Le billet du jour : Vouloir se justifier, c’est déjà admettre un mal être sur ce que l’on bénéficie en tant que parlementaire !

Dans les murmures politiques du 30 Novembre 2011 on pouvait y lire un murmure concernant les indemnités des députés qui faisait référence à Christian ECKERT député actuel de notre circonscription.
Pour être clair, je suis allé sur le site du député, ai pu lire un texte intitulé « Les parlementaires sont-ils privilégiés ? »
Première remarque : Vouloir se justifier, c’est déjà admettre un mal être sur ce que l’on bénéficie en tant que parlementaire.
Deuxième remarque : Aucune proposition n’est faite pour éviter ce genre de discussion.

Monsieur ECKERT, il ne s’agit pas de dire qu’en tant que parlementaire vous gagnez trop ou pas assez, il s’agit tout simplement de reconnaître que l’élu que vous êtes n’a pas un réel statut qui puisse justifier cela.
Le Front de Gauche dont je suis candidat aux législatives de 2012 propose dans son programme populaire et partagé après avoir convoqué l’assemblée constituante de la VIème République, la création d’un statut de l’élu(e) dans toutes les collectivités (communes, départements, régions, assemblées nationale et européenne) sera garanti ainsi qu'un statut du bénévole.
Car la question qui est posé est bien celle-ci, il faut revoir notre république, et l’adapter aux questions et aux besoins de notre époque.
Bien évidemment, si l’on compare votre salaire et vos avantages avec un SMICARD, je pense que vous gagnez de trop.
Vous faites référence à une indemnité de 5 300 € net par mois où vous rajoutez une équivalence à cette somme pour vos frais de fonctionnement.
Faut-il vous rappeler qu’un SMICARD ne gagne que 1 070 € net par mois. 5 fois moins que vous, et que pour son fonctionnement, son loyer, l’électricité, le gaz, ses fournitures usuelles, son internet, ses déplacements ect… ect… il n’a rien de plus.
Fin du mois zéro + zéro la tête à …. ? Ou chose la plus courante aujourd'hui, privation de certains besoins, pour ne pas atteindre le découvert bancaire.
Le Front de Gauche propose un SMIC à 1 700 € avec le blocage du prix des loyers, avec l’augmentation des bourses d’études, avec le remboursement à 100 % des dépenses de santé et un salaire maximum qui ne pourra pas dépasser 20 fois le smic.
C’est dans ce domaine avec ce genre de propositions que nous pourrons faire avancer certaines idées reçues.
Il ne s'agit pas de dire que tel ou tel gagne plus ou moins.
Il s'agit aujourd'hui d'équilibrer et de réduire les différences qui existent.
Oui Monsieur le Député en place, il ne s'agit pas de dire que vous gagnez de trop, il s'agit de dire que beaucoup trop, ne gagne pas assez, et que les députés ont cette possibilité de pouvoir corriger le tir qu'ils soient de droite ou de gauche et plus particulièrement de gauche.
Le Front de Gauche dit aujourd’hui « Place au Peuple », et son programme s’appelle « L’Humain d’abord ! », oui, l’Humain d’abord, car on ne peut pas se dire être un homme, un humain et regarder autour de soi les sans logis, celles et ceux qui se rendent aux restos du cœur pour pouvoir se nourrir, celles et ceux qui ne peuvent plus se soigner, sans réagir et agir pour corriger ces inepties inacceptables.
Aujourd’hui Monsieur le Député, il ne s’agit pas de se trouver des excuses, d’essayer de se justifier, il s’agit de réaliser ce que l’on promet, ce que l’on dit, ce que l’on propose.
Vous avez voté avec vos collègues députés la guerre en Lybie, combien de millions d’euros cela a couté à notre pays ? Combien de millions d’euros aurions nous pu distribuer à celles et ceux qui ne peuvent plus joindre les deux bouts, si cette guerre n’avait pas été voté ?
Faut-il rappeler sans cesse nos valeurs républicaines qui sont
ÉGALITÉ, LIBERTÉ, FRATERNITÉ, et aujourd'hui, il devient en plus nécessaire de rajouter également SOLIDARITÉ.
Et ces valeurs, ne peuvent être respectées qu’avec une politique de gauche, une politique de gauche radicale. Sans accords avec un centre droit et une volonté de mettre en place une politique ayant les faveurs des marchés financiers.
Si je suis élu, ce sera ma première préoccupation, celle de vouloir rééquilibrer ces différences qui aujourd’hui, n’ont plus lieu d’être.

Mort de Kadhafi : « ouverture d’une nouvelle période pour la Libye »

La mort annoncée, par le Conseil national de transition, de Mouamar Kadhafi avec la prise de la ville de Syrte annoncent l'ouverture d'une nouvelle période pour la Libye.
Le peuple de ce pays, déchiré par une guerre civile meurtrière et destructrice, a droit à la démocratie, au respect des droits de l'homme, à la justice, au progrès social et à la sécurité.
C'est au respect de ces attentes populaires essentielles que seront jugées les nouvelles autorités.
Le PCF restera vigilant, en particulier sur l'exigence de souveraineté et la nécessité d'un désengagement immédiat et total de toutes les forces de l'OTAN.

Libye/Conférence de Paris : le PCF exige l’arrêt des opérations militaires

La Conférence de Paris sur la Libye a cherché les conditions d'une transition après la chute de Kadhafi. Si la fin de ce régime est un bienfait pour le peuple libyen, la suite est autrement problématique et incertaine.
Nicolas Sarkozy et le Secrétaire général de l'OTAN ont annoncé la poursuite des bombardements.
Le PCF demande l'arrêt de ces opérations militaires et le retrait des forces étrangères.
Déjà, des rivalités de puissances s'affirment quant au repartage des richesses pétrolières et des marchés de reconstruction dans un pays où les frappes ont beaucoup détruit.
Les divisions issues de la guerre civile risquent de rester profondes alors que des dizaines de milliers d' armes sont restées en libre accès pour tout le monde… Les règlements de compte, les violences et les pillages témoignent d'une insécurité qui fait craindre une situation de déstabilisation à l'irakienne.
Cette conférence de Paris sur la Libye n'apporte pas de solution à la guerre civile et à l'intervention de l’OTAN. Dans cette situation préoccupante, les gouvernements dont celui de la France en première ligne, ayant fait le choix par intérêt stratégique, de l'intervention militaire et de la politique de force sont maintenant devant leur responsabilité.

Thierry Meyssan à propos de la “prise” de Tripoli

Interview le 2 septembre 2011 de Thierry Meyssan, journaliste français, par la radio francophone Iranienne à propos de la situation en Libye et de la "prise" de Tripoli : l’implication des forces de l’Otan, de l’armée du Qatar, de cellules d’opposition. La stratégie de l’Otan aurait consisté en une utilisation de plus en plus brutale de la force armée, surtout à l’égard des populations civiles et dépassant largement le cadre fixé par la résolution de l’ONU…

Thierry Meyssan en Libye : Comment servir la propagande de guerre

Meyssan, lui le véritable journaliste d’investigation qui a dû s’exiler hors de France, haï ou craint par la sphère journalistique mondiale pour les révélations qu’il fait, d’un hôtel et entouré par tous les services secrets de l’OTAN, racontant tranquillement comment tout ce beau monde fait son affaire …
On en apprend plus en 14mn avec Meyssan que dans tous les journaux télévisés du monde, tous les journaux quotidiens et hebdos, durant des mois …

Thierry Meyssan décrypte les mécanismes du « journalisme de guerre »
Dans cet entretien exceptionnel, Thierry Meyssan décrypte, depuis Tripoli en Libye, les mécanismes du « journalisme de guerre ». Le président-fondateur du Réseau Voltaire nous livre ici une analyse indispensable pour comprendre comment et pour qui les médias manipulent sciemment l’information qu’ils nous servent continuellement.
Par exemple : l’annonce (avant qu’elle ne soit démentie) … de la mort d’un des fils Khadafi … n’était faite que pour détourner l’attention du massacre que l’Otan venait de perpétrer …
La preuve, personne n’en a parlé dans nos médias …

Kadhafi visé pour crime contre l’humanité

Un procureur de la Cour pénale internationale, Luis Moreno-Ocampo, a demandé aux juges de délivrer des mandats d'arrêt pour crimes contre l'humanité contre le dirigeant libyen Kadhafi, son fils Seif Al-Islam et le chef des renseignements libyens Abdallah Al-Senoussi.
C’est en tout cas ce qu’il vient d’annoncer lors d’une conférence de presse à La Haye, siège du CPI. De là, les juges de la Cour peuvent décider d'accepter la demande, la rejeter ou demander au bureau du procureur des informations supplémentaires.
Pour Luis Moreno-Ocampo, "les preuves recueillies montrent que Mouammar Khadafi a personnellement commandé des attaques contre des civils libyens non armés". "Son fils Seif Al-Islam est le Premier ministre de facto", a-t-il poursuivi et "Abdallah Al-Senoussi est son bras droit et il a personnellement ordonné certaines attaques". Le procureur est confiant sur la réussite de son initiative : "nous avons des éléments de preuve solides, c'est vraiment solide, nous avons énormément de preuves directes, nous sommes pratiquement prêts pour aller au procès". La CPI a été saisie en février par l'Onu pour enquêter sur les milliers de victimes, depuis le début de l'insurrection.
Les accusations portent donc ici pour crime contre l’humanité. Des allégations de crimes de guerre, dont des viols, commis en Libye depuis la fin février, feront l'objet d'une autre enquête.
Rappelons que les juges de la Cour pénale internationale avaient mis huit mois pour délivrer le mandat d’arrêt contre le président soudanais Omar el-Béchir, toujours en place, pour les crimes commis au Darfour.
La Lybie a immédiatement réagit. Si on se félicité à Misrata, dans le camp des insurgés, à Tripoli, le pouvoir accuse le CPI de n’être qu’"une créature de l'Union européenne pour (poursuivre) les dirigeants africains". Tripoli à nouveau lourdement frappée par les bombes de l’Otan ce lundi.
Voir aussi notre reportage : quand le conflit libyen déborde en Tunisie
Le communiqué des députés communistes, républicains, citoyens : Libye : La France a autre chose à faire que la guerre

Libye : un collectif de militants communistes s’adresse aux dirigeants du PCF

Le secrétariat du Collectif Communiste Polex

à Pierre Laurent,
Secrétaire national du P.C.F.
à Jacques Fath,
Responsable des questions internationales au P.C.F.

Chers camarades,

Motivés par nos convictions anti-impérialistes, nous avons lancé dès le 5 mars 2011 une pétition contre toute intervention armée étrangère en Libye. Malgré le matraquage unanimement belliciste des médias français, elle a reçu à ce jour plus de 600 signatures.
Nous avons enregistré avec satisfaction que la direction du P.C.F. se prononçait dans un communiqué et par la bouche de ses parlementaires contre la guerre impérialiste en Libye.
Nous avons noté par ailleurs que Jean-Luc Mélenchon a cru bon de ne pas s’opposer à la résolution du Parlement européen approuvant l’intervention militaire en Libye, à l’inverse d’ailleurs de la majorité de ses collègues députés du groupe Gauche Unitaire Européenne. Nous ne pouvons que réprouver cette prise de position pro-impérialiste, qu’il a réitéré dans son interview à Libération du 21 mars 2011.
Fait plus grave, dans la même interview Jean-Luc Mélenchon affirme : « J’ai voté la résolution du Parlement Européen en accord avec la direction du P.C.F. et de la Gauche Unitaire, en accord avec mon collègue eurodéputé communiste, Patrick Le Hyaric ».
Il est impossible de rester sans réaction devant de telles affirmations publiques qui n’engagent pas que leur auteur. Nous vous demandons de les démentir.
Veuillez croire à nos convictions anti-impérialistes.
Fraternellement,

Le secrétariat du Collectif communiste Polex

Spécial investigation – Monde Arabe l’onde de choc

 

Reportage Canal+ sur les révolutions arabes qui met en évidence que rien n’est dû au hasard, la propagande se met en marche. Après enquête, les auteurs concluent à une déstabilisation du monde arabe, plus qu’une vague démocratique, un nouvel ordre se dessine et l’occident semble être aux commandes.