ne rien lâcher


Nous n’avons pas ce droit, nous devons assumer et RÉSISTER pour que cela change chez nous, mais aussi chez les autres, car ce qui se passe chez les autres, risque fortement de se passer chez nous. Le billet du jour…

MOI_pRÉVOLUTION !!!
Aujourd’hui, nombreuses et nombreux sont ces femmes et ces hommes qui sont choqués, indignés, révoltés, en colère de ce qui se passe à GAZA. Et pour cause, comment supporter le massacre de centaines d’enfants, de femmes et d’hommes qui ne demandent qu’à vivre en toute liberté et dans la dignité dans leur pays
D’autres se posent la question du pourquoi ce soutien à la Palestine alors qu’ailleurs des exactions existent aussi.
C’est vrai qu'en Syrie avec ce chef d’État qui n’hésite pas à tuer son peuple, en Irak avec la tuerie des chrétiens, au Congo aussi, les famines, les maladies, c’est la honte dans ce monde où les humains ne mesurent plus leurs actes au point de tuer, d’affamer, de dénigrer les humains que nous sommes.
Des combats à mener partout, une indignation générale face à ces crimes qui n’ont aucune excuse, que ce soit musulmans, chrétiens, juifs, noirs, arabes ou blanc, chacun a droit à sa place sur cette terre qui appartient à tout le monde.
Oui aujourd’hui c’est la Palestine et en luttant contre ce qui se passe en Palestine, nous luttons aussi indirectement contre ce qui se passe ailleurs, nous essayons de réveiller les consciences, et la lutte des uns servira aussi à la lutte des autres.
Que ce soit politique, économique ou encore religieux, rien n’excuse ces injustices où la vie des uns et des autres est mise en jeu. Rien n’excuse la violence, quelle qu’elle soit.
La Shoa n’a pas été réalisé par les chrétiens, les musulmans ou encore les juifs, ce sont les nazis qui l’ont pratiqué et tous les ans sur nos monuments aux morts lors de la commémoration de ces actes barbares, nous dénonçons en espérant que cela ne se reproduise plus.
Malheureusement, force est de constater que nos paroles ne sont pas entendues et que les « Shoas » existent partout, absolument partout.
Ici avec des bombes, des massacres, des morts rapides, des murs et là avec des morts lentes en faisant des peuples des femmes et des hommes pauvres comme jamais nous avons vu. Des situations sans précédent.
Eh oui ! Certains se servent des avions, des bombes, des fusils pour éliminer et d’autres mettent en place des mesures, des lois, des décrets pour faire taire leur peuple, pour les faire revenir à l’époque de Germinal.
Et puis il y a ces médias qui tronquent, qui faussent, qui manipulent les informations qui devraient nous arriver, ces nouvelles qui devraient nous mettre la puce à l’oreille de ce qui se passe dans ce monde, des complices, ce sont des complices et malheureusement, la majorité des citoyens de ce monde lisent, écoutent, regardent ces informations qui ne sont que de la désinformation.
Que faire ? Laisser-faire ? Laisser dire ? Laisser, nous manipuler ?
Serait-il opportun de ne pas réagir et agir à cette situation qui devient de plus en plus insupportable ?
Dans ce monde et l’histoire l’a prouvé, où il y avait résistance, les choses s’arrangent plus ou moins bien, mais elles s’ordonnent et se terminent. Où on laisse faire comme en Palestine, cela dure depuis des décennies, plus de 60 ans que cela dure dans ce pays, plus de 60 ans où personne ne réagit comme cela réagit ailleurs (Mali, Irak, Afghanistan etc.). Laisser faire n’a jamais été la solution !
Aujourd’hui, nous devons prendre conscience que celles et ceux qui nous dirigent n’ont plus rien d’humain, il n’y a que l’économie, les bénéfices, la rentabilité qui les préoccupent. Cela est devenu insoutenable !
Mais comment faire, pour faire bouger les choses ?
Personne ne détient la vérité, une vérité, mais tout ce que je sais, c’est que nous ne devons rien lâcher et pratiquer la RÉSISTANCE, si ces gens nous gouvernent aujourd’hui c’est que la plupart du temps nous avons fait en sorte qu’ils nous gouvernent, alors nous avons aussi cette possibilité qu’ils ne nous gouvernent plus et pourquoi nous ne le faisons pas ?
Unis, ENSEMBLE tout est possible, place au peuple, car nous avons droit à cette place et nous devons tout faire pour ne pas sombrer ou revoir un jour ce qui s’est passé en 14/18 ou encore en 1940, cela est de NOTRE RESPONSABILITÉ.
Après nous, la vie continue, serions-nous si égoïste pour nous dire que celles et ceux qui vivront après nous devront assumer nos erreurs, les erreurs du « laisser-faire », du « ce n’est pas mon problème », du « ce n’est pas chez moi que cela se passe » !
NON ! Nous n’avons pas ce droit, nous devons assumer et RÉSISTER pour que cela change chez nous, mais aussi chez les autres, car ce qui se passe chez les autres, risque fortement de se passer chez nous.
N’oublions pas ce dicton : JAMAIS DIRE JAMAIS !
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

dhina-liberte


Yalla, Yalla peuple de France, à bâbord toute ! Le billet du jour.

MOI_pRévolution !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Avant hier soir, toute la France était devant son écran de TV (derrière cela aurait été bizarre) à supporter son équipe nationale afin qu’elle puisse se qualifier pour se rendre au Brésil dans le cadre du mondial.
Cela faisait longtemps que nous n’avions vu autant d’enthousiasme.
Comme quoi…
IL ne faut pas grand-chose pour donner la pêche et le sourire aux Françaises et aux Français.
La période est morose, mais ces joueurs, ceux que l’on a vus avant hier soir ont été extraordinaires, ils ont démontré QUE QUAND ON VEUT, ON PEUT, et cela est la même chose pour tout.
Je ne fais pas partie de ces gens fanatiques de ce sport ni des joueurs de foot, mais je dois avouer que cela faisait bien longtemps que je ne me suis pas endormi devant l’écran.
Ils ont gagné, et l'on pouvait entendre sur le stade ces fameux cris du supporter « allez les bleus, allez, les bleus » suivis très souvent par la Marseillaise et à la fin ce « et un, et deux, et trois zéro » ces mêmes mots qu’en 1998.
Malheureusement, nous ne sommes plus en 1998, et ce n’est pas cette victoire bien méritée qui fera avancer le « schmilblick. »
Hollande était là, il revenait de son séjour en Israël, où il n’a pas brillé, où encore une fois il ne s’est pas mouillé pour le peuple de Palestine, c’est plus facile sur un stade, d’autant qu’il croyait qu’il se ferait siffler et cela n’a pas été le cas. Les Françaises et les Français respectent plus le sport et le foot en général que le souvenir de celles et ceux qui sont morts pour la France.
Allez ne soyons pas méchant, voir tous ces gens sourire et être heureux un moment fait du bien, cela démontre aussi notre possibilité d’être des patriotes et cela dans la propreté du terme.
On pouvait lire cette banderole « on ne lâche rien », ces mêmes mots que nous crions dans nos manifestations, ils n’ont rien lâché et ils ont gagné. Un exemple à se mettre dans le « ciboulot », car cela prouve bien que de ne rien vouloir lâcher paye, et si cela paye, qu’attendons pour faire NOTRE match ? Le match qui nous fera gagner face à cette équipe sociale-démocrate qui veut à tout prix nous faire perdre.
Pourquoi ne sommes-nous pas aussi pugnaces face aux difficultés que nous rencontrons depuis une dizaine d’années ? Ce n’est pas le Brésil qui nous attendra, mais faire ce match face à l’argent, au capitalisme, à ces sociaux-démocrates, nous fera gagner le match de la DIGNITÉ. Cette dignité que tout être humain est en droit de préserver et de profiter.
À partir d’aujourd’hui, considérons-nous comme des joueurs de foot, ces mêmes joueurs qui ont tout donné pour gagner. Ces joueurs qui même si nous ne sommes pas des supporters avérés, nous ont fait vibrer. Soyons dans l’arène, prêt à préserver l’avenir de nos enfants et petits-enfants, des supporters nous en aurons aussi, et des remplaçants sur le bas-côté de la route seront prêts à prendre la relève, prêt à suivre un mouvement qui aura comme objectif l’humain d’abord.
L’objectif aussi que notre France reste notre France, alors l’équipe de France face à l’équipe de l’Europe, beau match en perspective NON ?
Allez les bleus, allez les bleus, que dis-je ? Allez les rouges, allez les rouges.
Les vrais, ceux qui savent encore faire rêver, comme ces joueurs qui ont fait rêver tout un pays, la France.
Ne rien lâcher, pour être qualifié afin d’assurer un avenir serein, un monde juste, une société de partage, où le mot d’humain a tout un sens, le sens du travail, d’un toit, de la nourriture, du respect et de cette possibilité de vivre, de vivre dans la DIGNITÉ tout simplement. Gagner ce match est aussi important, plus important que de gagner celui qui a été gagné pour aller au Brésil.
Entraîné nous le sommes déjà alors Yalla, Yalla peuple de France, à bâbord toute !
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.


Continental Clairoix : « la criminalité financière enfin condamnée » (Pierre Laurent)

Résistance, pugnacité, ne rien lâcher, combattivité, refus de…, cela fini toujours par payer !

contiJe tiens à saluer la belle victoire des salariés de Conti contre la firme allemande multimilliardaire de pneumatiques.
Depuis 2009 et l'annonce de la fermeture de leur usine les ouvriers de Clairoix se sont battus comme des lions contre la puissance financière de Continental qui, prétextant la crise, rayait de la carte une usine rentable et 700 emplois.
Leur lutte tenace a permis, ce matin avec le jugement important du tribunal de prudhommes de Compiègne, de condamner la criminalité financière des actionnaires qui invoquaient des licenciements économiques quand la valeur de leurs actions doublaient en 2012 et que le chiffre d'affaire progressait de 17%. Ce délit financier, les ouvriers de Clairoix, même si la justice leur donne raison aujourd'hui, l'ont payé durement, depuis 4 ans.
De nombreux drames humains, liés à la fermeture de l'entreprise et des licenciements, ont marqué la vie des Conti et détruit pour certains leur santé et leur famille.
Le vote d'une loi « interdisant les licenciements boursiers » est plus qu'urgent pour défendre notre industrie, ses emplois et prévenir de tels drames sociaux.
C'est le sens du combat des parlementaires communistes et du Front de gauche pour le vote d'une loi garantissant des droits nouveaux aux salariés dans les entreprises et les groupes face aux actionnaires.
Ce jugement favorable à la lutte des Conti a une portée nationale et européenne. Il va donner encore plus de force aux luttes pour l'emploi , Arkéma, Sanofi, Arcelor, Fralib, Doux dans la perspective de la journée d'action du 10 septembre.