Nous avons de quoi expliquer qu’il est possible de réaliser une autre société. Le billet du jour…

MOI_pRévolution !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
en faisant le tour de certains murs sur Facebook, on y trouve tout et n’importe quoi. Et pour cause, chacun ses préoccupations, chacun ses propres intérêts et chacun ses propres idées.
On y trouve aussi beaucoup d’insultes sur telles ou telles personnes, des offenses qui ne font pas grandir le débat, bien au contraire. En général ces invectives se retrouvent concernant des répliques au niveau politique.
En ce moment, la violence verbale et physique prend le pas sur la discussion, sur l’écoute de l’autre, en fait on a cette malheureuse impression que certaines et certains imaginent détenir la raison, la vérité.
Si quelqu’un dans ce monde possédait la véracité, cela se saurait, ce n’est pas le cas, chacun d’entre nous détient une partie de cette exactitude, ce qui amène à dialoguer, à vouloir entendre et comprendre donc le débat.
Discuter, ce n’est ni ne pas respecter l’autre ni s’imaginer que nous sommes seuls sur cette terre.
Je ne suis pas d’accord avec les idées de droite, mais je me dois de respecter celles et ceux qui ont ces concepts, du moment où ils respectent le genre humain, notre démocratie et surtout notre république. Cela est l’important, respecter nos lois, notre culture et surtout nos façons d’être.
Je prône l’humain d’abord et du moment où je prône ceci, je me dois de respecter l’autre, lui parler sans pour autant l’insulter, l’écouter sans pour autant faire le sourd et insister sur ce que je dis, car ce que je dis peut être faux ou pas totalement juste et puis l’autre à ce droit de penser autrement.
Il y a un problème de communication, s’entendre et surtout s’écouter devient urgent, l’impératif n’est pas d’imposer telle ou telle idée, mais de la faire adopter, car l’obliger, cela revient à être comme celles et ceux que l’on combat.
Je vois et entends souvent et très souvent ces mots de « cons », « d’imbéciles », « d’ignorants », de « racistes » ou je ne sais quoi concernant celles et ceux qui votent FN. Ils votent, mais ne sont pas forcément FN, et au lieu de les insulter n’aurions-nous pas tout intérêt à démontrer que la politique du FN est néfaste et n’a rien à voir avec ce que disent leurs responsables ?
N’aurions-nous pas tout intérêt à expliquer notre politique, celle de l’humain d’abord, celle dont nous sommes persuadés qu’elle est juste ?
Je distribue souvent sur les marchés de ma région et souvent des personnes refusent notre tract en nous disant « tous les mêmes tous pourris, aujourd’hui je vais voter la MARINE. » Cela me met en colère et j’avoue que cela m’arrive d’élever le ton et parfois même d’en arriver à l’invective.
Avec nous, un camarade prend le temps de discuter avec ces gens, explique notre point de vue et surtout explique ce qu’est réellement le FN, il arrive à faire entendre nos idées, et ils partent en prenant notre tract. C’est lui qui a raison.
Nous n’avons pas les mêmes moyens d’information que le pouvoir, nous devons nous débrouiller et cela n’est pas facile de se faire entendre sans les médias. Mais, entre les médias et notre comportement qui souvent banalise ces gens qui ne savent plus où tourner la tête, indirectement nous amplifions le travail que ces médias font chaque jour, à savoir présenter le FN comme un parti honorable alors qu’il ne l’est pas.
Dialoguer, discuter, écouter, entendre, expliquer, doivent devenir des verbes sur lesquels nous devons nous reposer, nous inspirer pour nous faire nous-mêmes entendre sans passer pour des gens intolérants et butés.
Nous disons combattre l’injustice, l’intolérant, le raciste, le dictateur, et souvent, dans notre attitude, nous faisons la même chose, certes nous pensons que c’est pour le bien, mais nous sommes dans l’erreur, en faisant cela, on n’encourage pas ces gens indécis ou perdus à faire le bon choix.
Celle ou celui qui ne sait pas ou qui ne sait plus a besoin qu’on explique, que l’on démontre que nous avons raison.
L'invective, l'insulte, le non respect de l'autre sont les faiblesses de la femme et de l'homme qui ne sait quoi répondre au propos contraire qui sont les siens.
Nous avons largement de quoi dire et de contre dire ! Nous avons un projet : « l'humain d'abord » et dans ce projet il y a de quoi expliquer ce que nous souhaitons et attendons d'une autre politique que cette politique libérale et qui ne pense qu'à l'argent, à la compétitivité. Nous avons de quoi expliquer qu'il est possible de réaliser une autre société.
Cela doit être notre priorité.
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Le billet du jour : L’assemblée citoyenne c’est vouloir participer, être un acteur dans sa ville.

28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_17Une assemblée citoyenne pour quoi faire ?
Réunir, informer les gens, écouter et entendre ceux-ci, débattre, échanger ce sont les buts que ce sont donnés les communistes de Villerupt avec le Front de gauche pour les élections municipales de 2014.
Élections municipales qui seront un enjeu dans le contexte politique d’aujourd’hui !
Nous le disons et nous le souhaitons vivement que la place au peuple soit donnée, que celui-ci participe au choix des grands projets qui vont être proposés. Les Villeruptiennes et les Villeruptiens ont ce droit
28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_07fondamental de dire ce qui va et ce qui ne va pas.
Le 28 juin 2013, la section PCF de Villerupt membre du comité local Front de gauche de Longwy-Longuyon-Villerupt a organisé une de ces assemblées sur le thème des énergies et en priorité l’eau.
Pourquoi l’eau ? En janvier 2014, le contrat qui lie la Lyonnaise des eaux avec la ville prendra fin, il faut que l’équipe en place prenne une décision, soit de renouveler ce contrat, soit de passer en régie municipale.
Le choix n’est pas simple, mais dans le même temps, et on le voit ici et là, qu'elles soient de gauche ou de droite, de nombreuses communes reviennent dans le giron du public en revenant à une régie municipale ou intercommunale.
Quelle est la différence de ces deux façons de gérer la distribution de l’eau ?

28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_08D’abord, soulignons que l’eau n’est pas une marchandise, qu’elle est un besoin vital pour les humains que nous sommes. Elle devrait être gratuite !
Néanmoins, il nous faut être objectifs, elle a un coût puisqu’il faut la rendre propre et potable. Il faut également entretenir les réseaux.
Les sociétés privées que sont Veolia, Suez-la Lyonnaise et la Saur si ce sont des professionnels de la chose, il n’en reste pas moins qu’elles se doivent non seulement d’équilibrer leur budget, mais en plus de faire des bénéfices (c’est la loi du marché) qui seront distribués aux actionnaires. Qui dit bénéfices, dit prix plus chers que celui qui n’a comme obligation que d’équilibrer son budget, c’est le cas d’une régie municipale. Et surtout que l’on ne me dise pas le contraire, ça coule de source (c’est le cas de le dire).

28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_22Pour les militants communistes et Front de gauche que nous sommes, il y a urgence à sortir l’eau des griffes des marchés. Car les biens et les droits essentiels à la vie, ne peuvent être marchandises. L’eau doit devenir l’objet d’une bataille plus intense pour sa réappropriation publique et citoyenne, mais aussi devenir un droit universel, fondamental et inaliénable.
Au niveau national, les Sénateurs et les Députés Front de gauche argumentent pour la création
28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_32d’une grande agence nationale publique de l’eau et de l’assainissement. Et au niveau local, nos élus, celles et ceux qui se prétendent communistes et Front de gauche n’auraient-ils pas ces mêmes convictions ?
Certes, je veux bien que l’on me dise que notre population est trop faible pour qu’une régie soit rentable, mais ne sommes-nous pas engagées dans une intercommunalité (plus de 20.000 habitants) ?
Et puis lors de cette assemblée du
28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_3328 juin, un exemple de proximité a été donné, celui de la ville de Saulnes, 2.400 habitants, Villerupt en compte plus de 9.000. Prix du m3 à Saulnes 3,674 € et à Villerupt 4,15 €, cherchez l’erreur ?
Il ne s’agit pas à partir de ces arguments à faire pour faire, mais simplement se donner le temps de réfléchir, de bien réfléchir sur le devenir de la distribution de l’eau dans notre ville.
Des exemples existent et pas si
28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_19loin de chez nous, pourquoi pas à Villerupt ?
Dans tous les cas, une majorité des présents (plus de 30 personnes y participaient) étaient pour sauvegarder les services publics voir même pour le gaz et l’électricité et le logement de créer dans ces domaines aussi une grande agence nationale publique.
En effet, l’eau, l’électricité, le gaz et le logement sont incontournables pour vivre décemment !
Dernière chose, ce n’est pas être un opposant ou encore être contre que de vouloir dialoguer, réfléchir, entendre, écouter et construire ENSEMBLE. C’est vouloir participer, être un acteur dans sa ville.
Ça s’appelle donner et faire la place au peuple, référence que les communistes et le Front de gauche ne cessent de réclamer.

Le billet du jour : Dis moi SARKOZY, ça fait quoi d’être licencié par les Français ?

Voilà, le peuple de gauche est heureux ! SARKOZY c’est fini ! SARKOZY est parti ! La mission de la Gauche est accomplie !
Mais, parce qu’il y a forcément un mais, est-ce que tout est fait ? Est-ce que cela sera parfait ?
Non ! Il faudra être vigilant, exiger que nos acquis volés soient retrouvés.
Que la retraite à 60 ans soit récupérée !
Tout n’est pas gagné ! Il faudra, encore, et encore lutter, il faudra, encore, et encore manifester, pour notre santé, pour nos écoliers, pour nos retraités, pour nos ouvriers, pour notre dignité.
Chasser SARKOZY a été un rêve, chasser SARKOZY était devenu une finalité, chasser SARKOZY, c’est chasser les inégalités, certainement une austérité, c’est retrouver une certaine liberté, une fraternité, c’est pouvoir se rassembler pour enfin crier LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ et SOLIDARITÉ.
C’est revenir à nos valeurs de la République, c’est pouvoir redire que je suis fier d’être Français, partagé avec les immigrés, réduire la pauvreté, mettre au pas les banquiers et les financiers, retrouver cette envie de me lever pour aller travailler, mais pour cela nous devons rester des révoltés.
Indignés nous l’avons été, espérons avec force, que cela est terminé.
Ce n’est pas le grand soir, mais un petit espoir.
Aujourd’hui, nous devons exiger de donner « Place au Peuple », nous devons exiger que tout soit mis en œuvre pour « l’Humain d’Abord », et si cela ne suffit pas, il faudra tout recommencer.
SARKOZY c’est fini, mais la vie continue, nos soucis ne sont pas accomplis, il faudra être attentif et se dire, même si nous sommes de Gauche, il ne faudra pas toujours dire « OUI ».
Ça y est, j’ai rangé ma banderole, notre banderole « UN RUBAN ROUGE POUR DIRE NON A SARKOZY », je l’ai mise dans mes archives, dans ma remise, mais il faudra certainement en créer une autre, et réfléchir à ce que nous allons écrire.
Une nouvelle ère commence, une nouvelle fois il faudra nous organiser pour qu’HOLLANDE respecte ses promesses.
J’ai voté « RÉVOLUTION CITOYENNE », car je reste persuadé, que nous avons tout intérêt à encore bouger, que cette victoire appartient au peuple de gauche, appartient aux citoyens.
SARKOZY est parti, mais tout n’est pas fini !
Dis moi SARKOZY, ça fait quoi d’être licencié par les Français ?

Le billet du jour : Pour que le monde du partage remplace le partage du monde.

Le vote n’est pas une mode, le vote n’est pas un jeu, le vote est un droit, un devoir, un choix qui dure des années.
Le vote doit être un acte qui soit garant de nos valeurs Républicaines.
Liberté, Égalité, Fraternité et Solidarité sont des mots pour lesquels des femmes et des hommes sont morts.
A chaque élection, on nous parle du vote utile, le seul vote utile, c’est le vote pour changer.
Changer catégoriquement les choses.
Tergiverser ne sert à plus rien.
Aujourd’hui, il s’agit de prendre nos responsabilités, et de tout faire, absolument tout faire, pour changer cette société où il n’y a que l’argent qui compte.
« L’Humain d’abord ! » « Place au Peuple ! » Ne doivent pas rester que des mots !
Ils doivent se traduire dans la réalité de tous les jours.
Changer fondamentalement les choses, n’est plus utile, mais indispensable, une nécessité pour notre avenir, et l’avenir de notre jeunesse.
« Dans tout État libre, le premier soin, au moment où l’on va consulter la nation, est d’ouvrir toutes les voies par lesquelles peut arriver la liberté ».
Aujourd’hui, c’est nous, le peuple qui doit ouvrir toutes ces voies de la liberté, c’est nous qui devons exiger par notre vote, par les urnes, notre volonté de ne pas redevenir ESCLAVE, de vouloir rester des « Humains », rien que des humains, des humains dignes de ce nom, des humains respectables, des humains qui ne demandent qu’à vivre décemment.
Voter c’est aussi dans ces moments se révolter, dire NON !
Voter, c’est une révolte silencieuse, mais si le peuple arrive à retrouver sa liberté, sa dignité, voter sera devenu bruyant, efficace, et cela sans faire couler de sang.
Pas de vote utile, pas de votes aux intérêts électoraux, mais un vote radical pour un réel changement, un changement voulu par le peuple, et pour le peuple.
Citoyens libres, nous sommes, citoyen libre, vous êtes, citoyen libre, tu es, citoyen libre, je suis, profitons de ce moment qu’est le vote pour influencer, pour diriger, pour mettre en place une autre politique, une politique de partage, une politique où toutes et tous doivent profiter.
Dressons le poing, votons pour cette transformation radicale, votons pour un réel bouleversement, pour une fois votons par exigence, votons pour ce Front de Gauche qui appelle à la révolution citoyenne, qui appelle a une 6ème République, pour que le monde du partage remplace le partage du monde.
Dans 23 jours, profitons de l’occasion qui nous est donnée, profitez de l’occasion qui vous est donnée pour nous révolter, pour dire tout simplement, ça suffit !
Nous voulons rester des humains, des humains vivants, bien vivants.
RÉSISTE, RÉSISTONS, RÉSISTEZ, c'est nous, la majorité !

Le Front de gauche sur le point de dépasser le FN : la preuve par Google (O. Dartigolles)

A mesure que la baudruche FN se dégonfle, le Front de gauche monte en puissance. C'est Google qui le dit.
Alors que la campagne électorale bat son plein, les tendances affichées par Google Trends (qui décrivent la fréquence à laquelle un terme est tapé dans le moteur de recherche) montrent que les courbes des deux forces s’apprêtent à se croiser. (voir le graphique)
Ce n'est pas un hasard. Le travail méthodique du Front de gauche pour expliquer que, chez l'héritère Le Pen, la haine tient lieu de raisonnement, est en train de porter ses fruits.
Que ce soit sur le terrain ou sur la Toile, le candidat du Front de Gauche et son programme « L’humain d’abord » gagnent en crédibilité et trouvent un écho favorable. La récente reculade de la candidate du FN ne devrait pas inverser cette tendance : jeudi, Marine Le Pen a purement et simplement annoncé son refus de débattre avec Jean-Luc Mélenchon, dans le cadre de l’émission Des paroles et des actes prévue le 23 février sur France 2.

Discours de Jean-Luc Mélenchon à Metz le 18 janvier 2012

En déplacement en Lorraine, à Metz, mercredi 18 janvier 2012, Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle, a réuni plus de 2 500 personnes au Palais des Sports Saint-Symphorien.

Après Durban, tout reste à faire !

Le rideau est tombé sur la Conférence de Durban. Les masques tombent aussi à l'issue d'un spectacle où les puissants auront joué au mieux les rôles qu'ils devaient tenir. Une fois de plus, leur comédie aura tenu le monde en haleine. Les tirades sur le devenir de l'humanité, la main sur le cœur, auront nourri les espoirs de tous ceux qui ont conscience du drame vers lequel court la planète. Les postures affichées auront même déclenché les applaudissements de quelques acteurs de second rang, relégués en figurants, mais tellement attachés à la moindre avancée.
Chacun savait pourtant que la partition avait été écrite par les gardiens du temple libéral, présents en souffleurs des pays industrialisés du Nord pendant toute la durée de la grande représentation finale. Les nations les plus riches ont su gérer avec cynisme leurs intérêts immédiats, conscientes que dans tout théâtre, pour reprendre la formule de Jean Vilar, « l'habit fait le moine ». Durban n'aura pas échappé à cette règle d'or !
Pour les autres, les peuples du Sud condamnés par le réchauffement de la planète, les petits Etats insulaires livrés à la montée des eaux, les pauvres et les personnes vulnérables de l’ensemble du monde, le grand spectacle de Durban est tout simplement une terrible tragédie, celle d'une mort annoncée par la perspective d’une augmentation de 4° C en moyenne de la température mondiale.
Et si, au final, quelques espoirs sont affichés avec une feuille de route jusqu’en 2020, si la pièce n'est pas complètement jouée puisque reportée à la Conférence des Parties de 2012 (COP 18), chacun repart avec le sentiment d'un immense gâchis au regard des enjeux pour tous les habitants de la planète, tant l’écart est grand entre les décisions prises et les scénarios scientifiques pour éviter la catastrophe climatique.
Tous les peuples, d'une façon ou d'une autre, paieront un jour la note. Les uns, ceux qui espéraient tant, en connaissent déjà le prix, celui de la famine, de la guerre et de l'exode. D'autres vivront un temps l'illusion de « l'émergence », certes indispensable et voulue par leurs populations, mais combien illusoire dans ce contexte. Les autres, qui portent la responsabilité historique de ce suicide collectif, pensent avoir sauvegardé leurs privilèges qui ne sont en fait qu'un miroir aux alouettes au service d'une poignée de nantis.
Tout reste donc à faire aujourd'hui après cette occasion manquée. Le plus petit dénominateur commun qu’est le texte de cette « fin de partie » ne laisse qu'un espoir : une large mobilisation de tous les progressistes et humanistes de ce monde qui n'en finit pas de glisser vers sa perte. Faisons donc en sorte que naisse des débris de Durban l'immense mouvement des hommes de bonne volonté, avec une seule ligne de conduite : « L’Humain d’abord ! ».

Avec le Front de Gauche toutes et tous ENSEMBLE, disons OUI pour une autre politique ! Une politique de Gauche Radicale !

Pauvreté des jeunes : « Indifférence consternante du gouvernement » (Isabelle De Almeida)

Au lendemain de l'annonce du nouveau plan d'austérité du gouvernement, le Secours catholique publie aujourd'hui son rapport annuel sur l'évolution de la pauvreté en France. Selon l'association, il y a en France de plus en plus de familles dont les revenus sont inférieurs au seuil de pauvreté (954€ par mois) et de plus en plus de demande d'aide alimentaire… Ce constat est d'autant plus accablant que la France est la 5ème puissance économique du Monde.
Le Secours catholique alerte sur le fait que les jeunes (18-25 ans), laissés en marge de la société, représentent la classe d'âge la plus pauvre de France. Non seulement les jeunes cumulent tous les risques et toutes les difficultés, mais ils se trouvent également parmi les premières victimes des mesures de restrictions décidées par le gouvernement : gel des prestations sociales et des dépenses publiques (santé, logement, éducation…) et hausse de la TVA.
Lorsque 42% des jeunes souhaitent pour leur avenir « avant tout trouver un travail », le gouvernement leur répond à coups de chômage et d'emploi précaire. « No future », c'est le message qu'envoient Nicolas Sarkozy et François Fillon aux jeunes, qui continueront d'être pauvres, et cela, dans l'indifférence consternante du gouvernement.
Pour sortir de la précarité et pour un avenir meilleur, la jeunesse a besoin de nouveaux droits pour son autonomie : emploi, logement, éducation, santé, culture… C'est ce que le Front de gauche propose dans son programme « L'humain d'abord ». Le PCF et ses partenaires du Front de gauche invitent à en débattre dans les assemblées citoyennes organisées partout en France.
Le PCF soutient la détermination des jeunes à refuser la précarité en France, en Europe et partout dans le monde. Il sera de toutes les batailles pour qu'ils puissent vivre des dans conditions décentes.