Tiré du site “Public Sénat” : Une chercheuse refuse la Légion d’honneur

Dans une lettre adressée à la ministre, rendue publique samedi, Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche honoraire à l'Inserm, demande à la ministre d'intervenir pour "la remise en cause de l'impunité qui, jusqu'à ce jour, protège les responsables de crimes industriels".
Dans une lettre adressée à la ministre, rendue publique samedi, Annie Thébaud-Mony, directrice de recherche honoraire à l'Inserm, demande à la ministre d'intervenir pour "la remise en cause de l'impunité qui, jusqu'à ce jour, protège les responsables de crimes industriels".
"Je ne fais pas ce geste contre Mme Duflot", précise à l'AFP la présidente de l'association Henri Pézerat (santé, travail, environnement) qui déplore que la crise économique occulte la santé des travailleurs et les questions environnementales.
"Ma démarche se veut un appel à la mobilisation citoyenne, mais aussi parlementaire et gouvernementale, pour le respect des droits fondamentaux à la vie, à la santé, à la dignité", écrit-elle en accompagnement de sa lettre à la ministre datée du 31 juillet.
"Nous voulons être pris au sérieux lorsque nous donnons à voir cette dégradation des conditions de travail (…), le drame des accidents du travail et maladies professionnelles, mais aussi l'accumulation des impasses environnementales, en matière d'amiante, de pesticides, de déchets nucléaires et chimiques…"
"Cessons les vraies fausses controverses sur les faibles doses. Des politiques publiques doivent devenir le rempart à la mise en danger délibérée d'autrui, y compris en matière pénale", dit-elle dans sa lettre à Mme Duflot.
Cette spécialiste, également porte-parole de Ban Asbestos France, évoque par ailleurs "la sous-traitance et le transfert des risques vers des populations très précarisées (maintenance, nettoyages, gestion des déchets)" .
La chercheuse dont la carrière a été "bloquée pendant dix ans", plaide pour qu'enfin la recherche sur l'exposition aux cancérogènes au travail soit dotée des moyens financiers publics nécessaires et que les jeunes chercheurs qui s'y adonnent cessent d'être maintenus dans un statut précaire.

Cécile Duflot a décerné le 14 juillet trente Légions d'honneur.

Le 1er mai ce n’est pas un jour comme un autre, c’est un grand jour de rassemblement. VILLERUPT : MOBILISATION CITOYENNE – 1er MAI 2010 ‐ RASSEMBLEMENT A 10 HEURES. HÔTEL DE VILLE

Pour :
Tous les travailleurs de toutes les classes sociales confondues – car elles sont toutes touchées – ,
Les chômeurs qui ne retrouvent pas de travail ou qui doivent se contenter de "miettes" qui ne leur permettent même pas de subsister, qui risquent souvent leur vie pour des livraisons, sur des motos de quatre sous, pour 6,93 € smic horaire net,
Des retraités qui ne peuvent pas même se nourrir aujourd'hui et qui ont pourtant passé leur vie à travailler,
Une réforme des retraites qui veut repousser l'âge du départ plutôt que d’assurer la succession par un demandeur d’emploi qui attend qu’on veuille de lui.
Travailler plus et plus longtemps pour gagner plus ? Pour vivre mieux ?
Non pour payer tout en plus et en ayant toujours moins :

  • Les impôts (en supprimant par exemple les ½ part des divorcés ou personne seule de manière à payer comme un célibataire (peut-être pour rembourser les cadeaux fiscaux !),
  • Les surloyers appliqués en dépit du bon sens. La loi dite Molle (Mme Boutin) sur ces surloyers qui consistaient à l’origine à lutter contre la sous-occupation des logements et qui dans son application fait en sorte qu’elle n’en tient pas compte pour taxer un maximum de locataires du parc HLM qui ne pourraient pas de toute façon se loger dans le parc privé.
  • Des surloyers de solidarité dont on se demande encore à qui ça profite puisque cela n’incite de toute évidence pas à la construction des logements sociaux pour des personnes qui ne trouvent pas de logement dont les situations sont dramatiques,
  •  Et que dire des travailleurs qui vivent dans la rue ( et il y en a croyez moi) ou qui trouvent, quand ils ont de la chance, à se faire héberger par-ci, par-là,

Un pouvoir d'achat inflationniste : tout qui augmente sauf les salaires de celles et ceux qui en auraient pourtant le plus besoin,
Des d'entreprises qui préfèrent délocaliser ou externaliser le travail pour le sous-payer et augmenter leurs profits,
Des patrons qui partent avec des stocks options pendant que leur entreprise est en surendettement et qu’elle demande à ses salariés de faire des efforts et de se serrer la ceinture,
Des salariés qui sont harcelés et poussés au suicide dans des Entreprises,
Du personnel hospitalier, éducatif en sous-nombre, qui ne peuvent plus ni répondre aux attentes de soins ni remplir dans de bonne conditions leurs enseignements,
La Presse lourdement touchée qui représente pourtant un lien indéfectible de l’information et de la liberté de pensée universelle,
La suite est longue, forcément j’en oublie, quoi qu’il en soit n’oubliez pas que ce jour du 1er mai
C’est le nôtre à toutes et tous qui voulons vivre décemment et aspirons à un avenir meilleur pour nos enfants et nous-mêmes,
Continuons la lutte de celles et ceux qui nous ont précédés, soyons une force vivre et rassemblons-nous, que ce 1er MAI soit un immense exemple d'unité pacifique dans nos revendications.