Cela s’appelle bafouer ouvertement et sans vergogne la démocratie. Le billet du jour…

MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Et voilà… les départementales c’est fini, une nouvelle fois la gauche, toute la gauche s’en prend plein les dents. Ici et là on se réjouit que le FN n’obtienne aucun département. La droite traditionnelle celle qui se dit républicaine se vante d’avoir gagné et être le premier parti de France. Et malgré ce résultat désastreux, les responsables du PS continuent à dire qu’ils poursuivront à faire les réformes qui s’imposent. Ces réformes qui ne cessent de plonger notre pays dans l’austérité. Une austérité que le peuple de France ne veut pas et il l’a fortement proclamé lors de ces élections.
La France, cette république où l’on se vante de notre démocratie, une démocratie bafouée, car la plupart de celles et ceux qui ont été élus l’ont été par ce sursaut républicain, l’ont été par défaut, mais l’ont surtout été par seulement 50 % des Françaises et des Français. Alors des questions se posent forcément, qu’auraient votées les abstentionnistes ? Droite ? Gauche ? Ou extrême droite ?
Pourquoi autant de citoyens ne répondent plus aux urnes ?

Des questions auxquelles il va bien falloir répondre, et ne pas attendre comme d’habitude qu’il y ait le feu au lac. Car le sursaut républicain un jour ne fonctionnera plus et nous serons devant le fait accompli, le FN au pouvoir. D’ailleurs, aujourd’hui, c’est le seul parti majoritaire de France, les autres le sont parce qu’il s’acoquine entre eux pour pouvoir gagner. Ils ont la même politique, celle de favoriser les riches et le MEDEF.
Certes le FN n’est pas mieux, il veut nous sortir de l’Europe et revenir au franc, en clair nous isoler du reste du monde et nous plonger dans une catastrophe inimaginable. En plus de cela, c’est un parti raciste, xénophobe, antisémite qui n’a aucun respect pour l’humain. Néanmoins, il fait des voix et commence à faire des scores. De là à dire que celles et ceux qui votent FN soient toutes et tous d’accord avec ses thèses il y a un pas qu’il ne faut pas franchir. S’ils votent FN aujourd’hui, c’est par dégoût, écœurement des politiques mises en place depuis des décennies, pour démontrer leur mécontentement, un mécontentement légitime quoique puissent en penser les responsables politiques et cela de tous les bords.
Faire face au FN cela se fait tout au long des années et pas seulement entre deux tours d’élections. Cela se réalise en faisant une politique pour l’humain d’abord en y mettant toute la place que mérite le peuple. Une fois élu, il faut aussi consulter et respecter le choix des électrices et des électeurs. Force est de constater qu’aujourd’hui ces choix sont loin d’être la préoccupation des élus. Ils font ce qu’ils veulent au détriment de ce qui a été promis, et surtout des aspirations des Françaises et des Français. La démocratie est loin de se reposer sur celles et ceux qui sont élus, la démocratie doit être des moments de dialogues, d’échangent, d’écoutes, aujourd’hui ce n’est pas ou plus le cas.
Entendre celles et ceux qui ont tout perdu hier dire qu’ils continueront leurs réformes prouve que la voix du peuple n’est pas entendue, qu’elle n’est pas respectée, que de toute façon voter ou pas ne sert à plus rien, que les dés sont pipés, qu’ils feront ce qu’ils veulent sans tenir compte des attentes des Françaises et des Français.
Cela s’appelle bafouer ouvertement et sans vergogne la démocratie.
Certes, les moments sont difficiles, mais comment expliquer légitimement que certains s’augmentent leur salaire d’une façon intolérable (exemple du PDG de chez Renault sa rémunération totale de Carlos Ghosn passe de 2,67 à 7,22 millions). La nouvelle passe mal, car les autres salaires du groupe sont, eux, gelés. Celles et ceux qui travaillent et qui ne gagnent que le SMIC devraient comprendre, en fait ils comprennent que l’on se fout de leur g….. Même chose à radio France où une grève est en cours et où le président de cette radio publique s’est offert pour 100 000 € de travaux de rénovation alors que des dizaines d’emplois sont prévus de disparaitre, alors que Radio France est en déficit, et malgré cela il faudrait comprendre.
Non ! Non ! Et non ! Cela ne peut plus durer, il faut que les responsables qui nous gouvernent prennent les mesures qui s’imposent et où elles s’imposent ! Ce sont toujours les mêmes qui doivent payer, celles et ceux qui ont du mal à terminer leur mois, si cela n’est pas une injustice comment la nommer ?
N’attendons plus rien des urnes, n’attendons plus rien de nos dirigeants et responsables, il nous faut aujourd’hui créer un mouvement citoyen afin de faire face à tout cela, balayer tout ce qui va de travers. Remettre de l’ordre dans notre chère république et démocratie. Rassemblons toutes celles et tous ceux qui aspirent réellement à un changement radical de cette politique qui nous mène doucement, mais sûrement droit dans le mur. En France il y a de quoi faire une politique axée sur l’humain d’abord avec la participation du peuple, serions-nous plus bêtes que les Grecs, les Espagnoles et les Portugais ?
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Billet du jour : La lutte des places ne doit en aucun cas remplacer la lutte des classes.

MOI_pDepuis quelque temps et les élections municipales qui s’approchent à grands pas, se traduisent ici et là par des commentaires sur l’attitude des communistes vis-à-vis du Front de gauche et le PS.
En effet, nombreux sont ceux qui ne comprennent pas qu’aujourd’hui le PC en est encore à se dire qu’il faut rassembler et faire avec le PS.
Nous n’avons pas le droit de briser cette opportunité qu’est le Front de gauche au rassemblement de toutes ces forces de gauche qui ont réalisé un programme où il est démontré qu’il est possible de mettre en place une autre politique, une politique de l’humain d’abord et faisant place au peuple. Une politique mettant fin à l’argent roi et aux dictats du grand patronat et de la finance.
Nous n’avons pas le droit de briser cet espoir qu’ont aujourd’hui les gens se disant que le Front de gauche est devenu incontournable pour toute la gauche.
Si on peut encore considérer que le PS est bien à gauche. J’en doute fortement.
Certes, on peut lire ici et là que le Front de gauche a participé à la victoire de Hollande, c’est vrai et je n’ai pas l’intention de le nier. Par contre, si nous avons appelé à voter Hollande, c’était dans un premier temps pour virer ce président Sarkozy qui servait les riches et le grand patronat. Mais dans un deuxième temps, c’était aussi pour que Hollande fasse une autre politique que celle de l’UMP. Malheureusement, force est de constater que celle-ci n’a pas changé et ressemble étrangement à ce que nous avons connu pendant une décennie. Les cadeaux aux riches et au grand patronat continuent d’être.
Le PCF était à peine à 2 % avant l’élection présidentielle de mai 2012, avec le Front de gauche il représente aujourd’hui 11 %, 9 % de mieux, si cela n’est pas un signe, alors je ne fais plus de politique !
Depuis 1981, le PCF est aux basques du PS et depuis 1981, le PCF décline, a perdu de nombreux adhérents, de nombreux élus, n’est plus ce parti que les gens ont connu, ce parti révolutionnaire, révolutionnaire, mais prêt à gouverner. Il ne s’agit pas de critiquer sans pour cela amener des solutions. Le Front de gauche en est une et son programme « l’humain d’abord » en est une autre.
Rassembler a toujours été pour le PCF un souci permanent, faire en sorte que toutes celles et tous ceux qui aspirent à une politique du peuple soit mise en place a toujours été au sein du PCF une priorité.
Alors, aujourd’hui pourquoi vouloir casser cette machine qu’est le Front de gauche ? Pourquoi vouloir continuer avec le PS alors que l’on sait que celui-ci ne cherche qu’à dominer sans partage ? Pourquoi ne pas continuer sur cette voie que nous nous sommes donnée depuis les dernières élections européennes ? Pourquoi enfin ne pas couper le cordon ombilical que nous avons avec le PS depuis trop longtemps ? Pourquoi ne pas redevenir NOUS, ce parti aux côtés des opprimés ?
Cela en fait des questions, des questions qui ne peuvent pas aujourd’hui rester sans réponses.
Je ne suis qu’un militant, j’ai donné ma vie au PCF, parce que j’ai toujours cru que c’était le seul parti qui pouvait faire changer les choses, d’ailleurs en 1981, le PCF était encore fort, il représentait encore quelque chose, et jusqu’en 1983, la gauche a mis en place de nombreuses avancées sociales. Après, et depuis 1983, un tournant a changé la direction de cette politique tournée vers le peuple.
Apprenons à appeler un chat, un chat.
Depuis un an, les communistes dénoncent avec force et justesse la politique menée par le gouvernant de Hollande et d’Ayrault. Depuis un an, les communistes soutiennent ces mouvements qui font barrage à cette politique d’austérité et de casse de nos emplois. Cette politique qui nous mène droit dans le mur (si nous ne le sommes pas déjà !).
Alors, pourquoi vouloir faire des alliances avec celles et ceux qui continuent cette dégradation de notre pays ?
Rassembler toute la gauche n’est plus un argument, le PS continue sur la même voie que la droite ;
Conserver des municipalités ou encore en gagner est à mon avis un mauvais raisonnement,  avec le PS et sa politique je crains fort que nous allons connaître une montée de la droite et du FN ; la gauche va perdre des dizaines de municipalités.
Être nous, montrer notre différence, car nous ne sommes pas le PS, doit être non pas une priorité, mais la priorité des priorités, nous ne voulons pas de cette politique. Faisons du premier tour des municipales la preuve que nous voulons autre chose, que nous sommes capables de démonter qu’il est possible de faire autrement. Cela nous grandira et démontrera que nous ne sommes pas tous les mêmes. Que le Front de gauche est l’alternative à cette politique basée que sur la finance.
Camarades communistes, stoppons le déclin de notre parti, faisons-le renaître, faisons le reconnaître, faisons-lui retrouver ses lettres de noblesse. Car un PCF fort dans notre pays ne peut que faire changer les choses dans le bon sens.
Interpellons notre direction nationale et nos directions départementales pour qu’au premier tour, des listes Front de gauche soient présentes et autonomes.
Redevenons ce parti révolutionnaire dont la première des préoccupations est le peuple.
Nous avons tout à gagner à démontrer notre différence, ne soyons pas complices de cette politique qui nous mène dans le néant.
Profitons de ce moment pour commencer un nettoyage même si pour cela il faut en perdre des plumes. C’est le moment de créer une inversion dans ce qui se passe, de créer du rêve, de l’espoir pour notre peuple.
La lutte des places ne doit en aucun cas remplacer la lutte des classes.
Camarades communistes, nos dirigeants, nos responsables, celles et ceux qui nous représentent ne sont que des femmes et des hommes comme nous, ils n’ont pas forcément raison, elles ou ils peuvent aussi se tromper.
Comme moi, je n’ai peut-être pas raison sur ce que je dis, mais dans ce cas il faudra me le démontrer et le prouver.
Liberté, égalité, fraternité, solidarité.

Le billet du jour : Soyons les garants du changement que nous avons souhaité et que nous souhaitons.

MOI_pIl y avait une époque où tu percevais ton salaire en espèces, dans une enveloppe que l’on te remettait. Tu gardais cet argent chez toi et le dépensait au fur et à mesure de tes besoins.
Puis est venu le temps, où les banques ont fait que ton argent soit viré sur un compte. Tu ne voyais plus qu’un état mensuel de tes dépenses et de tes recettes.
Bien évidemment, puisque ce n’était plus toi qui gérais ton argent, mais la banque, des frais sont venus s’ajouter à tes dépenses. Des frais pas toujours situés à la hauteur de ce qu’ils auraient dû être. En fait, directement tu participes au fonctionnement de la banque, sans pour autant avoir été consulté. On t’a informé de l’existence de ces frais.
Puis vint le chèque, la carte bleue, des moyens de paiements que tu as intérêt à gérer, car vite tu fais de ton compte, un compte négatif.
Puis les banques ont commencé les placements, les assurances et très vite tu t’es dit pourquoi pas ? Après tout avoir tout dans le même endroit peut être une facilité et surtout un regard concret sur tes évènements financiers.
Très vite, tu es entré dans un carcan où aujourd’hui il t’est pratiquement impossible de ne pas avoir un compte bancaire puisque tous tes revenus sont virés sur un compte, puisque toutes tes dépenses, loyer, téléphone, eau, gaz électricité sont prélevées directement sur ton compte. Forcément, il faut vivre avec son temps comme on dit.
Mais voilà, la banque se sert de ton argent, pour le prêter à d’autres et au passage se fait des bénéfices, la banque place ton argent et même pas tu le sais, et parfois le place où il ne le faut pas, d’où cette crise bancaire que nous vivons aujourd’hui.
Mais voilà, quand toi tu fais un chèque sans provision, tu es sanctionné, tu paies des frais, et pas des moindres, et si tu persistes, on te retire le droit d’émettre des chèques ou même de posséder un chéquier. Ça va vite, très vite, tu es fiché à la banque de France.
Par contre, quand la banque fait de mauvais placements et perd TON argent, NOTRE argent, celle-ci a droit à des aides de l’état et cela se chiffre en millions d’euros. Ces aides sont TES impôts, NOS impôts. Pire, et on l’a vu dernièrement à Chypre, les politiques, valets des grands financiers et de ces banquiers peu scrupuleux, font des lois afin de te prélever une taxe sur ton compte bancaire pour pouvoir rééquilibrer leurs comptes.
Et tu ne peux rien faire, à part retirer une partie de ton argent au distributeur, parce que tout est prévu, en effet, à Chypre cela se dénonce lors d’un week-end et on ferme les banques jusqu‘au jeudi afin de mieux contrôler la chose. Afin que tu ne puisses pas vider ton compte.
En fait, c’est toujours TOI, NOUS, qui devons payer !
Aujourd’hui c’est à Chypre, demain ce sera chez nous, et dans toute l’Europe.
On te fait manger du cheval pour du bœuf, on te pique ton argent, on te file des médicaments qui te transmettent d’autres maladies, on te met au chômage parce que les entreprises ne font pas assez de bénéfices, et demain, tu feras et nous ferons partie de celles et ceux qui iront faire la queue aux restos du cœur pour pouvoir s’alimenter. Tu feras et nous ferons la queue au Centre communal d’action sociale (CCAS) pour avoir un bon afin de pouvoir payer notre loyer, notre électricité, etc., etc. Ça va vite, très vite, plus vite que l’on peut se l’imaginer crying.
Cela s’appelle VIVRE, oui VIVRE, enfin c’est ce qu’ils disent, moi j’appelle cela, SURVIVRE !
Et pourtant, de l’argent il y en a puisqu’encore cette année le nombre de milliardaires n’a cessé d’augmenter. Alors pourquoi y aurait-il des milliardaires, et des pauvres ? Y aurait-il sur cette terre deux poids, deux mesures ? Deux sortes d’humains ? Celles et ceux qui ont tout, et celles et ceux qui n’ont rien ? Et plus on avance dans le temps et plus cela s’aggrave. Et plus on avance dans le temps, et plus on nous fait croire que c’est la fatalité.
Il n’y a rien de fatal dans tout ça, ce sont des choix, des choix politiques demandés par ces gens qui possèdent les richesses, et nos hommes politiques appliquent qu’ils soient d’ailleurs de gauche ou de droite, ils appliquent comme des petits roquets qu’ils sont sans se préoccuper de leur peuple, comme si cela était juste et normal. Seulement, ces hommes politiques ont été mis en place par les peuples enfin pas partout puisque dans certains endroits, c’est la finance, les technocrates qui ont placé le pouvoir en place.
Le monde est devenu fou ! Comment peut-on se dire un humain et réduire un autre humain dans le monde de la survie ? Dans certains endroits, le peuple, les humains que nous sommes ont réagi et agi, cela ne se passe pas comme chez nous, il y a du meilleur.
Alors, pourquoi attendre ? Attendre que nous soyons complètement devenus inoffensifs, pour réagir et agir comme il se doit, pour garder, uniquement garder, notre dignité. Si ailleurs cela se fait autrement, chez nous cela peut se faire autrement aussi.
N’hésitons pas, réagissons, agissons toutes et tous ensemble, faire autrement c’est possible, ne soyons pas des otages, mais des maîtres d’œuvre. Soyons les garants du changement que nous avons souhaité et que nous souhaitons.

http://youtu.be/RHn8B7VYxok

Un documentaire très intéressant qui, en quelques mots, nous explique ce qu'est l'Islande et nous démontre que ce qu'il s'y est passé est tout à fait faisable chez nous !

Le billet du jour : Il ne faudrait pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages !

Au lieu de faire la guerre à la gauche, le Parti communiste devrait aider le Gouvernement à faire la guerre au chômage et à la crise
Harlem Désir, premier secrétaire du PS

MOI_pLe Parti communiste vient de dévoiler un clip vidéo qui vise de façon inacceptable le Président de la République et le Gouvernement. Ce clip est  de mauvaise foi, mensonger et caricatural : il est une faute contre la gauche.
► La faute ne vient pas du PCF mais de celles et de ceux qui nous gouvernent et qui se disent de gauche en mettant en application une politique étrangement ressemblante avec celle pratiquée par Sarkozy.
François Hollande et la gauche qui gouverne sont la cible exclusive de ce clip qui épargne totalement la droite et l'extrême-droite.
► La droite n’est pas épargnée puisque la politique menée depuis mai 2012 est la même, faut-il croire que c’est la gauche qui gouverne ? Prouvez-le alors !
Ce clip est une honte pour ses auteurs. Il ne met pas seulement en cause le Président de la République, il ignore délibérément l'action menée depuis 8 mois au service des Français: il passe sous silence les emplois d'avenir, les contrats de générations, la hausse du SMIC de 2% dès juillet 2012, l'augmentation de l'Allocation de rentrée scolaire, la retraite à 60 ans pour les carrières longues, les nouveaux postes dans l'Éducation, la loi de séparation des activités bancaires, la loi sur le logement, la création de la Banque publique l’investissement… Plusieurs de ces lois ont d'ailleurs été votées par le Parti communiste au Parlement.
► Oui voté par le PCF en espérant que les promesses allaient être tenues, mais aujourd’hui force est de constater que nous devons montrer notre différence et notre volonté de voir enfin dans ce pays une réelle politique de gauche se mettre en place. Les promesses ne sont pas tenues !
 Ce clip passe aussi sous silence l’incohérence du Parti communiste qui a, pour la première fois avec la droite au Parlement, voté contre des réformes qui améliorent la vie quotidienne des Français comme le budget de la Sécurité sociale.
► Le parti communiste n’a pas voté avec la droite, il a voté « contre » suivant ses convictions et les besoins des françaises et des français. Dire que le PCF a voté avec la droite est une insulte envers tous les communistes de ce pays, envers toutes celles et ceux qui mettent en avant l’humain d’abord. La droite a voté « contre » pour d’autres raisons.
 J'appelle le PCF à cesser de se tromper d'adversaire, à se garder d’une dérive contraire à sa tradition de responsabilité.
► Il ne s’agit pas pour le PCF de dire que le PS est un adversaire, le PCF tient tout simplement à remettre sur les rails le PS, lui faire respecter les promesses de son candidat devenu Président afin que celui-ci engage dès maintenant une politique de gauche. On exigeant une politique réellement à gauche, le PCF fait preuve de responsabilité.
 Ces caricatures sont insultantes et dangereuses pour l'unité de la gauche. La France n’a rien à gagner à la division de la gauche.
► Faut-il encore que le PS cesse de mettre en place une politique sociale libérale pour demander l’unité de la gauche. L’unité de la gauche ne pourra se faire qu’à gauche.
 Au lieu de faire la guerre à la gauche, le Parti communiste devrait aider le Gouvernement à faire la guerre au chômage et à la crise.
► C’est ce que font tous les jours les militants communistes en dénonçant la politique mise en place depuis 8 mois, nous faisons la guerre au chômage et à la crise depuis bien plus longtemps. Mais comme le changement n’est pas pour maintenant, nous ne pouvons pas rester silencieux.
Quand le gouvernement aidera les gens à devenir moins pauvre, quand le gouvernement s’attaquera à ces investisseurs qui brisent le travail des françaises et des français le PCF aidera le Gouvernement.
 Il ne s’agit pas d'attendre que les évènements arrivent comme nous le souhaitons….
Mais de décider et de vouloir ce qui arrive…

ss3

 

 

 

 

 

s4s2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

s5

Le billet du jour : Pas donneur de leçons, c’est un constat.

Comme chaque jour, hier j’ai reçu comme beaucoup, des emails.
Des emails qui m’ont fait frémir quant à leur contenu.
Être au Front de Gauche, c’est vouloir rassembler toutes les idées anticapitalistes de ce pays.
Être au Front de Gauche c’est vouloir réunir toutes ces composantes, vouloir faire un ENSEMBLE, vouloir RASSEMBLER.
Ce que j’ai pu lu hier :
D’abord, qu’il fallait déjà dire ce que nous devions faire au deuxième tour des élections présidentielles de 2012.
A ce sujet, je dirais, que vont dire les autres partis de gauche, si nous pouvons encore les appeler ainsi pour le même sujet ?
Ensuite, je me bats pour que nous soyons placés au premier tour, donc pour le deuxième j’ai encore le temps de la réflexion.
Par ailleurs, si DSK est candidat, je me vois mal appeler à voter pour cet homme qui appauvrit les pays émergeants, et qui donne raison à la politique de Sarkozy.
En fait, je le dis comme je le pense, je n’ai plus envie de voter pour ce sois disant « vote utile ».
Pour moi voter utilement, c’est voter pour enfin mettre en place une politique réellement à gauche.
Cela fait plus de 30 ans, que nous subissons des politiques de droite et social-démocrate.
Ça suffit ! Ça suffit !
Nous sommes proche, très proches du mur !
Être révolutionnaire, c’est prendre des risques, nos amis(es) Tunisiens nous ont montré comment il fallait faire, ÊTRE DANS LA RUE, car c’est dans la rue que cela se passe.
L’autre email, c’est le comptage des membres du NPA à la manif à Nancy concernant l’enseignement.
Il est dit, « je n’ai pas vu beaucoup de NPA », parce que les NPA, ont les reconnaît à leur visage, leur tenu, leur façon de marcher !
Enfin, vous y avez vu beaucoup d’élu, et pourquoi ne pas le dire ?
Enfin, vous pensez rassembler avec ce genre de propos ?
Je n’y étais pas non plus, désolé, mais je travaillais, et pourtant j’étais de tout cœur avec les manifestants.
Si nous voulons réellement rassembler, il faut tenir compte de beaucoup d’éléments, la première c’est de dire les choses, même si parfois elles doivent blesser. Car dire les choses, c’est clarifier le débat, les taire, c’est fausser celui-ci.
Je sais de quoi je cause.

Alors faisons ENSEMBLE, même si parfois cela parait difficile, rien n’est facile dans cette société, surtout quand il y a le chômage, la pauvreté qui s’installe à grande échelle.
C’est à ça, de ça, qu’il faut que nous soyons très forts à combattre.
Faire ENSEMBLE, avec les idées de chacun, surtout si elles sont proches des nôtres, ce sera faire un grand pas vers la victoire.
Pas donneur de leçons, c’est un constat.

Le Billet du Jour : Avoir un élu COMMUNISTE, est pour les COMMUNISTES une façon de pouvoir être présent dans le débat.

Être communiste aujourd’hui n’est pas facile, pourtant, si on écoute les uns et les autres, nos propositions que nous avancions il y a déjà quelques années, sont prises en compte par de nombreuses personnes du monde anti capitaliste.
Rappelez-vous, nos slogans : « ACHETER FRANÇAIS », « FABRIQUER FRANÇAIS », ils datent de la fin des années 1970.
Rappelez-vous notre dénonciation sur « L’ARGENT ROI », aussi dénoncé dans ces années-là.
Certes notre engagement avec les pays de l’Est, nous a discrédité.
Mais sur le fond, nous avons toujours été aux côtés de la classe ouvrière, aux côtés des plus pauvres, et avons toujours défendus ces causes justes, et solidaires.
Les militants que nous sommes, avons toujours été présents pour défendre ces causes.
Distribution de tracts, collage d’affiches, par tous les temps, et parce que nous avons, et croyons encore aujourd’hui, qu’il est possible de faire autrement.
OUI, POSSIBLE DE FAIRE AUTREMENT !
Avoir un élu COMMUNISTE, est pour les COMMUNISTES une façon de pouvoir être présent dans le débat.
Quand un candidat communiste était déclaré candidat, les communistes étaient derrière, et faisaient tout, absolument tout, pour que ce choix soit RÉALISÉ.
C’était à une époque.
Aujourd’hui, force est de constater que de nombreux élus, (sous l'étiquette PCF), ont quitté le PCF peu de temps après leur élection.
Pourquoi ?
Désaccord avec le Parti ? Être adhérent au parti, est trop astreignant ? Les communistes ne sont plus crédibles ? …….
Je leur laisse le soin de répondre.
Aujourd’hui : grèves et manifestations massives en France, en Espagne, en Irlande, en  Grèce, au Portugal… renforcement de partis se référant au communisme : au Portugal, en Grèce, en République Tchèque, en Moldavie… renaissance ou renforcement accéléré d’un Mouvement de la Jeunesse Communiste fortement engagé sur des positions révolutionnaires… Il s'agit d'une situation inédite, 20 ans après la chute du «mur de Berlin ».
Les peuples relèvent le gant de la lutte de classes, dénoncent un système capitaliste responsable des drames sociétaux et environnementaux, réinterrogent la pertinence du socialisme comme perspective de sortie du capitalisme, notamment à partir des avancées sociales et politiques en Amérique Latine qui montrent que le processus d’un socialisme du vingt et unième siècle est à la portée des peuples.
Alors, pourquoi vouloir à tout prix garder des candidats qui ne sont plus au PCF ? N’aurions-nous pas des femmes et des hommes à la hauteur ? N’aurions-nous pas ce courage politique de redémarrer autre chose, avec d’autres (membres du PCF) ?
Serions-nous devenus comme le Parti Socialiste, un Parti où, électoralisme, est devenu la préoccupation première ?
Dans notre pays, des gens meurent de froid, de faim.
Certes, ce n’est pas à coup de baguette magique que nous réglerons cela, mais avec des femmes et des hommes ayant des valeurs fortes, des principes de justice, des principes d’égalité que nous ferons changer cet état de fait.
Mourir de faim ou de froid, n’est pas une fatalité.
En disant cela, je ne veux sûrement pas dire que les élus n’appartenant pas au PCF n’ont pas ces valeurs et ces principes.
Je considère avec force, que ce sont les communistes, ceux de la base qui doivent absolument choisir leur candidat.
D’autant que les statuts du PCF sont sans ambiguïté. Ce sont les organisations du parti qui proposent des candidatures, qui doivent être discutées et décidées par les communistes.
Je fais partie de celles et ceux qui ont choisi de défendre l’idée du FRONT DE GAUCHE, parce que je reste persuadé qu’aujourd’hui il faut faire avec d’autres, notamment avec toutes celles et ceux qui dénoncent ce que nous dénoncions à une époque. Cela reste un outil pour nous garantir encore plus d’élus issus de ces structures, sorties du monde anticapitaliste.
Je suis conscient que d'avoir plus d’élus, c’est pouvoir se faire encore mieux entendre. Mais, parce qu’il y a un « mais », je considère, que de présenter un membre PCF aux élections est plus crédible et surtout plus honnête pour nos électeurs et les militants que nous sommes.
Il faut cesser ces stratégies d’alliance avec une fois le PS pour certaines élections et une fois avec le Front de Gauche pour d’autres élections.
Nous sommes en train de nous perdre, de perdre nos valeurs, de perdre encore de la crédibilité.
Lorsque je travaille et milite pour le PCF, j’aimerais aussi pouvoir satisfaire mes idées, mes valeurs avec un membre du PCF. Parce que militer : est devenu un sacerdoce… est devenu rare dans notre société.
D’abord ma famille politique, ensuite si je choisis de m'allier avec d’autres, c’est aux autres familles politiques de choisir et d’entériner leur candidat.
La base n'est pas faite seulement pour suivre et se taire.
La base est une force de proposition avec laquelle il faut composer.

Le billet du jour : La politique n’est pas un métier !

Une réflexion piochée sur le net :
La 11 ème condition d'adhérer à l'internationale communiste
Les Partis désireux d’appartenir à l’Internationale Communiste ont pour devoir de réviser la composition de leurs fractions parlementaires, d’en écarter les éléments douteux, de les soumettre, non en paroles mais en fait, au Comité Central du Parti, d’exiger de tout député communiste la subordination de toute son activité aux intérêts véritables de la propagande révolutionnaire et de l’agitation.
quelques réflexions sur les élus :
– Le communisme doit avoir le courage d’être un "fantasme" s’il veut récupérer une authentique réalité", Gianni Vattimo dans l’Idée du communisme, Nouvelles Éditions Lignes, 2010
– La démocratie représentative a déjà été critiquée par J.-J. Rousseau qui constatait qu’elle incite le citoyen à rester passif car il délègue son pouvoir de décision à une personne censée le représenter. L’élu ne rend de compte qu’au moment du vote et non tout au long de son mandat. La gauche a inventé l’expression "démocratie participative" pour satisfaire les citoyens mais, au final, c’était pour mieux les endormir.
Malheureusement, certains élus communistes ne croient plus dans un mouvement qui mènerait à la réalisation de leur idéal (on ne citera pas de nom, il faudra chercher par vous-même). Ils ne songent qu’à leur mandat et à leur réélection comme n’importe quel autre de leurs collègues. Ils tombent dans le piège de la professionnalisation de la vie politique. Ils préfèrent ne pas prendre de risque et se soumettent aux exigences du conformisme. Ils deviennent peu à peu des notables. Cela décourage les militants : le parti s’affaiblit. Par conséquent, les élus en question compensent la baisse d’activité de leur parti en adoptant encore plus les attitudes du notable (comme celle de ne travailler que dans leur étroit champ d’action sans se préoccuper de ce qui se passe ailleurs) Ce cercle vicieux les éloigne des militants et du parti à qui ils ne doivent plus rien. Le parti devient une coquille vide. Quand des adhérents veulent juste comprendre leur action politique, cela devient vite un scandale :
"– Comment ? Expliquer ? rendre des comptes ? Si nous avons tel ou tel mandat, c’est parce que nous le méritons. Cela fait des années que nous attendons la place. Faites comme nous, attendez en silence et vous serez servis un jour."
Ce genre de dérive ne concerne pas que le parti communiste mais elle va à l’encontre de tout projet politique révolutionnaire.
Un notable communiste est une contradiction dans les termes mêmes de l’expression. Répétons-le : la politique n’est pas un métier !

Le billet du jour : SDF QUI MEURT DE FROID ET SUITE A 22 000 € LA NUIT DANS UN PALACE…OU EST L’ERREUR ?

En 2010 en France des SDF meurt de froid dans la rue car l'état ne fait rien réellement pour remédier a ces situations désespérées de jeunes sans travail ou avec du travail mais sans logement ou de personnes âgées mise dehors de leurs logements car leurs petites retraites ne suffit pas….
A coté de cela les palaces parisiens et d'ailleurs font le plein avec des suites a 22 000 euros la nuit.
Notre gouvernement est la cause de ces dysfonctionnements graves entraînant la mort de personnes dans la rue ou désespérées poussées au suicide.
Tous ensemble luttons pour que chacun puissent avoir acces a un toit au minimum  pour vivre ou survivre.
Il y a de plus en plus de pauvres en France et dans le monde et les milliardaires sont plus nombreux au dépens des pauvres sur lesquels ils s'enrichissent, il y a qu'a voir le nombres de palaces qui sont en constructions à Paris !
Un jour cela finira…

Le billet du jour : La taxe pro masquée revient en mieux !!!

Après la taxe pro… la taxe pro…
Les communes ont tellement pleurées que les commerçant ont eu droit à leur taxe "cotisation foncière des entreprises, taxe pour frais de chambre de commerce et d'industrie, taxe pour frais de chambre des métiers et de l'artisanat et imposition forfaitaire sur les entreprise de réseaux"
Tout ça, pour se justifier, un titre qui signifie en fait : la taxe pro n'est pas supprimée, c'était de la poudre aux yeux politiquement correct…
Le parti socialiste devrait donc s'en réjouir…
Car ce parti qui propose royalement de surtaxé les entreprises qui n'embaucherais pas… ah bon ?
Donc les TPE et PME qui n'ont pas les moyens d'embaucher, vont en plus être taxé faute de.. moyens… très logique… si on voulait donner la part belle aux grosses sociétés qui n'hésitent pas à embaucher sous couvert d'aides divers et variées, on ne s'y prendrait pas mieux…
Bref les patrons du CAC 40 ont encore de beaux jours à venir…
En plus cette taxe, a augmenté de près de 40 %.
Merci pour les petites entreprises que nous sommes.

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :