Vous avez dit : Place au peuple ! Ne rien lâcher ! Résister ! Prenez le pouvoir ! Pourquoi vouloir encore se soumettre aux exigences de celles et ceux qui nous regardent de haut ? Le billet du jour…

2014-10-27_05-53-47


MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Il fut un temps, et il n’y a pas encore longtemps, quand on savait que des personnalités politiques venaient à Villerupt ou ailleurs dans le pays haut du 54, tout était fait pour que l’on puisse les rencontrer. Tout était fait pour que les militants puissent au moins distribuer un tract faisant état de nos revendications pour la ville ou le secteur.
Aujourd’hui, pour un « coup de pub magnifique » comme il est dit dans l’article, seuls les responsables savent, et ces responsables jouent le jeu de celles et ceux qui nous plongent dans la misère, ils se taisent.
Dites-moi ! Aujourd’hui, qu’est-ce qui est le plus important ?
Pouvoir crier son indignation face à la politique menée par ces dirigeants ou se faire de la pub pour un festival qui ne dure que 15 jours ?
Et quand on parle de publicité, il faut relativiser, seule la presse écrite et régionale en fait état.
Nos élus locaux pour la plupart dans notre secteur se disent Front de gauche et critiquent à juste raison la politique de Hollande depuis son élection en 2012.
Dans le même temps, ils se font un malin plaisir de recevoir ces gens. Comment interpréter cette attitude ? Quel en est l’intérêt pour la commune ou le secteur ?
En effet, le Secrétaire d’État sur la photo de l’article ci-dessus, le même jour dans la même presse écrite disait haut et fort que sa famille politique (le PS) devait se serrer les coudes. Le même Secrétaire d’État fait partie de ce gouvernement qui dit haut et fort aux Françaises et aux Français qu’en famille il faut se serrer la ceinture pour réduire la dette !
Les deux autres personnalités, l’ex-ministre de la Culture (Aurélie Filippetti) et l’ex-ministre du Redressement productif (Arnauld Montebourg) qui ont dû démissionner du gouvernement faute d’une politique plus à gauche et qui se disent frondeurs s’abstiennent sur le vote du budget 2015. Et s’abstenir c’est dire « OUI » à voix basse. Alors quel intérêt de recevoir en grande pompe et de donner la parole à ces gens ?
Quel intérêt de garder secrète cette venue ?
Nous laisser et nous permettre de manifester aurait été plus judicieux pour le « coup de pub magnifique ». Cela aurait montré, qu'en France il y a encore des gens qui bougent.
Nous aurions pu démontrer qu’en France il n’y a pas de « sans dents », qu’ici il y a encore des gens qui ont des crocs ! Des gens pour qui le mot « résistance » a toute son importance, que le slogan « ne rien lâcher » est toujours de mise. Que dans notre région, dans notre ville, nous sommes toutes et tous des indignés de cette politique qui nous mène droit dans le mur.
Cela me rappelle la venue de Valls à Longwy en février 2014, quand il était encore ministre de l’Intérieur. Nous étions une vingtaine de militants avec nos petits drapeaux PCF, Front de Gauche et CGT et on a fini entre deux immeubles et gardé par une centaine de CRS afin que l’on nous ne voit et nous entende pas.
Si c’est cela être de gauche, bonjour les dégâts !
Ces élus qui se disent Front de gauche adhèrent au slogan « Place au peuple », alors pourquoi ne pas lui donner cette place quand l’occasion se présente ?
« Prenez le pouvoir » disions-nous pendant la campagne de la présidentielle, et quand il est possible d’en prendre un peu, on nous cache la venue de celles et ceux qui veulent nous faire taire.
Nous ne sommes pas nés pour être soumis !
Nous n’avons pas voté pour cette gauche qui est plus à droite que la droite elle-même !
Début septembre, l'hebdomadaire « Paris Match » dévoilait des photos de leur idylle. Sur la couverture, Aurélie Filippetti et Arnaud Montebourg prenaient un selfie et le magazine titrait « Love story à San Francisco ». Villerupt n’est pas San Francisco et ni Cannes, il s’agissait de l’ouverture d’une manifestation culturelle, et pas n’importe laquelle, cela fait 37 ans que celle-ci existe.
La culture quoique l’on puisse en dire, est idéologique. Elle a besoin de moyens et le gouvernement actuel a mis en baisse le budget du ministère de la culture.
S’il devait y avoir des gens qui devaient se pavaner, c’était celles et ceux qui organisent ce Festival, les bénévoles, car sans eux ce Festival n’aurait pas lieu.
Villerupt et tout son secteur souffre de cette politique. Permettre à ces gens de se montrer en toute quiétude n’a pas été un bon choix. On ne nous a pas permis de démontrer notre mécontentement ! Notre indignation !
« Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de votre cœur n'importe quelle injustice commise contre n'importe qui, où que ce soit dans le monde. C'est la plus belle qualité d'un révolutionnaire » (Le Che).
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Le billet du jour : Les trente premières années se passent à ne pouvoir se réveiller, les trente suivantes à ne pas pouvoir s’endormir.

MOI_pJe me rappelle qu’il n’y a pas longtemps on me faisait remarquer que j’entrais dans le cercle des « quadras ». C’était il y a vingt ans, et ces vingt ans sont passés comme si cela avait était une semaine, à la vitesse de la lumière. Aujourd’hui, on me dit que je rentre dans le cercle des « sexagénaires, des sexas ».
Le temps passe, on croit souvent avoir construit quelque chose de solide, que ce soit au niveau familial, professionnel ou autre et on s’aperçoit que ce n’est pas toujours le cas.
Revenir en arrière c’est impossible et bien dommage, reconstruire autre chose, peut-être ! Mais cela devient de plus en plus difficile, l’âge est là, la vie t’a fatigué, elle t’en à fait voir des belles et des moins gracieuses.
Elle t’a appris que l’amitié était souvent éphémère, qu’il fallait compter que sur toi même.
Souvent, tu te sens trahis par celles et ceux que tu croyais être sincères, celles et ceux que tu aimais comme une sœur ou un frère.
Heureusement que cela n’est pas une généralité et que parfois la vie t’a donné des amis (es) que jamais tu ne pourras oublier, des amis (es) qui t’ont ouvert les yeux, poussé à faire ou ne pas faire, des amis (es) qui sont à tes côtés pour t’épauler et je sais de quoi je parle !
La vie devrait  être le bonheur, puisque dans ta vie tu construis, tu crées une famille, tu fais des enfants, puis ceux-ci te font des petits enfants et à chaque étape de la vie tu vieillis, tu te rends compte que tes parents avaient raison quand ils te disaient que cela passe très vite.
Heureux oui heureux d’avoir les enfants que j’ai, les petits enfants qui sont venus grandir le clan, mais quand tu es militant et que pour toi l’humain est plus qu’important tu ne sais pas saisir ce bonheur, car si bonheur il y a, il est petit à côté de tout ce que tu peux voir de mal dans cette vie.
Chaque fait divers, chaque mesure allant à l’encontre du bien des gens te font mal, tu ne sais plus ce qu’est le second degré, tu prends tout à cœur et cela te gâche une grande partie de ta vie et celle des tiens.
Mais l’injustice tu ne supportes pas, alors c’est plus fort que toi, tu continues, tu ne veux rien lâcher, d’autant que tu te dis que sur cette terre il y en a pour toutes et pour tous, il suffirait de conjuguer ce verbe qui est PARTAGER. D’appliquer nos valeurs républicaines qui sont liberté, égalité, fraternité et solidarité, des valeurs qui sont sur nos frontons de nos mairies et de nos écoles et qui ne sont pas respectées par celles et ceux qui souhaitent que notre jeunesse s’en imprègne.
Tu as cette impression que la vie n’est qu’un mensonge et tromperie, que toutes celles et tous ceux qui peuvent, ne font pas, qu’ils ne pensent qu’à eux avec égoïsme et sans cœur. Mais est-ce vraiment qu’une impression ?
Ils entassent, ils protègent leurs acquis, leurs statuts, au détriment du peuple que nous sommes, et cela à tous les niveaux, à croire que nous ne sommes que du bétail !
Aujourd’hui, j’ai 60 ans, je vais certainement prendre ma retraite, une retraite bien méritée, mais jamais je ne cesserais le combat contre toutes ces injustices qui font que les humains que nous sommes ne sont pas respectés.
DIGNITÉ, je veux mourir dans la DIGNITÉ, et pour cela je continuerais le combat, la lutte avec mes camarades pour que ce monde devienne meilleur. C’est possible, tout est possible, il suffit de le vouloir et d’appliquer les mots qui sont prononcés.
Le temps passe vite, mais dans ce domaine aucun radar ne te rappellera qu’il faut que tu ralentisses.

Le billet du jour : Parce que cela est devenu un devoir, une priorité dans ce monde sans partage.

ATTENTION ! ATTENTION !

A toutes et à tous les internautes de gauche et surtout communistes, au cas où vous ne le sauriez pas, ou que vous en avez pas connaissance, ne mettez surtout pas des liens allant sur « egalitereconciliation.fr », des vidéos d’un certain SORAL ou même des liens ou des vidéos de Dieudonné, vous serez considéré comme des « rouges bruns », des gens proches du FN, des gens antisémites, antisionistes, incitateurs à la haine raciale, sous marin du FN.
Si je me permets de vous en informer, c’est que j’ai fait cette erreur, et aujourd’hui je suis acculé par ce genre de propos.
Sachez que rien ne vous sera excusé, VOUS SEREZ ! UN POINT C’EST TOUT !
Vous aurez beau vous justifier et dire que vous ne connaissiez pas, que nous ne saviez pas, que vous n’avez jamais eu l’intention de propager les idées de ces gens, personnes ne vous croira.
Aujourd’hui les erreurs de ce genre ne sont pas excusables pour certains.
Parce que celles ou ceux qui essaient de faire, n’ont pas droit à l’erreur, n’ont pas le droit de ne pas savoir. Parfois, il faut se demander s’il ne vaut pas mieux s’occuper de rien.
C’est comme ça !
Votre engagement contre la xénophobie, le racisme ne sera pas cru, parce que vous aurez publié sans connaissance au préalable ce genre de liens ou de vidéos.
Aujourd’hui, alors qu’il nous faut être réuni, RASSEMBLER pour lutter contre la misère, pour battre la droite, pour tout faire afin de changer cette société, et que vous y mettiez toutes vos forces, vos convictions, vos valeurs pour y arriver, rien y fera vous avez envoyé un lien ou une vidéo de ces gens.
Vous n’aurez plus votre place dans ce combat, vous serez tout simplement considéré comme un sous marin du FN.
Eh oui chers(es) amis(es), faut faire attention, très attention, car toutes vos années de combat, de lutte seront anéanties à cause de votre méconnaissance.
Néanmoins, malgré ce qui m’arrive, et croyez-moi, je suis tombé de très haut, je ne m’arrêterais pas à vouloir informer, vouloir montrer ce que les médias ne montrent pas. Certes avant de publier, j’agrandirais mes recherches afin de savoir ce que je publierais, j’essaierais au maximum de ne plus répéter cette erreur, mais rien, absolument rien, ni personne ne fera que j’arrête de vouloir dire ce que les autres ne disent pas.
Rien, absolument rien, ni personne ne me fera taire, je mettrais toujours en avant mes idées, mes convictions, toutes mes forces pour tout faire afin d’avoir un monde meilleur.
Parce que cela est devenu un devoir, une priorité dans ce monde sans partage.
Cela fait 40 ans, que je milite, que je combats ces idées néfastes pour le bien de nos concitoyens, que je suis militant communiste et fier de l’être, parce communiste, nous sommes, et nous avons toujours été aux côtés des opprimés, de celles et ceux qui luttent, de celles et ceux qui souffrent.
Mesdames et Messieurs les détracteurs, vous qui n’acceptez aucune erreur. Vous qui ne jugez que sur la méconnaissance des uns et des autres. Vous qui n’essayez même pas de savoir à qui vous avez à faire. Vous qui par un revers de main basculez toute une vie de militant. Vous avez gagné ! Vous avez détruit, vous avez sali, vous avez propagé, et je reste persuadé que vous en faites une victoire personnelle, mais vous n’aurez pas arrêté, stoppé cette envie de continuer le combat, de continuer à vouloir faire bouger les choses.
L’humain d’abord, c’est expliquer, faire connaître, faire savoir, ce n’est pas détruire, casser l’autre, ou alors, dans ce domaine là aussi, je ne sais pas, je ne sais plus.
Faire de la politique, c’est se battre, lutter pour les autres, le jour où elle devient de la « saloperie », c’est se battre pour sois même, protéger son statut, alors ce n’est plus de la politique.
Moi, je fais, et j’ai toujours fait pour les autres, au détriment d’une vie
professionnelle, d’une vie plus paisible, plus équilibrée, certes j’ai dû faire d’autres erreurs (mais qui n’en fait pas ?) que celle que je reconnais aujourd’hui, mais j’ai toujours avec mes convictions, mes valeurs, essayé de faire au mieux pour faire avancer les choses.
Faire vivre l’enfer à un de mes camarades à cause d’une erreur qu'il aurait ou a commise, cela n’a jamais été dans mes principes. Bien au contraire, et j’espère que dans ces mots, certaines et certains se reconnaîtront.

Législatives sur la 3e circonscription – Front de soutien pour Marx – UN FRONT POUR LE RESPECT DE LA DEMOCRATIE !

Les querelles internes au Front de gauche sont montées d’un cran. La liste de 88 élus appelant Serge De Carli à se présenter aux législatives a fait l’effet d’une bombe. Philippe Marx, candidat officiel, ne se laissera pas faire.

La liste des 88 (lire RL de dimanche) a provoqué une énorme agitation au sein du Front de Gauche local. 88 signatures ont été recueillies pour pousser Serge De Carli, maire et conseiller général de Mont-Saint-Martin, à se présenter aux législatives sur la 3e circonscription… alors que le candidat élu en juin dernier aux primaires Front de Gauche-PCF est Philippe Marx.
Autant dire que la guerre des clans est ouvertement déclarée depuis quelques jours et rien ne présage une accalmie. Lundi soir, Philippe Marx a rassemblé une partie de ses soutiens à la permanence communiste de Villerupt, son fief de campagne. Sans surprise, les déclarations cinglantes ont fusé dénonçant une stratégie de division de la part des élus signataires de l’appel. Morceaux choisis.
Le Front de gauche. « Etre candidat du Fron
t de gauche et communiste demande à rester modeste et humble, a lancé Philippe Marx. Etre candidat du Front de gauche, c’est respecter le choix démocratique de tous les partenaires politiques qui forment le Front de gauche. Etre candidat du Front de gauche, ce n’est pas utiliser le sigle pour se faire élire, mais utiliser ce sigle pour démontrer notre réelle volonté à voir dans notre pays une politique de gauche plus
radicale s’installer. »
Le candidat, c’est Philippe Marx. « Depuis le début, on nous attaque, souligne Philippe Marx. Un conseiller général (Michel MARRUZZIO) qui fait un recours, Maryvonne Musset qui est juge et partie lance un recours au national… Et maintenant cette liste ! » Patrice Zolfo abonde dans le même sens en prenant pour témoin la décision du comité départemental : « Il a validé l’élection de Philippe Marx. Ce choix est remonté au national, le Parti de gauche 54 a également fait remonter ce choix, tout comme la Gauche unitaire. Le candidat a été désigné, c’est Philippe Marx, alors arrêtons les tergiversations, les palabres, les rumeurs et les ragots. »
Permanence de campagne. « On me reproche d’avoir choisi cette permanence PC pour y faire mon QG de campagne, relève Philippe Marx avec stupéfaction.
Mais moi, cette maison m’a tout appris. On me dit que ce n’est pas un lieu de rassemblement. Mais le rassemblement, c’est dans la rue qu’il devra se faire. Je rappelle juste à Alain Casoni (NDRL, maire de Villerupt) que cela ne le gênait pas de venir ici pour nous demander de distribuer ses tracts et coller ses affiches de campagne. »
Absence de suppléance. Philippe Marx l’avait annoncé avant le vote des militants à la primaire : il choisirait une femme suppléante pour respecter la parité. Mais à ce jour, aucune femme n’a été désignée : « Nous avons rencontré plusieurs femmes sur le coin de Briey, mais certaines ne pouvaient pas, à cause de leur vie de famille, et d’autres nous ont glissé des savonnettes, il faut le dire aussi. On ne va plus traîner pour trouver cette suppléante, si on n’y arrive pas, ce sera un homme, tant pis. »
Attaques. « Je le dis et je le répète, nous n’avons rien contre les élus, martèle Patrice Zolfo. Toutes les attaques verbales, frontales ne sont jamais venues de notre côté. Il suffit de reprendre tous les articles de presse. Les attaques sont venues du camp de la division. »
La Présidentielle en ligne de mire. « L’avenir des élections législatives et de la Présidentielle se joue maintenant, s’époumone Philippe Marx. Le plus important est de faire passer les idées du Front de gauche pour la Présidentielle d’abord. » Pour Patrice Zolfo, « les résultats de Mélenchon conditionneront les législatives. »
Une candidature de division. « Il ne faut pas le cacher, on sait que si un deuxième candidat se déclare, cela fera le jeu du député actuel (NDLR, Christian Eckert, PS). Il n’est pas notre adversaire principal, mais on peut dire qu’il est déjà sûr d’être réélu. La candidature de division de Serge De Carli sera défavorable au Front de gauche. »
Le truc en plus ? Patrice Zolfo met en avant le travail accompli par les militants depuis quelques semaines. « La campagne est lancée. Nous avons rencontré beaucoup de monde sur les marchés, le contact passe bien avec les gens. On sent que quelque chose se passe avec Philippe Marx, peut-être à cause du nom… »

Textes : Sandra Nonnenbruck.
Photos : Etienne Jaminet


«Opération de division »

Roger Corbellotti, maire de Longlaville, n’a pas mâché ses mots lorsqu’il a découvert l’appel des 88. « Je condamne cette opération de division.
Bien que ce soit Halloween, il ne faut pas avancer masqué et la Comedia dell’arte, ça suffit ! J’ai affirmé haut et fort que je soutiendrai le candidat élu. L’heure est au rassemblement et à l’action. Serge De Carli revendique sa candidature depuis un bout de temps, les choses étaient déjà préparées, tout le monde le sait […]
Qui peut définir qui a le droit d’être candidat ou de ne pas l’être ? Je n’ai jamais trahi qui que ce soit, et je ne vais pas faire le tour de mon conseil municipal pour savoir qui veut signer pour Serge De Carli, parce que je respecte la démocratie. »


«Du déni complet »

Adrien Zolfo, maire de Saulnes, a également réagi avec vigueur pendant la réunion, lundi soir. « Je ne suis pas communiste, je suis de gauche et je l’ai toujours été. Et je suis choqué de la tournure des événements. Les gens ont voté, il faut savoir respecter leur choix. Serge De Carli n’a pas été choisi, ce n’est pas de sa faute, il n’a peut-être pas bien présenté son projet… Mais quand on est battu, on l’accepte. C’est scandaleux de voir que des gens sont dans le déni complet. Rien que pour cela, j’appuierai la candidature de Philippe Marx. »


« Le trio infernal ! »

« Je suis directement concerné par cette élection interne, étant donné que je suis adhérent PC depuis quarante ans, a tempêté Denis Salvi, l’un des proches adjoints d’Alain Casoni, maire et conseiller général de Villerupt. Je suis atterré par les déclarations du trio infernal (NDLR, A. Casoni, L. Righi, M. Musset) !
Il fallait le faire. C’est déplorable de jouer dans cette petite cour, je me demande ce qui a motivé ces élus à aller jusque-là.
Au sein du conseil municipal de Villerupt, beaucoup se sont abstenus, d’autres ont signé cet appel en faveur de Serge De Carli, ils ne sont pas nombreux.
Et d’autres, comme moi, ont choisi de soutenir Philippe Marx. Les conseillers généraux n’ont fait que tirer les élus des conseils municipaux. »


Ils ont dit

Christian Tabaglio, Adjoint au Maire de Joudreville, membre du comité national et départemental PCF, a dénoncé « un deal entre le secrétaire fédéral, Patrick Hatzig, et Serge De Carli. Il lui a dit : "Tu n’iras pas aux régionales, mais tu iras aux législatives ! »
• « Le Front de gauche est une étape historique, a affirmé Philippe Spillmann, syndicaliste. Cela a permis aux gens de se rassembler. Il n’y a aucune volonté de flinguer les élus, le Front de Gauche met en place des rapports directs avec les militants et certains ne l’ont pas compris. J’ai rencontré plein de gens qui mettent leurs espoirs dans le Front de gauche. Si Serge De Carli se présente, ce sera une candidature de division irresponsable. Comment on expliquera ces deux candidatures ? »
• « J’ai fait campagne pour Alain Casoni et je ne le regrette pas, assure Michel Vescovi, militant. Je ne comprends pas pourquoi les trois conseillers généraux s’acharnent. Si c’est notre local qui ne leur plaît pas, on peut se réunir ailleurs ! »
• « On veut faire de la politique autrement, mais ils ne veulent pas, s’est indigné Martine Etienne, du Parti de gauche. Les maires et les conseillers généraux peuvent briguer le poste de député, mais nous, les militants, on nous convoque seulement pour aller tracter. On n’est bons qu’à ça, parce qu’on n’est pas capables ! »

Histoire d’une chanson qui a marqué notre monde politique : L’Internationale

Tout le monde connaît au moins le début " C’est la lutte finale-Groupons-nous et demain-L’Internationale-Sera le genre humain ". Et bien je vais vous raconter son histoire, disons sa "petite histoire".
Cette chanson a été écrite par un "Communard" et composée par un authentique militant ouvrier et elle a une histoire très ambiguë. Elle fut l'objet d'une sordide intrigue politico-familial  avant de s'imposer comme hymne officiel de la puissante Union Soviétique.
Eugène Pottier, qui est un Communard, a fait paraître en 1887  "Chants Révolutionnaires" dans lequel se trouve un poème que Charles Gros, professeur à Lille, remarque et qu'il donne au groupe lillois du Parti Ouvrier. Gustave Delory, maire socialiste de la ville , remarque aussitôt le souffle révolutionnaire du poème et demande à Pierre Degeyter de le mettre en musique pour la société musicale lilloise qui est " la Lyre des travailleurs "qu'il  dirige d'ailleurs.

Continuer la lecture de « Histoire d’une chanson qui a marqué notre monde politique : L’Internationale »

Fillon rend visite en jet au millitant UMP en Rhône-Alpes : facture 13 000 €

La crise semble ne pas freiner les dépenses du 1er ministre François Fillon. En effet il n’hésite pas en pleine campagne pour les régionales à se rendre en Rhône-Alpes pour une rencontre éclair avec des militants UMP.
Le hic, le déplacement a été effectué via un jet d’une compagnie portugaise, attachez vos ceintures, le prix du voyage est estimé selon le magazine Marianne à 13 000 euros.
Qui a payé ? L’Élysée ? L’UMP ?
En tous cas l’un comme l’autre le déplacement de monsieur Fillon sera supportés par les contribuables français.