Les appels à la haine de Christian Estrosi méritent les tribunaux

christian-estrosi-europe-1La course de vitesse enclenchée entre le FN et l'UMP a encore fait une victime aujourd'hui : la démocratie. Selon Christian Estrosi qui était invité ce dimanche d’Europe1, l'islam n’est "pas compatible" avec la démocratie. Le député UMP des Alpes-Maritimes et maire de Nice ne s'est pas arrêté en si bon chemin : il a aussi appelé "les maires de France à la révolte" pour que soient expulsés les Roms, faisant l’amalgame avec les gens du voyage, qui occupent illégalement des terrains.
Ces propos racistes sont une ignominie de la part d'un responsable politique de la droite de premier plan. Les appels à la haine de Christian Estrosi méritent les tribunaux.

Billet du jour : Il est grand temps de rallumer les étoiles… Mais lesquelles ???

MOI_pJanvier 1994, lors du 23ème Congrès, le Parti communiste français, abandonne le centralisme démocratique.
Février 2013 lors du 36ème congrès, les délégués du 54 présents à ce congrès interviennent lors de la commission des amendements et proposent suite à leurs interventions de revenir au centralisme démocratique.
Le parti a décidé sur son site www.pcf.fr de montrer en direct ce qui se passait et se disait lors de ce 36ème congrès. Une décision qui ne peut que plaire aux communistes que nous sommes et de plus participer ne serait-ce que par l'image à ce grand rendez-vous qui définit pour les années à venir la stratégie de notre parti est très important pour les militants de base que nous sommes.
Alors puisque les images et le son sont présents j'espère qu'il ne me sera fait grief de nommer les personnes qui sont intervenues. Et pour cause, les communistes assument ce qu'ils disent et défendent.
C'est Annie Levi-Cyferman qui ouvre le feu : « nous proposons un amendement afin que les communistes qui participent aux instances du front de gauche parlent d'une seule voix et amène la parole du comité départemental et pas autre chose. »
Eh oui ! Le communiste que je suis, doit automatiquement dire ce que les autres pensent et pas ce que je pense, fort de café quand même, on se croirait à l'époque du responsable qui a toujours raison, où seule la voix de certains serait la bonne !
Elle ajoute et insiste : « cela pourrait paraître pour un tribunal stalinien, mais nous devons sauvegarder le parti ». Concernant le tribunal stalinien, on sait de quoi on parle dans le 54.
Cédric INGOLD en rajoute, et de bon cœur, en soulignant, que même des responsables de section et membres du CD vont à l'encontre de ce qui est voté et dit au Comité départemental. Il ajoute : « c'est grave ! »
Mais qu'est-ce qui est grave ? Si grave que cela ? D'avoir un débat ? De ne pas être toujours d'accord avec sa direction ? De ne pas avoir les mains sur la couture du pantalon ? De ne pas être en phase avec une décision ?
Cela, si je ne me trompe pas, s'appelle la démocratie, s'appelle vouloir aussi entendre des approches différentes, et ce serait si mal que cela de ne pas être d'accord ?
affiche_meeting_communisme_26_janvi_bordeaux_0
Le contraire serait autoritaire, serions-nous redevenus ce parti où la voix du chef serait la voix du tout puissant ?
Nous ne sommes pas des robots, ni des militaires, nous sommes des militants, des militants communistes qui savent aussi penser, réfléchir et proposer n'en déplaise à ces dames et ces messieurs, et à ma direction bien évidemment.
Après un court débat, l'amendement est rejeté et la question de savoir où sont les limites d'être dedans ou dehors du parti était très difficile à évaluer.
Mort de rire ! En d'autres termes : « nous n'avons pas le souhait de revenir au centralisme démocratique. »
Ceci étant dit, ces mêmes personnes alors qu'un vote des communistes avait tranché, alors que la majorité du comité départemental a par 4 fois acté une candidature, ont été les premiers à tout faire pour que cette candidature ne soit pas maintenue. Cela se passait il y a seulement douze mois.
Ont-ils respecté la démocratie ? Ont-ils respecté la majorité ? Ont-ils respecté le vote des camarades communistes ?
Non ! Et non ! Avec mépris, avec la haine et la colère de ne pas être majoritaire, ces mêmes personnes ont cassé une dynamique, chassé des militants communistes, sali d'autres, et ils voudraient aujourd'hui paraître pour celles et ceux qui souhaitent que les communistes parlent d'une seule voix !
Et en disant cela, est-ce que ces personnes respectent le choix de leur direction nationale ?
Non bien évidemment, puisque du front de gauche ils n'en veulent pas.
Alors que nationalement il est dit qu'il faut encore renforcer ce front pour qu'il devienne cette machine à combattre le capitalisme dans notre pays. Cette machine capable de changer cette société basée uniquement sur l'argent.
Et n'en déplaise encore à ces personnes, ces secrétaires de sections ont été élus par les communistes lors de leur conférence de section, ont été choisis pour représenter leur section au sein du Comité départemental.
Peut-être que celles et ceux qui ont voté pour ces personnes seraient des débiles mentaux ?
Je revendique d’être communiste et pour ce rassemblement de toutes les forces de la gauche radicale qu’est le front de gauche.
Je revendique le souhait de revoir mon parti, le parti communiste français redevenir ce parti fort, près du peuple, pour le peuple et rien que pour le peuple.

Rallumons ces étoiles, les étoiles qui ont fait que le PCF soit toujours éclairé, ne rallumons pas celles qui nous ont assombris !

La division n’a jamais été une stratégie gagnante.

Mesdames, Messieurs les élus, mes chers(es) Amis(es) et Camarades,
Bienvenue dans la Maison du Peuple et du Citoyen ;
Merci d’avoir répondu à cette invitation.
J’ai pu lire sur le Blog du Collectif PCF Longuyon, Longwy et Vilerupt (
http://www.pcflongwyvillerupt.net/) animé par mon ami Patrice ZOLFO que depuis juin 2011, le 18 très précisément, jour de mon élection comme candidat à l’élection législative de la 3ème Circonscription, nous nous sommes mis de suite au travail.
Et pour cause,
quand on mesure ce qui se passe dans notre pays, en Europe et dans ce monde, il n’est rien de dire que de pavoiser sur des détails, ne sert à rien.
Engagé en tant que communiste sous la bannière Front de Gauche, je tiens à respecter, ces valeurs, ces convictions qui nous poussent chaque jour à lutter contre cette politique d’austérité, cette politique qui ravage tout sur son chemin, qui ne cesse de faire grandir le chômage et la pauvreté.
Être candidat du Front de Gauche, c’est se mettre au service des citoyens, c’est vouloir transformer la société pour « l’Humain d’abord » ! Pour donner la « Place au Peuple » !
Être candidat du Front de Gauche et de plus en étant Communiste demande à rester modeste et humble devant la tâche dont nous nous sommes donnés.
Être candidat du Front de Gauche, c’est respecter le choix démocratique de tous les partenaires politique qui forment ce Front de Gauche.
Être candidat du Front de Gauche demande à être à l’écoute des gens, de celles et ceux qui souffrent chaque jour de plus en plus. Cette semaine avec mon équipe, nous avons fait 3 marchés, nous avons distribué un tract mais également fait signé une pétition contre la vie chère. Entendre toutes ces personnes se plaindre à ne plus y arriver, fait mal, car croyez-moi, les gens ont besoin de parler, de dire, et de savoir, si nous avons des solutions.
Être candidat du Front de Gauche n’est pas utiliser le sigle pour se faire élire, mais utiliser ce sigle pour démontrer notre réelle volonté à voir dans notre pays une politique de Gauche plus radicale s’installer.
J’ai pu lire hier dans un article, que la grandeur du PCF était sa capacité à être en phase avec la population, aujourd’hui avec le Front de Gauche, en allant vers les gens, discuter avec eux, entendre et pas seulement dire, serions-nous pas en phase avec ceux-ci ? Être en phase avec les gens, avec le Peuple, c’est respecter leur choix, c’e n’est pas vouloir imposer, mais tout simplement faire avec. Avec toutes celles et ceux qui aspirent à une autre société, une société plus juste, une société où l’humain passe avant toutes choses.
Moi je choisis de vouloir RASSEMBLER LARGE, très LARGE, rassembler les gens du peuple, les responsables associatifs, les syndicalistes, les élus, car je considère qu’aujourd’hui c’est ENSEMBLE que nous arriverons à imposer une politique de Gauche plus radicale.
ENSEMBLE, car la division n’a jamais été une stratégie gagnante. C’est dur après des années de vie dans un parti de s’inscrire pleinement dans un outil de rassemblement. C’est dur de devoir admettre que nous n’avons pas toujours raison, c’est dur de constater que sur des détails, nous serions prêts à ne pas pouvoir se rassembler. C’est dur, car, dans les faits, que voulons-nous ? La même chose, virer ce SARKOZY et ses amis.
Aujourd’hui, j’ai tenu avec mon équipe à rassembler les élus figurant sur ma liste d’appui à ma candidature, non pas pour faire la différence avec des listes de 83 ou 90 élus qui circulent, non, tout simplement pour d’abord les remercier de s’être inscrit très vite sur une campagne qui va être très longue. De les remercier d’avoir reconnu le vote des communistes comme un vote souverain, de démontrer leur volonté à faire respecter la démocratie.
En effet, parce que le choix du candidat ne plaît pas à certains, à une minorité, le vote majoritaire serait une erreur, la majorité aurait tort.
Non Mesdames et Messieurs, c’est simpliste mais c’est réel, pour qu’il y ait un gagnant et un perdant, par la force des choses il y a une différence de voix. Et que celle-ci soit minime ou pas, il y a différence, c’est ce qui permet de dire qui a gagné et qui a perdu. Si je m’en souviens bien, c’est au CP que l’on m’a appris ceci.
Je ne vais pas polémiquer, je n’en ai pas envie, certains disent des choses vraies ou fausses peu importe, cela n’engage que leur ego, moi je souhaite très vite, sans respecter les limitations de vitesse à faire campagne, à expliquer, à entendre, à débattre avec mes concitoyens. C’est ça le plus important. La campagne va être longue mais le temps presse, n’oublions pas que nous ne profitons pas des médias comme les autres formations politiques.
La présence des élus ici ce soir, dans cette « Maison du Peuple et du Citoyen », n’est pas une présence silencieuse, alors je vais laisser la parole à mes amis(es) élus, j’espère ne pas vous avoir choqué en disant « ami », à mes amis(es) élus, car en croire certains nous serions prêt à les flinguer ou encore à en découdre.

Merci de votre attention.

Les ragots de cette cantonales sur notre circonscription…


Cliquez sur les images pour plus de lisibilité.


Au moment où notre France va mal, voilà que l’UMP et le PS se dispute le droit d’affichage.
Même plus chez les enfants on retrouve ce genre de comportement.
Après on s’étonne que dans notre pays seulement 37 % des françaises et des Français votent.
Allons Messieurs, croyez-vous vraiment que ce soit l’affiche qui fait l’Elu ?
Ne croyez-vous pas que nous attendons autre chose des « politiques » ?
L’affiche est un moyen, un seul, et petit moyen, par contre faire une politique réellement aux attentes de notre peuple est un projet, une dynamique, une volonté de respect du peuple, une volonté de solidarité.
Et le projet, ne se colle pas à la place d’un autre, il se réalise avec le peuple.
Alors, montrez-vous un peu plus sérieux, et vous verrez, les Françaises et les Français reviendront voter, bien voter.
C’est ce genre de comportement qui fait qu’aujourd’hui le FN prenne son envol !
En faisant votre porte à porte, c'est tout ce que vous avez retenu de votre campagne ? La visibilité de vos affiches !

Et pourquoi faire tant d'histoires, alors que sur le Bulletin de Vote de M.Sarnari, "UMP" n'était pas inscrit. Affiché OUI mais partout !
Ça s'appelle respecter les électrices et les électeurs.

Images et articles pris sur le Républicain Lorrain du Lundi 21 Mars 2011

Courses aux propos racistes : Lefebvre, grand vainqueur

En déclarant, ce matin que « chacun sait qu’il y a des liens entre immigration et délinquance », Frédéric Lefebvre à donc bien porté la parole du gouvernement. Depuis des mois, la majorité présidentielle se lâche : nous assistons à une véritable course à celui qui déclarera le propos le plus odieux. Et le grand gagnant de l’été n’est autre que le porte-parole de l’UMP. Entre un Ministre de l’intérieur condamné pour propos racistes, un Président de la République qui remet clairement en cause le principe d’égalité et un porte-parole de l’UMP qui affirme que les « étrangers » sont des délinquants, le choix n’a pas été simple.
En réponse à ce dernier, le PCF affirme qu’il existe bien des liens entre un homme, et sa capacité à dire n’importe quoi. Frédéric Lefebvre en a fait la plus belle démonstration ce matin sur Europe 1.
Il existe, en France, une délinquance très grave, celle du racisme et cette violence là est condamnable par la loi. Ces propos ne sont pas tolérables et il faut qu’il soient condamnées.

Branlée et chorale de langue de bois !

Nicolas Sarkozy, le pire président de la cinquième République, est aussi l’homme qui aura contribué au plus spectaculaire recul électoral de la droite qu’on ait connu depuis 60 ans. Il espérait remodeler la France à son image, il voulait incarner la « rupture ». Il risque fort de n’être qu’une parenthèse de l’Histoire.
Mais sur les plateaux télé, qu’a-t-on entendu hier soir de la part de ses sbires robotisés ?

Florilège :
– Avec une telle abstention le résultat n’est pas significatif (quel mépris pour les 20 millions de français qui ont été voter !)
– Ce sont les présidents de régions socialistes qui sont responsables de cette abstention.
– François Fillon ” il est impossible de tirer un enseignement national de ce scrutin »
– Ce sont les socialistes qui sont responsables aussi de la remontée du FN.
– Pour Fillon ce n’est pas une défaite, mais l’urgence est de modifier le mode de scrutin des collectivités locales.
– Pour les dirigeants UMP, la droite est loin d’avoir perdu et tout peut changer pour le deuxième tour.
– Pour Brice Horteufeux les abstentionnistes ont voté contre les présidents socialistes de région.
– À en croire J.F. Copé, il vaut mieux être à 26%, et seul, qu’à 30% avec des alliés potentiels.
– Valérie Pécresse : “l’abstention c’est de la faute des président socialistes sortants”…
– Fréderic Lefebvre : “Une abstention forte, cela veut dire que la réforme des régions et des collectivités locales est indispensable”
– Plus fort encore “S’il y a une défaite, elle est pour les socialistes sortants qui n’ont pas de bons résultats”

Et l’on pourrait continuer ainsi longtemps…
Donc, selon l’UMP, par son abstention, cette élection est en fait une sanction contre les méchants socialistes qui gèrent si mal les régions.
En aucun cas la calamiteuse gestion gouvernementale n’est en cause !
Ni la gabegie des cadeaux fiscaux…
Ni la démagogie sécuritaire et xénophobe…
Ni le culte de la personnalité…
Ni la casse des services publics… non rien de tout cela…

Un électeur sarkozyste sur 7 est allé voter UMP hier, ce n’est donc une défaite pour le parti du guide suprême et tout est possible pour le deuxième tour !

Merci messieurs-dames pour cette formidable chorale de langue de bois !