LDH


Rapport de la LDH : Les questions sociétales et les droits de l’homme toujours en souffrance.

150606_172215_ldh_g4uxzeChaque année, la LDH édite l'état des droits de l’homme en France. L’an dernier, sa publication s’intitulait « Un autre avenir ? ». Publiée en pleine campagne présidentielle, elle se voulait porteuse d’une espérance de changement, d’un nouveau contrat social garantissant des droits et tournant le dos aux logiques de discrimination, de racisme et de xénophobie qui avaient marqué le quinquennat de Nicolas Sarkozy. La LDH n’avait certainement pas envisagé qu’elle titrerait son édition 2013, rendue publique ce 18 avril, « La République en souffrance ».
Si les renoncements économiques et sociaux du Président Hollande sont la marque d’une divergence avec le PCF et ses partenaires du Front de gauche, les questions sociétales et les droits de l’homme auraient dû rassembler toute la gauche comme cela vient d’être la cas pour le mariage pour tous. Les annonces contre le tout carcéral, contre le démantèlement des camps de Roms sans relogement, ou contre les familles dans les camps de rétention sont pourtant restées au stade des effets d’annonces.
Le gouvernement manque décidément de courage politique puisqu’il renonce aussi à mettre en œuvre les mesures qui ne coûtent pas financièrement comme le droit de vote des résidents étrangers ou la lutte contre le contrôle au faciès. La recherche d’un consensus avec la droite ne conduit qu’à mettre en œuvre des politiques droitières. La seule façon de réconcilier le peuple de gauche c’est de mettre en œuvre une politique du bien vivre ensemble, solidaire, laïque, fondée sur l’égalité des droits pour tous, le refus des discriminations, la citoyenneté de résidence.


ROMS : « la réalité contraste avec les promesses »

roms_6_0En mars 2012, le candidat François Hollande dénonçait les stigmatisations contre les Roms (expulsions brutales à répétition, interdiction de travailler et de se former, reconduites aux frontières sans résultat…).
Un an plus tard, alors que la politique du chiffre et du bouc émissaire est « officiellement abandonnée », « les autorités  françaises continuent à pratiquer une politique de rejet et à violer les droits fondamentaux de ces personnes ».  C’est la conclusion du rapport rendu public ce 9 avril 2013  par l’Association Européenne pour la Défense des Droits de l’Homme (AEDH) et la LDH.
La réalité contraste avec les promesses. Les paroles électorales sont bien différentes des « propos sarkoziens » de Manuel Valls et avec une réalité pour le moins alarmante. Durant le 1er trimestre 2013, plus de 4 000 personnes ont ainsi été expulsées de leurs lieux de vie sans solution de relogement contrairement aux directives de la circulaire interministérielle du 26 août 2012.
Alors que le jugement du Tribunal Administratif de Lyon en faveur des Roms a récemment mis en accusation l’Etat qui manque à ses obligations, il y urgence. Urgence que le Gouvernement s’engage dans la lutte contre les discriminations subies par les Roms, urgence qu’il s’engage dans le respect des droits humains fondamentaux, des droits inaliénables.
Le PCF et ses partenaires du Front de gauche continueront à lutter contre ces discriminations et leur banalisation.


La LDH dénonce les “tares qui minent” la France après cinq ans de Sarkozy

Affaires Bettencourt et procès Chirac, "désenchantement démocratique", "concentration des pouvoirs asphyxiante" et "névrose obsessionnelle de l'étranger" : la Ligue des droits de l'homme (LDH) dénonce dans son rapport annuel "les tares qui minent la République".
Dans ce rapport 2012, "Etat des droits de l’Homme en France", paru jeudi, la LDH juge sévèrement "le bilan" des cinq années sous la présidence de Nicolas Sarkozy, mais aussi "l'endogamie" de la classe politique en général. "La sortie du présidentialisme sans responsabilité ni contrôle, la garantie d'une indépendance plus effective des contre-pouvoirs (juges constitutionnels, magistrats judiciaires, autorités indépendantes), la fin du cumul des mandats" devraient notamment "être considérés comme de véritables mesures de salut public démocratique", y prônent Stéphane Hessel, ancien grand résistant et auteur du best-seller "Indignez-vous", et Jean-Pierre Dubois, président d'honneur de la LDH.
Le bilan du président-candidat Nicolas Sarkozy est très critiqué. "Les promesses – qu'elles concernent les retraites ou les impôts – ont surtout alimenté colère, frustration et distance vis-à-vis d'un système perçu comme organisant le lâchage des catégories ouvrières et populaires par les couches moyennes et supérieures", dénonce le président de la LDH, Pierre Tartakowsky.
La récession et les plans de rigueur, qui affectent le secteur public, comportent "le risque d'une désaffection croissante vis-à-vis de l'action publique" se traduisant par "une explosion de l'abstentionnisme" aux prochaines élections, prévient-il.
La LDH se montre également très virulente avec les "affaires" qui ont touché l'exécutif. "Au cours de ce quinquennat (…) la France qui se lève tôt a découvert avec effarement, au fil des aventures de la famille Bettencourt, une société fin de race où l'on s'offre des îles, où l'on embauche la femme d'un ministre des Finances pour mieux frauder le Trésor public, où les chèques valsent au rythme des candidats méritants, lesquels, sous forme de bouclier fiscal, renvoient élégamment l'ascenseur", a déploré le président de la LDH, Pierre Tartakowsky.


14 juillet : Le PCF se mobilise contre le racisme et pour la République 1

Suite au discours de Grenoble de Nicolas Sarkozy en juillet dernier, des centaines de milliers de personnes s'étaient mobilisées le 4 septembre 2010 pour montrer leur refus de la « politique du pilori » imposée par le gouvernement.
En stigmatisant les français de manière aussi décomplexée, en les opposant les uns aux autres, le gouvernement continue de jouer sur la peur et banalise un peu plus les propos xénophobes, racistes et discriminatoires colportés jusque là par l'extrême droite.
Pour en finir avec cette politique odieuse favorisant la haine de l'autre, le PCF se mobilise pour redonner à la République le sens de toutes ses valeurs. Le 14 juillet prochain, les élu-e-s et militant-e-s communistes manifesteront, place de la Bastille puis sur le Champs de Mars, pour dire stop à cette politique !
11h00 :
Signataires de l'appel « Liberté, égalité, fraternité : Retrouver la République », Marie-George Buffet, Députée et ancienne Ministre et Isabelle Lorand, Responsable de la commission « Libertés et droits de la personne » au PCF seront présentes au rassemblement, place de la Bastille et y conduiront une délégation du PCF.
En présence notamment de Jean-Pierre Dubois, Président de la LDH ainsi que de nombreuses personnalités du monde associatif, syndical et politique.
Place de la Bastille – Paris
A partir de 14h00 :
A l'initiative de SOS racisme, Patrice Bessac, porte-parole du PCF participera au débat organisé au village associatif.
Champs de Mars – Paris
17h30 :
Grand concert gratuit sur le Champs de Mars, en présence d'élu-e-s, responsables et militant-e-s communistes. Patrice Bessac, Porte-parole du PCF et Isabelle Lorand, Responsable de la commission « Libertés et droits de la personne » au PCF conduiront une délégation du PCF.
Champs de Mars – Paris


Samedi 25 juin : Villerupt – Face à l’Hôtel de Ville – venez dire NON à l’exclusion avec la Section PCF de Villerupt et tous les présents.

Dans le cadre de la Fête du Parti Communiste Français section de Villerupt, exposé-débat de Vescovi Thomas, membre du Conseil National de l'Association France-Palestine Solidarité, sur son périple en Palestine.
Du 1 au 8 mai, accompagné de mon père et mon frère, j'ai parcouru la Cisjordanie (Jérusalem, camp de réfugiés, Hébron, Naplouse, Bil'in, Ramallah…) dans le but de comprendre, apprendre, et voir la situation de cette terre occupée illégalement depuis 1967 par l’État d’Israël. Ce retour de mission est l'occasion de rendre compte d'une situation abjecte imposée à tout un peuple, qui en dépit de sa souffrance demeure droit, digne et résistant.
A travers nos rencontres, nous expliquerons les sources du conflit, en revenant fréquemment dans le passé afin de comprendre le présent.
Par la suite, un débat sera engagé avec les personnes présentes sur notre expérience, l'actualité, les perspectives, les moyens de lutter en France…

Venez nombreux et faites tourner l'info !

G8 dégage ! Rendez-vous au Havre les 21 et 22 mai

Au banquet des requins, les peuples se rebiffent ! C’est le titre du tract unitaire diffusé par le collectif havrais anti-G8. A diffuser sans modération pour faire du rassemblement havrais des 21 et 22 mai un tremplin pour les initiatives anti-20 prévues à Cannes en novembre.
Le G8 réunira les 26 et 27 mai à Deauville les dirigeants des 8 pays les plus riches du monde. Au lendemain de la tempête financière de 2008, ce G8 a maintenu la dictature de la finance qui emprisonne tous les aspects de notre existence : logement, travail, éducation, agriculture, climat, retraites, connaissance, biodiversité… Les réponses solidaires et démocratiques à la crise mondiale viendront des peuples eux-mêmes, pas des dirigeants des pays les plus riches ! Nous leur refusons le droit d'imposer des plans d'austérité dont ils sont exonérés et qui font payer aux citoyens la crise dont leur capitalisme est responsable.
La planète est bousculée !
Les exemples européens montrent la violence des attaques contre les conditions d’existence des populations. Mais les énormes manifestations à Londres et ailleurs prouvent la volonté des peuples de ne pas se résigner.
Les processus révolutionnaires en cours dans le monde arabe ont abattu deux dictatures et viré leurs familles mafieuses.
(suite…)