Ca bouge en lorraine : Florange – Rouge comme la colère

La journée d’action de la CGT sidérurgie à Florange a permis de réunir de nombreux salariés de sites ArcelorMittal de France et d’Europe. Un cortège d’environ 2 000 manifestants est parti de la mairie jusqu’aux Grands Bureaux… avec accueil assuré par plusieurs dizaines de gendarmes mobiles.

Chômeurs arrêtés au Fouquet’s : « attaque contre les libertés syndicales »

Pour protester contre la proposition de Nicolas Sarkozy d'organiser un référendum anti-chômeurs, les organisations de chômeurs ont envahi symboliquement le Fouquet's.
Lors de cette manifestation pacifique, 70 militants ont été arrêtés et accusés de « vols de petites cuillères » (sic) pour lesquels ils risquent d'être poursuivis.
Aux cotés de leurs organisations (APEIS, AC et MNCP), je dénonce cette atteinte au droit à manifester ainsi qu'une nouvelle attaque contre les libertés syndicales.
Je veux dire mon adhésion totale à leur combat contre ce référendum scandaleux et démagogique.
Les manifestants doivent être libérés immédiatement du commissariat du 18 ème arrondissement où ils sont actuellement retenus.

Événement du jour : Rappelons-nous !

1982 : Sous les yeux des forces d'occupation israéliennes au Liban, des membres des milices chrétiennes entreprennent le massacre de plus de 1000 Palestiniens des camps de réfugiés de Sabra et Chatila, à Beyrouth. Le geste serait une action de représailles en réponse à l'assassinat de Béchir Gemayel 2 jours plus tôt. Les victimes du massacre sont surtout des femmes, des enfants et des vieillards, la plupart des combattants palestiniens ayant été évacués de Beyrouth-Ouest. L'opinion internationale condamne unanimement l'attitude israélienne. En Israël même, des milliers de manifestants réclament le retrait immédiat du gouvernement Begin.

Halte à la répression en Syrie

1000 tués, des milliers et des milliers de détenus et de disparus, des massacres et des tortures… la répression des autorités syriennes contre les manifestants de Damas, Deraa, Homs, Banyas, Alep… atteint un consternant niveau de violence, de terreur et de cynisme.
Pour exiger du régime de Damas l'arrêt immédiat de cette répression criminelle
.
Pour exprimer la solidarité avec le peuple de Syrie, avec les démocrates et les progressistes de ce pays qui manifestent avec courage face aux chars, à l'armée et aux milices de Bachar Al Assad.
Pour soutenir
toutes celles et ceux qui agissent dans ce pays pour un État de droit, pour la démocratie et la justice sociale
.
Parce que le «printemps arabe», l'exigence de libertés et le respect des droits humains ne peuvent pas avoir d'exceptions…

Nakba: l’armée d’Israël tue au moins 20 manifestants

Les troupes israéliennes ont ouvert le feu sur des manifestants aux frontières avec la Bande de Gaza, le Liban et la Syrie sur le plateau occupé du Golan, dimanche, lors des rassemblements pour le 63e anniversaire de la "Nakba", la "catastrophe" représentée pour les Palestiniens par la création de l'Etat hébreu en 1948. Au moins 12 personnes ont été tuées.
Les incidents les plus meurtriers se sont produits sur le plateau syrien du Golan annexé par Israël. Des milliers de manifestants venus de Syrie se sont massés près de la frontière, selon l'armée israélienne. Au moins six personnes ont été tuées et plusieurs dizaines blessées. Selon des responsables israéliens, deux manifestants sont morts côté israélien et au moins quatre morts étaient signalés côté syrien.
Les manifestants seraient des Palestiniens vivant dans des camps de réfugiés en Syrie. L'un de ceux qui ont franchi la frontière, interrogé sur la chaîne israélienne Channel 2, a dit être un habitant du camp de réfugiés de Yarmouk. "Je suis un Palestinien de Nazareth", a-t-il ajouté.
La chaîne a diffusé des images, prises par un habitant du village de Majdal Shams, frontalier du Golan, de ce qu'elle a présenté comme une manifestation pro-palestinienne dans les rues du village.
Israël a occupé le Golan depuis de la guerre israélo-arabe de 1967. La Syrie réclame la restitution de ce territoire, Damas exigeant qu'elle figure dans tout accord de paix qui serait conclu avec Israël. Malgré l'hostilité entre les deux pays, la frontière est restée relativement calme depuis la guerre de 1973.

Continuer la lecture de « Nakba: l’armée d’Israël tue au moins 20 manifestants »

Syrie: 100 morts hier, jour de deuil aujourd’hui. Et là ? On y va pas ?

Plus de 20.000 personnes ont participé ce jeudi à des funérailles à Deraa dans le sud de la Syrie, théâtre de protestations sans précédent contre le pouvoir où une centaine de manifestants ont été tués la veille par des tirs de la police.
Selon des militants des droits de l'Homme basés à Nicosie (Chypre), une répression féroce s'est abattue hier sur cette ville du sud-est du pays, noyau de la contestation qui a débordé dans des villes voisines. "Il y a sûrement plus de cent morts et la ville a besoin d'une semaine pour enterrer ses martyrs", a affirmé Ayman al Assouad, militant des droits de l'Homme, joint au téléphone par l'AFP à Deraa depuis Nicosie. Ce dernier accuse les forces de sécurité d' "avoir utilisé des balles réelles" contre des manifestants qui participaient mercredi à des funérailles dans cette ville.
Un précédent bilan fourni mercredi par des militants des droits de l'Homme et des témoins faisait état de quinze morts dans cette ville tribale de quelque 75.000 habitants à 120 km au sud de Damas en proie à des protestations depuis le 18 mars.
Les autorités ont imputé mercredi les heurts à un "gang armé", l'accusant d'avoir tué quatre personnes et "d'emmagasiner des armes dans la mosquée" al-Omari à Deraa. Elles ont aussi dénoncé "des parties étrangères qui continuent de propager des mensonges sur Deraa" et affirmé que des messages SMS, envoyés pour la plupart d'Israël, appellent les Syriens à provoquer des troubles.
Un mouvement de contestation sans précédent a débuté le 15 mars en Syrie à la suite d'un appel via une page Facebook intitulée "la révolution syrienne contre Bachar al-Assad 2011", à des manifestations pour "une Syrie sans tyrannie, sans loi d'urgence ni tribunaux d'exception". De petites manifestations ont été dispersées dans la capitale, puis le mouvement s'est étendu au Sud.

Sarkozy au Puy-en-Velay (Haute-Loire) : Coups de matraques et gaz lacrymogènes contre des manifestants pacifiques

Ce jeudi (3 mars 2011), à partir de 11h00, à l'appel de l'intersyndicale, un rassemblement était organisé place de la Libération (au Puy-en-Velay) (la Préfecture ayant refusé la manifestation place Carnot).
Quelques centaines de manifestants étaient réunis face à un imposant cordon de CRS (leur nombre était disproportionné face à la mobilisation).
Dès le départ le ton était donné, les CRS qui n'étaient pas encore totalement en place, refusaient l'accès à la ville à une personne avec une affiche hostile à Sarkozy (elle faisait état du fait que le Président, malgré un cumul d'indemnité impressionnant ne payerait pas d'impôt sur le revenu). Cette personne devait abandonner sa pancarte pour passer le barrage !

Continuer la lecture de « Sarkozy au Puy-en-Velay (Haute-Loire) : Coups de matraques et gaz lacrymogènes contre des manifestants pacifiques »

Libye : les forces pro-Kadhafi ouvrent le feu à Tripoli

Au moins deux manifestants ont été tués vendredi à Tripoli dans des affrontements avec les forces de sécurité libyennes, a rapporté un habitant de la capitale de la Libye. Au 11e jour de la révolte sanglante contre le pouvoir chancelant de Kadhafi qui a accusé ses opposants d'être téléguidés par Al-Qaïda, les initiatives se multiplient : réunion de l'ONU, propositions de sanctions, d'embargo total et de mise en place d'une zone d'exclusion aérienne.
►Nouvelle apparition de Kadhafi à la télévision d'État. Le dirigeant libyen a invité vendredi ses partisans à "se battre" pour "vaincre" les protestataires assurant qu'il leur ouvrirait les dépôts d'armes s'il le fallait "Préparez-vous à défendre la Libye (…) Nous allons nous battre et nous les vaincrons", a lancé Kadhafi à plusieurs centaines de ses partisans, à la tombée de la nuit. "S'il le faut, nous ouvrirons tous les dépôts d'armes pour armer tout le peuple", a-t-il ajouté, depuis les remparts du fort ottoman qui surplombe la place Verte. "Nous sommes prêts à faire face à toute offensive, je suis venu ici pour vous saluer et saluer votre courage, nous allons leur répondre", a-t-il encore dit. "Je ne suis ni président ni roi, je n'ai aucune fonction mais ce peuple m'aime", a assuré le dirigeant libyen, un micro à la main, portant une chapka et un manteau noir. "Regarde Europe, regardez Etats-Unis, le leader est au milieu du peuple", a-t-il lancé.
Les forces libyennes ont tiré sur la foule dans le quartier de Djanzour, dans l'ouest de la capitale, selon un témoin, qui au aussi fait état de manifestants hostiles au dirigeant

Continuer la lecture de « Libye : les forces pro-Kadhafi ouvrent le feu à Tripoli »

Manifestants fusillés au Bahreïn : la vidéo qui choque le web

Des manifestants non armés brandissent des drapeaux et se font shooter sans préavis sur la route par l’armée du Bahreïn.
Toujours aussi largué en communication, voilà l’image que donne le roi du Bahreïn au monde, à travers cette vidéo qui en est à plus de 2 000 000 de vues sur Youtube.
Âmes sensibles s’abstenir

Hier soir, une mobilisation monstre a eu lieu à Manama, la capitale du Bahreïn, sans qu’aucun incident ne soit à déplorer. Le royaume du Bahreïn est dirigé par une famille régnante sunnite, mais le peuple est à majorité chiite.

Il y a 49 ans, le 8 février 1962…Charonne

Le 8 février 1962 à Paris est organisée à l’appel des syndicats CGT, CFTC, FEN, SNI, UNEF et le soutien du Parti Communiste Français et de la Jeunesse communiste une manifestation pour dire « Paix en Algérie », « OAS assassin » et « Union sans exclusive contre le fascisme »
Il y a environ 60.000 manifestants en plusieurs cortèges car la manifestation est interdite (Maurice Papon est alors préfet de police et le gaulliste Roger Frey ministre de l’intérieur).
Quand la manifestation arrive au niveau du métro Charonne, ses organisateurs appellent à la dislocation. Néanmoins, au même moment, les policiers chargent avec leurs longues matraques noires (« les bidules »), ils cognent sans retenue et s’acharnent contre des manifestants sans défense. Il y a des centaines de blessés. Neufs manifestants sont littéralement massacrés dans les escaliers du métro Charonne, écrasés par des projectiles de toutes sortes lancés par des policiers ivres de rage.
Les 9 martyrs du métro CHARONNE

Continuer la lecture de « Il y a 49 ans, le 8 février 1962…Charonne »