Nos dirigeants, ne seront jamais punis pour avoir détruit et tué… Le billet du jour…

MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
C’était dimanche, un dimanche d’été, où le soleil manque et que la pluie inonde. Que faire quand nous ne sommes pas en vacances ? Il ne reste pas grand-chose à faire, à part lire ou regarder la TV. Alors tu zappes et zappes encore jusqu’au moment où un programme, un film attirent ton attention. Pour moi a été ce film « Hemingway & Gellhorn » retraçant la vie et les aventures de l’écrivain et de la journaliste reporter de guerre.
Encore un film de guerre, sur les guerres passées, celle d’Espagne, celle de Chine, celle de Finlande, la Grande Guerre de 1940, toujours la guerre et encore la guerre.
En regardant ces images, je ne sais pas pourquoi, mais souvent des larmes ont coulé de mes yeux, serais-je trop sensible ou encore trop naïf pour croire que « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil » ?
Évidemment, il me vient les images que tous les jours on voit aux journaux télévisés, ces images de guerre, eh oui ! Toujours la guerre !
Le film, c’était les guerres d’avant, aujourd’hui à la TV ce sont les guerres d’aujourd’hui.
À croire que le monde a été fait de guerres et que pour continuer à faire tourner ce monde il faut encore des guerres, toujours des guerres.
Les images ne changent pas, des avions qui lâchent des bombes, des fusils qui envoient des balles, des enfants qui pleurent, des maisons détruites, des gens qui se sauvent, et ceux qui souhaitent par la force et la terreur à vouloir faire appliquer leur volonté. Des images qui aujourd’hui, ne devraient plus être vu, et pourtant…
Cela m’a donné l’envie d’écrire afin de donner mon avis, même si je sais que celui-ci n’a aucune importance. Que celui-ci ne sera peut-être même pas lu ou que celles et ceux qui liront ces mots se diront, mais quel rêveur cet homme, quel ingénu il est !
Se taire chez moi n’est pas chose courante, et souvent j’ai payé largement pour avoir dit tout haut ce beaucoup pensent tout bas, mais je préfère en prendre plein la figure comme on dit plutôt que de rester qu’un spectateur de ce qui se passe dans ce monde.
Les mots s’affichent à l’écran et ma vue se brouille par les larmes qui coulent le long de mes joues. Mes doigts tremblent sur les touchent de mon clavier non pas parce que j’ai peur d’écrire ces mots, mais parce que je suis en colère, très en colère. Je me sens inutile et je ne sais pas ce que nous pourrions faire pour stopper à jamais ces cruautés réalisées par les hommes. L’histoire prouve que les guerres n’ont jamais fait la paix, la guerre engendre toujours une autre guerre, à croire que les hommes ne veulent pas en tirer les leçons.
Aujourd’hui, cela se passe à Gaza, en Ukraine, en Irak, en Libye, en Centrafrique, au Mali, en Afghanistan, partout les hommes tuent les hommes, partout les hommes tuent des enfants, des femmes et des vieillards. Partout, c’est la destruction, le chaos, l’horreur, la fuite des uns et des autres, partout le ciel devient noir et gronde sous le bruit des bombes, la pluie change de couleur pour devenir rouge de sang, des colonnes de fumée vont éclaircir ou assombrir le ciel déjà bien sombre. Les maisons deviennent des amas de pierres, des villes entières sont détruites et quand tu interroges celles et ceux qui subissent cela ils te disent « en cinq minutes toute ma vie a été détruite ».
Une amie m’a dit l’autre soir avoir eu peur de l’orage, l’orage : de la pluie, du tonnerre et des éclairs, là-bas, les éclairs brûlent et le tonnerre détruit, et même si aujourd’hui les orages détruisent aussi, ce n’est pas la même destruction, elle vient de la nature, c’est elle qui fait la guerre à l’homme, car l’homme ne l’a pas respecté. Elle est certainement moins grave que la désintégration par la guerre.
Les va-t’en guerre que sont nos dirigeants, ne seront jamais punis pour avoir détruit et tué, ils trouveront  toujours à dire qu’ils devaient le faire pour la liberté des peuples qui subissent.
Peut-être ! Ou peut-être pas ! Aujourd’hui, il existe d’autres moyens de s’occuper des fous, des dangereux, il suffit d’en avoir la volonté. D’autant que la plupart de ces démons ont été créés par les mêmes qui aujourd’hui prônent la liberté des peuples. Par ceux-là mêmes qui pour des intérêts économiques financent, forment ces extrémistes.
Nous vivons un monde qui possède tout pour que les femmes et les hommes de cette planète puissent vivre dans le bonheur, et tout est fait pour que ces mêmes personnes vivent avec la peur de lendemain.
Ce n’est qu’une poignée d’hommes qui décident pour nous ! Alors que de nourrir le monde, que de le rendre heureux coûte beaucoup moins cher que de le bombarder.
Plus jamais cela, plus jamais ! N’oublions pas ! Qu’ils disent devant les monuments aux morts chaque année, mais pourquoi ? Cela ne s’est jamais arrêté.
C’est à nous, citoyennes et citoyens de cet univers d’EXIGER que la guerre disparaisse de notre vue !
Seul, manifester, écrire, dire ne suffit pas, mais en nombre, toutes et tous ensemble nous pourrions éradiquer toutes ces horreurs que l’on nous impose de vivre.
Oui ! Quand on rêve tout seul, ce n’est qu’un rêve, quand nous rêvons ENSEMBLE, c’est le début de la réalité… YALLA !!
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

15._paix_-_non_a_la_guerre

L’Irak après 9 ans d’occupation américaine

Le dernier soldat américain a quitté l'Irak.
Que reste-t-il de ce pays après le passage des Yankees ?
Cette intervention était-elle justifiée ?
Mais où sont passées les armes de destruction massive ?
Une guerre qui continuera pourtant de coûter chère aux Américains.

Le billet du jour : Nous étions l’exemple, aujourd’hui, on nous fait la leçon !

Depuis ce matin et déjà hier et avant-hier, les médias nous font l’apologie du 11 septembre 2001.
Dix ans déjà.
Et depuis dix ans, deux guerres, une en Afghanistan et l’autre en Irak.
Deux guerres qui n’ont servi à rien.
Dont l’une d’elle, a été basé sur le mensonge, les mensonges de ce George W. Bush président des USA de 2001 à 2009.
Pour avoir dit à qui voulait l’entendre qu’en Irak, il y avait des armes de destruction massive.
Il n’y avait rien, absolument rien, ce n’était que vengeance après les attentats du 11 septembre.
102 416 à 111 937 civils irakiens sont morts dans les violences, constituées essentiellement d'attentats, et au moins 250 000 civils irakiens auraient été blessés, auxquels il faut ajouter 4 474 morts, et 32 189 blessés dans les rangs américains (4 792 morts pour l'ensemble des troupes de la coalition et plus de 36 000 blessés), les morts des sociétés militaires privées, et parmi les combattants irakiens (armée irakienne et insurgés).
La guerre a provoqué l’exode d’au moins deux millions d’Irakiens, réfugiés à l’étranger depuis 2003 (principalement en Syrie et en Jordanie, mais également en Europe et aux États-Unis).
L'organisation National Priorities Project estime à plus de 795 milliards de dollars le coût de la guerre. (Données WIKIPEDIA).
Et de cela, que disent les médias ? RIEN ! Absolument RIEN !
Avec 795 milliards de dollars,nous aurions pu éradiquer la famine en Afrique, réaliser une réelle recherche sur les maladies, effacer la dette de presque tous les pays du monde.
Au lieu de cela, on compte des milliers de morts, de blessés et de réfugiés.
Saddam HUSSEIN fut jugé et exécuté.
Aujourd’hui George W. Bush fête le 10ème anniversaire de ces attentats du 11 septembre, libre et pas inquiété.
Trouvez-vous cela juste ?
D’autres dictateurs, ou chefs d’États ont été jugé pour moins que cela.
Bien évidemment, je désapprouve les attentats.
Pendant ce temps-là, depuis 60 ans que le peuple de Palestine est emprisonné vivant par ISRAËL, et qui dit quelque chose ?
Un peuple traité comme des animaux, mais un peuple qui tient à garder toute sa dignité.
Dans deux jours, nous saurons si l’ONU reconnaîtra ou non l’État Palestinien, un État volé par Israël.
Et puis, dans les médias, de cela, on en parle pas, ou très, très peu.
C’est toujours la même chose, on nous fait croire n’importe quoi, et nous, au lieu de réagir et d’agir, on écoute, on prend pour vérité, ce qui est dit dans les journaux télévisés, alors que nous sommes continuellement trompés.
Tous les ans, on fête l’anniversaire de la fin de la guerre de 14/18, la fin de la guerre de 40, et tous les ans, on s’entend dire « plus jamais cela », et pourtant, combien de guerres, de massacres, depuis ces années.
Pire, celles et ceux, qui ont subi les camps d’exterminations, font la même chose avec leurs voisins.
Ce ne sont pas les chefs d’États qui vont régler ces problèmes, ce doit être les peuples, car le peuple ne veut plus de cela, car toutes ces injustices, toutes ces guerres, tous ces massacres, ne sont que le fruit de l’argent, pour obtenir encore plus d’argent.
Les états provoquent l’insécurité, et l’on ne parle que de cela, alors que dans le monde il y aurait bien d’autres choses à faire.
En Somalie, le peuple crève de faim, à Haïti, le peuple vit comme des bêtes faute de moyens, les maladies progressent même dans les pays riches, la pauvreté s’installe à grands pas, et nous n’aurions à faire que la guerre, que le gendarme, que de nous mêler de ce qui nous regarde pas ?
Nos chefs d’États feraient mieux de balayer devant leurs portes, le monde s’en porterait certainement mieux.
La démocratie n’est pas l’apogée de nos pays, elle n’a pas à obliger d’autres pays à s’aligner sur notre mode de vie, sur notre culture.
Après les avoir occupé et tout volé, on leur fait la guerre.
Certes, dans certains pays, il ne fait pas bon vivre, mais ce sont les peuples qui doivent réagir.
Les peuples Arabes nous le démontrent chaque jour depuis le début de cette année.
Ils nous font la leçon.
Nous étions l’exemple, aujourd’hui, on nous fait la leçon !
« Nul n'a le droit d'entasser des monceaux de blé à côté de son voisin qui meurt de faim » (Rosbespierre)

Révoltes dans les pays arabes, le fil du jour

En libye, au 14e jour d'un mouvement de révolte sans précédent qui s'est mué en insurrection, Kadhafi et ses forces ne contrôlent plus que Tripoli et sa région, alors que Washington s'est dit prêt à aider les opposants qui ont créé un "Conseil national indépendant" chargé de représenter "les villes libérées".
Les gouvernements de l'Union européenne ont adopté lundi un train de sanctions contre le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi et son gouvernement, avec notamment une interdiction de se rendre sur le territoire de l'UE et un embargo sur les livraisons d'armes. Les Etats de l'UE ont aussi décidé de bloquer les avoirs de Kadhafi, de sa famille et de son gouvernement et d'interdire la vente de produits tels que les gaz lacrymogènes et le matériel anti-émeutes susceptibles d'être utilisés contre des manifestants. La décision, approuvée lors d'une réunion ministérielle à Bruxelles, a été avancée pour permettre son application la plus rapide possible, dit-on de source diplomatique. Le Premier ministre François Fillon annonce que deux avions français vont partir "dans quelques heures" pour Benghazi, ville de l'est de la Libye aux mains des opposants au colonel Kadhafi, évoquant le début d'une opération humanitaire "massive".

LE FILM SUR LE MASSACRE COMMIS PAR L’ARMEE U.S. QUE LA CIA VEUT FAIRE DISPARAÎTRE

Si vous ne l’avez pas encore fait, versez votre obole au site Wikileaks, qui en a bien besoin. C’est un outil indispensable de lutte contre la censure !!!! Si vous aimez la liberté d’expression, vous ne pouvez pas, ne pas soutenir Wikileaks…

Et si vous travaillez pour WikiLeaks, si vous entendez un vrombissement dans le ciel, baissez vous !!!! C’est surement un drone armé de missiles Hellfire, prochaine étape de la campagne de la US Army contre vous… :-)

LES SERVICES SECRETS U.S. METTENT LE PAQUET POUR EMPÊCHER LE SITE WIKILEAKS DE RENDRE PUBLIC UNE VIDÉO PROUVANT QUE L’ARMÉE AMÉRICAINE A COMMIS UN MASSACRE ET QUE LE PENTAGONE A ÉTOUFFÉ L’AFFAIRE

[Gregor Seither – IES News Service – 02/04/2010]

«Torture made in USA», un documentaire choc de Marie-Monique Robin – n documentaire de 85 minutes que vous n’avez pas pu voir à la télévision.

Une enquête exclusive : A Guantanamo comme en Irak ou en Afghanistan, l'administration Bush a institutionnalisé la torture.
Ses juristes ont tout fait pour s'exonérer des
conventions de Genève et du droit de la guerre. Du 19 octobre au 19 décembre, Mediapart diffuse, en partenariat avec ACAT-France, Amnesty International et Human Rights Watch, l'enquête exclusive de la journaliste Marie-Monique Robin.
Un documentaire de 85 minutes que vous n'avez pas pu voir à la télévision.


 

novembre 2018
L M M J V S D
« Juil    
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :