Guéant


Régularisation/Valls : « la gauche ne doit pas mettre ses pas dans ceux de Claude Guéant »

Alors que les principales organisations syndicales et associatives de défense des sans-papiers ont demandé au Premier ministre Jean-Marc Ayrault une rencontre sur la base de leur plateforme de revendications, on apprend aujourd'hui par voie de presse que le ministre de l'Intérieur Manuel Valls envisage une circulaire visant à la régularisation au cas par cas des sans-papiers. Curieuse conception de la concertation démocratique.
On ne peut accepter que la gauche mette ses pas dans ceux de Claude Guéant en poursuivant la politique du cas par cas. Il faut au contraire définir des critères qui permettent à tous d'être à égalité. Ces critères ne peuvent s'appuyer sur une conception d'un autre temps selon laquelle les immigrés seraient un problème alors même que toutes les études démontrent le contraire.
µ
Malgré des annonces prometteuses sur la fin de la rétention pour les enfants ou la création d'un titre de séjour de 3 ans, les propos de Manuel Valls sur la question des migrants sont encore trop simplistes parfois même inquiétants : rien sur les conditions de vie des immigrés expulsés dans leur pays où ils risquent parfois le pire, rien sur la question des droits tel que le droit de vote des résidents étrangers comme le demande activement le PCF.

Le PCF demande le rétablissement de la carte unique de 10 ans et le droit au regroupement familial, conditions d'une vie digne. Un nouveau code de la nationalité, fondé sur le respect intégral et automatique du droit du sol dès la naissance et sur un droit à la naturalisation permettant à tous les étrangers qui le souhaitent d'acquérir la nationalité française au-delà de 5 ans de résidence doit être mis en place. Enfin, pour que ces questions soient correctement prises en compte et traitées avec le respect de l'humain, il est urgent que le sujet de l'immigration soit détaché du ministère de l'Interieur.


Guéant / chasse aux immigrés : « une entourloupe »

Claude Guéant s'est félicité aujourd'hui d'avoir expulsé de France un nombre jamais atteint d'immigrés. Déjà auteur de phrases mythiques telle que « la France n'a pas besoin de maçons, de serveurs de restaurants étrangers », Claude Guéant, anti-immigré obsessionnel de la place Beauvau, a présenté son bilan et annoncé ses objectifs : 35 000 reconduites à la frontière et baisses du nombre de titres de séjour accordés.
Dans un satisfécit écœurant, discours archaïque à l'appui, Claude Guéant réduit à de froids calculs la vie d'hommes et de femmes tout juste bons à être mis dehors ! Quid de leur situation familiale, sociale ou personnelle ?
Pire, comme toujours, le ministre de l'Intérieur stigmatise les étrangers en associant leur présence à la « délinquance étrangère ». Peut-être faut-il expliquer à Mr Guéant que l'immigration ne produit pas de délinquance. C'est opposer les personnes les unes contre les autres qui engendre la violence.
En quoi le bilan détaillé par le ministre de l'Intérieur est-il honorable? La France et ceux qui y vivent vont-ils supporter encore longtemps cette propagande de haine de l'étranger que le gouvernement leur impose?
Claude Guéant n'est définitivement pas digne de la France, ouverte sur le monde. La traditionnelle et raciste chasse aux immigrés d'avant élection est une entourloupe qui ne sert que les intérêt électoralistes du Front National et de sa candidate Marine Le Pen.
Le PCF continue de se battre contre les préjugés et pour des conditions de vie dignes en France, pour tous ceux qui y ont élu domicile.


Comoriens / Roms : Guéant, coupable de délit de faciès

Le ministre de l'Intérieur s'est de nouveau livré à son exercice favori : s'en prendre aux immigrés jugés responsables de tous les maux de la terre. Après avoir accusé les Comoriens d'être à l'origine de « beaucoup de violence » à Marseille, voici maintenant les Roumains cloués au pilori par la place Beauvau parce que jugés « responsables de la délinquance parisienne ».
Ces accusations à l'emporte pièce relèvent du délit de faciès. En insultant et en stigmatisant une population, le sinistre Guéant se met lui même hors la loi et viole les valeur de la République.
Le PCF condamne avec la plus grande fermeté les déclarations irresponsables de Claude Guéant et aurait apprécier que le président de la République en fasse autant.
La surenchère permanente avec le Front national pourrit notre société. Cela doit cesser.


Guéant : Les provocations islamophobes au plus haut niveau de l’Etat nuisent à la République 1

Claude Guéant s'est de nouveau livré a une provocation contre les musulmans. Pour le ministre de l'Intérieur et celui des Cultes, « l'accroissement du nombre de fidèles et un certain nombre de comportements posent problème ». C'est intolérable. Les provocations islamophobes au plus haut niveau de l'Etat portent atteinte à la République. Le pouvoir sarkozyste, aux abois, a clairement décidé de faire de la mise à l'index des musulmans l'axe majeur de sa campagne pour les présidentielles. Nous ne laisserons pas faire ! Le débat organisé par le PCF, hier, lundi 4 avril a montré que défendre la laïcité, était tout autre chose que stigmatiser une religion en particulier comme le fait l'UMP. Contre cette attaque en règle au « vivre ensemble », nous imposerons la voie du dialogue, la seule possible en République.


Guéant : le nombre de musulmans “pose problème” 13

A la veille de la très polémique convention UMP sur la laïcité et l'islam, le ministre de l'Intérieur a une nouvelle fois tenter de justifier le débat controversé.
En déplacement à Nantes, Claude Guéant a déclaré que l'accroissement du nombre de musulmans en France et un certain nombre de leurs comportements "posent problème".
L'UMP organise demain mardi une convention sur la laïcité et l'islam d'où émergeront une série de propositions pour garantir les principes de la loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l'État. Mixité dans les piscines, prières musulmanes dans les rues, carrés musulmans dans les cimetières, repas confessionnels à la cantine, neutralité des services publics, etc. : le parti présidentiel s'est engagé à apporter une solution aux problèmes qui se posent aujourd'hui à l'occasion de ce débat décrié jusqu'à dans son camp.
"Le problème est très important : tous les représentants des grandes religions estiment que la laïcité est un principe protecteur de la liberté de conscience", a déclaré le ministre de l'Intérieur à des journalistes en marge d'un déplacement à Nantes (Loire-Atlantique). "La question interpelle nos concitoyens : nombreux sont ceux qui pensent qu'il y a des entorses à la laïcité", a-t-il souligné. "En 1905, il y avait très peu de musulmans en France, aujourd'hui il y en a entre 5 et 10 millions", a poursuivi Claude Guéant. "Cet accroissement du nombre de fidèles et un certain nombre de comportements posent problème. Il est clair que les prières dans les rues choquent un certain nombre de concitoyens. Et les responsables des grandes religions ont bien conscience que ce type de pratiques leur porte préjudice", a-t-il dit. Le ministre de l'Intérieur a précisé que le gouvernement se prononcerait "la semaine prochaine" sur les solutions avancées par l'UMP.