Aujourd’hui, la région Lorraine est en deuil, ils ont achevé les hauts fourneaux de Florange, c’est la fin de la filière chaude, c’est une stèle qui remplacera les hauts fourneaux !

MOI_pAujourd’hui est un jour de deuil pour toute la Lorraine, alors qu’hier c’était une grande victoire pour notre pays.
En effet, hier notre France, la belle, la rebelle ajoutait une liberté, le droit d’aimer, le droit de s’unir au nom de l’amour.
Ils ont dit oui au mariage pour tous, c’est un moment historique !
Malheureusement, cette victoire est entachée dans notre région. Les mêmes qui ont voté pour ce grand succès, n’ont rien fait pour sauvegarder notre région la Lorraine, région qui pendant des décennies a été celle qui a nourri tout notre pays.
Déjà en 1981, un certain François était venu à Longwy nous dire qu’il n’y aurait plus de suppression d’emplois sans création au préalable. Dès le lendemain, la presse locale annonçait la fin de la sidérurgie dans notre secteur.
En 2012, alors qu'il était candidat, c’est un autre François qui est venu dire à Florange qu’il ferait tout, absolument tout, pour sauvegarder les hauts fourneaux que ce « Mittal » voulait arrêter.
« Je ne veux pas être élu sur une promesse et revenir élu sans l’avoir tenue » c’est ce que François Hollande a dit aux salariés des hauts fourneaux de Florange.
Résultat aujourd’hui, 24 avril 2013 ceux-ci vont s’éteindre à jamais alors que le François qui est venu en 2012 est devenu président de la République, un poste où le pouvoir lui permet de dire NON !
Ce ne sont que des « Pinocchio », des menteurs.
Notre pays perd toute son industrie lourde, il compte des millions de chômeurs, ce même François a installé l’austérité, et demain ? Quand nous aurons besoin d’acier, nous irons encore acheter à l’étranger !
Est-ce que cela peut encore durer ?
Notre France, la belle, la rebelle, va devenir un désert si on laisse faire, le constat est lourd, chaque jour de grandes entreprises mettent la clef sous la porte au nom de la rentabilité, au nom des bénéfices, cela suffit !
Nous n’avons plus rien à perdre, alors qu’attendons-nous pour réagir et agir pendant qu’il est encore temps !
Demain, ce sera trop tard !
Le Peuple de France a voulu chasser Sarkozy non pas pour changer l’homme, mais pour mettre en place une autre politique, une politique basée sur l’humain d’abord et donner la place au peuple, une politique de gauche et réellement à gauche. Force est de constater que le locataire de l’Élysée a bien changé, mais que la politique qui est mise en œuvre est la même voir pire que celle du locataire précédent.
France, notre pays, France, la belle, la rebelle, que vas-tu devenir ?
Nous n’avons pas le droit de laisser faire, de regarder, de croire que c’est la fatalité, ce sont des choix, des choix politiques, des choix malheureux pour l’avenir de notre pays et celui de nos enfants, de nos petits-enfants.
Nous pouvons faire autrement, des exemples existent, pour cela, nous, le peuple de France, citoyen de notre pays, nous devons résister, ne rien lâcher, ne pas laisser faire, nous devons réagir et agir, vite, très vite.
Un seul mot, RÉVOLUTION ! Révolution citoyenne ! Exigeons que celles et ceux que nous avons mis au pouvoir fassent ce qu’elles et qu’ils ont promis dans leur programme. Une politique de gauche et réellement à gauche !
Stop à l’argent roi !
Aujourd’hui, la région Lorraine est en deuil, ils ont achevé les hauts fourneaux de Florange, c’est la fin de la filière chaude, c’est une stèle qui remplacera les hauts fourneaux !

HF1HF2HF5

Social / Avenir de Florange: les syndicats déçus par les déclarations d’ArcelorMittal

Mais…. Que va faire François HOLLANDE ?

Les représentants syndicaux de l’aciérie ArcelorMittal de Florange se sont dits déçus par les déclarations de la direction sur l’avenir des deux hauts fourneaux de l’usine, à l’arrêt depuis sept mois, à l’issue d’une réunion mardi à Luxembourg.

Le numéro un mondial de la sidérurgie a indiqué qu’il pouvait répondre à la demande en acier sans faire tourner les hauts fourneaux lorrains, qui redémarrerait «dès que les conditions de marché» le permettraient.
«Cela n’est pas satisfaisant, c’est la réponse que l’on nous fait depuis des mois alors que nous espérions avoir quelque chose de plus concret», a expliqué Jacques Minet, secrétaire CFDT de l’usine de Florange.
«Clairement, il n’y a pas de volonté de faire redémarrer» les hauts fourneaux à l’arrêt depuis octobre 2011, a-t-il ajouté, s’estimant «déçu par la langue de bois» des dirigeants d’ArcelorMittal, engagée dans un «dialogue de sourds» avec les représentants syndicaux.
Le responsable de la CGT, Jean Mangin, a pour sa part dénoncé le «mépris» du patron du groupe, Lakshmi Mittal, qui «n’a pas l’honnêteté de venir nous voir (…) alors qu’il prône le dialogue social».
Les syndicats ont été reçus par Henri Blaffart, vice-président d’ArcelorMittal pour les aciers plats en Europe, et Willie Smit, le directeur des ressources humaines en marge de l’assemblée générale du groupe à Luxembourg. M. Blaffart leur a répété que Florange redémarrerait «dès que les conditions de marché le permettront».
Les dirigeants d’ArcelorMittal ont affirmé mardi qu’ils continuaient à examiner l’évolution de la situation économique pour éventuellement décider d’une relance de hauts fourneaux. Une décision sera prise «pendant l’été», a dit devant les actionnaires le directeur financier, Aditya Mittal.
ArcelorMittal «cherche la rentabilité à très court terme au détriment de l’aspect humain», a estimé Jean Mangin, accusant le groupe «d’orchestrer une fermeture définitive» de Florange.
Les syndicats, qui se retrouvent mercredi matin pour décider des actions à venir, veulent «interpeller» le président élu
François Hollande, qui avait effectué une visite de soutien aux salariés pendant la campagne. «Il va falloir une vraie volonté politique pour prendre des décisions» en faveur de la relance du site lorrain, a-t-il dit.

SOCIAL : LE FRONT DES LUTTES EN LORRAINE ! ALPHA SANTE, ça bouge en Lorraine, Le « PEUPLE » se fait entendre !!!! Hôpital : La mairie de Saulnes affiche sa solidarité

Adrien Zolfo, maire de Saulnes, Maurice Bombardieri, adjoint, et Xavier Tasca ont tenu à souligner le bien-fondé du SOS accroché au fronton de la mairie.
Car l’hôpital de Mont-Saint-Martin concerne tout le bassin de Longwy, mais aussi de Longuyon, et la patientèle vient aussi de Meuse.
Sans compter que l’adosseur n’aiderait pas seulement l’Hôtel-Dieu, mais également les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

Et les autres Mairies du Bassin, qu'attendent-elles pour faire la même chose ?
Il faut RÉSISTER, RÉSISTER et encore RÉSISTER !
TOUS ENSEMBLE, NOUS FERONS CHANGER LES CHOSES !

SOLIDARITÉ !

SOCIAL : LE FRONT DES LUTTES EN LORRAINE ! ALPHA SANTE, ça bouge en Lorraine, Le “PEUPLE” se fait entendre !!!! Freyming : le ton monte

Dans notre édition d’hier, le directeur de l’Agence régionale de la santé de Lorraine accusait les syndicats de bloquer toute restructuration à l’hôpital de Freyming-Merlebach, dans le douloureux dossier de la future offre de soins en Moselle-Est.
Les fédérations de mineurs n’ont pas tardé à répondre, cet établissement étant géré par le régime minier. Les responsables CFDT, FO, CFTC et même CFE-CGC jugent les propos de Jean-François Bénévise, au mieux, « provocants », au pire « scandaleux ».
Les patrons de fédération tiennent ainsi à rappeler que « c’est bien l’ARS qui valide les transferts de services et que le déficit de l’hôpital de Freyming résulte justement du déséquilibre des mesures et des hésitations de la tutelle ».
Surtout, les syndicats de mineurs rappellent qu’il y a un an, l’ARS se réjouissait de trouver le régime minier pour sauver Hospitalor, autre acteur de la santé en Moselle-Est. En décembre 2010, le régime minier avait injecté 11 M€ dans Hospitalor « pour que cette association puisse survivre et payer les salaires ».

Républicain Lorrain du 10 MARS 2012

SOCIAL : LE FRONT DES LUTTES EN LORRAINE ! LOGIFARE, ça bouge en Lorraine, Le “PEUPLE” se fait entendre !!!! « Nos salaires sont indécents »

La grève qui a explosé hier à Logifare témoigne d’un profond malaise dans cette usine installée sur la zone d’activité d’Henriville, près de Freyming-Merlebach.
Spécialisées dans l’emballage et l’étiquetage de DVD, les équipes ont suivi le mouvement à 90 %.
En jeu : les salaires.
« Chez Logifare, les salaires sont indécents : vous rentrez avec 1.074 €/mois et au bout de quatre ans d’ancienneté vous plafonnez à 1.100 €. Bref, on nous exploite pour une misère. On demande une hausse générale de 3 %. La direction dit niet », témoigne une déléguée CFTC.
De plus, les salariés, en majorité des femmes, se plaignent de conditions de travail « déplorables », « de rythmes infernaux », « de non-respect du travailleur ». Bref, l’ambiance est parfaitement malsaine.
De son côté, la direction déplore cette grève qui mettrait « en danger le site et un projet d’investissement pour une extension ». Pour les dirigeants du groupe belge propriétaire de Logifare, « nos coûts salariaux sont déjà supérieurs à ceux de l’Allemagne et les salaires respectent la convention des entreprises de logistique ». Hier soir, les négociations étaient encore quasiment au point mort.

Républicain Lorrain du 10 Mars 2012

SOCIAL : LE FRONT DES LUTTES EN LORRAINE ! ARCELORMITTAL, ça bouge en Lorraine, Le “PEUPLE” se fait entendre !!!! Fin des négociations arcelormittal

Dépités, désappointés mais toujours déterminés

Les négociations entre les représentants syndicaux, ArcelorMittal et le préfet, n’ont pas abouti. Hier, aux alentours de 13h les syndicalistes ont quitté la sous-préfecture, dépités mais déterminés à poursuivre le mouvement.

Il est à peine 13h, la délégation de l’intersyndicale quitte la sous-préfecture de Thionville. Les visages fermés. La négociation n’a pas abouti. Maurizio Nicotra de la CGT dénonce « une attitude malhonnête de la direction qui ne donne aucune garantie d’avenir. On sent que quelque chose se prépare, et l’État essaye d’arrondir les angles. C’est un zéro pointé pour la direction. »
Tout ça pour ça. Jeudi après-midi, les représentants syndicaux avaient déjà passé plus de quatre heures dans les locaux de la préfecture, avant de demander le temps d’analyser le protocole proposé par la direction, jugé « trop vague ».
« Le texte stipule que le groupe ArcelorMittal confirme son engagement d’investir 17M€ afin de conforter le site de Florange et de préserver ses capacités en amont et aval. Pour nous, analyse François Pagano de la CFE-CGC, cela signifiait pas d’arrêt jusqu’en 2013.»
Mais en réalité, la direction a laissé entendre qu’elle se gardait le droit d’une annonce de fermeture définitive même durant la garantie du protocole. «C’est vraiment très grave », juge le délégué CFE-CGC.
Les hommes sont fatigués
Dans les faits, ce protocole reprend les annonces du président de la République. « C’est une contractualisation des engagements d’ArcelorMittal», a confirmé le sous-préfet François Marzorati. Le préfet s’engage à ce que ces points figurent dans la prochaine convention d’activité partielle de longue durée (APLD). »
Dans ces garanties, les représentants des salariés ne voient aucune promesse d’avenir. « Le haut fourneau de Dunkerque va être en arrêt pendant trois mois, on a demandé à ce que le P6 prenne le relais. Même pas ça, on a obtenu ». Déçus, dégoûtés, en colère, les syndicalistes d’ArcelorMittal expriment leurs sentiments à qui veut l’entendre. Hier matin, ils ont eu vent que le packaging serait déplacé à Liège. ? « Cela représente 800 000 tonnes de production et 600 personnes », pestent les sidérurgistes. La désillusion est palpable. « Nous, ce qu’on veut c’est sauver notre outil de travail, sauver notre emploi. » Les hommes sont fatigués.
À 13h, comme promis, ils ont levé les blocages du portier Sainte-Agathe. Dans le même temps, la direction appelait déjà « à reprendre un dialogue social serein et constructif dans les plus brefs délais ». Lundi matin, un comité d'entreprise extraordinaire est prévu à 8h30 aux grands bureaux. Ensuite, les organisations syndicales retrouveront Guy Bedos qui viendra leur apporter quelques mots de soutien.
À 17h, une assemblée générale est programmée à la Passerelle. L’heure de compter les troupes prêtes à poursuivre le combat.

Républicain Lorrain du 10 Mars 2012 – Anne RIMLINGER-PIGNON.

Remerciement aux jeunes de Meurthe-et-Moselle qui ont fait du stand 54, un stand, où la fraternité et la bonne humeur n’a cessé d’exister tout au long de cette fête de l’Humanité 2011.

%%wppa%%
%%slide=8%%
%%size=580%%

Un remerciement tout particulier à Pierre VIRGILIO qui a réussi son pari, un pari pas facile à gagner. Pierre par ta persévérance, tu as fait du stand du 54, un stand où pendant trois jours, il a fait bon vivre, où la Fraternité était au rendez-vous, où la bonne humeur n’a cessé d’exister. Bravo à toi et à toute cette jeunesse  de Meurthe-et-Moselle qui a su redorer notre département, notre Fédération et notre Région.
Vivement l’année prochaine, car te connaissant, il faudra les pompiers pour éteindre l’incendie.
Bravo et encore BRAVO…..

EURO MANIFESTATION MARDI 21 JUIN A LUXEMBOURG VILLE

La Commission Exécutive de l’Union Départementale CGT réunie le 14 juin a réaffirmé la nécessité de se mobiliser contre le pacte EURO PLUS qui risque d’être adopté par les pays européens dès la semaine prochaine.
La manifestation s’annonce d’ampleur avec 10 000 salariés belges annoncés ainsi que plusieurs centaines d’Allemands et de milliers de luxembourgeois.
L’objectif de la délégation française est d’être un millier présent mardi (dont 500 CGT LORRAINE). Pour notre département, nous avons l’objectif de faire participer 150 militant-e-s, depuis 48 h nous avons relancé une cinquantaine de syndicats par téléphone ainsi que les Unions Locales.
Nous savons d’ores et déjà que plusieurs dizaines de camarades de Longwy y participeront, des salariés de la Fonction Publique Territoriale, les camarades retraités d’Usinor, de la construction de Nancy et de Mines et Energie….
Nous sommes en train de finaliser la réservation d’un bus qui partirait de Nancy à 11 h 00 avec une halte à 11 h 30 à Pont à Mousson.

LE TRACT NATIONAL :