média


Philippot, roi des matinales de l’été !

philoppotLes matinales radio et télé se sont-elles donné le mot ? Selon le Lab d’Europe 1, qui a fait le décompte, Florian Philippot, le numéro 2 du FN, a squatté les matinales d’août 
avec sept passages de RTL à I-Télé, en passant par France 2 ou Sud Radio et d’autres.
Et on ne compte pas les passages où l’intervention est visible sur plusieurs antennes. 
Il totalisait déjà trois passages en juillet et occupait la tête de ce classement en mai.
L’énarque devenu gars de la Marine est accompagné sur le podium par Éric Ciotti, porte-voix 
de Fillon et d’Hervé Mariton, autre UMP dont la voix dit être essentielle puisque le monsieur totalise 2 % des intentions de vote aux primaires UMP… Parmi les 32 heureux élus à être passés sur une matinale en août, un seul du PG, aucun du PCF…
Il ne suffit pas de parler de pluralisme lors des conférences de rentrée.
Maintenant, il faut passer aux actes.



Colombie : les FARC doivent libérer Roméo Langlois

Les FARC ont annoncé qu'ils détenaient le journaliste français, Roméo Langlois, envoyé de la chaîne France 24 qui se trouvait sur place lors d'un violent affrontement entre l'armée colombienne et la guérilla.
Le PCF exprime son inquiétude pour ce journaliste expérimenté connu pour son travail sérieux sur la réalité colombienne. Roméo Langlois dénonçait dans ses reportages les graves violations contre les Droits de l'Homme en Colombie, ainsi que sur les exécutions extra-judiciaires commises par l'armée. Il y relatait également le comportement des multinationales qui exploitent les ressources naturelles de la Colombie au grave préjudice de l'environnement et des populations.
Les FARC doivent libérer Romeo Langlois et, dans l'esprit d'un règlement politique du conflit, prendre l'engagement définitif de ne plus recourir à la prise d'otages et en particulier à l’enlèvement de personnes civiles. Il est nécessaire que l'armée colombienne interrompe ses opérations pour que la libération de Romero Langlois se fasse, au plus vite, dans les meilleures conditions possibles.


Nouvel Observateur / FDG : « Plus qu’un dérapage journalistique, une sale opération électoraliste »

Cette semaine, le Nouvel Observateur fait couler son encre, en essayant de trainer le candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle, dans des eaux bien fétides, chargées des éléments de langage communs au FN et au Medef contre Jean-Luc Mélenchon.
Nous imaginons bien le légitime dégoût que cela ne manquera pas de provoquer auprès des lecteurs d'un hebdomadaire qui, en se trompant d'adversaire, en utilisant contre le candidat du Front de gauche des propos de caniveau, commet bien plus qu'un dérapage journalistique, qu'une erreur politique. Nous sommes là devant une sale opération électoraliste qui déshonore autant ceux qui l'ont commandé que ceux qui l'ont exécuté.
Oui mais voilà. Avec l'irruption citoyenne qui caractérise notre campagne, le pilonnage du Nouvel Observateur contre le Front de gauche fait déjà parti d'un vieux monde. Il n'est pas très beau à voir. Nous avons d'autres horizons, notamment les dizaines de milliers de visages rassemblés à la Bastille, au Capitole, et samedi sur la plage du Prado à Marseille. Ils sourient quand cela fait grimacer le Nouvel Observateur. C'est triste pour un titre dont les engagements passés trouvent un écho avec l'esprit de Résistance incarné aujourd'hui par le Front de gauche. En nous insultant, le Nouvel Obs se manque d'abord à lui-même.
Oilivier Dartigolles, porte-parole du PCF et co-directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon.


OP Megaupload : Anonymous obtient des résultats

On assiste depuis quelques jours à la plus grande manifestation de masse, en ligne, de l’histoire d’Internet. Blocages de sites et pages endeuillées ont obtenu quelques résultats : les très contestées lois SOPA et PIPA ont été repoussées. Et ce n’est pas une mince victoire.
L’ampleur de la mobilisation en ligne de ces derniers jours est sans précédent ; à tel point que le congrès américain a repoussé le vote de ses lois anti-piratage pour en modifier le contenu. Les soutiens à ces lois se retirent un à un, d’autant que la fermeture de Megaupload les a rendues encore plus impopulaires. En France comme ailleurs, de plus en plus de formations politiques s’affichent plus fermement pour la neutralité du Net.
 Mercredi, de nombreux sites Internet s’étaient parés de noir en signe de contestation. D’autres encore comme Wikipédia se sont carrément rendus inaccessibles aux Etats-Unis. Puis la fermeture sans jugement de Megaupload est devenue le fer de lance de la contestation contre ces lois. Elle a cristallisé la colère et le mouvement s’est étendu dans le monde entier, englobant notamment les lois Hadopi ou son équivalent Belge.
Le coeur du message est que les gouvernements, au nom de la lutte contre le piratage, acceptent que les industries de la culture, autrement dit les Majors, s’érigent en principaux censeurs du Net. Avec des outils comme les technologies de filtrage. Soit les fournisseurs d’accès Internet ont l’obligation de bloquer l’accès aux sites que les ayants-droits jugent contrevenants, soit ils ont carrément la possibilité d’analyser ce qui se transfert sur Internet pour juger de ce qui est permis ou non. C'est-à-dire leur accorder un droit de regard sur tout ce qui s’échange. Ce serait sacrifier l’indépendance d’Internet au profit unique de l’intérêt financier de quelques Majors.

(suite…)


Interview de Salah Hamouri

La libération de Salah Hamouri en images ! Une vidéo de l’Agence médias palestine.
Salah Hamouri (arabe : صلاح حموري), né le 25 avril 1985, est un étudiant français en sociologie de l’Université de Bethléem (né de mère française et de père palestinien). Il a été inculpé en 2005 sous la double accusation d’avoir projeté de tuer le rabbin Ovadia Yossef, et d’appartenance au Front populaire de libération de la Palestine.
Après trois ans de détention provisoire, il accepte sur les conseils de son avocate[[1]->http://fr.wikipedia.org/wiki/Salah_…] une procédure de plaidoyer de marchandage afin d’échapper à une peine éventuelle de quatorze ans, et a donc été condamné par le tribunal militaire à une peine de sept ans de prison qu’il a purgée pour l’essentiel à la prison de Guilboa[[2]->http://fr.wikipedia.org/wiki/Salah_…]. Transféré à la prison de Shata quelques semaines avant sa libération, il a été libéré le 18 décembre 2011 de manière anticipée dans le cadre de d’une libération de 550 prisonniers palestiniens contre Gilad Shalit.
Plusieurs comités de soutien se sont constitués pour protester contre cette condamnation, le considèrant comme innocent et demandant sa libération
.


Le CSA rejette la plainte du CRIF contre un reportage de France 2

Désaveu. La diabolisation de toute critique journalistique d’Israël s’essouffle : dans sa procédure contre France Télévisions, le CRIF n’a pas obtenu gain de cause auprès du CSA.
Fin de la campagne de dénigrement ? Après des semaines d’intimidation à l’encontre des journalistes de France 2, accusés d’avoir diffusé -le 3 octobre – un reportage jugé anti-israélien, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), saisi par le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) et le mouvement Siona, a finalement rendu son verdict :
« Après analyse très détaillée de l’émission et du contenu de chacun des reportages, le CSA n’estimait pas que le propos était entaché de partialité. Le travail de l’équipe d’ « Un œil sur la planète » lui apparaissait respectueux des règles déontologiques inscrites dans le cahier des charges de France Télévisions ».
Lors d’une interview accordée –hier, à Tel Aviv- à la chaîne franco-israélienne Guysen Tv, le président du CRIF, Richard Prasquier, a confirmé avec une « extrême déception » la nouvelle et indiqué aussitôt qu’un contre-reportage, préparé par ses équipes, était déjà en cours d’élaboration.
En attendant de faire connaître, en guise de droit de réponse, ce qui s’annonce comme une nouvelle œuvre de propagande médiatique, Oumma vous propose de (re)découvrir l’intégralité d’une émission jugée scandaleuse par les défenseurs les plus -maladroitement- zélés d’Israël.


Le Président a menti aux français

Nicolas Sarkozy s'est livré à une heure d'autosatisfaction irréelle pour justifier l'accord signé à Bruxelles.
Que faut-il retenir de cette leçon présidentielle ?
« Tout va bien, tout est sous contrôle, nous avons eu raison de faire la réforme des retraites car les retraités étaient responsables de la dette, il n'y a pas eu de baisse de salaires et de retraites en France. »
Mais qui peut croire à une fable pareille ?
Les souffrances des Français étaient absentes de tout le propos présidentiel.
En fait , il s'agissait de répéter les mêmes slogans de campagne comme le « travailler plus… » auquel plus aucun Français ne peut croire, les mêmes promesses sur la fin des bonus des banquiers plusieurs fois annoncée mais jamais réalisée.
Surtout il s'agissait pour le Président de justifier de nouvelles mesures d'austérité qu'il a d'ailleurs refusé d'annoncer clairement, sans écarter une hausse de la TVA.
Enfin, en plaidant pour de nouveaux alignements sur l'Allemagne, il a décrété « obligatoire » la règle d'or sur laquelle les Français n'ont jamais été consultés.
Le Président qui avait promis un exercice de vérité. Pendant une heure, il a menti aux Français.


Communiqué de presse : Un Stade Pour Gaza Nancy

Il y a un an, Hakou Tarik lançait un appel national visant à mettre en place dans de nombreuses villes des manifestations sportives dont les fonds seraient reversés à des projets socio-éducatifs pour les enfants palestiniens. A cette initiative s'est greffée des personnalités comme Renoux Yves, responsable des projets sport fraternité à la Fédération Gymnique et Sportive du Travail, ou encore Stéphane Hessel et Michel Warschawski (Directeur du Centre d'Information Alternative de Jérusalem) en tant que parrains. Là est l'origine de l'organisation Un Stade Pour la Solidarité.
L'appel eut un échos dans l'agglomération Nancéienne auprès de jeunes actifs dans le milieu associatif, qui se sont réunis en collectif. Par la suite, des associations ont apporté leur aide, comme Étudiants Musulmans de France de Nancy, Association Jeunesse Active de Toul, Aux Stades Citoyens et Z1nk Production. L'investissement de chacun depuis octobre 2010 a permis la mise en place d'un tournoi de football.
Samedi 11 juin, seize équipes se sont affrontées de 9h à 19h15 au Stade de la Sapinière à Vandoeuvre-lès-Nancy, dans un très bon état d'esprit et sans aucun incident. Parallèlement aux activités sportives, nous avons profité de la pause repas, entre 12h15 et 13h45, assurée par nos partenaires restaurateurs : Azkrour Saïd de Toul – boulangerie Karatas – Snack Entre Tigre et Euphrate – Snack Kusadasi, pour évoquer la cause qui nous rassemblait. Lubraniecki Yves de l'Union Juive Française pour la Paix et Vescovi Thomas de l'Association France-Palestine Solidarité se sont succédés au micro afin d'évoquer la situation au Proche-Orient. La reprise fut marquée par la prestation scénique du groupe de rap Soledad.
1.013,04 € furent récoltés. Les bénéfices obtenus, 842,04 €, seront entièrement reversés à nos ONG partenaires en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza (Canaan Institute, Remedial Education Center, FSGT Palestine).
Bémol à signaler, l'absence remarquée de journalistes dans cette manifestation qui rassemblait près de cent cinquante jeunes, investis pour une noble cause.
Nous tenons à remercier toutes celles et ceux qui nous ont permis de faire de cette journée une réussite, et à l'Association France Palestine Solidarité pour sa décoration réussie et le succès de son stand.         

Un Stade Pour Gaza Nancy
Aggoune Samira, Amazigh, Bey Hanane, Merkhi Samira, Sinha Raja, Vescovi Thomas

[ad code=2 align=center]


Qui a dit que le mouvement commençait à s’étioler ? Faut revoir sa copie Monsieur ou Madame le journaliste ! Nous sommes là, et tous les mois nous recommencerons ! 1

Hier, à Mexy, nous étions plus de 30, et en plus nous avons fini par un apéritif offert par Oscar, merci de cet accueil super convivial, ça c’est aussi la démarche du Front de Gauche !
Pourtant, le 8 juin nous pouvions lire dans la presse que notre mouvement commence à s'étioler, eh ben non ! Il commence à prendre forme !
Deux textes ont été lu, un par Dominique MAUVAIS (PG) et un par Patrice ZOLFO (PCF) à lire ci-dessous.
Le Républicain Lorrain, n'était pas là, obligé de faire notre information nous même.

 

Texte lu par Dominique MAUVAIS :
Les révolutions en Tunisie et en Egypte ont donné une formidable impulsion à la révolte des peuples en Afrique du Nord, Lybie, Jordanie, Maroc, Algérie, Yémen, Barhein, Irak, Iran, Djibouti – La vague révolutionnaire déstabilise une dictature après l'autre – la pauvreté écrasante et l'absence totale de libertés démocratiques ont fini par exaspérer les masses – les révolutions sont de magnifiques démonstrations de la force révolutionnaire qui réside dans les travailleurs et la jeunesse – on considère la révolution populaire qui s'est déroulée en Tunisie et en Egypte comme étant la révolution de masses la plus importante qu'ait eu lieu à l'époque contemporaine après les révolutions française, bolchévique et iranienne – Aujourd'hui dans le monde arabe on assiste à une approbation populaire générale de cette révolution en raison de son opposition à l'injustice, elle est aussi considérée comme un passage obligé après une phase de blocage par laquelle est passée la société arabe, elle est unanimement acceptée car elle est l'expression de la voix des masses, voix qui est restée très longtemps dans l'attente, alors la lutte continue en France où elle s'organise comme de l'autre côté de la Méditerranée, là bas comme chez nous, nous devons lier toutes nos luttes à la nécessité impérieuse d'exproprier la classe dirigeante, il faut reconstruire la société sur la base d'une planification démocratique des grands leviers de l'économie, celle ci doit satisfaire les besoins du plus grand nombre et non des profits de quelques uns.
A mes yeux, la plus grande injustice reste les conditions de vie des Palestiniens dont on n'a pas conscience parce qu'on ne s'y intéresse pas et surtout parce on ne nous la montre pas.
Depuis quelques semaines on assiste à des rassemblements de plus en plus nombreux – les rassemblements des Indignés – et c'est une évidence de participer à ces mouvements spontanés et inattendus –
''Reprenons notre avenir en main il est grand temps!''
Chaque soir entre 200 et 300 citoyens jeunes et moins jeunes se retrouvent Place de la Bastille – haut lieu symbolique- et, dorénavant dans d'autres villes de France , ils brandissent des affiches en français et en espagnol reprenant les mots d'ordre de leurs cousins ibériques ''Les Indignados'' – Chacun est appelé à être acteur de cette dynamique de changement – les réveils des peuples grec et espagnol envoient un message à tous les Européens, c'est à nous de saisir cette opportunité –
Pour ne s'en tenir qu'à notre pays, il serait bien entendu ridicule de prétendre que nous sommes dans une dictature  – en revanche on peut s'interroger ''Sommes nous encore en démocratie?'' où est la démocratie quand les voix des citoyens sont comptées négligeable: référendum, retraites……
Quelque soit la consultation, l'oligarchie au pouvoir ignore les votes et s'enfonce dans sa surdité – D'où qu'ils soient, les Indignés sont les héritiers des révolutionnaires de 1789, 1848, de la Commune et de tous ceux qui se sont battu pour que le pouvoir soit exercé par le peuple et pour le peuple –
Juste quelques mots sur la démocratie locale telle que je la conçois: la démocratie locale est le fait que les citoyens participent aux prises de décisions qui les concernent, elle se traduit non seulement par le vote, mais aussi pour une place laissée à l'initiative du citoyen, à sa participation, à sa décision et à l'action –
YA BASTA!

 


Texte lu par Patrice ZOLFO :
Eduardo Galeano s'exprime sur le mouvement des indignés (extraits)
Eduardo Galeano est un grand écrivain uruguayen tour à tour, journaliste, romancier, essayiste, profondément engagé, il est notamment l'auteur de l'incontournable essai "Les veines ouvertes de l'Amérique latine" (1971).
Recueil et traduction : Guillaume Beaulande
"C'est, il me semble,  une expérience incroyable, qui m'émeut beaucoup, cet enthousiasme, cette vitamine E d'enthousiasme qui semblait perdue dans ce monde, toutes ces places remplies de monde."
"J'espère que ça durera, « l'enthousiasme » est un très joli mot, en grec cela signifie avoir les dieux en soi , c'est ce que j'ai ressenti en déambulant sur la place del Sol."
il y a un divorce entre les générations et entre le peuple et le système politique.
Ce qui m'a plu, c'est cette résistance pacifique, très solidaire, unie par la chose commune, ce qui m'a marqué aussi c'est cette phrase, « con causa pero sin casa" ("avec raison mais sans maison").
Deux siècles de mouvements ouvriers ont permis d'acquérir un certain nombre de droits. La technocratie et l'oligarchie qui se croit élue des dieux pour gouverner le monde aujourd'hui nous les confisque.
Lorsque des voix s'expriment, simplement pour dire « ca suffit », la première chose à faire c'est de les écouter avec respect, sans les discréditer d'emblée.
Les indignés agissent spontanément en conjuguant la raison à l'émotion, lorsqu'on me demande comment cela finira, je répond que je n'en sais rien, j'espère que cela ne finira pas… Il y a quelque chose de l'ordre de l'infini dans ce mouvement…
Le FMI et la Banque Mondiale, les agences de notations qui classifient et qualifient les pays selon qu'ils ont pris le « bon chemin » ou non, le « bon chemin étant à leurs yeux celui de l'obéissance… méritent d'être traînés en justice et jugés.
Certains politiques se sont élevés contre ce système et ont annoncé qu'il ne paierait pas la dette car elle est illégitime.
L'Islande aussi! Un pays qui a dit non le plus clairement au FMI et à la dictature financière à l'occasion de deux plébiscites car le peuple ne devait pas payer la banqueroute, chaque citoyen devait payer à hauteur de 12000 euros la banqueroute des banques, ils ont dit « non ». C'en est fini de l'obéissance du plus petit envers le plus fort !
Il est question de dignité humaine, le mouvement des indignés porte bien son nom car le monde est bel et bien divisé entre les indignes et les indignés.
« Le marché » est à l'origine un joli mot qui décrit ce lieu aux mille couleurs de fruits et de légumes, d'échange et de palabre, aujourd'hui le marché désigne un être invisible qui ordonne et étrangle les peuples, mais heureusement il reste des gens qui aujourd'hui s'expriment et croient qu'un autre monde est possible.
La démocratie, c'est la diversité c'est d'écouter toutes les voix sur un pied d'égalité. Il faudrait remplacer le G20 par le G7 milliards, c'est-à-dire celui de l'humanité. Il n'y a pas de recettes en la matière, les choses ne changent pas en une semaine ou en un mois mais même si le mouvement des indignés prenait fin, ce que je n'espère pas, il restera l'énergie qui s'en est dégagé.
Je suis très optimiste en ce qui concerne ce mouvement.