Nos dirigeants, ne seront jamais punis pour avoir détruit et tué… Le billet du jour…

MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
C’était dimanche, un dimanche d’été, où le soleil manque et que la pluie inonde. Que faire quand nous ne sommes pas en vacances ? Il ne reste pas grand-chose à faire, à part lire ou regarder la TV. Alors tu zappes et zappes encore jusqu’au moment où un programme, un film attirent ton attention. Pour moi a été ce film « Hemingway & Gellhorn » retraçant la vie et les aventures de l’écrivain et de la journaliste reporter de guerre.
Encore un film de guerre, sur les guerres passées, celle d’Espagne, celle de Chine, celle de Finlande, la Grande Guerre de 1940, toujours la guerre et encore la guerre.
En regardant ces images, je ne sais pas pourquoi, mais souvent des larmes ont coulé de mes yeux, serais-je trop sensible ou encore trop naïf pour croire que « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil » ?
Évidemment, il me vient les images que tous les jours on voit aux journaux télévisés, ces images de guerre, eh oui ! Toujours la guerre !
Le film, c’était les guerres d’avant, aujourd’hui à la TV ce sont les guerres d’aujourd’hui.
À croire que le monde a été fait de guerres et que pour continuer à faire tourner ce monde il faut encore des guerres, toujours des guerres.
Les images ne changent pas, des avions qui lâchent des bombes, des fusils qui envoient des balles, des enfants qui pleurent, des maisons détruites, des gens qui se sauvent, et ceux qui souhaitent par la force et la terreur à vouloir faire appliquer leur volonté. Des images qui aujourd’hui, ne devraient plus être vu, et pourtant…
Cela m’a donné l’envie d’écrire afin de donner mon avis, même si je sais que celui-ci n’a aucune importance. Que celui-ci ne sera peut-être même pas lu ou que celles et ceux qui liront ces mots se diront, mais quel rêveur cet homme, quel ingénu il est !
Se taire chez moi n’est pas chose courante, et souvent j’ai payé largement pour avoir dit tout haut ce beaucoup pensent tout bas, mais je préfère en prendre plein la figure comme on dit plutôt que de rester qu’un spectateur de ce qui se passe dans ce monde.
Les mots s’affichent à l’écran et ma vue se brouille par les larmes qui coulent le long de mes joues. Mes doigts tremblent sur les touchent de mon clavier non pas parce que j’ai peur d’écrire ces mots, mais parce que je suis en colère, très en colère. Je me sens inutile et je ne sais pas ce que nous pourrions faire pour stopper à jamais ces cruautés réalisées par les hommes. L’histoire prouve que les guerres n’ont jamais fait la paix, la guerre engendre toujours une autre guerre, à croire que les hommes ne veulent pas en tirer les leçons.
Aujourd’hui, cela se passe à Gaza, en Ukraine, en Irak, en Libye, en Centrafrique, au Mali, en Afghanistan, partout les hommes tuent les hommes, partout les hommes tuent des enfants, des femmes et des vieillards. Partout, c’est la destruction, le chaos, l’horreur, la fuite des uns et des autres, partout le ciel devient noir et gronde sous le bruit des bombes, la pluie change de couleur pour devenir rouge de sang, des colonnes de fumée vont éclaircir ou assombrir le ciel déjà bien sombre. Les maisons deviennent des amas de pierres, des villes entières sont détruites et quand tu interroges celles et ceux qui subissent cela ils te disent « en cinq minutes toute ma vie a été détruite ».
Une amie m’a dit l’autre soir avoir eu peur de l’orage, l’orage : de la pluie, du tonnerre et des éclairs, là-bas, les éclairs brûlent et le tonnerre détruit, et même si aujourd’hui les orages détruisent aussi, ce n’est pas la même destruction, elle vient de la nature, c’est elle qui fait la guerre à l’homme, car l’homme ne l’a pas respecté. Elle est certainement moins grave que la désintégration par la guerre.
Les va-t’en guerre que sont nos dirigeants, ne seront jamais punis pour avoir détruit et tué, ils trouveront  toujours à dire qu’ils devaient le faire pour la liberté des peuples qui subissent.
Peut-être ! Ou peut-être pas ! Aujourd’hui, il existe d’autres moyens de s’occuper des fous, des dangereux, il suffit d’en avoir la volonté. D’autant que la plupart de ces démons ont été créés par les mêmes qui aujourd’hui prônent la liberté des peuples. Par ceux-là mêmes qui pour des intérêts économiques financent, forment ces extrémistes.
Nous vivons un monde qui possède tout pour que les femmes et les hommes de cette planète puissent vivre dans le bonheur, et tout est fait pour que ces mêmes personnes vivent avec la peur de lendemain.
Ce n’est qu’une poignée d’hommes qui décident pour nous ! Alors que de nourrir le monde, que de le rendre heureux coûte beaucoup moins cher que de le bombarder.
Plus jamais cela, plus jamais ! N’oublions pas ! Qu’ils disent devant les monuments aux morts chaque année, mais pourquoi ? Cela ne s’est jamais arrêté.
C’est à nous, citoyennes et citoyens de cet univers d’EXIGER que la guerre disparaisse de notre vue !
Seul, manifester, écrire, dire ne suffit pas, mais en nombre, toutes et tous ensemble nous pourrions éradiquer toutes ces horreurs que l’on nous impose de vivre.
Oui ! Quand on rêve tout seul, ce n’est qu’un rêve, quand nous rêvons ENSEMBLE, c’est le début de la réalité… YALLA !!
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

15._paix_-_non_a_la_guerre

Michel Collon – La France au Mali : repérer les médiamensonges

En guerre contre le terrorisme, vraiment ? Pourquoi les médias ne parlent-ils pas des ressources naturelles convoitées, des multinationales françaises qui se construisent des fortunes dans cette région, de la misère dont elles sont responsables ? Pourquoi nous cache-t-on les véritables cibles : Mali, Niger, Algérie et l’Afrique en général ? Et le Qatar, allié de Paris, qui arme les islamistes maliens, qu’est-ce que cela cache ? Ou bien part-on en guerre pour des intérêts économiques et stratégiques soigneusement cachés ?

http://youtu.be/LoSRTo330TM http://youtu.be/jMa2fxvES4w

Mali : « L’ intervention militaire française comporte de grands risques de guerre »

mali2Le PCF partage l'inquiétude des maliens devant l'offensive armée des groupes djihadistes vers le sud de leur pays. Ces groupes islamistes radicaux, avec leurs pratiques violentes, ont montré le danger qu'ils représentent pour la dignité humaine, pour les libertés, la justice et la stabilité du Mali et de toute la région.
Le PCF exprime une nouvelle fois son inquiétude devant la nouvelle et grave situation créée par la reprise de la confrontation armée au Mali. L' intervention militaire française comporte de grands risques de guerre et d'enlisement sans véritable solution durable pour le peuple malien et pour la reconstruction du pays. Cette intervention,  suscite l'angoisse légitime des familles des otages car la vie de ceux-ci est sérieusement mise en danger. On sait d’ailleurs que Denis Allex, retenu en otage en Somalie, a été assassiné par ses "geôliers" suite à une opération de la DGSE dans la nuit de vendredi à samedi. Cela montre quels sont  les périls dramatiques et les limites de ces opérations militaires.
Le PCF rappelle que la réponse à la demande d'aide du Président du Mali aurait du s'inscrire dans le cadre d'une mission de l'ONU et de l'Union africaine, réalisée sous drapeau de l'ONU, par des forces maliennes et africaines, dans le strict respect de la Charte des Nations-Unies, dans les limites imposées par l'exigence de la souveraineté malienne. La France, ancienne puissance coloniale, ne peut apparaître comme voulant poursuivre les pratiques dominatrices de la "françafrique". Cette intervention militaire n'efface pas la nécessité de la recherche d'une solution politique et d'un dialogue avec les groupes de la rébellion non liés au terrorisme et respectueux de l'intégrité territoriale du Mali. C'est ce que demandent les résolutions de l'ONU.
Le PCF demande que les autorités françaises répondent aux lourdes questions posées par une intervention militaire déclenchée sur décision du Président de la République et engagée sans débat préalable au Parlement.

Mali : Il faut mettre un terme à la Françafrique

La déclaration du Ministre des Affaires Étrangère Alain Juppé, ce matin, demandant aux mutins de l’armée malienne de tenir des élections au plus vite – alors que la constitution et les institutions viennent d’être suspendues par un coup d’Etat – illustre l’inconséquence et l’irresponsabilité de la diplomatie française qui s’ingère une fois encore directement dans les affaires africaines, et une nouvelle fois dans la vie politique malienne.
La France porte une lourde responsabilité dans la situation de déstabilisation que connaît toute la région.
Des milliers d’armes et d’équipement militaires ont inondé les pays du Sahel suite à l’intervention militaire de la France et de l’OTAN en Libye, permettant notamment au mouvement de libération de l’Azawad (MLNA) de lancer ses offensives à la mi-janvier 2012 dans le nord du Mali. La France de Nicolas Sarkozy a ainsi encouragé la dynamique guerrière qui menace désormais tout le Sahel.
Le gouvernement d’Amadou Toumani Touré – ATT – a fait le choix de la guerre contre le MLNA, tout en abandonnant ses troupes sous-équipées et les populations du nord du pays, les condamnant aux atrocités du MLNA, et à l’exil dans les régions et pays voisins.
Au matin du coup d'État organisé par les mutins de l’armée malienne, qui se sont révoltés contre la politique du gouvernement d’ATT, le PCF apporte son soutien aux populations maliennes, aux forces de l’opposition progressiste et de la société civile, au parti Sadi qui agissent courageusement pour une solution politique.
Le PCF met en garde le gouvernement français contre toute volonté d’intervention et tentative d’ingérence qui ne ferait que fragiliser la situation et déstabiliser davantage toute cette région de l’Afrique. Il faut mettre un terme à la Françafrique.

Que sont devenus les “Chartérisés” ? Soutien aux Sans-Papiers

MESSIEURS BESSON ET HORTEFEUX QUE SONT DEVENUS TOUS CES GENS QUE VOUS AVEZ FAIT EXPULSER ?
"Une Association pour aider les Expulsés : l'A. M. E. du Mali
Unique en son genre, l'Association malienne des expulsés (AME) a été créée à Bamako en 1996, au moment où les charters Debré se mutipliaient. Peu active pendant dix ans, l'association reprend ses activités en 2006.
Aujourd'hui très mobilisée, elle compte douze salariés et de nombreux bénévoles. Outre l'accueil à l'aéroport, l'assistance médicale et juridique, l'hébergement provisoire, les membres de l'AME s'emploient à défendre les droits des migrants et à mettre en place des antennes régionales dans les zones frontalières (Algérie et Mauritanie). Avec son homologue, Forum Pour un Autre Mali, l'AME se bat contre les accords de réadmission que la France veut imposer au gouvemement malien pour faciliter les retours forcés." Humanité – 12 avril 2010.

Et pour les migrants en France, l'Association Salam…
ET aussi :
Pas de charter pour l'Afghanistan !

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :