur général du Sidaction, rappelant que 34 millions de personnes vivent avec le virus du sida (VIH) dans le monde. Chaque jour le sida emporte 5 000 personnes.
En France, 150 000 personnes vivent avec le VIH et plus de 6 000 découvrent leur séropositivité chaque année. Parmi eux, 12 % ont moins de 25 ans et 18 % plus de 50 ans.
Grâce à l'efficacité des trithérapies, l'infection par le VIH est devenue une maladie chronique pour ceux qui bénéficient des traitements. Mais il est toujours impossible d'en guérir.
Temps fort de sensibilisation du grand public et de prévention, le Sidaction a pour slogan cette année : « Ensemble, vous n'imaginez pas le pouvoir que nous avons ». Le pouvoir de « faire avancer la recherche pour créer des médicaments moins toxiques et plus efficaces », « perpétuer l'espoir d'éradiquer le VIH de l'organisme ou celui de découvrir un vaccin », ou encore d'« apporter une aide matérielle indispensable à la qualité des soins de ceux qui vivent en situation de précarité », énumèrent Pierre Bergé et Line Renaud, président et vice-présidente du Sidaction.
110 ou DON
Le « top départ » de l'édition 2012 sera donné vendredi soir, vers 20h35, par la diffusion sur l'ensemble des médias partenaires d'un clip de lancement auquel ont participé 67 animateurs. Vendredi à 20h50, TF1 diffusera un « Qui veut gagner des millions » au profit du Sidaction. Jean-Pierre Foucault accueillera notamment Alain Chabat, Lambert Wilson, Michèle Laroque et Pierre Palmade…
Samedi, France 2 proposera à 20h35 une soirée spéciale Sidaction, « Les stars chantent la tête dans les étoiles », animée par Stéphane Bern, avec entre autres Sophie Essaidi, Thomas Dutronc, Jean-Louis Aubert, Christophe Willem…
A noter aussi un « D&Co » spécial Sidaction, dimanche à 18H40 sur M6, où Valérie Damidot s'attaque au décor du local d'accueil de l'association. Ou encore une enquête sur l'intégration sociale des séropositifs en Europe dans « Le Blogueur », dimanche à 20h10 sur Arte.
Plus de 300 animations seront par ailleurs organisées tout le week-end dans de nombreuses villes de France, de Bordeaux à Cayenne, en passant par Nantes et Marseille. « Nous devons dépasser les 5 millions d'euros collectés lors du Sidaction 2011 », a déclaré François Dupré. Conformément à ses statuts, l'association consacre la moitié des fonds nets collectés aux programmes scientifiques et médicaux, et la moitié aux programmes de prévention et d'aide aux malades.

Le billet du jour : Plus on est dans la merde, plus les gens ne disent et ne font rien. DESESPERANT !

Être malade un dimanche, devoir se rendre aux urgences ce même jour, armez-vous de patience !
Mais jusqu’où allons-nous aller ?
Au nom de la rentabilité, la santé est devenue comme le reste une simple, marchandise.
Arrivée 19 heures 45, départ 00 heure 15, quatre heures d’attente.
Quatre heures, à te demander pourquoi tu paies la sécu, et ta mutuelle ?
Quatre heures, à entendre tout, et n’importe quoi.
Quatre heures, dont au moins deux debout, pour laisser la place à ceux qui sont plus malade que toi.
Une salle d’attente exigüe, il y a bien un distributeur de boissons, une TV, pour que les gens patientent sans trop voir le temps passer, et c’est tout, t’attends, et t’attends toujours.
Certains pètent les plombs, surtout ceux qui viennent avec un bébé, et la personne de l’accueil a beau dire et redire, qu’elle ne peut pas faire autrement, faute de personnel, ça râle, et c’est à la limite de la bagarre de rue.
Tu écoutes, sans écouter les autres, car faut avouer que souvent ce que tu entends vole très bas.
Tu te demandes, après un moment si tu es bien dans un hôpital.
Alors tu fais le vide, tu essaies de te bancher sur la TV, mais à chaque entrée et sortie, la porte grince, même pas de l’huile pour mettre sur les gonds, ils ont.
Arrive minuit, c’est chaud, les esprits s’énervent de plus en plus. Un jeune homme arrivée vers les vingt heures, avec je suppose un mal de dos à te claquer la tête contre le mur, n’est toujours pas passé.
Une dame, avec le front ouvert la même chose.
Et voilà qu’à la TV il y a les informations de la nuit.
Et là, alors que cela fait déjà quatre heures que tu attends, tu entends qu’il est envisagé de revoir les services d’urgences.
On te dit, que cela coûte trop cher, qu’il faut revoir les modalités des urgences.
On te donne des exemples sur la région Parisienne, on te dit qu’à l’heure actuelle, il y a sur Paris une quarantaine d’hôpitaux qui ont un service d’urgence. Et que pour minimiser les coûts, ils vont passer à 6.
Puis une tête de nœud répond, que tout cela est fait pour mieux accueillir le public, et pour être plus réactif.
Si, la quarantaine reçoit une dizaine de personnes par nuit, j’en doute, mais pour mesurer ce que l’autre tête de con a dit il faut bien imaginer. 40 hôpitaux fois dix personnes cela fait 400 (qu’est-ce que je suis fort !). Il en reste six, ça fait déjà 60 personnes, plus les 340 qui vont venir vers ces six hôpitaux, on arrive à 66 (j’enlève ce qui a derrière la virgule) patients, donc ce ne sera plus quatre heures, mais deux jours d’attente.
A ce moment, un Monsieur qui attend déjà depuis trois heures, crie, oui il cri, (connard, tu te fous de la gueule du monde !) et le débat, comme par enchantement commence.
Tu laisses faire, tu écoutes en espérant que tu vas entendre enfin, que ce gouvernement va trop loin.
Que tout est fait, pour que les pauvres soient encore plus pauvres, et que la santé, pour les pauvres devient peau de chagrin.
Eh ben ! Figure-toi que ce n’est pas le cas, une majorité a eu le courage, de répondre que le gouvernement n’y pouvait rien, puisqu’il y avait la crise.
Là tu rêves, là tu te dis, mais que se passe-t-il dans ce pays ? Les gens deviennent-ils des moutons ? Comment démontrer que l’on peut faire autre chose et autrement ?
Celles et ceux qui me connaissent, le savent, je n’ai pas pu me taire, pourtant, croyez-moi, après 4 heures d’attente, je n’avais pas trop envie de discuter.
Mais je ne pouvais laisser passer l’occasion.
Le débat est forcément monté d’un ton, les paroles devenaient plus auditives, ça dépassait les décibels autorisés dans une salle d’attente.
Malgré les propos de ce Monsieur, et des miens, avec des preuves que nous devenions de plus en plus pauvres, malgré le fait de leur dire que les riches se remplissaient bien les poches, nous étions les contestataires de service.
Pour celles et ceux qui étaient là, ce qui se passe, est normal, c’est la fatalité, et rien absolument rien, ne fera changer le cours de l’histoire.
Il est minuit quinze, je m’en vais, et laisse ce Monsieur, dans les griffes de celles et ceux qui deviendront encore plus pauvres, et qui diront c’est normal, on ne peut rien y changer.

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :