Depuis dimanche, vivre dans une commune dirigé par un FN ne doit pas être facile à supporter. Le billet du jour…

MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Depuis dimanche soir, les commentaires vont bon train. Percé du FN, profit à l’UMP et raclée au PS.
C’est de cela que l’on entend parler depuis dimanche soir.
On oublie de vous dire que les villes dirigées par des communistes ont augmenté et que les listes autonomes Front de gauche ont réalisé où elles se sont présenté des scores non négligeables.
Bien évidemment, la coutume médiatique continue à jouer à un jeu dangereux et surtout le passe temps d’une actualité faussée.
Quoi qu’il en soit, qui aurait pu penser le contraire du résultat qui s’est dessiné dimanche soir ?
1) Comment exiger des électrices et des électeurs de faire l’impasse de la situation nationale sur des élections locales où nous retrouvons sur des listes des gens qui ne critiquent pas et qui approuvent la politique menée depuis 24 mois par ce gouvernement dit de gauche ? Alors que nous savons déjà que celles et ceux qui nous gouvernent ont choisi la diminution des dotations aux communes.
Il faut arrêter de prendre les Françaises et les Français pour ce qu’ils ne sont pas !
2) Après une décennie du pouvoir de droite où la politique menée par celle-ci n’a été que pour le peuple austérité, coupes sombres sur les acquis sociaux et cadeaux aux riches, en ajoutant depuis deux ans la continuité de cette politique par un gouvernement dit de gauche, comment s’étonner aujourd’hui que les Françaises et les Français puissent ne pas se retourner vers les extrêmes ? Et en l’occurrence le FN qui bien évidemment cache le jeu de la vérité en se disant proche du peuple. D’autant, que les médias en portent une lourde responsabilité. Il y a qu’à voir l’audience du FN sur nos chaînes télévisées, il gagne le pompon de leur présence sur les plateaux.
À jouer avec le feu, on finit toujours un jour à se brûler.
3) Comment peut-on prétendre être crédible en faisant dès le 1er tour des alliances, des compromis avec celles et ceux que l’on critique depuis deux ans ? Aujourd’hui, plus qu’hier même si hier nous avions déjà faux, il nous faut, plus que jamais, être sincère avec nos électrices et nos électeurs. Elles et ils ne supportent plus d’être des pions que l’on souhaite placer où l’on veut les mettre. Aujourd’hui, il y a ce qu’il faut pour les informer de la vérité. Ils sont assez grands pour faire leur choix seul.
4) Comment peut-on prétendre après avoir allumé l’incendie, demander au peuple de France de l’éteindre ?
Le premier ministre (sinistre) appelle à un front républicain, la droite dit ne pas vouloir faire alliance avec le FN, mais n’appellera pas à voter pour une liste de gauche. Avec ça, on ne va qu’amplifier l’embrase qui s’est déjà bien étendu dans le pays.
5) Enfin, on appelle les abstentionnistes à se réveiller et prendre le chemin des urnes dimanche prochain. Comment peut-on croire un seul instant que ces gens puissent revenir aux urnes alors que rien n’est annoncé pour une nouvelle politique ?
On devrait pouvoir en rire, sincèrement ce n’est pas le cas, devoir pour certaines et certains depuis dimanche vivre dans une commune dirigé par un FN ne doit pas être facile à supporter. Certes, le choix des électrices et des électeurs doit être respecté, et si cette situation existe, on ne peut que donner la responsabilité aux politiques passées, celle de la droite hier et celle du PS aujourd’hui.
Au niveau local, chez moi, dans mon secteur, il n’y a pas de FN et c’est déjà beaucoup. Par contre, les choses ne vont pas trop changer, dans ma ville le maire sortant (divers gauche) a encore toutes ses chances d’autant que ce matin on apprend que le candidat socialiste rejoint la liste du maire sortant. Il faudra tout de même prendre en compte la poussée de la liste UDI/UMP.
À Longwy, c’est autre histoire. Longwy qui est dans notre secteur une ville de plus de 14.000 habitants, qui était à gauche (PC de 1977 à 1989 et mené par le PS jusqu’en 2008) et qui en 2008 est passée à droite.
Reprendre cette ville aujourd’hui a été un défi que ce sont donné les socialistes de la ville. En 2008, ils ont perdu à cause d’une mésentente des forces de gauche. Ensemble ils représentaient en 2008, 2.294 voix soit 54,13 % des exprimés. Ils ont cru bien faire de se rassembler aujourd’hui afin de faire bloc, de démontrer qu’ensemble il pouvait… Malheureusement en tenant compte de la situation nationale et du vote des Françaises et des Français ceux-ci n’ont voté la liste présentée par le PS à hauteur de 1.445 voix soit 38,24 % et ils font face à deux listes de droites et une autre plus proche de la droite que de la gauche. Ce matin dans la presse on apprend que ces trois listes font bloc contre la liste du PS. Les socialistes et nos camarades du Front de gauche qui ont préféré faire avec au lieu de choisir une liste autonome auront certainement dimanche prochain perdu leur pari.
Jouer et encore jouer démontre bien que ce n’est pas ce qu’attendent les électrices et les électeurs. La politique n’est pas un jeu, ne doit pas être un jeu, elle ne doit plus être un jeu, c’est elle qui gère notre vie de chaque jour, et vouloir jouer n’est pas respecter celles et ceux qui prennent le chemin des isoloirs.
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Quand l’élu est humain et qu’il se bat pour l’humain, l’administratioin prend des mesures inhumaines !

Décidemment, être humain et agir comme un humain, aujourd’hui nous est interdit.
Lisez l’article ci-dessous publié dans le journal régional le Républicain Lorrain du vendredi 21 décembre 2012 jour où l’on nous annonce la fin du monde.
Parce qu’un Maire, Roger CORBELLOTTI, Maire de Longlaville dans le 54 a pris des arrêtés pour interdire les coupures d’électricité dans sa commune, se voit condamner par le tribunal administratif à payer 800 € de dommage à EDF.
Ça, c’est la fin du monde ! Honteux et déplorable, de voir que celles et ceux qui souhaitent un monde de solidarité, d’égalité et de fraternité soient condamner.
Par contre celles et ceux qui n’ont rien d’humain, celles et ceux qui ont provoqué cette crise dans le monde, celles et ceux qui créent délibérément le chômage au nom de l’argent, celles et ceux qui quittent notre pays pour des raisons fiscales, sont vénérés.
Un monde à l’envers, une société de « merde », c’est ce qui est réservé à notre jeunesse.
Il est grand temps de Réagir ! D’Agir !

Capture

Meeting FDG à Marseille : la droite veut-elle freiner la dynamique du Front de gauche? (Pierre Dharréville – PCF)

La mairie de Marseille a fait connaître son refus de permettre la tenue d’un meeting de campagne du Front de gauche avec Jean-Luc Mélenchon le 14 avril prochain sur les plages du Prado.
Depuis plus d’un mois, des discussions sont engagées pour trouver la meilleure solution à notre demande. De nombreuses possibilités ont été envisagées et au bout de ces discussions, les plages du Prado ont fini par apparaître comme étant la solution la plus adéquate en termes de sécurité, d’accès et d’espace.
Ce refus apparaît aux yeux de beaucoup comme une volonté de la droite de freiner la dynamique du Front de gauche parce que son projet remet radicalement en cause le système.
Ces derniers temps la droite a trop souvent considéré que Marseille était son terrain de jeux. Peut-être craint-elle cette image de Marseille populaire, rebelle, rassemblée ?
Ce que nous demandons est simple : un lieu pour accueillir dignement notre candidat et cette foule qui déjà s’impatiente. Aucune autre solution correspondant à notre demande ne nous a été faite. C’est pourquoi, en l’état, nous la maintenons parce qu’elle nous semble être la plus sérieuse. A moins que la Canebière soit disponible ?
Il y aura bien à Marseille le 14 avril prochain un grand rassemblement populaire du Front de gauche avec Jean-Luc Mélenchon.
J’ai écrit ce jour à monsieur Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille afin de lui faire part de notre disponibilité afin de trouver une solution.

« Quand la mairie affiche à la cantine le nom des bons et des mauvais payeurs »

Comme il est fier de nous présenter son dernier joujou…
Un gadget digne d'être installé dans tous les Mac Do de France et de Navarre.
Sauf que nous ne sommes pas dans l'un de ces fast food et que la personne représentée n'est pas le manager de l'une de ces entreprises. Plus prosaïquement, il s'agit du maire de la commune de Ruffec, située en Charente.
Comme nous le révèle ce papier publié par le site France Info, Bernard Charbonneau a eu la « riche » idée d'installer ces écrans tactiles dans toutes les cantines scolaires de la ville.
Grâce à cette « avancée technologique », tout le monde est capable désormais de savoir quels sont les mauvais payeurs. « En face du nom de l'élève, un nounours s'affiche : vert, cela signifie que les parents ont réglé à l'avance le repas, bleu indique que le compte est proche de zéro et rouge signifie que la carte est vide ».
Autant dire que les fédérations de parents d'élèves sont vent debout contre ce type de « mouchards ». Quant au maire, il explique avoir installé ce système pour réduire de façon significative les impayés sans s'apercevoir qu'il stigmatisait les plus démunis…
Et dire que ce dernier est classé à gauche. C'est vous dire comment les lignes politiques ont bougé dans notre pays… A la prochaine étape, il pourra toujours raser les enfants des pauvres, histoire de ne pas importer la « vermine » dans les cantines de la ville…

http://www.youtube.com/watch?v=b_xJhCcWgL0

Le billet du jour : Présent et jamais anonyme, toujours le visage découvert.

A l’anonyme (quel courage !),
Oui, quel courage pour écrire anonymement, il faut vraiment être de ces gens qui n’ont aucune conviction pour se cacher et dire du n’importe quoi.
Dans mes commentaires sur mon blogue, j’ai de ces gens qui écrivent anonymement, ou encore qui laissent uniquement des initiales, à chaque fois je fais remarquer qu’il serait beaucoup plus sain de mettre son nom au complet.

Des propos non injurieux ou blessants y sont écrit, alors je fais apparaître. Je peux comprendre l’anonymat mais dans ce cas, il faut avoir le courage de dire, de dire ce qui peut se lire entre ces lignes.
Alors, je vais répondre à cette, ou cet anonyme.
D’abord, personne ne fait l’unanimité et heureusement !
Ensuite avant de dire des choses, il faut être renseigné, et surtout entendre les deux sons de la cloche sonner.
Trop facile dans le cas contraire.
1°) Les municipales : Oui, Philippe MARX n’était pas désiré sur la liste de Monsieur CASONI, pas désiré par une minorité. Il faut le savoir.
Et pour cause, Philippe MARX était contre l’implantation d’un super marché LECLERC sur Cantebonne.  Philippe MARX est commerçant dans la ville basse au centre-ville et comme il se doit, en étant contre cette implantation, Philippe MARX défendait son outil de travail.
N’avait-il pas ce droit ? D’autant que c’est un projet qui venait de l’ancien Maire de la ville, et à l’époque le Maire actuel était contre. (Vous faut-il des preuves ? J’ai ce qu’il faut.)
Et pour cause, Philippe MARX représentait le Parti Communiste Français puisqu’il est le secrétaire de la section de Villerupt, cette section qui a tant donné pour faire connaître et reconnaître certains de ses adhérents ou ex adhérents.
Mais malgré, cela, parce que Philippe MARX fait de la politique, oui de la politique, et pas de l’électoralisme, il a fait campagne lors de ces municipales, campagne pour battre l’ancien Maire et faire gagner le nouveau.
Et vous l’anonyme ! Avez-vous fait cette campagne ? Si oui, c’était par convictions ou par intérêts ?
2°) Les Cantonales : Il faut appeler un chat un chat, pas de forcing, néanmoins un souhait d’avoir un candidat représentant l’étiquette que je représente, celle du PCF et du Front de Gauche, car vous savez, que je suis adhérent Communiste depuis 40 ans, et je le suis toujours.
Et puis notons également, que ma candidature était la bienvenue parmi les militants communistes du canton.
Néanmoins, une nouvelle fois, j’ai préféré me retirer après une négociation afin de faire gagner le candidat qui se rapprochait un peu plus de mes idées et valeurs.
J’ai fait campagne, et distribué des tracts en faveur de ce candidat.
Disons, que j’ai respecté la démocratie, celle qui avait choisi le CANDIDAT.
Et vous l’anonyme ! Avez-vous fait cette campagne ? Si oui, c’était par convictions ou par intérêts ?
Vous savez, donner une image qu’une personne n’a pas, c’est facile, plus facile que de dire ce qu’elle est vraiment.
Certes je ne suis pas parfait, mais qui l’est ? Certes, j’ai mon caractère, mais qui n’en a pas ? Certes, je suis parfois brusque et impatient, mais comment ne pas l’être dans cette société où le partage, la solidarité n’existe plus ?
Dans tous les cas, je reste avec mes convictions au-devant de la scène, je n’ai pas peur de me battre et surtout, quand je le fais ce n’est pas dans l’anonymat. Pourtant, j’ai un commerce !
Aujourd’hui, c’est moi le candidat PCF/Front de Gauche pour la 3ème circonscription de Meurthe-et-Moselle, candidat élu démocratiquement par un vote interne.
Acté par le Comité Départemental du PCF, acté par le Front de Gauche (qui dit mieux ?).
On verra, si celles et ceux que j’ai soutenus pendant toutes ces années pour des raisons politiques le feront ?
On verra, si comme moi, celui que j’ai soutenu et accompagné pendant des années, respectera
la démocratie comme je l’ai fait ?
Parce que, quoique l’on puisse dire, pour les municipales, avec mes amis, il y aurait pu y avoir une liste émanant du PCF, elle n’a pas vu le jour, parce que nous voulions à tout prix que la municipalité change. Et si nous avons fait ce choix, c’était pour les Villeruptiennes et les Villeruptiens. Pour que Villerupt ne devienne pas une Ville sans vie.
Aux cantonales, j’aurais pu maintenir ma candidature, mais qui aurait gagné ?
Donc, par conviction, pour des raisons politiques et pour faire gagner celui qui représente le plus mes idées, je me suis d’une part effacé, et d’autre part écarté.
On verra, pour les élections législatives, si la réciprocité va exister. J’en doute !
Néanmoins, Madame ou Monsieur l’anonyme, Philippe MARX n’a aucune leçon à recevoir, aucune, car dans le combat politique, et la présence sur le terrain, Philippe MARX a toujours été présent et bien présent. Il l’est encore !
Présent et jamais anonyme, toujours le visage découvert.
Dans ma vie de militant, je dispose moi aussi d’un bilan, et croyez-moi, il est bien fourni.

Combattre les conflits d’intérêt ? chiche !!, on va se marrer !

Noyé sous une cascade de scandales et d'affaires touchant ses ministres (Woerth, Proglio, Pérol, Blanc, Joyandet…) Nicolas Sarkozy avait, cet été, appelé trois magistrats à réfléchir à de nouveaux moyens pour lutter contre les conflits d'intérêts. Mercredi 26 janvier, Jean-Marc Sauvé, vice-président du Conseil d'Etat, Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, et Jean-Claude Magendie, ancien premier président de la cour d'appel de Paris, ont rendu leur rapport au président de la République. Leurs propositions, si elles venaient à être votées, contraindraient de nombreux membres de l'exécutif à changer drastiquement leurs pratiques.
Parmi les huit recommandations présentées par les magistrats, l'une prévoit d'interdire "l'exercice par les membres du gouvernement d'un mandat exécutif local afin d'éviter la confusion des intérêts nationaux et locaux". Cumuler à un poste ministériel un mandat de maire, de président de conseil général, de conseiller régional et même de président de région est pourtant une pratique très largement partagée par la plupart des 31 membres du gouvernement Fillon. Un double, triple voire quadruple cumul… auquel on pourrait ajouter, pour la majorité des ministres et secrétaires d'Etat, un siège de député ou de sénateur qu'ils récupéreront en cas de remaniement ministériel malheureux.
MINISTRE, MAIRE ET PRÉSIDENT

Continuer la lecture de « Combattre les conflits d’intérêt ? chiche !!, on va se marrer ! »

« Ça prouve que les mobilisations payent ! confie Nadine Wronski, la présidente de la FCPE de Valleroy. Il ne faut jamais lâcher le morceau ! »

Le comité technique paritaire départemental a rendu son verdict hier en fin d’après-midi. Longtemps menacées, les classes de Valleroy et de Mainville sauvent leur tête. A Rehon en revanche, le couperet tombe.
Cris de joie, concert de klaxons, effervescence quasi-générale dans les rues. Hier vers 18h, Mairy-Mainville a accueilli l’annonce du maintien de l’école primaire de Mainville comme une grande victoire. Cinq mois de mobilisation des élus et d’une large partie de la population ont fini par payer.
La bonne nouvelle est venue de la réunion du comité technique paritaire départemental, réuni l’après-midi à Nancy. Philippe Picoche, l’inspecteur d’académie, a justifié le maintien de cette 4 e classe sur le regroupement pédagogique intercommunal d’Anoux/Mairy-Mainville : « La situation était à la fois simple et complexe dans ce RPI. Simple, car il n’y avait pas assez d’élèves pour maintenir cette classe. Complexe, car nombre de parents scolarisaient leurs enfants à Tucquegnieux, notamment parce que la commune ne possédait pas d’accueil périscolaire. La municipalité a réalisé un gros effort en montant son accueil périscolaire. Nous en tenons compte et nous faisons aussi un effort. Je renonce donc à la fermeture de classe et d’école dans cette commune. »
« Je n’y croyais plus »

Averti, Pierre Collin, le maire démissionnaire, n’en croyait pas ses oreilles : « Je ne réalise pas ! Je n’y croyais plus, surtout après le comptage réalisé jeudi matin, lâche ce dernier, submergé par l’émotion. Je suis soulagé car je sais désormais que tout ce qu’on a fait pour sauver l’école, nous ne l’avons pas fait pour rien. J’avais tellement pris à coeur cette affaire que j’en ai perdu le sommeil… »
A l’heure de se projeter sur le devenir du conseil municipal, Pierre Collin esquive la question : « C’est encore trop frais pour répondre. Je dois déjà atterrir après cette nouvelle. Une chose est sûre, il va falloir procéder à une élection pour compléter le conseil municipal, suite au décès d’un élu.
Après, on verra… ! »
En fin d’après-midi, les multiples affiches dénonçant la fermeture de l’école avaient disparu de Mainville et des environs. Tous ceux qui s’étaient mobilisés depuis le printemps avaient prévu de fêter la nouvelle comme il se doit.
Pour autant, cette mesure reste toute provisoire aux yeux de l’inspecteur d’académie. Celui-ci prévient aussitôt : « Nous allons regarder attentivement les effets produits, notamment par le transfert d’élèves entre Tucquegnieux et Mairy-Mainville. Il ne s’agirait pas, en effet, de déshabiller Pierre pour rhabiller Paul. »
Un simple sursis qui suffi pourtant à faire le bonheur de tout un village.

Manuel Valls fait la promotion de la retraite individuelle par points sur « France Inter »

Le matin du 6 juillet, Manuel Valls est sur « France Inter ». il s'agit de cet homme qui se dit socialiste, dirige une commune, Evry, très populaire par sa composition et parle parle parle…bien d'ailleurs ,sans émettre le moindre doute . Il est très sûr de lui.
Et très ambitieux.
Un homme qui a les dents très longues et qui ne cessent de pousser.
Une sorte de nouveau Rocard, l'homme qui a lancé les "réformes " des retraites grâce à son livre blanc …il y a déjà bien longtemps.
Et voulait nous fourguer la taxe carbone il y a peu.
Sur « France Inter », le 6 juillet, Manuel Valls a , bien sûr, claironné qu'une réforme des retraites  était nécessaire, indispensable.

Continuer la lecture de « Manuel Valls fait la promotion de la retraite individuelle par points sur « France Inter » »