Marine Le Pen “fasciste”: pour Mélenchon, c’est un fait politique, pas une injure

"Fasciste n'est pas une injure, c'est une caractérisation politique (…) qui est une description d'un processus, d'une identité politique caractérisée par des faits extrêmement précis." Mis en examen ce jeudi pour "injures" à la suite d'un dépôt de plainte de Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon a répliqué point par point aux accusations de la présidente du Front national.
Interrogé en 2011 sur des sondages plaçant Marine Le Pen en tête du premier tour de la présidentielle, le candidat du Front de gauche à la présidentielle avait lancé: "Pourquoi voulez-vous que le peuple français soit le seul peuple qui ait envie d'avoir un fasciste à sa tête, pourquoi ils seraient comme ça les Français ?" La candidate du FN avait dans la foulée saisi le doyen des juges d'instruction de Paris d'une plainte pour "injures publiques", reprochant à Jean-Luc Mélenchon d'avoir utilisé le terme "fasciste" pour la qualifier. La mise en examen d'une personne visée par une plainte pour injure ou diffamation est presque automatique, l'affaire se réglant ensuite devant le tribunal.
"Voilà ce qu'est le fascisme historiquement"
Le co-président du Parti de Gauche a étayé le raisonnement qui l'a poussé à qualifier Marine Le Pen de "fasciste". "C'est très typique de l'attitude du Front national qui ne cesse de dénoncer les syndicats comme corrompus, comme vendus au patronat. Deuxièmement, c'est une vision de l'organisation de la société par corporation. Voilà ce qu'est le fascisme historiquement".
"J'estime donc que personne n'a à se sentir injurié dès lors qu'il est l'objet d'une caractérisation. Je pense que la madame a dû venir jusqu'ici dans un moment d'emportement mal maîtrisé et qu'elle va bientôt découvrir que les tribunaux ne sont pas à son service pour éliminer ses adversaires".
Le "plan com'" de Marine Le Pen
"Mme Le Pen cherche à se notabiliser depuis plus d'un an. Elle avait un plan com' qui consistait à ne plus se faire traiter ou caractériser d'extrême droite, de fasciste", a estimé Me Raquel Garrido, l'avocate de M. Mélenchon. "Elle veut que son plan com' soit mis en oeuvre, mis en force par la justice. C'est ça l'enjeu".

  • A lire aussi:

Marine Le Pen perd son sang froid contre Jean-Luc Mélenchon

Marine Le Pen: "Chaque fois que quelqu'un me dit qu'il va voter Mélenchon, c'est un maghrébin"

S’inscrire et voter la bonne résolution avant 2012

Plus que quatre jours pour s’inscrire sur les listes électorales afin de pouvoir voter en 2012 pour la présidentielle et les législatives. Les mairies ont mis en place des dispositifs pour absorber les dernières demandes, en dépit de toute campagne nationale de sensibilisation, contrairement à 2006.
À sonder la file d’attente dans le hall de la mairie de Saint-Denis (93), on comprend mieux pourquoi le pouvoir fait le service minimum sur l’inscription sur les listes électorales. Car, pour Sophie, trente-six ans et première inscription en poche, cette fois, «il faut que ça change», ça suffit la galère pour cette secrétaire médicale, «ces dernières années j’ai vraiment senti que ma situation se détériorait». Envolées ses préventions à l’égard des «politiques» rangés auparavant dans le même sac. Elle veut du changement mais tempère aussitôt : «Enfin, j’en espère.» Sophie sait en tout cas pour qui elle va voter ; ainsi, la démarche d’inscription n’est pas le préalable à l’intéressement à la vie politique, elle en est le prolongement. Entre les simples retardataires pour cause de déménagement en cours d’année (les plus nombreux) et les jeunes passés au travers du système d’inscription automatique (qui suppose de s’être fait recenser pour la journée défense et citoyenneté), c’est de 130 à 140 inscriptions quotidiennes qui sont réalisées dans ces tout derniers jours à Saint-Denis.
À l’heure de l’abstention galopante, de grands mots résonnent pourtant dans ce hall de mairie ; s’inscrire et voter, c’est un «devoir moral», dit Kalidou (vingt-deux ans), comme une évidence oubliée. «Un droit auquel je tiens depuis que je suis française», poursuit Kea, vingt-sept ans. Qui n’a pas encore arrêté son choix, mais laisse volontiers entendre que ce ne sera pas pour renouveler le bail du locataire de l’Élysée.
le poids des jeunes

Le billet du Jour : Il est écrit, “LA DERNIERE CHANCE”. Il aurait fallu écrire, “UN PEU DE BON SENS” !

Jean-Pierre BEL, président du sénat !
Vous en aviez entendu parler avant cela ?
J’avoue avoir fait sa connaissance que depuis une semaine, celle des élections sénatoriales.
Vous avez dit, Connu ? Reconnu ?
Aujourd’hui, il est le deuxième personnage de la République.
Enfin, revenons à nos moutons, les élections législatives sur la 3ème circonscription de Meurthe-et-Moselle.
Encore un épisode.
Relaté dans la presse, le candidat que je suis devait attendre le 30 septembre pour savoir, si oui, ou non la candidature serait toujours effective.

Je vais, pour rester objectif, reprendre les propos de Patrick HATZIG, Secrétaire Départemental du PCF 54, des propos tenus à la presse ce samedi 1er Octobre à Mont-Saint-Martin. Je cite «  Même si nous avons trouvé des dysfonctionnements dans l’organisation du scrutin, nous avons décidé de ne pas revoter ». Et pour cause, l’organisation de ce scrutin a été le même que pour le scrutin interne de la présidentielle qui a eu lieu le même jour, et dans le passé, pour les élections Régionales.
Donc, le recours a été "retoqué", et je reste le candidat officiel représentant le PCF et le Front de Gauche.
Certains responsables ont souhaité lors de l’étude du recours, et afin d’essayer de trouver une solution pour qu’il n’y ait pas un candidat officiel et un candidat dissident, qu’une rencontre soit faite entre Philippe MARX et Serge DE CARLI.
Apparemment, et toujours d’après la presse, Serge DE CARLI a fait savoir qu’il ne souhaitait pas, je cite, « participer à cette réunion. Pour moi dit-il, il y a eu un processus et j’ai joué le jeu ».
Joué, oui, mais pas accepté.
En effet, le jeu a été joué par les deux candidats, de la même façon, et dans les mêmes conditions, puisque les deux candidats ont répondu favorablement à toutes les demandes faites par les organisateurs de ces élections internes. Courriers, mails feront preuve de ce que j’avance si des personnes souhaitent en savoir plus.
Par contre, après le résultat, ce résultat, qui, apparemment n’était pas attendu de la sorte, les choses, changent. Oui jouer le jeu tout le monde peut faire, mais accepter le résultat, c’est une autre histoire.
Dois-je rappeler, que c’était la première fois qu’une procédure et un processus d’élection interne au PCF dans notre Fédération ont été mis en place. C’était la première fois que les militants avaient le choix, la possibilité de pouvoir voter pour un candidat !
D’habitude, il nous est imposé et proposé par la direction nationale ou départementale.
Pour une fois, pour la première fois, les communistes de la 3ème circonscription ont eu droit à la démocratie.
Jamais, dans notre circonscription, les candidats choisis et imposés par les directions ont donné lieu à un recours, ou a un tel vacarme. Les militants ont fait campagne, sans arrières pensées, avec l’envie de gagner et de rassembler.
Aujourd’hui, parce qu’il y a eu vote, cela ne marcherait pas de la même façon ?
Pourquoi ? Ah oui ! pour être objectif faut tout dire, alors disons tout, d’après Patrick HATZIG, Secrétaire Départemental du PCF 54, a déclaré toujours hier à Mont- Saint- Martin, je cite, « Je pense que Philippe MARX n’est pas en capacité à rassembler toutes les voix du Front de Gauche ».
« Je pense » dit-il, oui, il a ce droit de penser ! Dois-je rappeler que c’est moi qui a été élu par les militants, acté par mon comité départemental, acté par le Front de Gauche de Meurthe-et-Moselle, et re acté après ce recours par mon comité départemental. Que faut-il en penser ?
Que P. HATZIG détient à lui seul la vérité ? Que toutes celles et tous ceux qui ont participé aux votes sont dans l’erreur ?
Je ne suis pas calculateur, ni devin, c’est avec mes convictions, mes valeurs, mon envie de RASSEMBLER large, très large, mon souhait de voir changer cette politique, d’être le citoyen des citoyens qui a animé mon engagement dans cette élection.
Je ne suis pas calculateur, il ne s’agit pas pour moi de dire que je suis le meilleur, le plus connu ou je ne sais quoi encore.
Ma démarche n’est que militante, politique, en effet, au moment où nous souhaitons RASSEMBLER, faire avec d’autres, il me semble également important que nous fassions autrement.
Aussi, j’en appelle une nouvelle fois au bon sens, j’en appelle à ce rassemblement qu’attendent toutes les Françaises et les Français, j’en appelle tout simplement pour une fois à l’équilibre des choses, nous avons toujours fait, été aux côtés de nos élus, nous demandons, je demande, la réciprocité.
Dans le cas contraire, il est clair, que nous ne rassemblerons pas, mais le pire dans tout cela, c’est la destruction du Front de Gauche en Meurthe-et-Moselle, ce sera la déception des militants, et dans tous les cas, les électrices et les électeurs en prendront acte pour le futur.
Les querelles intestines doivent, être mises de côté, faisons de la politique, pas pour nous, mais pour nos concitoyens, pour notre peuple.

Déjà en route vers 2012. Distribution d’un tract sur la Zone de Villers la Montagne.

Avec le candidat PCF – Front de Gauche de la 3ème Circonscription de Meurthe-et-Moselle, les militants PCF, PG ont distribué sur la Zone de Villers la Montagne un tract faisant référence à la vie chère et à l'augmentation du SMIC.
A l'heure où la précarité explose, où la dégradation salariale touche une immense majorité des salariés et où les retraités voient leur pouvoir d'achat en perpétuel recul, finir les fins de mois devient de plus en plus difficile pour un nombre sans cesse plus important de ménages.Avec cette campagne nous voulons dénoncer la situation insupportable imposée à notre peuple et avancer un grand nombre de propositions immédiates ou de moyen terme pour mettre en œuvre d'autres choix. Quand les grands médias ne s'intéressent qu'à la scénarisation de 2012, nous voulons mettre au cœur du débat politique la question sociale.

septembre 2018
L M M J V S D
« Juil    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :