Amnistie : un vote et une majorité de gauche dans l’hémicycle dès ce jeudi 16 mai 2013

amnistie-sociale_1181682_460x306Déjà majoritaire à gauche au Sénat, le texte sur l'amnistie sociale est présenté ce jeudi par les députés du Front de gauche à l'Assemblée nationale. Alors que des dirigeants et des parlementaires socialistes ont exprimé publiquement leur soutien à ce texte malgré quelques coups de règle sur les doigts venant aussi bien de l'Élysée que de Matignon, le porte parole du groupe socialistes annonce un renvoi du texte en commission. Quel piteux revirement ! Rien ne justifie ce renvoi en commission si ce n'est d'empêcher les députés de gauche de voter pour un texte de loi de soutien au mouvement social.
Le texte peut être adopté jeudi par une majorité de gauche. C'est ce chemin qu'il faut prendre car la gauche doit être à côté de ceux qui luttent. L'heure n'est pas aux tergiversations, aux reculades et aux calculs politiciens mais au respect de la parole donnée, à la solidarité concrète. Pas de renvoi en commission, un vote et une majorité de gauche dans l'hémicycle.

ANI : le gouvernement doit laisser le Parlement légiférer en toute sérénité sans pression ni blocage..

ani-au-senatLe PCF exige le respect du Parlement et le déverrouillage du débat sur l'ANI au Sénat. Depuis trois jours, alors que le ministre Sapin parle d’un projet de loi historique, il refuse d'accepter le moindre amendement et verrouille le travail parlementaire. Les débats se déroulent devant un hémicycle déserté par l'UMP qui laisse faire et le PS qui joue les muets du sérail. Les protestations conjointes du groupe CRC, des sénateurs écologistes et de la sénatrice socialiste Marie-Noëlle Lienemann sont systématiquement écartées. Cela doit cesser. Il reste de nombreux amendements à examiner. Le débat doit être libéré de cette consigne de fermeture. Le PCF appelle le gouvernement à laisser le Parlement légiférer en toute sérénité sans pression ni blocage.

Une pensée pour toutes celles et ceux qui luttent depuis des années contre la MALADIE quelle qu’elle soit. Respect ! Respect !

Patrick Roy, le député à la veste rouge, a fait son retour auprès de ses collègues, ce mardi 15 mars. Un retour sur les bancs de l’Hémicycle très émouvant pour le député socialiste du Nord, frappé par un cancer du pancréas l’année dernière.
L’équipe médicale de l’hôpital Pompidou lui avait pourtant laissé peu d’espoir, suite à une première chimiothérapie sans effet sur la maladie : " On m’a dit qu’il ne me restait que quelques jours à vivre ".
La suite des événements a heureusement contredit ce terrible pronostic. Un nouveau traitement a permis à Patrick Roy de faire reculer la maladie, au point de pouvoir reprendre sa place à l’Assemblée Nationale. L’ovation des ministres et députés témoigne de leur respect devant le courage d’un homme qui nous envoie ce message si émouvant : " Je vous aime toutes et tous. La vie est belle ".
" On m’a dit qu’il ne me restait que quelques jours à vivre " ( le 4 février 2011).