Salut les terriens – Stéphane GUILLON : Faudrait pas passer à Président normal à Président débile !

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Salut les terriens : Stéphane GUILLON – On commence par une confidence émouvante : Carla Bruni-SARKOZY “Nous sommes des gens modestes”

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Salut les Terriens : Stéphane GUILLON – Méfiez-vous des chèques cadeaux de Claude GUEANT…. ! En deuxième partie “La force est en elle” le combat d’une femme contre la maladie !

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Voilà ce qu’aurait pu dire Nicolas Sarkozy dans son intervention

Jeudi soir, Nicolas Sarkozy est venu faire sa pub sur TF1 et France 2, de 20 h 15 à 21 h 30. Dans les maisons de retraite, ils ont pu se coucher tôt comme ça.
Bref, après les images convenues du début, avec plan depuis l'extérieur de l'Elysée jusque dans le bureau d'été de notre bon maître, voici l'interview-fictive, qui ne s'est donc pas déroulée comme ça en vrai :
C'est JP qui lance l'entretien. "Mon Président, alors comment avez-vous sauvé l'euro ?"
Son président : "C'était ça ou la guerre. J'ai fait don de ma personne à la France, à l'Europe et à Angela Merkel."
JP : "Mon général, quel altruisme !"
Son général : "Ne dites pas de mal d'Angela !"
Yves Calvi : "Monsieur le Président, quelles auraient pu être les conséquences dramatiquement dramatiques pour l'économie si vous n'étiez pas parvenu à convaincre nos partenaires européens ? Mais n'y voyez aucune critique concernant votre capacité de conviction."
Monsieur son président : "Mon cher Monsieur Bastia…"
Yves Calvi : "Calvi, Monsieur mon chef de l'Etat."
Monsieur son chef de l'Etat : "Mon cher Monsieur Ajaccio…"
Yves Calvi : "Euh, c'est Calvi, Monsieur…"
Sonsieur : "On s'en fout, ce sont mes réponses qui comptent !"
Yves Calvi : "Où avais-je la tête Monsieur le patron du G20…"
Son patron du G20 : "Attention à vous mon petit Corte, je saurai me souvenir de vous !"
"Mord z'y l'oeil, mord z'y l'oeil", se met à hurler Nadine Morano qui fait la claque.
JP reprend, afin que l'entretien conserve sa belle tenue présidentielle. "Mon Père, comment va votre radieuse épouse et votre délicieuse petite fille, la ravissante Guilia qui est belle comme sa maman et intelligente comme son papa ?"
Son Père (et aussi celui de la petite Guilia) : "Heureusement que ce n'est pas l'inverse."
"Ha, ha, ha, haaaaaaaaaaaaaa qu'il est drôle", s'esclaffe tellement fort Nadine Morano qu'elle en tombe de sa chaise. Dans le lointain on croit entendre "va fanculo", en provenance des appartements privés.
Yves Calvi, qui sent que le monologue présidentiel vire au naufrage, "Monsieur le sauveur de l'Europe, quand allez-vous sauvez le monde ?"
Son sauveur de l'Europe : "Je ne lis jamais ce torchon gauchiste."
Yves Calvi : "Euh, Monsieur le Premier des Français, du monde, de la Terre, de la planète…"
Son Premier des Français : "Chaque chose en son temps, mon petit Porto-Vecchio, ne soyez pas si pressé. Je dois aussi penser à la France."
JP, qui vient de se souvenir qu'il a oublié une question. "Mon Précieux, quelles vont être les conséquences positives pour les derniers artisans savetiers de Franche-Comté de votre remarquable action pour sauver l'Euro, nos économies et mon livret A ?"
Son Précieux : "Elles vont être positives."
JP : "C'est merveilleux, mon Roi !"
A cet instant, Carla entre dans la pièce, portant l'Enfant dans ses bras. Elle est nimbée d'un très bel effet de lumière avec des fumigènes lègers qui rendent son apparition un rien céleste.
"Chouchou, il est temps de changer la couche de Guilia."
Son Chouchou, qui prend le bébé dans ses bras et regarde droit dans la caméra : "Tous les parents de France, y m'comprennent, y sont comme moi, y savent qu'il y a des bonheurs tout à fait personnels, qui sont discrets, qui restent dans l'incognito de la vie privée. Pour vivre heureux, vivons cachés, moi que j'dis".
JP et Calvi essuient les larmes qui perlent à leurs paupières. Nadine Morano se mouche très bruyamment dans la pochette de Claude Guéant.
Et voilà, c'est déjà la pub sur TF1 et le débat pour France 2