Mediapart fait des révélations sur Serge Dassault – 16/09/13

Selon le média en ligne Mediapart, l'ancien maire de Corbeil-Essonnes (91) aurait "payé pour s'assurer de la victoire" de son successeur, Jean-Pierre Bechter, aux municipales de 2010. Le montant est d'1,7 million d'euros.

http://www.youtube.com/watch?v=B5oOqkFi9DU#t=48

Le billet du jour : Dénoncer la violence, c’est un devoir , la laisser se développer par ruse politique c’est un crime !

clement-meric

MOI_pClément Méric, assassiné par la haine, par des racistes, par des gens qui ne vivent que pour la violence.
Un militant antifasciste est mort. Mort pour avoir défendu ses idées, mort pour combattre la bête immonde qui propulse ces idées de haine et de violence, mort parce que nos politiques ont tout fait pour que ces idées d’extrême droite soient banalisées.
Les médias également en portent une lourde responsabilité en invitant régulièrement sur leurs plateaux la Marine et autres compères du FHaine.
C’est de la colère, du dégoût, de l’indignation, une honte pour notre pays que de voir ce genre de choses se passer.
Dédiabolisé par l’UMP, par cette droite décomplexée, par les médias en faisant l’amalgame avec l’extrême gauche alors que les idées sont totalement opposées.
D’un côté le souci de l’humain, des valeurs de justice, de solidarité, de fraternité, d’égalité, et de l’autre la haine, la violence, rien de comparable !
Pourtant ces actions meurtrières étaient prévisibles suite aux manifestations contre le mariage pour tous. Nous les avons vu ces fascistes violents narguer et provoquer la police, nous les avons vu frapper à coups de pied celles et ceux qui manifestaient pour cette loi.
Barjot avait promis du sang, en voilà !
Nous les voyons régulièrement de noir vêtu, le crâne rasé jouant le rôle de service de sécurité lors des déplacements de cette Marine.
On a diffusé de nombreux documentaires sur ces groupes, montrant leur détermination, leur entraînement, à croire que certaines images ne sont pas enregistrées par les humains que nous sommes.
Il faut interdire ces groupuscules, dénoncer leurs idées pros nazies, et cela sans se poser la question si cela est démocratique ou pas. Ces gens sont des assassins, ce n’est pas la première fois que cela arrive. Ils sont contre les libertés, contre la démocratie, contre nos idéaux républicains.
Il nous faut tout mettre en œuvre pour proposer un modèle social plus cohérent et lisible aux Français qui sont inquiets et non les pousser à aller vers le FHaine ou autres groupuscules factieux.
Expliquer et agir sont les deux actions prioritaires que doivent engager tous les démocrates pour mettre un terme à ce climat et éviter que des citoyens partent dans les extrêmes.
On a le droit d’avoir des convictions, mais on n’a pas le droit de tuer quelqu’un pour ses convictions.
Une société qui ne peut plus protéger ses enfants n’est plus une société, elle est perdue.
Il faut dissoudre ces groupes, mais ce ne sera pas la situation idéale, car même dissous, les idées morbides que ces groupes véhiculent existeront toujours. La solution n'est pas là, la solution serait déjà de vivre dans une société harmonieuse et plus juste ; la violence ne vient pas de nulle part. Il y a des idéologues dans ces groupes extrémistes, mais ils réussissent à recruter parce que la société est malade. Pensez-vous que des jeunes biens dans leur vie iraient perdre leur temps et leur jeunesse dans ces groupuscules d'un autre temps, je pense que non. C'est là que la politique aurait un rôle fondamental à jouer. Même si dissoudre est déjà faire un pas, dissoudre ne changera rien, c'est juste plus facile que de changer la vie des gens en souffrance.
C'est un meurtre politique. D'une sauvagerie inouïe.
Clément Méric a été assassiné pour ses opinions antifascistes et libertaires.
Dénoncer la violence, c'est un devoir, la laisser se développer par ruse politique c'est un crime.
Que les auteurs de cet assassinat soient durement punis.

Marine Le Pen “fasciste”: pour Mélenchon, c’est un fait politique, pas une injure

"Fasciste n'est pas une injure, c'est une caractérisation politique (…) qui est une description d'un processus, d'une identité politique caractérisée par des faits extrêmement précis." Mis en examen ce jeudi pour "injures" à la suite d'un dépôt de plainte de Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon a répliqué point par point aux accusations de la présidente du Front national.
Interrogé en 2011 sur des sondages plaçant Marine Le Pen en tête du premier tour de la présidentielle, le candidat du Front de gauche à la présidentielle avait lancé: "Pourquoi voulez-vous que le peuple français soit le seul peuple qui ait envie d'avoir un fasciste à sa tête, pourquoi ils seraient comme ça les Français ?" La candidate du FN avait dans la foulée saisi le doyen des juges d'instruction de Paris d'une plainte pour "injures publiques", reprochant à Jean-Luc Mélenchon d'avoir utilisé le terme "fasciste" pour la qualifier. La mise en examen d'une personne visée par une plainte pour injure ou diffamation est presque automatique, l'affaire se réglant ensuite devant le tribunal.
"Voilà ce qu'est le fascisme historiquement"
Le co-président du Parti de Gauche a étayé le raisonnement qui l'a poussé à qualifier Marine Le Pen de "fasciste". "C'est très typique de l'attitude du Front national qui ne cesse de dénoncer les syndicats comme corrompus, comme vendus au patronat. Deuxièmement, c'est une vision de l'organisation de la société par corporation. Voilà ce qu'est le fascisme historiquement".
"J'estime donc que personne n'a à se sentir injurié dès lors qu'il est l'objet d'une caractérisation. Je pense que la madame a dû venir jusqu'ici dans un moment d'emportement mal maîtrisé et qu'elle va bientôt découvrir que les tribunaux ne sont pas à son service pour éliminer ses adversaires".
Le "plan com'" de Marine Le Pen
"Mme Le Pen cherche à se notabiliser depuis plus d'un an. Elle avait un plan com' qui consistait à ne plus se faire traiter ou caractériser d'extrême droite, de fasciste", a estimé Me Raquel Garrido, l'avocate de M. Mélenchon. "Elle veut que son plan com' soit mis en oeuvre, mis en force par la justice. C'est ça l'enjeu".

  • A lire aussi:

Marine Le Pen perd son sang froid contre Jean-Luc Mélenchon

Marine Le Pen: "Chaque fois que quelqu'un me dit qu'il va voter Mélenchon, c'est un maghrébin"

Pas de procès dans l’affaire DSK-Diallo: “mauvaise nouvelle !” (Marie-George Buffet)

Le refus de faire juger l'affaire dans laquelle l'ancien directeur du FMI est accusé de viol est une mauvaise nouvelle pour la justice et une mauvaise nouvelle aussi pour les femmes .
Car à ce jour la vérité n'est pas dite, ni pour le présumé innocent ni pour la présumée victime.
La décision du procureur fait courir de grands risques au droit des femmes en revenant au temps où les victimes de viols étaient à priori coupables, au temps où le viol n'était pas considéré comme un crime.
Rappelons nous qu'en France le jugement de ces faits par une cour d'Assises n'est pas si vieux que cela !
La vigilance s'impose pour que le refus de faire passer la justice aux USA ne donne pas des ailes en France aux pourfendeurs d'une justice implacable envers les violences – sexuelles ou non – à l'encontre des femmes .

Strauss-Kahn/Banon : une affaire longtemps passée sous silence

Omerta. A l’occasion de la plainte pour tentative de viol déposée la semaine dernière par la romancière Tristane Banon à l’encontre de Dominique Strauss-Kahn, Oumma revient sur le scandale au cœur de cette affaire : les connivences politiques et médiatiques qui ont permis d’occulter durant huit ans un éventuel crime imputé à l’ex-présidentiable.
Que s’est-il passé en février 2003 durant cet entretien accordé par un ancien ministre à une journaliste stagiaire ? Le parquet de Paris vient d’ouvrir une enquête préliminaire qui déterminera de la suite à donner à la plainte déposée par Tristane Banon. Quant aux avocats de Dominique Strauss-Kahn –à nouveau mis en cause dans une autre affaire d’agression sexuelle après celle du Sofitel, ils n’ont pas tardé à réagir en intentant également une action en justice pour dénonciation calomnieuse. Le risque pour l’accusatrice ? Cinq ans de prison si aucune charge ne devait être finalement retenue contre l’ex-dirigeant du FMI.

Continuer la lecture de « Strauss-Kahn/Banon : une affaire longtemps passée sous silence »

Israël : boycotter les colonies de Cisjordanie est désormais illégal

Israël : boycotter les colonies de Cisjordanie est désormais illégalIl est désormais illégal de boycotter les colonies juives en Israël.
Le lobby des colons et l’extrême-droite israélienne sont parvenus à faire voter une loi sans précédent qui sanctionne le boycott des biens et services produits dans les implantations juives de Cisjordanie.
La loi a été adoptée ce lundi en dépit de l’opposition du conseiller juridique de la Knesset. Le texte, a-t-il prévenu, heurte de plein fouet le droit d’expression et risque donc d’être annulé par la Cour suprême. – Euronews
RFI : " L’initiative de la loi est survenue après que plus de cent personnalités culturelles, universitaires et écrivains, ont annoncé en septembre qu’ils ne prendraient part à aucune activité culturelle, discussion ou conférence, dans des colonies.
« Une loi anti-démocratique », titre le quotidien Haaretz ce mardi 12 juillet. Pour le juriste Amnon Rubinstein, « c’est un jour noir pour Israël ».
La loi devrait être promulguée dans les deux semaines, mais en attendant, plusieurs organisations israéliennes des droits de l’homme vont se pourvoir devant la Cour suprême israélienne, pour qu’elle décrète cette loi anticonstitutionnelle. "

Continuer la lecture de « Israël : boycotter les colonies de Cisjordanie est désormais illégal »

Endogamie dans la tribu des politiques et journalistes ?

Ce n’est un secret pour personne, la classe politique et les journalistes, forment une espèce de microcosme au sein duquel le linge sale se lave en famille… A l’occasion de l’affaire DSK, l’émission Médias Le Magazine du 22 mai 2011, se penche sur les questions d’endogamie et d’omerta, qui sont le lot commun de cette tribu politico-journalistique. Autour de Thomas Hugues sont présents : Vanessa Schneider (Grand reporter à Marianne), Christophe Barbier (Directeur de la rédaction de L’Express), Jean Lesieur ( Directeur de la rédaction – France 24) et Thierry Thuillier (Directeur des rédactions – France télévisions).
Vanessa Schneider confirme d’emblée que les femmes journalistes sont régulièrement confrontées aux avances pressantes des hommes politiques. En ce qui la concerne, elle dit ne pas être gênée dans l’exercice de son métier, à condition de savoir se protéger. Elle précise que si des journalistes avaient eu connaissance d’actes délictueux, de violence ou de harcèlement, concernant Dominique Strauss-Kahn, il aurait fallu en parler. Thomas Hugues évoque tout de même le cas de Tristane Banon, qui expliquait dans une interview donnée à AgoraVox en 2008, qu’elle avait subi une agression de la part de DSK en 2002. En précisant qu’elle n’avait pas porté plainte à ce jour.

Continuer la lecture de « Endogamie dans la tribu des politiques et journalistes ? »