La mission “Bienvenue en Palestine” refoulée au checkpoint…

La mission "Bienvenue en Palestine", qui visait à apporter des fournitures pour une école de Bethléem, a sans surprise été refoulée au checkpoint d'Allenby (à la frontière avec la Jordanie) par les autorités israéliennes.
"Un petit groupe de provocateurs, d'émeutiers et de fauteurs de troubles connus sont arrivés au point de passage Allenby plus tôt dans la journée. L'Etat d'Israël a exercé son droit de leur refuser l'entrée et ils sont retournés en Jordanie", a déclaré à l'AFP un responsable du ministère de la Défense israélien.
La mission "Bienvenue en Palestine" était officiellement invitée par le maire de Bethléem, M. Victor Batarseh, qui dans une lettre du 10 avril 2012 adressait aux organisateurs de la mission ses encouragements pour " cette mission qui œuvre pour une noble cause, s’efforçant de construire des ponts et non des murs entre les peuples" selon l'Humanité.
La France, "attachée à la liberté de circulation vers et dans les Territoires palestiniens" avait rappelé les "risques de refoulement" auxquels s'exposaient les membres de ce convoi dans un communiqué publié par le ministère des Affaires Etrangères.
Une manifestation de soutien avait lieu à Paris dimanche 26 août pour soutenir ces militants et leur initiative, voici notre reportage :

Ce que touchera Sarkozy après son départ

Ça s'appelle, un VRAI TRAVAIL !
L'austérité ! Ce n'est pas pour tout le monde !
Ah la crise, elle a bon dos !

Et les ouvriers Arcelor Mittal ? Ils ont droit à quoi ?
 

À partir du 16 mai, Nicolas Sarkozy quittera ses fonctions de Président pour renouer avec le milieu de la finance en renfilant son costume d'avocat en droit des affaires. Si ce dernier s'était mis à l'abri du besoin durant son mandat en augmentant son salaire de 170% par rapport à son prédécesseur, sa vie d'ex-président ne devrait pas être pavée de difficultés financières.
En effet, à l'instar de tous les anciens chef d'Etat avant lui, Nicolas Sarkozy touchera une indemnité de 6.000 euros brut, qui s'accompagne s'il le souhaite d'une indemnité de 11.500 euros net inhérent à sa place au Conseil constitutionnel auquel il a la possibilité de siéger en sa qualité d'ancien Président.
Viennent ensuite les avantages en nature qui se traduisent par un accès illimité en classe affaire aux services de Air France & de la SNCF, mais également : « d'un appartement de fonction « meublé et équipé », deux fonctionnaires de la police nationale pour assurer leur protection rapprochée, une voiture de fonction avec deux chauffeurs et pas moins de sept collaborateurs (un chef de cabinet, deux assistants, un fonctionnaire des archives nationales et trois secrétaires). »
Pour finir, lors de ses déplacements à l’étranger, Nicolas Sarkozy sera accueilli par l’ambassadeur de France, lequel aura pour mission de faciliter son séjour et assurer « son hébergement dans les résidences de l’ambassadeur ou des consuls ».

L’Etat accorde également à ses anciens présidents des primes de « sujétion spéciale », pour « compenser les contraintes subies dans l'exercice des fonctions (sic) » dont on ne connaît pas le montant.

Challenges.fr

Notons que tous ces avantages remontent à 1985 de la main de Laurent Fabius, alors Premier ministre de François Mitterrand.
François Hollande aurait d'ores et déjà « promis » d'annuler la possibilité d’être nommé à vie au conseil constitutionnel, promesse qui, si elle passe au Parlement, n'aurait pas d'effet rétroactif, soit plus intelligiblement de conséquences antérieures.
Selon le député René Dosière dans son livre « L’argent de l’Etat », la charge financière de ces avantages s'élèverait à 1,5 million d'euros par an et par président…

Reprendre le pouvoir aux banques et aux marchés financiers

Le temps est venu de reprendre le pouvoir sur nos vies, et pour cela, nous voulons demain un gouvernement qui combattra le diktat financier des banques et des marchés.

  • Changer les missions de la banque centrale européenne pour une politique monétaire en faveur de l'emploi et du développement des services publics.
  • Mettre sous tutelle les banques qui spéculent et créer d'un pôle public financier permettant de réorienter les critères du crédit vers la production utile, l'emploi, l'innovation et la révolution écologique.
  • Abolir les privilèges fiscaux, notamment les 30 milliards d'euro d'exonération des entreprises et taxer les revenus capital au m'me niveau que ceux du travail.

LE 8 JUILLET 2011 BIENVENUE EN PALESTINE !

La mission proposée par les 15 organisations palestiniennes est conçue du 8 au 16 juillet 2011 et entièrement organisée par ces associations, comités et collectifs qui représentent les villages, les camps, les villes et les quartiers palestiniens de Jérusalem Est et de la Cisjordanie, regroupant des militants de toutes tendances, de confessions musulmane et chrétienne, et représentant la société civile palestinienne qui lutte pour ses droits de manière non violente.
Pendant toute la semaine, nos amis palestiniens souhaitent nous montrer leurs conditions de vie dans ces différents endroits, nous accueillir au sein de leurs familles, nous faire partager leur quotidien, nous montrer comment replanter des oliviers déracinés…
Des militants israéliens anti-colonialistes seront également présents aux côté des internationaux de tous pays. Au total, ce sont plusieurs milliers de personnes qui sont attendues pendant la semaine « Bienvenue en Palestine ».
DE 9 A 85 ANS !
Tous les participant(e)s de 9 à 85 ans sont bienvenus. Qu’ils se soient déjà rendus en Palestine, ou pas.
Les transports d’une ville à l’autre se feront en car. Toutes les visites, toutes les interventions seront traduites dans toutes les langues. Les repas seront également organisés par les associations et familles palestiniennes. Il faut compter un coût approximatif de de 30 euros par jour et par personne comprenant l’hébergement, les repas et le transport, les enfants bénéficiant de réductions très importantes.
BILLETS D’AVION : N’ATTENDEZ PAS LA DERNIÈRE MINUTE

Le malaise grandissant des CCAS…

Monsieur le Président du conseil Général d'Ille-Et-Vilaine vos propos me font tomber les chaussettes !
L’Etat se désengage, l’état organise le transfert des charges, certes, et alors, vous croyez qu’en diminuant les missions cela arrangera les choses ?
Ne croyez-vous pas qu’il serait plus judicieux de faire bouger les gens de votre département ?
En baissant les bras, des gens vont se retrouver encore plus bas. Alors Messieurs les élus de tous les départements, de toutes les régions, de toutes les communes, faites savoir aux Françaises et aux Français, vos difficultés de poursuivre vos missions !
Organisez la résistance, ce ne sont pas les propos de toutes et tous les présidents de régions après les dernières élections régionales ?
Arrêtez de palabrer, de dire ce que vous ne ferez pas, pour une fois faites ce qui a été dit.
RESISTER, REAGIR et AGIR serait préférable que de priver encore plus des gens en état de privation.

septembre 2018
L M M J V S D
« Juil    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :