Raviver l’espoir n’est-il pas un beau défi pour les semaines, les mois et les années à venir ? Le billet du jour…

MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Être membre du parti communiste et avoir cette volonté de rassembler, rassembler sincèrement toutes celles et tous ceux qui ont des convictions et des valeurs bien à gauche, à gauche toute n’est pas une sinécure, mais bien un devoir citoyen.
Depuis quelque temps on ne parle que de la montée du FN, alors que le nombre d’électeurs de ce parti est le même ou presque. Ce n’est que le pourcentage qui fait que… alors que le nombre d’abstentionnistes ne cesse de grimper. A se demander, si c’est encore une réelle démocratie que nous vivons. Et si, il y a abstention il n’y a pas volonté à voter FN, il en est de même pour les autres partis que nous représentons. Personne n’a aujourd’hui de quoi offrir le rêve à nos concitoyens.
Aujourd’hui, il nous faut raviver l’espoir, créer un réel chantier politique.
Des signes d’espoir existent en Europe, il faut savoir regarder : Podemos, Syriza ou la Belgique, voire même dans la manifestation contre l’austérité du jeudi 9 avril de cette année où il y avait plus de monde que d’habitude.
Il faut nous faire ce constat que des sujets rassemblent au-delà des divergences que ce soit politiquement, syndicalement et associativement alors que des liens se sont distendus.
Démocratique, morale, sociale écologique, économique, la crise invite à la refonte.
Avec urgence il nous faut retrouver le  sens du terrain, il nous faut un discours qui crée du lien, qui va de l’avant. Ce ne sont pas les précaires qui votent FN, mais bien les gens qui ont peur de le devenir qu’il nous faut mobiliser, rassembler.
Nous avons toutes et tous une histoire ouvrière en commun, nous avons toutes et tous un jour lutté dans et avec une association afin d’enrayer tel ou tel problème. Et quand nous avons bougé, nous avons aussi gagné. Et quand nous avons gagné, nous avons donné envie de faire de la politique avec nous.
Pour cela, il faut marquer la différence, notre différence pour que le message soit clair et leur faire savoir que on peut faire sans eux, car force est de constater que même les frondeurs ne contredisent pas leur gouvernement.
Il nous faut raviver l’espoir, faire renaître le rêve si nous voulons à tout prix une société de l’humain d’abord, une société où le peuple ait toute sa place. C’est un devoir, une obligation pour les citoyens que nous sommes, une priorité pour demain.
Ceci étant dit, allons-nous attendre d’en haut que l’on nous préconise ceci ou allons-nous prendre nos responsabilités et réunir toutes celles et tous ceux qui sont réellement motivés pour une reconquête des idées de gauche ? Pour une reconquête d’un espoir grandissant malheureusement trop silencieux de nos jours pour nous faire savoir que c’est le moment.
Et pourquoi ne pas forcer le moment du moment ? Arrêtons de dire que nous n’avons pas les forces pour… car si nous continuons dans ce sens, nous ne les aurons jamais. En tant que militants nous savons que tout est possible et que parfois et même souvent il faut oser, forcer et pousser pour que cela se passe. Si nous ne le faisons pas, personne ne le fera.
Raviver l’espoir n’est-il pas un beau défi pour les semaines, les mois et les années à venir ?
Revivre le rêve n’est-il pas un objectif sérieux pour redorer nos convictions et nos valeurs ?
Reconstruire une société saine, où l’injustice soit beaucoup moins prépondérante ne serait-il pas un gage de bienveillance pour l’avenir de nos enfants et petits-enfants ?
Alors Yalla ! En avant et à bâbord tout !
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Le billet du Jour : Il est écrit, “LA DERNIERE CHANCE”. Il aurait fallu écrire, “UN PEU DE BON SENS” !

Jean-Pierre BEL, président du sénat !
Vous en aviez entendu parler avant cela ?
J’avoue avoir fait sa connaissance que depuis une semaine, celle des élections sénatoriales.
Vous avez dit, Connu ? Reconnu ?
Aujourd’hui, il est le deuxième personnage de la République.
Enfin, revenons à nos moutons, les élections législatives sur la 3ème circonscription de Meurthe-et-Moselle.
Encore un épisode.
Relaté dans la presse, le candidat que je suis devait attendre le 30 septembre pour savoir, si oui, ou non la candidature serait toujours effective.

Je vais, pour rester objectif, reprendre les propos de Patrick HATZIG, Secrétaire Départemental du PCF 54, des propos tenus à la presse ce samedi 1er Octobre à Mont-Saint-Martin. Je cite «  Même si nous avons trouvé des dysfonctionnements dans l’organisation du scrutin, nous avons décidé de ne pas revoter ». Et pour cause, l’organisation de ce scrutin a été le même que pour le scrutin interne de la présidentielle qui a eu lieu le même jour, et dans le passé, pour les élections Régionales.
Donc, le recours a été "retoqué", et je reste le candidat officiel représentant le PCF et le Front de Gauche.
Certains responsables ont souhaité lors de l’étude du recours, et afin d’essayer de trouver une solution pour qu’il n’y ait pas un candidat officiel et un candidat dissident, qu’une rencontre soit faite entre Philippe MARX et Serge DE CARLI.
Apparemment, et toujours d’après la presse, Serge DE CARLI a fait savoir qu’il ne souhaitait pas, je cite, « participer à cette réunion. Pour moi dit-il, il y a eu un processus et j’ai joué le jeu ».
Joué, oui, mais pas accepté.
En effet, le jeu a été joué par les deux candidats, de la même façon, et dans les mêmes conditions, puisque les deux candidats ont répondu favorablement à toutes les demandes faites par les organisateurs de ces élections internes. Courriers, mails feront preuve de ce que j’avance si des personnes souhaitent en savoir plus.
Par contre, après le résultat, ce résultat, qui, apparemment n’était pas attendu de la sorte, les choses, changent. Oui jouer le jeu tout le monde peut faire, mais accepter le résultat, c’est une autre histoire.
Dois-je rappeler, que c’était la première fois qu’une procédure et un processus d’élection interne au PCF dans notre Fédération ont été mis en place. C’était la première fois que les militants avaient le choix, la possibilité de pouvoir voter pour un candidat !
D’habitude, il nous est imposé et proposé par la direction nationale ou départementale.
Pour une fois, pour la première fois, les communistes de la 3ème circonscription ont eu droit à la démocratie.
Jamais, dans notre circonscription, les candidats choisis et imposés par les directions ont donné lieu à un recours, ou a un tel vacarme. Les militants ont fait campagne, sans arrières pensées, avec l’envie de gagner et de rassembler.
Aujourd’hui, parce qu’il y a eu vote, cela ne marcherait pas de la même façon ?
Pourquoi ? Ah oui ! pour être objectif faut tout dire, alors disons tout, d’après Patrick HATZIG, Secrétaire Départemental du PCF 54, a déclaré toujours hier à Mont- Saint- Martin, je cite, « Je pense que Philippe MARX n’est pas en capacité à rassembler toutes les voix du Front de Gauche ».
« Je pense » dit-il, oui, il a ce droit de penser ! Dois-je rappeler que c’est moi qui a été élu par les militants, acté par mon comité départemental, acté par le Front de Gauche de Meurthe-et-Moselle, et re acté après ce recours par mon comité départemental. Que faut-il en penser ?
Que P. HATZIG détient à lui seul la vérité ? Que toutes celles et tous ceux qui ont participé aux votes sont dans l’erreur ?
Je ne suis pas calculateur, ni devin, c’est avec mes convictions, mes valeurs, mon envie de RASSEMBLER large, très large, mon souhait de voir changer cette politique, d’être le citoyen des citoyens qui a animé mon engagement dans cette élection.
Je ne suis pas calculateur, il ne s’agit pas pour moi de dire que je suis le meilleur, le plus connu ou je ne sais quoi encore.
Ma démarche n’est que militante, politique, en effet, au moment où nous souhaitons RASSEMBLER, faire avec d’autres, il me semble également important que nous fassions autrement.
Aussi, j’en appelle une nouvelle fois au bon sens, j’en appelle à ce rassemblement qu’attendent toutes les Françaises et les Français, j’en appelle tout simplement pour une fois à l’équilibre des choses, nous avons toujours fait, été aux côtés de nos élus, nous demandons, je demande, la réciprocité.
Dans le cas contraire, il est clair, que nous ne rassemblerons pas, mais le pire dans tout cela, c’est la destruction du Front de Gauche en Meurthe-et-Moselle, ce sera la déception des militants, et dans tous les cas, les électrices et les électeurs en prendront acte pour le futur.
Les querelles intestines doivent, être mises de côté, faisons de la politique, pas pour nous, mais pour nos concitoyens, pour notre peuple.

On y pense… ils le font

LES "JEUNES INDIGNÉS" POURSUIVENT LEUR MOUVEMENT À TRAVERS L'ESPAGNE
MADRID (Reuters) – Le mouvement lancé par des milliers de jeunes Espagnols pour protester contre le chômage endémique s'est poursuivi jeudi avec la même intensité, à trois jours d'élections municipales et régionales où les socialistes au pouvoir risquent d'essuyer une lourde défaite.
Les manifestants, surnommés par les médias "los indignados" (les indignés), demandent aux électeurs de ne voter dimanche pour aucun des deux grands partis du pays, le PSOE (socialiste) et le PP (Parti populaire, opposition de droite). Les électeurs sont conviés aux urnes dans 13 régions et 8.116 communes.
Des sondages donnent le PP gagnant à Séville, quatrième ville du pays que le PSOE administre depuis 12 ans. Barcelone, deuxième ville du pays, pourrait être emportée par les nationalistes catalans du CiU, mettant fin à 32 ans de pouvoir socialiste. Ce qui ne laisserait au PSOE aucune des quatre plus grandes villes, qui regroupent 14% de la population.
Le chômage en Espagne, le plus élevé de l'Union européenne, touche 21% de la population active. Pour la tranche des 18-25 ans, le taux grimpe à 45%, et une bonne part des jeunes qui ont un emploi craignent pour leur avenir.

À LA PUERTA DEL SOL
"Soit on vit toujours chez nos parents, soit on a des problèmes de dettes. Certains d'entre nous, en plus, ont des enfants (…) Mon entreprise en profite en nous licenciant ces temps-ci, avec l'objectif de nous réembaucher plus tard à des salaires inférieurs, lorsque la crise sera passée", confie un trentenaire, Pedro Munoz, à la Puerta del Sol, fameuse place de Madrid qui sert de point de ralliement à ces jeunes.
A Madrid et Grenade, des jeunes ont défié l'interdiction de se rassembler sur les places et y ont campé toute la nuit de mercredi à jeudi. La police de la capitale n'a pas cherché à déloger les manifestants, se bornant à surveiller les lieux. Les jeunes chômeurs, auxquels se mêlent des étudiants et des militants, comptaient jeudi passer une nouvelle nuit sur place.
C'est à la Puerta del Sol, qui a été le théâtre de grands rassemblements et de manifestations dans l'histoire contemporaine du pays, que les Madrilènes se retrouvent traditionnellement le 31 décembre au soir pour fêter le changement d'année.
La forte pluie de la nuit dernière n'a fait qu'augmenter le nombre de toiles de tentes tendues sur la place. Les manifestants étaient plus nombreux jeudi que la veille. La station de métro flambant neuve et les échafaudages adjacents étaient couverts de slogans clamant: "La violence, ce sont les primes des cadres dirigeants et les licenciements".
Les manifestations débutent chaque soir vers 20h00, attirant des milliers de participants, qui se sont organisés, depuis le week-end dernier, grâce aux réseaux sociaux sur internet et à Twitter.

RASSEMBLEMENT CITOYEN : Vendredi 1er Avril 2011 à 14 H 00 Devant la Mairie de Saulnes – Bureau de Poste

► Pour L’emploi
 ► Des services publics de qualité
 ► Une industrialisation forte avec

MARIE – GEORGE BUFFET
Députée – Dirigeante Communiste
Ancienne Ministre de la Jeunesse et des Sports

 

RASSEMBLER et AGIR avec le PCF et le FRONT DE GAUCHE
Dans une situation marquée par la politique brutale du Gouvernement, provoquant des injustices et des souffrances profondes pour la majorité des Français, le PCF appelle à se rassembler et à agir.
Nicolas Sarkozy est à l’origine du plus grand plan de licenciements en France.
36000 emplois publics supprimés en 2010, d’autres sont annoncés en 2011.
Dans notre Bassin, les exemples ne manquent pas :
►  Suppressions d’emplois ou annonces de fermeture sur la Zone Industrielle de Villers La Montagne, comme à EUROSTAMP, SEALYNX et MGM
►  Au Lycée de Longwy, ce sont 20 postes qui sont menacés
►  Les réductions de personnels et la remise en cause des soins de qualité dans les hôpitaux sont programmées comme à MONT SAINT MARTIN
►  La privatisation de la Poste fait partie des choix du Gouvernement,….
2010 a été une année de luttes importantes pour :
► le maintien de Bureaux de Poste menacés de fermeture comme à Saulnes.
► les retraites, l’emploi, la santé, la défense des services publics, de l’école,…
La mobilisation citoyenne doit se poursuivre contre les privilèges indécents des forces de l’argent, pour inverser les choix gouvernementaux.
AVEC LE FRONT DE GAUCHE, LE PARTI COMMUNISTE AGIT POUR RENDRE LA PAROLE AU PEUPLE, LUI REDONNER L’ESPACE ET LE POUVOIR DE CONSTRUIRE UN PROJET COLLECTIF QUI RÉPONDRA A SES ATTENTES.
Les Communistes invitent la population de Saulnes, les habitants du Bassin de Longwy-Longuyon-Villerupt, toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans ce  projet autour du  Front de Gauche, à ce Rassemblement Citoyen en présence de Marie-George BUFFET

Vendredi “jour du départ” : 1 million de manifestants au Caire

Au 11ème jour de protestation en Egypte, un grand rassemblement, baptisé "Vendredi du départ" à l’attention du président Hosni Moubarak, est en cours place Tahrir, haut lieu de la contestation, dans le centre du Caire. Les organisateurs espérent rassembler au minimum un million de personnes, comme mardi, en ce jour de grande prière hebdomadaire. En milieu d’après-midi, la place était noire de monde avec probablement plusieurs centaines de milliers de participants.
Une manifestante des mouvements en Egypte s’exprime sur cette journée cruciale du vendredi.

POURQUOI TANT D’AGITATION ?

La majorité abstentionniste existe, bel et bien, en France et personne ne pourra contester cet état de fait. Lasser par des promesses non tenues, ces hommes et ces femmes refusent de se prêter au jeu de la diversion auquel se donnent les partis classiques. Leurs voix et leur soutien, ils espèrent l'apporter à celle ou à celui qui représentera le plus leur idéal de vie.
CELA, IL FAUT AUSSI LE PRENDRE EN COMPTE….
Alors vos petites phrases, vos noms d’oiseaux, vos incompréhensions, votre égoïsme, votre agressivité ne fera certainement pas changer d’avis à ces gens qui ont décidé de bouder les urnes.
Quoique l’on puisse se dire ou vouloir aimer entendre, sans le Parti Communiste Français, le Front de Gauche, n’existerait pas.
Ceci étant dit, avec vos mails à répétition, croyez-vous pouvoir un jour rassembler toutes celles et tous ceux qui souhaitent réellement voir une gauche qui soit vraiment à gauche ?
Pour ma part, je le dis et le redis, dimanche, ce dimanche je voterais la liste PS/PC de lorraine, parce que c’est la seule liste qui se situe à gauche. Je veux voir la droite rétamée, je ne veux pas que le FN ait encore, et encore des voix.
Alors oui, il y a cette Evelyne Gareaux sur cette liste pour le deuxième tour, et alors, c’est nos amis PC qui l’on amené ?
Croyez-vous que sur la Liste Front Lorrain de Gauche toutes et tous étaient les bienvenues ?
La base, ceux que l’on appelle les militants, aurait tant de choses à dire, faudrait encore vouloir les écouter.
Tous savons que lorsqu’il y a alliance, il faut aussi savoir composer.
Cela ne veut pas dire qu’il faut baisser les bras et tout accepter.
Soyons pour une fois serein, demain les régionales seront fini, les résultats seront ce qu’ils seront, et nous que ferons-nous ?
Nous ferons en sorte, que cette région lorraine, soit réellement un contre-pouvoir au gouvernement, à Sarkozy.
Nous devrons être ces garants de cette promesse des socialistes.
Et pour réaliser cela, il nous faudra RASSEMBLER, et encore RASSEMBLER.
Vous avez les paroles s’envolent comme on dit souvent, les écris restent, et ces écrits parfois arrivent chez des gens, qui savent s’en servir.
Chers (es) amis (es), chers camarades, la lutte n’est pas terminé, il NOUS reste encore beaucoup à faire, et nous devons le faire avec toutes celles et tous ceux qui sont prêts à le faire. Celles et ceux qui n’ont qu’un esprit revanchard, celles et ceux, qui n’ont qu’une volonté personnelle, n’ont rien à faire à nos côtés. Arrêtons pour une fois toutes ces « mamailles » qui font que les gens s’abstiennent et disent haut et fort, que la droite et la gauche c’est la même chose.
Ce combat, nous devons le gagner, nous devons le gérer, nous devons bien le préparer, et surtout nous devons RASSEMBLER.

À demain, pour préparer l’avenir de cette gauche qui sera réellement à gauche.
À demains chers (es) amis (es), chers camarades, du travail nous attend.
Réalisons le ENSEMBLE, RASSEMBLONS et pour une fois soyons honnête avec ceux qui votent pour nous.

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :