Crise européenne : signez l’appel de l’Humanité

Après la Grèce, l’Irlande se voit prescrire une cure de super d’austérité,  qui va aggraver la pauvreté et augmenter le chômage. Le Portugal, l’Espagne,  puis l’Italie et la France sont menacés. Ce n’est pas aux salariés de payer les conséquences d’une crise provoquée par une politique ultralibérale qui a été présentée longtemps comme le seul modèle à appliquer. Signez notre pétition en ligne ! 

La Fête : une soif d’idéal intacte depuis quatre-vingts ans

Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité, a dévoilé mercredi soir les grandes lignes de la fête 2010, 80e du nom, qui aura lieu les 10-11-12 septembre.
En préambule à son intervention devant « les artisans de la Fête », ceux qui la construisent, au siège du journal à Saint-Denis, Patrick Le Hyaric, le directeur de l’Humanité, également député européen, a évoqué, non sans émotion, « l’attaque meurtrière des forces armées israéliennes » contre la flottille de paix des humanitaires de la campagne Free Gaza.
Puis, en présence de Silvère Magnon, directeur de la Fête de l’Humanité, Patrick Apel-Muller, directeur de la rédaction, André Ciccodicola, rédacteur en chef de l’Humanité Dimanche, Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF (pour ne citer qu’eux), il a voulu saluer d’abord ces constructeurs qu’il souhaite vouloir associer encore plus à son élaboration.

Désastre moral pour Israël, désastre humanitaire pour les Palestiniens

La question de la levée du blocus de Gaza est posée maintenant ouvertement par l’ONU, Washington n’ayant pas osé y mettre son veto. Neuf Français ont été arrêtés par Israël. L’un d’entre eux a été expulsé.
Quatre cent quatre-vingts passagers, qui étaient à bord de la flottille pour Gaza étaient détenus, hier, dans une prison d’Ashdod, dans le sud d’Israël, tandis que 48 autres étaient en voie d’expulsion. Par ailleurs, 45 autres passagers, pour la plupart d’origine turque, étaient hospitalisés dans différents établissements.
Parmi les détenus, figure Kamal Khatib, président du Haut Comité de suivi des Arabes israéliens, la plus importante organisation de cette communauté de 1,3 million de personnes, qui a largement observé l’appel à une journée de grève générale lancée par le maire communiste de Nazareth, Ramiz Jaraisy. Un Français a été expulsé, hier, alors que, selon l’Élysée, huit autres ressortissants français étaient toujours détenus en Israël. « Nous sommes en train de devenir les pestiférés du monde entier avec cette opération. C’est un désastre moral pour Israël. »

Chômeurs en fin de droits : le “plan rebond” fait flop

Le gouvernement et les signataires du « plan rebond » se vantent d’avoir trouvé une solution pour chaque chômeur en fin de droits. Mais les mesures du plan se révèlent floues, soumises à conditions, voire hypothétiques.
Ces prochains mois, la déception risque d’être énorme parmi les chômeurs qui arriveront au bout de leurs allocations Assedic. Depuis jeudi, les signataires de l’accord intitulé « plan rebond pour l’emploi » gouvernement, patronat, syndicats sauf la CGT se relaient pour marteler qu’enfin leur travail acharné de négociateurs a débouché sur un compromis miracle. A les en croire, ils ont trouvé une « solution » pour chaque chômeur qui arrivera en fin de droits courant 2010. Pour un coût total de 705 millions d’euros pris en charge par l’État et l’Unedic, voire 838 millions si les régions non consultées mettent la main à la poche, chacune de ces personnes se verra proposer un contrat aidé, une formation rémunérée, ou à défaut, jusqu’à six mois d’une allocation exceptionnelle présentée comme un « filet de sécurité ». De sorte que le vœu exprimé par le président Sarkozy lors de son intervention télévisée fin janvier, de ne « laisser personne sur le bord de la route » semble exaucé. « L’aide exceptionnelle qui sera versée sur plusieurs mois « est une mesure de solidarité exemplaire » a salué l’UMP, tandis que le secrétaire d’État à l’emploi, Laurent Wauquiez, se félicitait d’un plan « très généreux pour ceux qui cherchent vraiment un emploi » et le Medef de « mesures exceptionnelles et temporaires sans précédent ». Côté syndical, la CFDT, en pointe dans la négociation, se vante d’avoir « obtenu une solution pour tous » et affirme qu’« aucun chômeur en fin de droits ne sera laissé pour compte ». « Quand 705 millions d’euros sont débloqués, il ne faut pas cracher dans la soupe », lance son secrétaire national, Laurent Berger.
Mais à regarder de plus près ce « plan rebond », derrière l’écran de fumée de l’effet d’annonce, nombre de mesures sont floues, soumises à conditions, dépendant de critères encore à déterminer, écrites au conditionnel, ou reprises de dispositifs déjà actés !
octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :