Le Billet du jour : Toutes et tous ENSEMBLE le 13 et le 16 MARS 2012, deux jours importants pour l’avenir de notre bassin.

Hôpital là, hôpital ici, c’est dans toute la France que la santé est mise à mal.
Dans notre bassin c’est à Mont-Saint-Martin et à Hayange, alors pourquoi lutter pour l’une ou l’autre ?
C’est pour les deux qu’il faut lutter. C’est un combat dans notre bassin de vie. C’est pour tout le bassin qu’il faut lutter, se battre pour garder le droit fondamental aux soins.
Manifester, OUI ! Mais pas avec celles et ceux qui ont cautionné les lois Juppé et Bachelot, on ne peut pas admettre les discours de circonstances, la droite avec Sarkozy ont mis en œuvre et cautionné cette politique, et aujourd’hui nous manifesterions avec eux ?
La Gauche, la Droite, ce n’est pas la même chose !
Alors que nous disons
« L'HUMAIN D'ABORD ! », « PLACE AU PEUPLE ! », la droite avec Sarkozy pendant ces cinq dernières années ont dit oui à encore plus d’argent pour les riches, et oui au racket des acquis sociaux de la classe ouvrière.
Depuis 2003, depuis la loi Juppé que ces directives pour mettre à mal la santé existent.
Il faut cesser avec ces pratiques où les responsables de ce qui se passe ne seraient pas montrés du doigt. Il faut aujourd’hui dire les choses, comme elles doivent être dites.
Ne pas vouloir le faire serait encore tromper les gens, le peuple.
Chacun ses responsabilités, et il faut les souligner.
J’ai participé au rassemblement du mercredi 07 Mars 2012 à l’hôpital de Mont-Saint-Martin, j’ai entendu tous ces discours qui étaient il faut le dire contraire à ce qui était dit auparavant dans la presse. On ne peut plus entendre tout et n’importe quoi, nous n’avons plus le droit de jouer avec les mots, car faire de cette façon, c’est en quelque sorte se rendre complice de se qui se passe. On ne peut pas se réjouir de la nomination d’un administrateur provisoire et demain appelé à la révolte. On ne peut pas dire qu’aucun candidat à la présidentielle propose autre chose alors que c’est le cas (voir le programme du Front de Gauche), faire, et dire cela, c’est tromper le peuple.
Il y en a marre des discours stériles, aujourd’hui il faut démontrer notre réelle détermination à vouloir changer cette société uniquement basée sur le rendement et l’argent.
Nous revenons à grand pas au moyen âge.
Notre pays a les capacités à mettre en place une autre politique, une politique de solidarité, où les êtres humains peuvent vivre dans de meilleures conditions, disons-le ! Mettons tout en œuvre pour que cela se passe ainsi !
Manifester son mécontentement, ne pas vouloir subir, vouloir vivre dans la dignité comme les humains que nous sommes sont la moindre des choses. Mais manifester avec celles et ceux qui ont cautionné et mis en pratique cette politique néfaste au peuple est contraire à l’éthique et aux convictions que nous pouvons avoir.
Être de Gauche, n’est pas être de droite, il y a une grande différence entre ces deux opposées.
Manifester oui ! Mais je suis persuadé qu’aujourd’hui ce n’est plus crédible, il faut passer à la vitesse supérieure, faire plus de bruit qu’il n’en faut pour nous faire entendre.
Un ami me disait après une réunion, qu’il fallait frapper fort, très fort pour nous faire entendre, il proposait la grève de l’impôt, et pourquoi pas ?
Trois millions de Françaises et de Français ont manifesté contre les mesures sur les retraites, cela à changé quoi ?
En 2005, plus de 50% des Françaises et des Français ont dit non au traité de Lisbonne, ça a changé quoi ?
Alors frappons, frappons fort, ou ça fait mal !
N’attendons pas les élections, n’attendons pas toutes ces négociations inefficaces, n’attendons pas d’être comme en Grèce, en Espagne ou au Portugal ! Non faisons ce que nous devons faire maintenant avant que cela arrive.
Nous sommes la majorité, nous ne pouvons pas accepter, et nous n’avons pas le droit pour notre jeunesse d’attendre que cela se passe.

Si nous devons agir et réagir, ce sera le 13 et le 16 Mars qu’il faudra être aux côtés des syndicats et des personnels des deux hôpitaux.
Le 13 Mars à 14H devant la préfecture de Metz où se tiendra une réunion avec les représentants de l'état, d'alpha santé, du CHR et les députés pour discuter de l'apport financier de l'état au projet de restructuration d'alpha santé.
Le 16 Mars à 15H devant l'hôpital de Hayange, d'où nous partirons en cortège de voitures jusque Thionville, où aura lieu l'AG extraordinaire d'alpha santé pour entériner le changement des statuts nécessaire au projet de restructuration. Notre mobilisation est cruciale pour l'avenir de notre système de santé dans la vallée mais aussi dans tous les établissements d'alpha santé, dont l'hôpital de Mont-Saint-Martin, dont les salariés et la population sont également mobilisés à nos côtés.
Deux jours où le mot RÉSISTER aura tout son importance, car aujourd’hui il nous faut faire cette RÉSISTANCE, car RÉSISTER c’est garder notre DIGNITÉ.
Toutes et tous ENSEMBLE le 13 et le 16 MARS 2012, deux jours importants pour l’avenir de notre bassin.

SOCIAL : LE FRONT DES LUTTES EN LORRAINE ! ALPHA SANTE, ça bouge en Lorraine, Le “PEUPLE” se fait entendre !!!! Alpha Santé menace d’une journée sans hôpital

Après l’annonce de la validation du groupement d’associations SOS en tant qu’adosseur de l’hôpital de Mont-Saint-Martin, rien n’est réglé pour le groupe Alpha Santé.
SOS attend toujours une réponse de l’État sur les aides financières, et menace de retirer son projet s’il n’obtient aucune nouvelle avant le 16 mars, jour de l’assemblée générale d’Alpha Santé.
Un message que l’intersyndicale FO-CGC-CFE-CFDT a bien entendu : pour faire comprendre au ministère de la Santé à quel point le maintien de l’Hôtel-Dieu est nécessaire dans le bassin de Longwy, elle menace à son tour, si elle n’obtient aucun signe de vie avant le mardi 13 au soir, de « faire la démonstration de ce que signifie le bassin de Longwy sans hôpital ».
Le lendemain, le 14 mars, « aucune hospitalisation, admission, consultation ne seront possibles, quel qu’en soit le motif. Le SMUR ne pourra plus assurer sa mission. Seuls les malades hospitalisés seront pris en compte. La balle est dans le camp des pouvoirs publics…»

Républicain Lorrain du 10 MARS 2012

Tous mobilisés pour l’hôpital ! Et nous on se mobilise quand pour l’Hôpital de Mont-Saint-Martin

Le collectif de défense de l’hôpital de Hayange y croit encore. Dès 10h ce matin, il va une fois de plus manifester sa volonté de maintenir le service des urgences et le bloc opératoire au sein de l’établissement jusqu’à présent géré par Alpha Santé. « Hélas, les nouvelles de l’ARS ne sont pas bonnes », déplore Francine Portailler au sortir, hier, d’une réunion avec l’Agence régionale de santé de Lorraine. « L’hôpital de Hayange va être repris par le Centre hospitalier régional mais sans la chirurgie qui se fait déjà à Bel-Air Thionville », annonce carrément la déléguée syndicale Force Ouvrière. Quant au personnel de ce service, « il devra être repris, comme les Ehpad [NDLR : les maisons de retraite] et le centre hospitalier de Mont-Saint-Martin, par l’adosseur qui devra aussi payer le plan social », croit comprendre la secrétaire du comité d’entreprise coté meurthe-et-mosellan. De quoi raviver son inquiétude, d’autant que des trois candidats potentiels, seul le groupe SOS, déjà repreneur d’Hospitalor Saint-Avold, est encore sur les rangs pour secourir un groupe Alpha Santé au bord du dépôt de bilan. En marge du comité central d’entreprise extraordinaire qui se tiendra cet après-midi à 14h à Hayange, Francine Portailler a donc écrit au président Sarkozy pour lui demander « une aide conséquente des pouvoirs publics ». Et de solliciter son intervention car « l’ARS ne mettra pas un centime pour accompagner la restructuration d’Alpha Santé tant que le dossier sera bloqué au ministère ».
Dans la vallée de la Fensch, l’Association des médecins libéraux entend aussi riposter « contre la désertification médicale du secteur ». Jeudi 1 er mars sera ainsi proclamé " jour de deuil pour les soins de proximité et la population du bassin de Hayange".
« Kinés, infirmières… tous les professionnels de santé baisseront leurs volets et s’habilleront symboliquement de noir car on est en train de mourir », dénonce le Dr Gilles Arous, présidant ladite association. « Sans un hôpital attractif, plus aucun jeune médecin ne viendra s’installer ici », craint le praticien en colère qui accueillera néanmoins ses patients ce jour-là.

Républicain Lorrain du Mercredi 29 Février 2012 – Virginie Dedola.

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :