homosexualité


Première avancée à l’Assemblée pour le mariage pour tous

taubira_1L’assemblée nationale a adopté samedi par 249 voix contre 97 le premier article du projet de loi sur le mariage pour tous. Ce premier texte est aussi le plus important, celui qui ouvre le mariage aux personnes de même sexe. Dans le même temps, quelques "anti" manifestaient aux abords de l'Assemblée.
"Nous sommes heureux et fiers d'arriver à cette première étape", a salué la garde des Sceaux, Christiane Taubira. "Nous allons établir la liberté pour chacune et chacun de choisir sa ou son partenaire pour construire un avenir commun (…). Il n'y avait aucune raison que l'Etat n'assure pas aussi la protection du mariage" aux couples homosexuels, a-t-elle dit.
Marie-George Buffet a salué "un grand moment"avant de lancer à l’opposition : "Vous nous parlez de tourisme nuptial après avoir été obsédés pendant 5 ans par les mariages blancs, les mariages gris… Vous ne pouvez pas simplement voir que c'est formidable que la France donne à montrer au monde entier que l'on peut vivre autrement, sans réprimer l'homosexualité?". Elle fait là référence au texte qui stipule que deux ressortissants étrangers auront la possibilité de se marier en France même dans le cas où la loi du pays d'origine du ou des futurs époux – appelée "droit personnel" – ne reconnaîtrait pas la validité du mariage homosexuel. La droite a alors dénoncé un futur « tourisme nuptial ».
En toute logique, les députés socialistes, écologistes, radicaux de gauche et Front de gauche ont voté pour. Les députés UMP ont voté contre à l'exception de Franck Riester qui avait déjà annoncé son vote positif. Deux UMP se sont abstenus: Claudine Schmid (Français de l'Etranger) et Michel Sordi (Haut-Rhin). Les députés centristes UDI présents ont voté contre.
Pendant le vote, quelques centaines d'opposants au mariage homosexuel manifestaient aux abords de l'Assemblée nationale. Les manifestants ont reçu le soutien de plusieurs députés UMP, dont le président du groupe Christian Jacob et Hervé Mariton. D'autres rassemblements étaient prévus dans toute la France par le collectif "La Manif pour tous", dont la figure de proue Frigide Barjot a déclaré aux manifestants sur l'esplanade des Invalides, à quelques dizaines de mètres de l'Assemblée: "Nous sommes là pour libérer nos députés".


Malgré l’interdiction, la gay-pride de Moscou a eu lieu

Cela fait 5 ans que le maire de Moscou interdit la gay-pride. Et cela fait 5 ans que les organisateurs de cette marche le défient.
Une cinquante de personne… et beaucoup de journalistes
Malgré cette interdiction, une cinquantaine de personnes ont quand même réussi à défiler dans la ville. Elles ont semé les forces de l'ordre, puis ont déployé un drapeau arc en ciel de 20 mètres de long.
"Une vraie gay-pride"
C'est certes peu, mais c'est beaucoup pour certains.
Maria Ifrimenko, militante homosexuelle déclare : "Nous avons réussi à manifester pour notre dignité et notre droit, pour nous c'est ça une vraie gay-pride".

Un combat pour la liberté.
"Nous avons réussi à semer la police, et à braver l'interdiction du maire de Moscou. Il avait juré que cette manifestation n'aurait jamais lieu, et elle a bien eu lieu. Nous sommes fiers, heureux d'avoir été aux cotés de nos camarades gays russes qui se battent pour leur liberté".
Le maire de Moscou, Iouri Loujkov a pour certains été "ridiculisé. Il faut rappeler que celui-ci n'hésite pas à qualifier les homosexuels "d'œuvre de Satan".