Dans l’Humanité ce mardi : le grand écart des prix de l’eau

Capture

Une étude de la Confédération générale du logement, publiée aujourd’hui, révèle les fortes injustices liées au prix de l’eau. Souvent excessif, celui-ci varie selon que l’on vit en ville ou dans le secteur rural, première victime de cette inégalité.

A lire aussi dans notre dossier:Capture

  • Vague de baisses annoncées! De plus en plus de mairies créent des régies publiques, ou menacent de le faire, pour obtenir des baisses de prix. Et ça marche. Exemples à Viry-Châtillon et Saint-Pierre-des-Corps.

     

     

  • «Seul un service public de l’eau pourra harmoniser les prix». Entretien avec Le président de la Confédération générale du logement, Michel Fréchet, qui fustige le manque de transparence sur ce dossier sensible.
     

  • L'eau au coeur des municipales

 

C’était la semaine dernière ! La Fête de l’Humanité 2013 en 110 secondes

Fête de l’Humanité 2013 : C’est parti !

fête huma 2013Concerts, solidarité internationale, caisse de résonance des débats à gauche pour une autre politique… Le Café de la danse, à Paris, accueillait, hier, une soirée avec Francesca Solleville et HK et les Déserteurs, en soutien à l’Humanité et de présentation 
de sa Fête par 
Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité.
Dans quatre-vingt-dix jours va s’ouvrir la Fête de l’Humanité, les 13, 14 et 15 septembre prochain. Il y a un an, c’est avec beaucoup d’espoirs en l’avenir que les centaines de milliers de visiteurs parcouraient, joyeux et confiants, les allées du parc de La Courneuve. Ce ne sera pas le cas cette année.
La déception, les doutes, parfois même la colère ont pris le pas sur la confiance. Comment pourrait-il en être autrement quand la récession touche tout le continent et que les politiques d’austérité, présentées comme des remèdes par les responsables de la crise, s’avèrent pires que les maux qu’elles prétendent guérir ? Seule l’exigence d’un changement de cap, suffisamment partagée par le monde du travail et de la création, peut ramener cet indispensable besoin d’espoir qui donne aux peuples la force de s’unir pour déplacer des montagnes.
Pas un espoir rêvé, inaccessible, éloigné des réalités. Non. Un espoir raisonné, tout entier fondé sur la conviction qu’en privilégiant l’humain, ici comme en Europe et dans le monde, ensemble, nous trouverons les chemins de sortie d’une crise qui puise son origine précisément dans cette froide inhumanité d’une finance qui asservit tout, à l’exception de la poignée d’oligarques qui s’en repaissent.

Continuer la lecture de « Fête de l’Humanité 2013 : C’est parti ! »

Jean Ziegler dans l’HD: “Contre les affameurs, l’insurrection populaire”

Toutes les cinq secondes, un enfant meurt de faim et 37 000 personnes chaque jour sont tuées par la sous-alimentation. Dans le même temps, la spéculation boursière sur les aliments de base et le vol des terres arables permettent aux géants de l'agroalimentaire et aux trusts des biocarburants de se gaver. Un massacre organisé et légal, inouï et inacceptbale! Car l'agriculture est capable de nourrir 12 milliards d'êtres humains, le double de la population mondiale actuelle. On peut stopper ce fléau indigne. Comment? Jean Ziegler répond sans détour dans un entretien publié dans l'Humanité dimanche.
Voici deux extraits vidéos
• Qui sont les affameurs, Jean Ziegler ?

Hausse du chômage, c’est encore les précaires qui trinquent

C’est un nouveau record : le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A, à savoir ceux n'ayant exercé aucune activité au cours du mois, a augmenté de 34400 (+1,2%) en France métropolitaine le mois dernier pour s'établir à 2814900. Ce sont avant tout les contrats précaires et les plus de 50 ans qui en pâtissent.
A ces 34400 nouveaux chômeurs, il faut ajouter les personnes exerçant une activité réduite (catégories B et C), dont le nombre de demandeurs d'emploi signe une progression de 0,4%, soit 17.200 personnes de plus en un mois, pour atteindre 4.193.000. En rythme annuel, la hausse pour ces trois catégories confondues est de 5,2%. Avec les départements d'outre-mer, ce nombre s'établit à 4.459.400. La hausse est constante depuis le mois de mai dernier.
Depuis le début de cette année, le nombre de demandeurs d'emploi sans activité a progressé de 91.500 et ceux ayant une activité réduite de 147.500.

Dans l’Humanité du mardi 29 novembre, retrouvez toutes nos analyses sur l’état de l’emploi en France, sur la croissance, mais aussi les idées des salariés d’Arkema et Fralib pour sauvegarder l’emploi industriel.

Continuer la lecture de « Hausse du chômage, c’est encore les précaires qui trinquent »

Le mal-logement touche plus de 8 millions de personnes

Selon le 16e rapport sur le mal-logement de la Fondation Abbé Pierre publié aujourd'hui, la crise économique a plongé des milliers de ménages, jusqu'à présent épargnés, dans des difficultés pour se loger décemment, un problème qui concerne aussi les propriétaires.
"Les plus fragiles sont renvoyés vers des solutions de logement toujours plus indignes et plus fragiles, et ceux sur le fil ont commencé à basculer", résume Christophe Robert, directeur des études de la Fondation. Selon son rapport, fin 2010, plus de 3,6 millions de personnes étaient très mal logées (cabanes, familles nombreuses en chambres d'hôtel…) voire sans abri (33.000) et plus de 5 millions "en situation de réelle fragilité à court ou moyen terme". Pour résoudre le problème, "Il faudrait produire environ 500.000 logements par an pendant plusieurs années", estime-t-il. Mais le nombre de mises en chantier ne cesse de diminuer depuis 2007 (environ 350.000 en 2010 contre 435.000 en 2007). Dans ces conditions la crise s'aggrave, les services d'hébergement d'urgence sont "sous pression", les plus démunis, s'enfoncent un peu plus: ils se réfugient dans des cabanes, des caves, des parkings, alimentant une "zone grise" du logement, ou se rassemblent sur "des territoires d'exclusion", générant une "tiers-mondisation" du parc de logements. Solutions "indolores pour les politiques publiques, ce qui n'incite pas la société civile à se mobiliser", dénonce M. Robert.
Continuer la lecture de « Le mal-logement touche plus de 8 millions de personnes »

Pour la gauche, il faut poursuivre dans la rue et au Sénat

La surdité feinte du pouvoir a conforté l’ensemble des partis de gauche dans son analyse d’une droite claquemurée dans son mépris et dans sa volonté de faire passer un texte de toutes parts rejeté. Jeudi, dans la manifestation parisienne, l’image n’a échappé à personne : Martine Aubry (PS), Cécile Duflot (Verts), Pierre Laurent (PCF) et Jean-Luc Mélenchon (PG) se sont affichés côte à côte, pour montrer « l’unité de la gauche » en dépit des divergences sur certains sujets de fond. « Toute la gauche est là derrière les Français », s’est félicitée Martine Aubry, assurant que l’opposition allait se battre « jour après jour » contre « une réforme symbolique, concentré de l’injustice et de l’inefficacité de la politique du président » Nicolas Sarkozy. « Le gouvernement se sent acculé sur une réforme injuste et inutile, il ne tiendra pas très longtemps », a renchéri Cécile Duflot. Pierre Laurent a promis que le mouvement durerait « jusqu’à l’abandon du projet ». Jean-Luc Mélenchon a démenti pour sa part toute baisse du nombre de manifestants, accusant Sarkozy de « prendre ses rêves pour des réalités ». Quant à Olivier Besancenot, qui se tenait à l’écart, il a assuré ne pas « courir après les photos au côté de Martine Aubry » mais a revendiqué « l’unité dans les luttes ».
L’ensemble des forces de gauche ont ainsi appelé à faire vivre de manière concomitante le rapport de forces dans la rue et la bataille parlementaire qui débutera prochainement au Sénat, une chambre où l’UMP n’est pas en majorité et où beaucoup dépendra de l’attitude des centristes. Il s’agira pour la gauche de parvenir à faire retirer le texte de l’ordre du jour tout en entamant, cette fois, une véritable négociation avec les partenaires sociaux « sur d’autres bases que celle du recul de l’âge légal », comme l’affirme Pierre Laurent pour le PCF.

Retraites, une mobilisation sans faille

L’Humanité s’entretient avec les leaders de toutes les organisations syndicales. Soutenus par l’opinion, tous s’opposent au projet de réforme des retraites.
Les organisations syndicales sont en passe de gagner leur pari. À l'heure de la journée d’action unitaire interprofessionnelle, elles ont mis le président de la République, le gouvernement et le parti présidentiel sur la défensive. Claude Guéant, le secrétaire général de l’Élysée, l’a répété hier : la réforme « ne pourra pas changer » car « elle est nécessaire ». L’argument, qui n’en est pas vraiment un, est sans doute un peu juste pour parvenir à « la mobilisation totale » des parlementaires
de l’UMP à laquelle appelle Xavier Bertrand, son patron.
Les syndicats déterminés

Continuer la lecture de « Retraites, une mobilisation sans faille »