Vous avez dit : Place au peuple ! Ne rien lâcher ! Résister ! Prenez le pouvoir ! Pourquoi vouloir encore se soumettre aux exigences de celles et ceux qui nous regardent de haut ? Le billet du jour…

2014-10-27_05-53-47


MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Il fut un temps, et il n’y a pas encore longtemps, quand on savait que des personnalités politiques venaient à Villerupt ou ailleurs dans le pays haut du 54, tout était fait pour que l’on puisse les rencontrer. Tout était fait pour que les militants puissent au moins distribuer un tract faisant état de nos revendications pour la ville ou le secteur.
Aujourd’hui, pour un « coup de pub magnifique » comme il est dit dans l’article, seuls les responsables savent, et ces responsables jouent le jeu de celles et ceux qui nous plongent dans la misère, ils se taisent.
Dites-moi ! Aujourd’hui, qu’est-ce qui est le plus important ?
Pouvoir crier son indignation face à la politique menée par ces dirigeants ou se faire de la pub pour un festival qui ne dure que 15 jours ?
Et quand on parle de publicité, il faut relativiser, seule la presse écrite et régionale en fait état.
Nos élus locaux pour la plupart dans notre secteur se disent Front de gauche et critiquent à juste raison la politique de Hollande depuis son élection en 2012.
Dans le même temps, ils se font un malin plaisir de recevoir ces gens. Comment interpréter cette attitude ? Quel en est l’intérêt pour la commune ou le secteur ?
En effet, le Secrétaire d’État sur la photo de l’article ci-dessus, le même jour dans la même presse écrite disait haut et fort que sa famille politique (le PS) devait se serrer les coudes. Le même Secrétaire d’État fait partie de ce gouvernement qui dit haut et fort aux Françaises et aux Français qu’en famille il faut se serrer la ceinture pour réduire la dette !
Les deux autres personnalités, l’ex-ministre de la Culture (Aurélie Filippetti) et l’ex-ministre du Redressement productif (Arnauld Montebourg) qui ont dû démissionner du gouvernement faute d’une politique plus à gauche et qui se disent frondeurs s’abstiennent sur le vote du budget 2015. Et s’abstenir c’est dire « OUI » à voix basse. Alors quel intérêt de recevoir en grande pompe et de donner la parole à ces gens ?
Quel intérêt de garder secrète cette venue ?
Nous laisser et nous permettre de manifester aurait été plus judicieux pour le « coup de pub magnifique ». Cela aurait montré, qu'en France il y a encore des gens qui bougent.
Nous aurions pu démontrer qu’en France il n’y a pas de « sans dents », qu’ici il y a encore des gens qui ont des crocs ! Des gens pour qui le mot « résistance » a toute son importance, que le slogan « ne rien lâcher » est toujours de mise. Que dans notre région, dans notre ville, nous sommes toutes et tous des indignés de cette politique qui nous mène droit dans le mur.
Cela me rappelle la venue de Valls à Longwy en février 2014, quand il était encore ministre de l’Intérieur. Nous étions une vingtaine de militants avec nos petits drapeaux PCF, Front de Gauche et CGT et on a fini entre deux immeubles et gardé par une centaine de CRS afin que l’on nous ne voit et nous entende pas.
Si c’est cela être de gauche, bonjour les dégâts !
Ces élus qui se disent Front de gauche adhèrent au slogan « Place au peuple », alors pourquoi ne pas lui donner cette place quand l’occasion se présente ?
« Prenez le pouvoir » disions-nous pendant la campagne de la présidentielle, et quand il est possible d’en prendre un peu, on nous cache la venue de celles et ceux qui veulent nous faire taire.
Nous ne sommes pas nés pour être soumis !
Nous n’avons pas voté pour cette gauche qui est plus à droite que la droite elle-même !
Début septembre, l'hebdomadaire « Paris Match » dévoilait des photos de leur idylle. Sur la couverture, Aurélie Filippetti et Arnaud Montebourg prenaient un selfie et le magazine titrait « Love story à San Francisco ». Villerupt n’est pas San Francisco et ni Cannes, il s’agissait de l’ouverture d’une manifestation culturelle, et pas n’importe laquelle, cela fait 37 ans que celle-ci existe.
La culture quoique l’on puisse en dire, est idéologique. Elle a besoin de moyens et le gouvernement actuel a mis en baisse le budget du ministère de la culture.
S’il devait y avoir des gens qui devaient se pavaner, c’était celles et ceux qui organisent ce Festival, les bénévoles, car sans eux ce Festival n’aurait pas lieu.
Villerupt et tout son secteur souffre de cette politique. Permettre à ces gens de se montrer en toute quiétude n’a pas été un bon choix. On ne nous a pas permis de démontrer notre mécontentement ! Notre indignation !
« Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de votre cœur n'importe quelle injustice commise contre n'importe qui, où que ce soit dans le monde. C'est la plus belle qualité d'un révolutionnaire » (Le Che).
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Le billet du jour : Entrons en résistance, il nous faut sauver notre France, cette France belle et rebelle !

muguet

MOI_pC’est le 1er mai et c’est la fête du Travail, aujourd’hui le monde du travail à ce droit de mettre les pieds en éventail.
C’est le 1er mai et la coutume veut que l’on offre un brin de muguet.
Monsieur « muguet », celui qui le 1er mai fait toujours plaisir de rencontrer et cela chaque année.
Monsieur « muguet » ce quelqu’un qu’il ne faut surtout pas manquer.
Eh oui ! Le 1er mai jour où on étale ce que nous avons revendiqué, syndiqué ou pas, dans les défilés, avec un brin de muguet accroché à la boutonnière nous parlons de nos difficultés.
Ce 1er mai est un moment important, cela va faire une année que nous sommes présidés par un soi disant homme de gauche, et pourtant, rien a changé.
Ce 1er mai qui appelle tous les syndiqués à marcher pour épurer, crier ce qui est revendiqué, critiquer ce qui est envisagé.
Mais le 1er mai est aussi un jour où les ouvriers sont rassemblés, et ces jours sont exceptionnels, pourtant, rassemblé nous pouvons toujours faire basculer.
Oh toi monsieur le « muguet » ! Oui toi ! Celui qui est chargé de porter bonheur et prospérité au monde ouvrier, fait que ce 1er mai soit celui d’un avenir meilleur, d’un avenir plein de dignité.
Brin de muguet accompagné par cette fleur couleur de sang qui accroché à mon cœur me donne cet aspect de révolté, d’indigné, appelle mes sœurs et mes frères pleins de colère à vouloir résister et ne rien lâcher.
Monsieur « muguet », en ce 1er mai, donne force et courage au monde du travail, car aujourd’hui force est de constater qu’il nous faut être conscient que de rentrer en résistance dans notre France cette France belle et rebelle est devenu une grande importance.

http://youtu.be/1DzyYWbJdn0

Le billet du jour : Je suis pour que le monde du partage remplace le partage du monde.

MOI_p« Indignez-vous ! » Était le titre de ce fascicule écrit par Stéphane Hessel, un livret lu dans le monde entier.
Indigne-toi, indignons-nous, indignez-vous, mais aujourd’hui est-ce suffisant d’être indigné ?
Bien sûr que nous sommes pour la plupart indignés de ce qui se passe dans notre société, bien sûr que je suis indigné, de voir mes semblables aller vers des situations de survie, et je ne suis pas, et nous ne sommes pas à l’abri, demain ce sera peut-être notre tour, car c’est bien de cela dont il faut parler, de survie.
Ce n’est plus de l’indignation, mais de la révolte dont il s’agit. De la colère, parce que dans ce monde il y a tout pour que nous puissions vivre dignement.
Il suffit de prendre les besoins où ils sont, il suffit d’avoir un peu d’humanisme, il suffit de partager, oui partager et non accumuler.
Alors aujourd’hui je ne suis plus indigné, mais révolté, offusqué d’entendre ce que j’entends, choqué de voir ce que je vois, dégoûté de devoir prendre cette route qui ne nous mènera à rien.
Stéphane Hessel était un résistant, il a connu les camps nazis, il a vécu l’époque de cette guerre dont on dit aujourd’hui lors de chaque commémoration qu’il ne faut plus que ça recommence.
Recommencer quoi ? La guerre ? Elle n’a jamais cessé, elle a toujours existé et dans ce monde où certains veulent tout, absolument tout, la guerre n’a jamais cessé.
Certes, sur notre continent nous n’entendons pas les fusils, ni les bombes, mais de voir un de nos semblables s’immoler par le feu, de voir nos identiques pointer par millions au pôle emploi, sans savoir que des centaines se suicident sans que l’on nous le dise, de voir et de constater chaque jour toutes celles et tous ceux qui avec des enfants font la manche pour survivre ne m’irrite plus, mais me mortifie.
N’est-ce pas une guerre tous ces états de fait ? N’est-ce pas une guerre de l’usure que nous subissons ? N’est-ce pas une guerre voulue pour nous réduire à une époque où beaucoup ont donné pour que cela change ?
Toutes ces femmes, tous ces hommes qui ont donné leur vie pour une société plus juste, une société de partage, de fraternité, d’égalité doivent aujourd’hui se retourner dans leur tombe.
Se sont-ils battus pour rien ?
Je n’irais pas jusque-là, mais si nous ne réagissons pas, si nous n’agissons pas, leur combat aura été éphémère, car les acquis obtenus par toutes ces luttes disparaissent petit à petit. Il ne faut pas être aveugle pour le constater.
Alors aujourd’hui que faut-il faire ? Prendre les armes ? Non ! Il nous suffit d’exiger de refuser cette politique basée que sur l’argent, basée que sur les profits.
Nous n’avons pas ce droit de laisser faire, demain ce monde appartiendra à nos enfants, nos petits-enfants, à notre jeunesse, notre rôle n’est-il pas de les protéger ? De leur donner autre chose de ce que nous vivions actuellement ? De leur donner un avenir serein ?
Je ne suis pas Stéphane Hessel, très peu de personnes liront ce texte, il n’aura pas l’influence que la brochure de celui-ci a eu, eh oui ! Dans ce monde sans partage, quand tu es un petit, très petit, tu n’es pas entendu, tu n’as pas d’écoute, tu parles dans le vide, tu parles, et tu écris pour toi, pourtant, même petit, très petit, n'aurions-nous pas, n’aurais-je pas le droit à l’expression ? N'aurions-nous pas, n’aurais-je pas la compréhension et la visibilité des choses de ces grands, de ces très grands qui nous plongent chaque jour de plus en plus dans la misère ?
Dans ce monde il y a des petits et des grands, et ces petits et ces grands sont tous des humains, où est la différence ?
La différence se situe dans la manière de voir les choses, je suis pour le partage, ils ne le sont pas.
Pourtant répartir les richesses dans ce monde sans pitié est devenu une urgence, une priorité, et c’est à nous, les petits que nous sommes à la sommer. Oui à nous ! Car nous sommes les plus nombreux, nous sommes la majorité, et parce que le monde bouge, nous devons bouger, nous soulever, nous révolter pour qu’enfin le changement soit pour demain.
N’attendons pas après celles et ceux qui nous gouvernent, ils ne feront rien pour nous sortir de cette guerre sociale, bien au contraire !
Si changement doit avoir lieu, cela doit être notre affaire, c’est à nous de le réaliser, ailleurs cela s’est déjà fait !
Je suis pour que le monde du partage remplace le partage du monde.
Je suis pour que le mot « indigné » soit remplacé par des faits, pourquoi pas une révolte citoyenne faite dans la modernité, remplaçons payer, par ne pas payer, remplaçons acheter, par ne pas acheter, remplaçons faire, par ne pas faire, remplaçons austérité, par abondance, remplaçons fatalité, par volonté.
Ensemble, toutes et tous collectivement, nous le pouvons !
Et si nous le pouvons, pourquoi attendre, faisons-le !

“Le mariage pour tous !” Hier et aujourd’hui… Dans le cas contraire, tout le monde pourra s’aimer, mais dans la pauvreté, au chômage et demeurant dans la rue.

MOI_pIl y a deux semaines c’était les « contre » qui manifestaient, hier c’était les « pour ». Déplacer des milliers de personnes pour ce que j’appellerais un changement normal dans notre société, un changement qui va vers l’avenir, un changement important dans notre culture judéo-chrétienne, un changement qui a déjà eu lieu dans nombreux pays et pas des moindres, un changement qui n’a pas bousculé la vie de tous à chacun dans ces pays.
Le mariage pour tous, personnellement je suis pour, et pour la simple raison qu’il n’y a pas deux sortes de citoyens. Aimer est le droit de toutes les femmes et de tous les hommes de ce monde.
Mais de là à rassembler ces milliers de personnes pour une avancée qui n’a besoin que d’une loi pour être entérinée, ça me dépasse.
Dans notre pays, nous comptons plus de 3 millions de chômeurs, la pauvreté s’installe et s’installe durablement, les sans-logis se multiplient, l’annonce de milliers de licenciements se fait chaque jour, et nous mobilisons pour le mariage pour tous et pas pour ces évènements qui touchent tout notre peuple qu’il soit hétéro ou homo.
Certes, les « non » rassemblent les catholiques extrêmes et une grande partie de la droite, les « pour » rassemblent toute la gauche, enfin, en fait partie une certaine gauche qui aujourd’hui est « sociale libérale » et qui dirige le pays. C’est facile de les voir parmi la vraie gauche. Entériner une loi pour le mariage pour tous ne coûte pas cher. Il suffit que celles et ceux qui détiennent tous les pouvoirs votent pour.
Encore une fois, les médias ne parlent que de cela et oublient les réels problèmes qui touchent directement nos concitoyens.
Les problèmes d’aujourd’hui sont bien plus graves que le mariage pour tous.
Et ces problèmes doivent aussi être dénoncés et combattus pour ne pas perdre notre dignité de femmes et d’hommes que nous sommes.
Dans le cas contraire, tout le monde pourra s’aimer, mais dans la pauvreté, au chômage et demeurant dans la rue, car c’est le chemin que nous prenons, un chemin pas digne de notre époque et sûrement pas digne d’un pays comme la France.
Apprenons à faire la part des choses en y mettant en avant tous ces problèmes qui nous détruisent à petit feu !
Indignons-nous pour ce qui fait mal, très mal, et mobilisons tous ces milliers de personnes pour dire NON ! NON ! Et encore NON
à la déchéance des peuples de France et d’Europe.

Le billet du jour : Il a dépensé des milliers d’euros pour du chewing gum ou ce n’est pas du luxe, mais une nouvelle forme de garderie !

J’ai l’habitude à midi de suivre le jeu « Tout le monde veut prendre sa place » animé par NAGUI.
Hier, un candidat venant du VAR expliquait ce qu’il faisait dans la vie.
En fait il s’occupait de rendre des services à ces riches qui prennent leurs vacances sur la Côte d’Azur.
Un jour, un Émir lui demande à bien vouloir lui trouver un jet privé pour se rendre aux Émirats et revenir le lendemain.
Il avoua qu’il était surpris de la demande, d’autant que ce n’était que pour 24 heures.
Au retour de son client, notre candidat n’a pu s’empêcher de vouloir savoir la cause.
DEVINEZ ! Devinez un peu la réponse, tout simplement les enfants de cet Émir mangent du « chewing gum » que l’on ne trouve pas en France.
Pour ces « pôvres gosses », il a dépensé des milliers d’euros pour du chewing gum.
Indécent, indigné que je suis, alors que l’on n’arrête pas de parler de rigueur.
Pire que cela, au journal de 13 heures sur l’A2, le journaliste relatait qu’il existait des palaces pour chiens, oui vous avez bien des palaces pour chiens.
Par exemple à Vincennes, en région parisienne, un palace pour chiens vient d’ouvrir, 6 chambres individuelles (pardon), et 2 suites dont les prix varient de 40 € la nuit en semaine et 60 € pour une suite en Week End. PAS BELLE LA VIE !
Et ce n’est pas tout, dans ces chambres, TV, ou encore « sortie meute » est prévue.
Et nous devrions accepter cela sans broncher, alors que l’on parle de rigueur, de récession, où la pauvreté ne cesse d’augmenter.
Sommes-nous vraiment sur terre ?
Allez dire cela aux Somaliens qui crèvent la faim, que des chiens occupent des chambres allant de 40 à 60 €.
Cela me dégoûte, je suis écœuré, indigné, en colère, toutes ces injustices, ces différences, et ce Monsieur MINC qui a le courage de dire que c’est la faute au peuple s’il y a la crise.
Mais, que faisons NOUS ? Que devenons-nous ?
Il faut attendre quoi, pour que nous bougions ? Que l’on mette des dents en or dans le bec des poules ?
Toujours aux infos d’hier, l’Angleterre était offusquée de voir un manifestant saigner, alors qu’un autre lui faisait les poches.
Et nous, nous ne saignons pas ! Nous ne sommes pas saigner ? Et les autres ! Celles et ceux qui nous gouvernent, les riches, ne nous font-ils pas les poches ?
Réagissons ! Agissons ! Ne laissons pas faire !
DIGNITÉ, vous savez ce que cela veut dire ? D I G N I T É !

http://www.dailymotion.com/video/xkhon1_110811-vacances-un-chenil-de-luxe_animals#from=embed

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :