Retraites, droit du travail, services publics, fiscalité: tout ce que Bruxelles veut vous faire perdre

2013-05-29oli-rehnSi la France suit à la lettre les recommandations économiques dévoilées ce mercredi par la Commission européenne, les droits actuels à la retraite, les services publics et les protections des salariés vont en prendre un sacré coup.
Revue de détail de ces changements néolibéraux qui se cachent derrière le terme politiquement correct de "réformes structurelles".
► Retraites rognées
L'objectif assigné par Bruxelles à Paris est de ramener à l'équilibre "pour 2020 au plus tard" son système de retraites. Pour ce faire, la Commission n'édicte qu'un seul oukaze: "Éviter d'augmenter les contributions des employeurs aux régimes des retraites". En clair, il s'agirait donc de jouer soit sur les niveaux actuels des pensions, donc sur le pouvoir d'achat des retraites, soit sur les droits à la retraite à taux plein des salariés, soit sur l'âge légal (65, 67 ans?), soit encore sur l'alignement des régimes spéciaux sur le régime général. Bref, c'est aux Français de faire les efforts. Pas touche aux cotisations des entreprises.

Réponse à l'automne lors du lancement d'une nouvelle réforme des retraites, après celles de 2003 et 2010. Avant cela, une concertation va s'engager entre le gouvernement et les partenaires sociaux lors d'une conférence sociale les 20 et 21 juin.
Assurance chômage lessivée

La travail étant une charge et non créateur de richesse pour la Commission européenne, Bruxelles demande à la France de "doper sa compétitivité". Après l'Accord national interprofessionnel (ANI) et sa récente transposition dans la loi, voici donc un second round de flexibilisation du marché du travail hexagonal. Cette fois, les assurances chômage sont dans le viseur. Il faut "lancer en urgence une réforme de l'assurance chômage avec les partenaires sociaux pour assurer qu'elle rend attractif le retour au travail", dit la Commission. Fainéant de chômeurs!
► Travail dérégulé

Privatisation : le cas exemplaire de l’eau

A tous les résistants du Nouvel Ordre Mondial, intéressez-vous aussi à qui vous fournit de l’eau à votre robinet ! C’est un sujet très symbolique et formateur. Tous les ingrédients sont réunis : pour/contre la privatisation, intérêt général vs intérêts privés… Ce sont des grands groupes français qui ont été leaders de la privatisation de l’eau au niveau mondial (et non des groupes américains).
Pour avoir une première compréhension sur le sujet, voir ce documentaire de 2010 ’Water makes money’ :

https://www.youtube.com/watch?v=7wbXe5DQgZQ

9.800 suppressions d’emplois dans les hôpitaux et ce n’est qu’un début !

L'hôpital public sacrifié!
Les employeurs et les syndicats des personnels hospitaliers alertent les pouvoirs publics sur la dégradation de l’hospitalisation publique depuis plusieurs années. Rien n’y fait !
Selon un communiqué de la Fédération Hospitalière de France (les employeurs), « ce sont plus de 9800 emplois qui ont été supprimés en 2009 dont 5000 soignants. (dernières statistiques publiées) Un chiffre qui devrait encore croître en 2010 au vu de la contraction constatée de la progression des dépenses de personnel dans les comptes des hôpitaux publics. Tel est le constat de la Fédération Hospitalière de France (FHF), basé sur un ensemble de données publiées par le ministère de la Santé.
La Fédération Hospitalière de France rappelle que cette évolution est en partie liée à la faible progression de l’enveloppe accordée aux hôpitaux (ONDAM), mais qu’elle est considérablement aggravée par la politique de « convergence » conduite par le gouvernement au bénéfice des cliniques privées. »[1]
Et le gouvernement poursuit sa route, quel que soit le nombre de décès que les années futures dévoileront. D’abord par la multiplication des infections nosocomiales, les erreurs médicales, qui ne pourront être enrayées en supprimant des emplois. Ensuite parmi les personnels hospitaliers victimes et des conditions de travail et des risques psychosociaux, et donc de suicides. Il y a et il y aura de plus en plus de morts ! Le gouvernement le sait ! Il se tait !
Ne croyez surtout pas que ce sera mieux dans les cliniques privées ! Avec moins de personnels

EDF : les actionnaires s’enrichissent, les usagers paient

EDF annonce pour 2010 :
– Un bénéfice net de 1 milliard d’euros. En baisse de 74% sur 2009
– Il versera 2,1 milliards d’euros à ses actionnaires. Le double du bénéfice annoncé.
Précision : EDF a versé 2,9 milliards d’euros de provisions pour ses implantations aux USA et en Italie qui ne donnent pas les résultats escomptés. Cette politique n’est que la conséquence logique de l’ouverture du capital à la concurrence en vue de la privatisation totale.
En réalité son chiffre d’affaire de 65,16 milliards d’euros est en hausse de 10,25% sur 2009, et son bénéfice a été de 4 milliards.
Par ailleurs il a réduit son endettement de 8 milliards (de 42,5 milliards en 2009 il est passé à 34,4 milliards)
Henri Proglio, PDG d’EDF annonce une nouvelle hausse de 11,3% de son résultat courant.
Les usagers paient,
-Le prix de l’électricité aux usagers a augmenté de 3% en Juillet dernier et ce n’est qu’un début.
Les augmentations annoncées en 2011 vont de 7 à 11,4%, puis elles seront de 3,5% les années suivantes. C’est l’application de la nouvelle loi d’organisation du marché de l’électricité dite loi NOME qui met en conformité EDF avec les directives européennes sur la concurrence capitaliste.
– L’ouverture à la concurrence (décidée par le gouvernement Jospin en accord avec Chirac en 2001) en livrant l’énergie ce grand service public national stratégique créé en 1945 aux appétits financiers internationaux, met en cause la capacité, l’indépendance énergétique de la France, en détournant l’investissement vers la recherche du profit capitaliste maximum. On a vu cet hiver par grand froid des régions françaises au bord de la rupture, il y a eu des coupures, les usagers sont appelés à réduire leur chauffage au moment où ils en ont le plus besoin.
Le détournement des investissements productifs nécessaires pour faire toujours plus de profits pour engraisser les actionnaires se fait comme toujours sur le dos du peuple et au détriment de la nation.
C’est ça le capitalisme. Il n’est pas aménageable.

novembre 2018
L M M J V S D
« Juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :