CAMPAGNE – Coût du capital – Ouvrons le débat !

Vous l'entendez à longueur de journée, en France, le travail coûterait trop cher et la compétitivité des entreprises serait plombée par les charges sociales, c'est à dire les cotisations qui financent la protection sociale.
Conclusion, il faudrait d'urgence réduire nos dépenses de santé, augmenter la durée de cotisations pour les retraites, baisser les pensions et minimas sociaux, accepter des salaires plus faibles, voter de nouvelles exonérations pour les entreprises, etc.
Pourtant, ce qui pèse sur l'efficacité des entreprises, ce qui pèse sur notre économie, c'est le coût du capital, pas le travail.
Un tabou que le Parti communiste français entend lever en menant une campagne vérité sur le véritable coût du capital dans ce pays.

Pour commencer, on leur fait un dessin ?


Naissance d’une association pour défendre l’hôpital

Capture2L’Association pour un hôpital général public du territoire de Longwy est née. Plus de 80 personnes ont participé, mais seulement deux maires étaient présents sur les cinquante invités.

Philippe Spillmann a animé la réunion qui visait à transformer le Comité provisoire pour un hôpital général public du territoire de Longwy en association.
Ce comité est à l’origine du rassemblement du 15 décembre dans la cour de l’hôpital pour dire non à la fermeture de la pédiatrie et au démantèlement progressif de l’hôpital de Mont-Saint-Martin. La volonté de l’association est de créer un hôpital public plus à même d’offrir une offre de soins sans logique de rendement. Elle souhaite également voir se renforcer la coordination de tous les acteurs de santé du territoire et que la loi Bachelot dont sa mesure principale, la tarification à l’activité, soit abrogée.
Une ligne du service des urgences a déjà disparu et le service de pédiatrie est directement menacé de fermeture, avec des incidences probables à terme sur la maternité. Au-delà, un plan de sauvegarde de l’emploi est en cours de négociation, avec la suppression de 200 emplois sur l’ensemble de l’hôpital.
Coordination nationale
Après quelques échanges, Philippe Spillmann a passé la parole à Paul Cesbron, représentant de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité. Cette association a été créée en 2004 pour la sauvegarde de l’hôpital de proximité de Saint-Affrique où des actions ont été menées comme le blocage d’un chantier du viaduc de Millau. « La population doit prendre en charge sa santé, ce n’est pas qu’une affaire de spécialistes », a-t-il déclaré.
Aujourd’hui, ce sont 250 comités qui se sont créés dans toute la France.
Fuites des soins
« Le manque de transparence du groupe SOS a souvent été évoqué. Pour certains, les annonces de fermetures non fondées et incessantes servent à déstabiliser les usagers et casser le moral des personnels soignants qui, par peur de faire partie de la prochaine vague de licenciements, cherchent déjà du travail ailleurs », précise le Dr Bajolle, chef du service de pédiatrie à Mont-Saint-Martin.
Sur le bassin de Longwy, qui compte 80 000 habitants, beaucoup de gens prennent la décision de se faire soigner ou d’accoucher ailleurs. Selon Paul Cesbron, ces fuites sont généralement de l’ordre de 15 % à 30 % et les raisons sont nombreuses.
À Mont-Saint-Martin, ce sont des baisses entre 30 et 60 %, en fonction des services. Sur un potentiel de 950 naissances attendues, seulement 636 enfants sont nés à Mont-Saint-Martin en 2012. « Ces fuites servent d’arguments à l’Agence régionale de santé (ARS) pour fermer des hôpitaux », précise le Dr Bajolle.
Autres problèmes évoqués : « les campagnes de diffamation envers l’hôpital et de déstabilisation des personnels soignants », le manque de personnel formé en France, l’obligation d’embaucher des médecins étrangers, le manque d’intérêt des nouveaux soignants pour le travail en hôpital, le manque de moyens : « Les personnels viennent de Nancy pour aller travailler au Kirchberg au Luxembourg car les salaires sont beaucoup plus intéressants. »
« Plus généralement, c’est l’accès des soins pour tous qui est directement menacé. L’heure est grave : 30 % des malades retardent leur accès aux soins ou y renoncent. Il est important de rétablir l’égalité sociale et géographique en matière de santé et d’offrir une même qualité de soins pour tous », précise Paul Cesbron .
Objectifs
Après une lecture studieuse du projet de statuts et quelques amendements, ceux-ci ont été adoptés à l’unanimité.
Les buts de l’association sont :
• la défense et la promotion de l’offre de soins sur le territoire de Longwy et sa zone transfrontalière, dans ses composantes de qualité, de proximité et d’équité, dans le respect des intérêts et des besoins de la population, avec notamment l’existence d’un hôpital général public et un renforcement de la coordination avec tous les acteurs de santé sur ce territoire ;
• la recherche, l’obtention et la diffusion à la population, en toute transparence, des informations nécessaires à la réalisation de ces objectifs ;

Capture• la prise de toute initiative jugée indispensable pour atteindre ces buts.
Prochaines actions : dans un premier temps, l’association va confirmer son adhésion à la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité pour bénéficier de l’expérience d’un réseau national, demander des informations claires auprès de la direction de l’hôpital, solliciter les instances qui ont le pouvoir d’apporter des solutions (ARS, sous-préfète, groupe SOS) et enfin, aller à la rencontre des personnels soignants, afin d’imaginer des actions en rapport avec les problèmes locaux.
Pour tous renseignements et adhésion, Patrice Zolfo au 06 30 03 26 36 ou Philippe Spillmann au 06 86 78 06 08.

Comité pour un Hôpital Général Public de Proximité sur notre Territoire : Pour garder notre pédiatrie et sauvegarder notre maternité !

CaptureHier, à l’hôpital de Mont-Saint-Martin, 150 personnes ont protesté contre la fermeture de la pédiatrie. La foule en a profité pour apporter un soutien à la maternité et rappeler à l’État qu’il a un rôle à jouer.

15 Décembre 2012 Rassemblement Hopital de MSM_14C’est déjà pas mal ! » C’est en ces termes que les membres du Comité pour un hôpital général public du territoire de Longwy (CHGPTL) ont salué la présence de plus de 150 personnes dans la cour d’honneur de l’Hôtel-Dieu, à Mont-Saint-Martin, hier en début d’après-midi.
La foule était réunie pour protester contre la fermeture du service de pédiatrie de l’hôpital. « Il faut être sérieux, a annoncé en préambule Patrice Zolfo pour le comité , sans pédiatrie une maternité ne peut pas sérieusement vivre ! »
Le CHGPTL a souligné l’importance d’une mobilisation générale : élus, personnels de l’établissement, médecins de ville, patients et usagers mais également de toute la population.
« Une santé à deux vitesses »
Et comme chaque force vive compte, c’est saint Nicolas qui a embrayé. « Je suis venu dernièrement dans le service pédiatrie. J’ai entendu les inquiétudes des docteurs et des sages-femmes mais également des parents. Ceux de Laura, atteinte de polyarthrite dont la maman, sans voiture, ne pourrait aller la voir à Arlon. Mais aussi ceux de Kevin, diabétique, qui, s’il était hospitalisé à Metz ou Briey, ne pourrait recevoir quotidiennement la visite de sa famille… », a-t-il expliqué derrière sa barbe blanche, en ajoutant que « contrairement à la légende, je ne fais pas de miracle. Mais vous avez eu un réflexe citoyen, celui de dire : “Nous ne voulons pas de cette décision ! ” »
Cette fermeture, justement, a été fortement critiquée, mais plus généralement, c’est la gestion de l’avenir de l’hôpital qui a été conspuée. « Le groupe SOS se présente en sauveur, mais c’est un des leaders du social business en France. Il gère la santé comme une entreprise privée en réalisant des économies sur la masse salariale. Entre SOS qui gère depuis Paris et l’État qui maintient le cap de la baisse des dépenses publiques, nous avons une santé à deux vitesses. Une pour les riches et l’autre pour les pauvres », a énoncé un membre du Comité. « Contre la logique de l’argent et pour le principe républicain où chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins », le comité a invité les participants à rejoindre ses rangs. Le CHGPTL a d’ailleurs annoncé qu’à partir de janvier prochain, il rejoindrait la Coordination nationale de défense des hôpitaux et maternité de proximité, rassemblant plus de 250 organisations locales de tout le pays.
615 naissances cette année
Plus éloignés de la politique, des membres des services de pédiatrie et de la maternité ont témoigné pour expliquer, en termes simples, à quoi ils servent.15 Décembre 2012 Rassemblement Hopital de MSM_57
Bronchiolite, détresse respiratoire brutale, appendicites, maladies chroniques et ambulatoires sont le lot quotidien du service pédiatrie. Celui-ci accueille la mère et l’enfant « car le lien avec la cellule familiale est aussi important que les médicaments » pour les 6 000 enfants de 0 à 6 ans et les 10 000 de 6 à 16 ans qui passent chaque année par ce service.
Quant à la maternité, à quelques semaines de la fin de l’année 2012, elle a notamment réalisé 615 naissances, 7 500 consultations gynécologiques, 5 000 consultations obstétricales et nombre d’échographies en 3 et 4D.

Qui est Hugo Chavez ?

Tantôt idéalisé avec un romantisme niais, tantôt diabolisé de façon grotesque, Hugo Chavez est un personnage qui ne fait pas l’unanimité.
Méridien Zéro reçoit Michel Thibault et Olivier François pour aborder avec eux le parcours, la personnalité et l’action politique d’Hugo Chavez, président du Venezuela.
Un portrait nuancé, éloigné des caricatures des uns et des autres dans lequel est abordé ses réussites mais aussi ses échecs.
Très plaisant à écouter.
Parmi les points positifs : son attachement profond à l’égalité sociale, la réussite des grands travaux dans le domaine de la santé, l’alphabétisation de la population, le développement de l’autonomie financière du Venezuela, son rôle dans la construction de la nation Vénézuélienne, sa contribution à la construction d’un panaméricanisme en opposition aux impérialismes.
Parmi les points négatif : échec dans l’utilisation de la rente pétrolière pour dynamiser l’économie, l’explosion de l’insécurité, échec de la politique de logement, le développement d’une démagogie et d’un culte de la personnalité, le népotisme, l’enrichissement de son entourage, l’absence de successeurs.

http://www.youtube.com/watch?v=9FUszolTLCg

PLFSS : « La solidarité majoritaire c’est de ne pas refuser en 2012 ce que l’on a porté ensemble en 2011 »

Même si le PLFSS comprend certes quelques annonces positives dont la mesure de la prise en charge à 100% des IVG, la loi Bachelot n'est nullement remise en cause, les ARS continuent les restructurations et les fermetures de services, de blocs opératoires, de maternités, de centres IVG.
Le PLFSS prétend lutter contre le renoncement mais ne propose aucune mesure contre les franchises médicales, la fiscalisation des indemnités journalières, le jour de carence, autant de mesures imposées par la droite.
L'augmentation du PLFSS votée est très nettement inférieure aux besoins exprimés par les professionnels comme l'a rappelé la Fédération Hospitalière de France. Alors qu'il faudrait entre 3,1 et 3,4%, il n'a été voté qu'avec une augmentation de 2,6%. Cela se traduira encore par des fermetures d'activités, de services publics.
Au niveau des recettes, la majorité de gauche sénatoriale ne s'est pas retrouvée autour d'amendements votés l'année dernière et que le groupe socialiste a refusé de voter cette année préférant mêler ses voix à la droite.
La « solidarité majoritaire » au Sénat, c'est de ne pas refuser en 2012 ce que l'on a porté ensemble en 2011.
Il est encore possible d'avoir un projet de financement de la sécurité sociale qui marque une orientation de gauche comme la suppression des exonérations de cotisations pour les entreprises ne respectant pas leurs obligations en matière d'égalité salariale. Pourquoi par exemple le PS a-t-il refusé avec la droite cet amendement ?
Les principaux amendements présentés par les parlementaires Front de gauche n'ont pas été retenus que ce soit à l'Assemblée ou au Sénat. Pourtant la majorité est diverse comme l'a été le rassemblement qui a permis de chasser la droite. Cette diversité doit être respectée et entendue.
L'attente d'une politique de gauche est grande dans le pays, il faut y répondre avec des actes concrets pour une protection sociale solidaire et une sécurité sociale renforcée.
Le gouvernement doit entendre et mettre le cap à gauche !

Décès d’un nouveau-né : faire 100 km pour pouvoir accoucher est scandaleux

Un drame terrible a eu lieu entre Figac et Brive. Faire 100 km pour avoir une maternité pour accoucher est scandaleux, c'est dramatique quand la mort est au rendez-vous. Ce décès aurait pu être évité. Il est le résultat de choix politiques graves. Fermer les services de proximité, les maternités amène à des situations inacceptables.
Il y a urgence que le changement se traduise par l'arrêt immédiat des fermetures d'activité, des restructurations de services et d'établissement, d'une réorientation des choix politiques avec les moyens financiers.
Les Directeurs généraux des Agences régionales de santé, dans l'attente de leur suppression, doivent avoir de nouvelles orientations pour renforcer le service public de proximité. Il faut ré-ouvrir des maternités de proximité. Au-delà des discours, il faut des actes !

Tiré du site “Public Sénat” : Une chercheuse refuse la Légion d’honneur

Dans une lettre adressée à la ministre, rendue publique samedi, Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche honoraire à l'Inserm, demande à la ministre d'intervenir pour "la remise en cause de l'impunité qui, jusqu'à ce jour, protège les responsables de crimes industriels".
Dans une lettre adressée à la ministre, rendue publique samedi, Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche honoraire à l'Inserm, demande à la ministre d'intervenir pour "la remise en cause de l'impunité qui, jusqu'à ce jour, protège les responsables de crimes industriels".
"Je ne fais pas ce geste contre Mme Duflot", précise à l'AFP la présidente de l'association Henri Pézerat (santé, travail, environnement) qui déplore que la crise économique occulte la santé des travailleurs et les questions environnementales.
"Ma démarche se veut un appel à la mobilisation citoyenne, mais aussi parlementaire et gouvernementale, pour le respect des droits fondamentaux à la vie, à la santé, à la dignité", écrit-elle en accompagnement de sa lettre à la ministre datée du 31 juillet.
"Nous voulons être pris au sérieux lorsque nous donnons à voir cette dégradation des conditions de travail (…), le drame des accidents du travail et maladies professionnelles, mais aussi l'accumulation des impasses environnementales, en matière d'amiante, de pesticides, de déchets nucléaires et chimiques…"
"Cessons les vraies fausses controverses sur les faibles doses. Des politiques publiques doivent devenir le rempart à la mise en danger délibérée d'autrui, y compris en matière pénale", dit-elle dans sa lettre à Mme Duflot.
Cette spécialiste, également porte-parole de Ban Asbestos France, évoque par ailleurs "la sous-traitance et le transfert des risques vers des populations très précarisées (maintenance, nettoyages, gestion des déchets)" .
La chercheuse dont la carrière a été "bloquée pendant dix ans", plaide pour qu'enfin la recherche sur l'exposition aux cancérogènes au travail soit dotée des moyens financiers publics nécessaires et que les jeunes chercheurs qui s'y adonnent cessent d'être maintenus dans un statut précaire.

Cécile Duflot a décerné le 14 juillet trente Légions d'honneur.

Dans 10 jours, nous avons la possibilité, cette possibilité de tourner le dos au capitalisme, alors pourquoi hésiter ?

En 2012, on va leur faire un dessin,
les 9 thèmes du Programme du Front de
gauche.
Cliquez sur les images pour aggrandir !

Sidaction 2012 : trois jours « ensemble contre le sida »

« Nous n'en avons pas fini avec le sida », insiste François Dupré, directeur général du Sidaction, rappelant que 34 millions de personnes vivent avec le virus du sida (VIH) dans le monde. Chaque jour le sida emporte 5 000 personnes.
En France, 150 000 personnes vivent avec le VIH et plus de 6 000 découvrent leur séropositivité chaque année. Parmi eux, 12 % ont moins de 25 ans et 18 % plus de 50 ans.
Grâce à l'efficacité des trithérapies, l'infection par le VIH est devenue une maladie chronique pour ceux qui bénéficient des traitements. Mais il est toujours impossible d'en guérir.
Temps fort de sensibilisation du grand public et de prévention, le Sidaction a pour slogan cette année : « Ensemble, vous n'imaginez pas le pouvoir que nous avons ». Le pouvoir de « faire avancer la recherche pour créer des médicaments moins toxiques et plus efficaces », « perpétuer l'espoir d'éradiquer le VIH de l'organisme ou celui de découvrir un vaccin », ou encore d'« apporter une aide matérielle indispensable à la qualité des soins de ceux qui vivent en situation de précarité », énumèrent Pierre Bergé et Line Renaud, président et vice-présidente du Sidaction.
110 ou DON
Le « top départ » de l'édition 2012 sera donné vendredi soir, vers 20h35, par la diffusion sur l'ensemble des médias partenaires d'un clip de lancement auquel ont participé 67 animateurs. Vendredi à 20h50, TF1 diffusera un « Qui veut gagner des millions » au profit du Sidaction. Jean-Pierre Foucault accueillera notamment Alain Chabat, Lambert Wilson, Michèle Laroque et Pierre Palmade…
Samedi, France 2 proposera à 20h35 une soirée spéciale Sidaction, « Les stars chantent la tête dans les étoiles », animée par Stéphane Bern, avec entre autres Sophie Essaidi, Thomas Dutronc, Jean-Louis Aubert, Christophe Willem…
A noter aussi un « D&Co » spécial Sidaction, dimanche à 18H40 sur M6, où Valérie Damidot s'attaque au décor du local d'accueil de l'association. Ou encore une enquête sur l'intégration sociale des séropositifs en Europe dans « Le Blogueur », dimanche à 20h10 sur Arte.
Plus de 300 animations seront par ailleurs organisées tout le week-end dans de nombreuses villes de France, de Bordeaux à Cayenne, en passant par Nantes et Marseille. « Nous devons dépasser les 5 millions d'euros collectés lors du Sidaction 2011 », a déclaré François Dupré. Conformément à ses statuts, l'association consacre la moitié des fonds nets collectés aux programmes scientifiques et médicaux, et la moitié aux programmes de prévention et d'aide aux malades.

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :