Le billet du jour : Nous sommes face à des murs !!!!

1989 : Le Mur de Berlin s'écroule. Dans une tentative désespérée pour regagner la confiance de la population et freiner l'exode massif vers l'ouest, les dirigeants est-allemands prennent la décision d'ouvrir le Rideau de Fer qui a divisé l'Europe pendant 28 ans. L'annonce historique déclenche une véritable atmosphère d'euphorie chez les Berlinois, qui se précipitent par milliers vers Check Point Charlie, le poste-frontière entre les deux parties de Berlin. Dès le jour suivant, des ouvriers est-allemands équipés de petits bulldozers commencent des travaux pour creuser une brèche dans le Mur de la Honte.
Toute Europe de l’ouest criait au scandale par rapport à ce mur, mais combien de murs y-a-t-il encore à abattre ?
Le mur qui sépare Israël et la Palestine, n’est-il pas lui aussi un mur de la honte ?
Et pourtant qui en parle ? Les médias font silence, les chefs d’états aussi alors que le
peuple palestinien est sur sa terre, son territoire, on y a créé un mur pour les empêcher de vivre leur liberté.
Quand Europe et le monde dénonceront cet état de fait ? Quand ?
Puis il y aussi ce mur qui sépare le Mexique aux États Unis.
Des murs et encore des murs, et ne sommes-nous pas entrain de nous faire emmurer par ce mur de l’austérité ? Ce mur voulu par le capitalisme, ce mur de la différence, ce mur invisible mais bien présent qui démontre qu’aujourd’hui malgré les nouvelles technologie, on voudrait nous faire vivre comme au moyen âge.
Mur de pierre, mur de fer, mur idéologique, des murs de la honte, des murs qu’il faut très vite faire tomber, des murs qui ne doivent plus séparer, des murs qui doivent être dénoncés.
Celles et ceux qui fabriquent ces murs sont la minorité, nous sommes la majorité, qu’attendons-nous ?
Résister, ne rien lâcher, garder notre dignité est devenu une nécessité, une obligation.
Ensemble, nous le pouvons ! Alors faisons !

Une scène d’expulsion ordinaire à La Courneuve. HONTEUX, HONTEUX, ET ENCORE HONTEUX, MERDE…..

Des larmes coulent de mes yeux en voyants ces images, j’ai honte, trainer sur le sol des femmes et des enfants pour les expulser.
Des sanglots envahissent ma gorge, j’ai honte, mais qu’est devenu ma France ? mon pays ?
Que sont devenues toutes ces valeurs d'acceuils ? Ces principes d'asiles pour les plus opprimés ?
J’ai du mal à contenir une crise de larmes, des sanglots de plus en plus fort  se mettent  à me faire mal la poitrine, mais où est donc passé ces mots de : LIBERTE, d’EGALITE et de FRATERNITE ?
Jusqu’où allons-nous aller ?
ASSEZ ! ASSEZ ! Il faut vraiment que nous Réagissons, que  nous Agissons.
MERDE ! Et MERDE ! C'est vraiment insoutenable !

Le site d’informations Mediapart vient de diffuser trois vidéos montrant la réalité d’une expulsion ordinaire, mercredi dernier à La Courneuve. Face à des images d’une telle intensité, il est difficile de rester insensible à des situations de détresse comme celle des personnes expulsées de leur foyer, quand bien même elles l’occupaient de façon illégale.
La barre Balzac, à La Courneuve, doit être détruite à la fin de l’année, et une soixantaine de familles a été expulsée le 8 juillet dernier. Devant leur refus d’un hébergement d’urgence, et la trentaine de tentes dressées à la hâte au bas de l’immeuble, les forces de l’ordre sont intervenues mercredi à neuf heures du matin, pour les emmener au commissariat.

Le Droit au Logement (DAL) dénonce des violences policières, et si nous ne voyons pas sur ces images de coups de matraque, il est difficile de voir ces femmes les unes enceintes, d’autres refusant d’être séparée d’un petit enfant, toutes gémissant, criant, pleurant, sans s’émouvoir.

Le nouveau jouet de Sarkozy: un Airbus à 176 millions d’euros pour faire le beau

D 'un côté, terrible restriction, le président de la République se contraint à supprimer la garden party élyséenne du 14 juillet, soit une économie de 700 000 euros. De l'autre, le même président pourra bientôt faire joujou avec son nouvel avion personnel, un Airbus A330-200 tout refait à neuf façon Roi-Soleil des temps aériens.
Ce matin, le Parisien nous en dit plus. "Pour respecter le cahier des charges de l’Elysée, il a fallu désosser entièrement la cabine. A présent, une soixantaine de fauteuils business remplacent les 324 sièges initiaux et une grande salle de réunion a été dessinée. A bord, le président disposera d’une chambre et d’une vraie douche. Côté technologie (fax, téléphone, ordinateur), on a choisi le dernier cri, et les passagers auront la possibilité de surfer sur le Net à 10000 m d’altitude. Enfin, la carlingue a été renforcée et l’avion équipé d’un système de leurre antimissiles".
Coût total de l'opération: 176 millions d'Euros. Je répète, 176 millions d'euros. Ajoutons également que l'heure de vol reviendra à 20 000 euros (contre 8000 pour un appareil ordinaire).
On comprend pourquoi la Garden party du 14 juillet a été annulée. A ce prix, il devait manquer 700 000 euros pour l'accoudoir gauche du fauteuil présidentiel. Le confort du souverain imposait à l'évidence ce choix douloureux.

septembre 2018
L M M J V S D
« Juil    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :