Le billet du jour : Beaucoup a été fait, beaucoup reste à faire. ON LÂCHE RIEN !!!!

C’est nous qui portons ce drapeau, le drapeau rouge de la liberté, de l’égalité, de la fraternité, de la solidarité, de la résistance, de l’indignation, du changement.
Vous avez déjà fait un pas, un grand pas, en soutenant d’une part, la candidature de notre candidat commun à la Présidentielle Jean-Luc Mélenchon, et d’autre part, la candidature Front de Gauche que je représente avec Dolorès aux Législatives de la 3ème circonscription de Meurthe-et-Moselle.
Soutenir c’est bien, participer c’est mieux.
Nous avons commencé notre campagne dès le mois de juin 2011, le 25 Juin très exactement.
Depuis beaucoup a été déjà fait, distribution de tracts dans tous les marchés de la circonscription, distribution devant les lycées, devant les entreprises de Villers la Montagne, devant l’hôpital de Mont-Saint-Martin, réalisé une assemblée citoyenne à Thil en présence de Christian PICQUET, où plus de 100 personnes ont répondu à l’invitation.
Beaucoup a été fait, beaucoup reste à faire.
En liant Présidentielle et Législatives, nous considérons que ces deux élections sont liées, oui liées car si nous arrivons, et nous y arriverons ENSEMBLE, à placer le Front de Gauche en bonne position, nous aurons ce poids pour peser sur les décisions qui seront prises pour notre pays.
Et puis, si à la Présidentielle notre candidat fait un bon score, le candidat Front de Gauche aux législatives en profitera.
Avoir un groupe de députés Front de Gauche à l’Assemblée Nationale aura alors toute son importance, aura son sérieux pour faire valoir nos idées, notre programme « l’humain d’abord ! ».
Alors soutenir oui, mais participer à nos rassemblement, être présent à 20, à 30, à 40 démontrera notre volonté, notre sincérité à vouloir réellement faire changer les choses.
Faire changer les choses radicalement, pour une politique radicale à gauche.

Nous sommes à un moment où tout est possible, tout est envisageable, mais pour cela il faut que chacune et chacun prenne ses responsabilités. En soutenant, vous démontrez votre volonté de changement, en participant, vous démontrez non seulement votre volonté, mais aussi votre détermination à ce que cela change vraiment.
Jean-Luc Mélenchon à l’habitude de dire : « quand on était à 5%, on nous méprisait, y compris à gauche, quand on est arrivée à 7, les voilà qui découvrent qu’il faut faire la guerre à la finance, quand nous serons à 15, ils dénonceront le capitalisme, et quand on sera à 51 %, ils diront qu’ils rejoignent notre candidat ».
Mes chers(es) amis(es), mes cher(es) Camarades, Mesdames, Messieurs, il nous reste 83 jours avant le 1er tour de la présidentielle, 83 jours qui semblent nous donner encore beaucoup de temps, mais qui en réalité passent très vite, alors faisons cet effort rassemblons-nous partout où nous aurons décidé d’y être (Venez voir sur notre site « Place au Peuple » nos prochains rendez-vous, nos prochaines activités, vous serez les bienvenus), soyons nombreux à démontrer que tout est possible, que nous RÉSISTONS, que nous ne LÂCHERONS RIEN, absolument RIEN.
Il est grand temps de donner la place au peuple, et de tout faire pour l’humain d’abord.
Rassemblons-nous, faisons ENSEMBLE, car c’est ENSEMBLE que nous gagnerons, que nous ferons reculer celles et ceux qui veulent nous voir disparaitre, celles et ceux qui nous méprisent.
C’est dans la rue, avec les gens que cela se passe, alors avec les gens, faisons ce qui a à faire, MOBILISONS toutes ces forces capables de pouvoir réellement mettre en application notre programme populaire partagé.
Créons pendant ces mois qui vont venir une dynamique qui donnera envie aux gens de voter et de parler du Front de Gauche.
Créons tout simplement la surprise, la surprise du siècle, celle, où nous sommes arrivées à dire enfin NON à la finance, NON aux différences, et OUI à notre
DIGNITÉ.

Jean-Luc Mélenchon aux agences de notation : “allez à la niche”

Jean-Luc Mélenchon était hier matin l’invité des 4 vérités sur France 2.

Le candidat à la présidentielle de 2012 a réagi hier matin à propos de l’affolement des bourses, et face à la crise qui connaît un rebond après que les libéraux avaient apporter leurs propres ’’remèdes’’ et où plane une nouvelle vague de récession. Il propose alors d’autres remèdes.
"Face à la crise, "ce ne sont pas les marchés qu’il faut rassurer, ce sont les producteurs, c’est-à-dire les entreprises et les salariés", a affirmé Jean-Luc Mélenchon.
"Il faut résister, il ne faut pas capituler devant les marchés financiers (…) et en même temps frapper ceux qui nous frappent. C’est quand même énorme, nous sommes dans la main d’agences de notation ! Mais qui sont ces gens ?"

“Appel de Thorens-Glières” du 14 mai 2011

Le 14 mai 2011, à l'initiative de l'association "Citoyens Résistants d'Hier et d'Aujourd'hui, un Appel a été lancé par des grandes figures de la résistance, suivies par des "résistants d'aujourd'hui", en vue des élection présidentielles et législatives de 2012. Cet "Appel de Thorens-Glières" vise à remettre dans le débat politique les principes du Conseil National de la Résistance. Des principes toujours actuels qui permettraient de mettre réellement en application la devise républicaine "Liberté, Egalité, Fraternité".

Appel de Thorens-Glières du 14 mai 2011

Le billet du jour : Résistance, car résister est un devoir…

Bonjour à toutes et à tous,
Fin du mois de Juillet, un mois d’été qui se termine, un mois de soleil déjà consumé.
Des vacanciers rentrés, d’autres prêts, à décamper. Et certain en congés, mais qui devront restés, faute de monnaie.
C’est la vie, du moins c’est ce que l’on se dit.
Et la vie, notre vie, c’est nous qui la bâtissons, la développons, la vivons.
C’est aussi, ce que l’on dit.
Mais, faisons-nous vraiment ce qui est dit, ne croyez-vous pas aussi, que nous devons subir ? Que les choses de la vie ne sont pas aussi bien définis, que certains ont tout, et d’autre rien.
Si il y a rien, est-ce vraiment la faute de celui qui a rien, ou parce que les éléments de la vie ont fait que la personne n’ait rien ?
Encore et encore des questions, des questions dont les réponses, ne sont pas faciles à donner, des questions qui parfois généralisent les situations.
Facile de généraliser, facile de mettre tout le monde dans la même besace, facile d’écarter, facile de critiquer !!!
Facile de juger l’autre, mais pas facile de trouver des réponses qui doivent convenir à tous.
Néanmoins, il est désespérant de se servir de l’autre comme bouc émissaire, désespérant de généraliser pour se trouver un moyen de grandir, un moyen de s’excuser.
Nous sommes en crise nous dit-on !
Est-ce que de mettre les Roms à l’index, nous sortira de la crise ?
Est-ce que de mettre les délinquants sur le catalogue, nous sortira de la crise ?
Non ! Certainement pas.
C’est nous, ENSEMBLE, qui feront que la crise disparaissent, pour cela il nous faut nous bouger, bousculer nos habitudes, et mettre en place une résistance.
N’attendons pas, que l’on nous le demande, ou que l’on nous le dise, soyons un peu responsable. Tout ce qui est sur cette terre, nous appartient. Absolument tout. Il suffit de nous les approprier.
La France, c’est NOUS ! L’Europe, c’est NOUS !
Ce n’est pas parce que ZEBULON a été élu, qu’il a tous les droits, surtout celui de vouloir construire sa France.
Nous avons tendance à sombrer dans la fatalité, à se dire, de toutes façons « rien ne va changer », ils sont élus et mettent en place la politique qu’ils souhaitent.
Non ce n’est pas comme cela, n’oublions pas qu’ils sont élus avec les voix du peuple, élus parce qu’ils avaient un programme, et si ce programme n’est pas respecté, c’est à nous de le faire honorer.
Résistance, oui résistance, car dans ce monde s’il n’y avait pas eu de résistance croyez-vous qu’aujourd’hui nous aurions la vie que nous avons.
Certes, ce n’est pas la panacée pour tous, mais dans le même temps, cela aurait été encore plus pire sans la résistance.
Résister ? Un devoir ! Oui un devoir pour nos enfants, nos petits-enfants, pour l’avenir, et résister n’est-il pas aussi une manière de garder notre dignité ? Notre statut de femme et d’homme ? De garder la tête haute ?
C’est les vacances, on a tous besoin de recharger nos batteries, d’oublier nos soucis, d’être un peu en famille, nous sommes déjà en Août, et les doutes de la rentrée de septembre, sont déjà dans notre subconscient.
Rechargez vos batteries mes amis(es), et en septembre, le 7, soyons toutes, et tous, ensemble, dans la rue, et cette fois, il faut que cela continu.
Bonne journée à vous, qu’elle soit ensoleillée, pleine d’amitié et de fraternité.