Sidaction


Sidaction 2012 : trois jours « ensemble contre le sida » 1

« Nous n'en avons pas fini avec le sida », insiste François Dupré, directeur général du Sidaction, rappelant que 34 millions de personnes vivent avec le virus du sida (VIH) dans le monde. Chaque jour le sida emporte 5 000 personnes.
En France, 150 000 personnes vivent avec le VIH et plus de 6 000 découvrent leur séropositivité chaque année. Parmi eux, 12 % ont moins de 25 ans et 18 % plus de 50 ans.
Grâce à l'efficacité des trithérapies, l'infection par le VIH est devenue une maladie chronique pour ceux qui bénéficient des traitements. Mais il est toujours impossible d'en guérir.
Temps fort de sensibilisation du grand public et de prévention, le Sidaction a pour slogan cette année : « Ensemble, vous n'imaginez pas le pouvoir que nous avons ». Le pouvoir de « faire avancer la recherche pour créer des médicaments moins toxiques et plus efficaces », « perpétuer l'espoir d'éradiquer le VIH de l'organisme ou celui de découvrir un vaccin », ou encore d'« apporter une aide matérielle indispensable à la qualité des soins de ceux qui vivent en situation de précarité », énumèrent Pierre Bergé et Line Renaud, président et vice-présidente du Sidaction.
110 ou DON
Le « top départ » de l'édition 2012 sera donné vendredi soir, vers 20h35, par la diffusion sur l'ensemble des médias partenaires d'un clip de lancement auquel ont participé 67 animateurs. Vendredi à 20h50, TF1 diffusera un « Qui veut gagner des millions » au profit du Sidaction. Jean-Pierre Foucault accueillera notamment Alain Chabat, Lambert Wilson, Michèle Laroque et Pierre Palmade…
Samedi, France 2 proposera à 20h35 une soirée spéciale Sidaction, « Les stars chantent la tête dans les étoiles », animée par Stéphane Bern, avec entre autres Sophie Essaidi, Thomas Dutronc, Jean-Louis Aubert, Christophe Willem…
A noter aussi un « D&Co » spécial Sidaction, dimanche à 18H40 sur M6, où Valérie Damidot s'attaque au décor du local d'accueil de l'association. Ou encore une enquête sur l'intégration sociale des séropositifs en Europe dans « Le Blogueur », dimanche à 20h10 sur Arte.
Plus de 300 animations seront par ailleurs organisées tout le week-end dans de nombreuses villes de France, de Bordeaux à Cayenne, en passant par Nantes et Marseille. « Nous devons dépasser les 5 millions d'euros collectés lors du Sidaction 2011 », a déclaré François Dupré. Conformément à ses statuts, l'association consacre la moitié des fonds nets collectés aux programmes scientifiques et médicaux, et la moitié aux programmes de prévention et d'aide aux malades.


Le billet du jour : “Quand on rêve tout seul, ce n’ est qu’un rêve, quand nous rêvons ensemble, c’ est le début de la réalité.”

Ce matin, quand je me suis réveillé, je croyais être dans un autre monde, un monde merveilleux, un monde, où tout le monde il est beau et il est gentil.
J’entendais ma voisine qui donnait des nouvelles de son mari hospitalisé, elle disait que tout se passait bien et qu’heureusement, elle n’avait rien à payer. Je me frottais les yeux, je n’en croyais pas mes oreilles.
Suis-je bien sur terre me demandais-je ?
Puis, je me mis à la fenêtre, toutes mes jeunes voisines et jeunes voisins, entraient dans leur voiture, et partaient travailler. Pourtant hier, ils étaient inscrits au Pôle Emploi !
Mais que se passe-t-il ? En une nuit le monde aurait-il changé à ce point ?
Les oiseaux chantaient, le soleil se levait, et les enfants partaient à l’école en chantant, oui en chantant, du jamais vu !
Toutes celles et ceux qui se croisaient se saluaient.
Les voitures ne faisaient pas de bruit, elles glissaient sur la chaussée.
Mon voisin d’à côté préparait la sienne pour partir en vacances, il mettait ses valises dans le coffre, et disait à notre autre voisin, c’est mes premières vacances de l’année, c’est vraiment super de pouvoir partir se reposer. Et puis, tu sais qu’ils ont augmentaient les primes compte tenu de l’augmentation de pétrole. Super ce gouvernement !
Alors là, croyez-moi, j’ai commencé à me gifler pour me réveiller, ce n’est pas possible, les soins gratuits, les enfants qui partent à l’école en chantant, tous les jeunes de ma rue partent travailler, mon voisin dit qu’il part en vacance et que le gouvernement a augmenté les primes pour cause d’augmentation du pétrole.
Vraiment je n’y comprenais plus rien.
J’allumais ma TV pour regarder les infos, que du bonheur, la Lybie était libéré, en Tunisie et en Egypte, ils faisaient le plein de touristes. Les Palestiniens entraient en Israël sans se faire arrêter. Il faisait beau partout, un soleil à donner la pêche au plus grand malade que je connaisse.
Il y avait un reportage sur l’hôpital, où on disait qu’il y avait une infirmière pour 4 malades, vraiment super ce monde.
On parlait de solidarité, où le gouvernement pour inciter les gens à être solidaire versait au Sidaction.
On disait que pour garder notre terre, les chercheurs avaient trouvé un moyen naturel pour nous chauffer, nous éclairer, pour nous transporter et tout ça sans polluer et perturber notre système.
Ils ont ajoutés, et là vraiment difficile à croire mais ils ont dit, que tous les gouvernements de ce monde avaient mis la main à la poche pour y arriver.
Et paf, à ce moment, la réalité reprenait le pas, je me réveillais et les images sont tout autres, ce que je croyais être un monde merveilleux n’était qu’un rêve, une douce illusion.
Il n’y a pas de soleil. Les voitures sont toutes garées sur le parking. Ma voisine se plaint, car elle a du mal à régler les factures de l’hospitalisation de son mari. Les enfants ne rient pas en allant à l’école. Les gens se croisent et même pas ils se regardent.
Dans les pays Arabes c’est toujours la guerre, la révolution, il y a des morts, beaucoup de morts.
En Palestine, le peuple Palestiniens est toujours entouré d’un mur qui les laisse en cage.
A la TV on montre les manifestations pour sauvegarder la santé. On parle du Sidaction, où on fait état du besoin des dons des gens, pour pouvoir continuer la recherche pour des remèdes efficaces.
On parle aussi du Japon, où la catastrophe naturelle devient une catastrophe humaine à cause du nucléaire.
Et paf, j’ai rêvé, mais vraiment rêvé, et pourtant, qu’est-ce-qui empêche que le monde soit comme dans mon rêve ?
Rêver seul, reste malheureusement un rêve, mais quand nous rêvons ensemble, c’est le début de la réalité, alors qu’est-ce-qui fait que nous n’arrivons pas rêver ensemble ?
Certes, nous sommes différents, nous pensons distinctement, mais la réalité, nous sommes toutes et tous dans la même galère.
Ensemble, si nous mettions ce rêve de Solidarité, de Dignité, de Fraternité, d’Égalité en route, pour un changement radical de ce qui se passe aujourd’hui, où il y a tout pour les uns et rien pour les autres, ne croyez-vous pas que nous pourrions changer ce monde égoïste où l’argent est roi et où l’être humain n’est plus rien ?
Moi, j’en reste persuadé !
Non à la peur. Résistons ! Informons-nous ! Comprenons ! Réagissons ! Agissons !


Sidaction : La recherche sur le sida est « une priorité nationale qui relève d’une décision politique »

« Le Sidaction 2010 va permettre à nouveau un grand élan de solidarité à travers le pays pour dégager des moyens supplémentaires pour la lutte contre le sida. C’est l’occasion de rappeler que le virus reste très actif et d’alerter sur le besoin de fonds publics pour la recherche.

Des millions de personnes dans le monde qui ont besoin d’un traitement contre le VIH/sida, ne disposent pas de ces médicaments. De même, deux femmes enceintes sur trois ne bénéficient pas des services qui empêchent une transmission du virus de la mère à l’enfant, tandis que les nouvelles infections progressent à un rythme plus rapide que l’accès au traitement.

Il faut aujourd’hui, dans ce contexte, une action politique plus déterminée. L’accès universel aux mesures de prévention et aux traitements doit devenir une réalité pour les centaines de millions de personnes qui sont vulnérables à l’infection par le VIH ainsi que pour les millions de personnes vivant avec le VIH et leurs proches. Investir correctement aujourd’hui permettrait de diminuer de moitié d’ici 2015 le nombre de nouvelles infections.

La France est la deuxième communauté pour la recherche sur le sida après les Etats-Unis. Pourtant, le Président de l’Agence nationale de la Recherche sur le Sida (ANRS), le professeur Delfraissy, dénonce la « faillite budgétaire », la « faillite scientifique » auxquelles il est confronté. Il en appelle à l’Etat : la recherche sur le sida est « une priorité nationale qui relève d’une décision politique ». Il faut que les pouvoirs publics entendent cet appel, répondent à cet appel.

La France a la capacité d’augmenter les crédits alloués à la lutte contre le sida et, pour faire avancer la recherche, il faut des moyens. »