Élections européennes : « Après l’austérité économique, l’austérité démocratique »

epelections.jpg_574_800_2Selon le Bulletin quotidien et sous prétexte d’économie budgétaire, les ministres de l’intérieur et du budget projettent de supprimer l’envoi par courrier papier des circulaires et des bulletins de vote des candidats aux élections européennes.
Décidément pour ce gouvernement tout est un coût : le travail, la retraite, la santé et maintenant l’expression de la démocratie.
Les élections européennes souffrent des plus bas taux de participation de l’histoire électorale de notre pays. Il est donc singulier de voir un gouvernement qui ne jure que par l’Union européenne, prendre des dispositions au nom d’un « choc de simplification » qui banaliseraient l’enjeu européen et qui réduirait encore la participation à ce scrutin.
Il est vrai que les élections européennes s’annoncent difficiles pour la majorité présidentielle alors que plus de 70% des français, toutes tendances politiques confondues pensent que le traité européen de stabilité budgétaire signé par François Hollande enlève toute marge de manœuvre à notre pays.
Après l’austérité économique, voici l’austérité démocratique !
C’est pourquoi le PCF demande solennellement au Président de la République de récuser ce projet attentatoire à la démocratie prêté à ses ministres de l’intérieur et du Budget.

Eté sacrifié des ministres : « Sujet dérisoire quand on pense aux vrais oubliés des vacances »

cequevacanceLes ministres partent en vacances pour deux semaines, pas une de plus. Le plan de communication autour de cette « actualité » ne date pas d'aujourd'hui. Voilà plusieurs jours que l'opération médiatique sur le « martyrologue » des membres du gouvernement a été lancée, avec les conseillers de l'Elysée, quand ce n'est pas le chef de l'Etat lui-même, qui communiquent lourdement sur cette question.
Que les membres du gouvernement puissent prendre quelques jours de vacances est bien naturel. Mais cela apparait dérisoire au regard des préoccupations réelles de l'écrasante majorité de nos concitoyens. Les lieux de villégiatures des ministres ne changera rien aux conditions d'existence de toutes celles et ceux qui ne pourront pas s'évader et changer d'air quelques jours.
En France, un enfant sur trois ne part pas en vacances. Ce plan de communication sur l'été sacrifié des ministres laisse un goût amer quand on pense aux millions de familles qui sont les vraies oubliées des vacances. Quant à celles qui peuvent s'accorder quelques jours, tout est calculé à l'euro près pour ne pas mettre son compte en banque dans le rouge avant la rentrée de septembre. Une rentrée de tous les dangers pour le pouvoir d'achat.
Bonnes vacances aux ministres qui auront tout loisir de réfléchir à l'indispensable changement de cap et au droit aux vacances pour tous.

 

Remaniement : liste des éjectés et des élus !

Ci-dessous la liste des mis au rancart :
Jean-Louis Borloo (parti de lui-même)
Hervé Morin (parti de lui-même)
Bernard Kouchner
Eric Woerth
Patrick Devedjian
Marc-Philippe Daubresse (parti de lui-même)
Valérie Letard ( partie d'elle même)
Jean-Marie Bockel
Hervé Novelli
Fadela Amara
Alain Marleix
Rama Yade
Anne-Marie Idrac
Dominique Bussereau
(parti de lui-même)
Christian Estrosi
La liste des bienheureux élus :
Premier ministre: François Fillon
Défense et anciens  combattants: Alain Juppé, ministre d’Etat
Affaires étrangères et européennes: Michele Alliot-Marie, ministre d’Etat
Ecologie, développement durable, transport et logement: Nathalie Kosciusko Morizet
Garde des sceaux, justice et liberté: Michel Mercier
Intérieur, outre-mer, collectivités teritoriales et immigration: Brice Hortefeux
Economie, finance et industrie: Christine Lagarde
Budget, fonction publique, réforme de l’Etat, porte parole du gouvernement: François Baroin
Travail, emploi, santé: Xavier Bertrand
Education nationale, jeunesse, vie associative: Luc Chatel
Enseignement supérieur et recherche: Valérie Pécresse
Agriculture, alimentation, pêche, ruralité et aménagement du territoire: Bruno Le Maire
Solidarité et cohésion sociale: Roselyne Bachelot
Culture et communication: Frédéric Mitterrand
Sport: Chantal Jouanno
Ville: Maurice Leroy
Relations avec le Parlement: Patrick Ollier (le compagnon de MAM)
ministres auprès de ministres:

industrie, énergie, économie numérique: Eric Besson
Coopération: Henri de Raincourt
Collectivités territoriales: Philippe Richert
Affaires européennes: Laurent Wauquiez
Apprentissage et formation professionnelle: Nadine Morano
Outre Mer: Marie  Luce Penchard
secrétaires d’Etat

Commerce extrérieur: Pierre Lellouche
Santé: Nora Berra
Logement: Benoist Apparu
Fonction publique: Georges Tron
solidarité: Marie-Anne Monchamps
transports: Thierry Mariani
Commerce, artisanat, PME, tourisme, services, professions libérales, consommation: Frédéric Lefevre
Jeunesse et vie associative: Jeannette Bougrab

Cela devait être un gouvernement resserré, or il y a 24 ministres soit un peu plus que dans le précédent gouvernement.
Il est vrai qu'il n'y a que 8  secrétaires d'État, soit un peu moins que précédemment..
Avez-vous remarqué que Alain Juppé fait une entrée fracassante en numéro 2 et ministre d'État!
Nathalie Kosciusko Morizet est également montée en grade
Et on a voulu faire taire les jérémiades d'Hervé Morin, qui reprochait à ce gouvernement d'être essentiellement RPR, en mettant Michel Mercier, centriste, comme Garde des Sceaux, belle manoeuvre mais ce dernier n'est pas une personnalité très marquante du Nouveau Centre !
Voilà un gouvernement Fillon qui ressemble étrangement au premier, c'est le changement dans la continuité, la valse des chaises musicales ! Par contre Éric Woerth est balayé, il devenait vraiment trop dangereux pour Nicolas Sarkozy !

Quand deux ministres se méprisent publiquement

IL Y A LE FEU AU LAC ! MDR

Fadela Amara, secrétaire d’Etat à la ville, a vivement répondu, vendredi sur France 5, au ministre de l’Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, qui lui recommandait récemment de démissionner.
« Si j’avais cherché un penseur dans ma vie, je le dis très clairement, j’aurais pas été chercher Valérie Pécresse. Je ne pense pas à Valérie Pécresse pour pouvoir penser ma philosophie de vie. Je suis une femme de conviction et je suis une femme libre de dire ce que j’ai à dire ».