Puisque les médias se taisent alors voici le meeting Front de gauche du 23/01/2013 à Metz pour l’alternative à l’austérité !

Plus de 2000 à Metz pour l’alternative à l’austérité !

le 23 Janvier 2013 : toutes et tous à METZ

METZ 23 JANVIER 19h30
BUS AU DÉPART : ►PARKING HYPER MARCHE VAUBAN LONGWY HAUT RDV 17H45
► BREHAIN POUR SECTEUR THIL-VILLERUPT RDV 18h00
PARTICIPATION : 5 € OU PLUS
INSCRIPTION : Patrice ZOLFO 06 30 03 26 36 Email : p.zolfo@wanadoo.fr

Tract Meeting 23 Janvier 2013_Page_1Tract Meeting 23 Janvier 2013_Page_2

Discours de Jean-Luc Mélenchon à la Bastille

Jean-Luc Mélenchon, toujours à la hausse dans les sondages, a réussi son pari de remplir la place de la Bastille dimanche après-midi avec sa grande journée pour la VIe République, façon de montrer la force populaire du Front de Gauche à cinq semaines du premier tour.
Tous les éditorialistes ou presque de la presse française commentent ce lundi 19 mars cette "prise de la Bastille" du leader du Front de Gauche. Revue de presse.
► Le Figaro (Paul-Henri du Limbert) : "À gauche, celui qui monte, c'est Jean-Luc Mélenchon, celui qui s'effrite, c'est François Hollande. Jean-Luc Mélenchon n'est pas Georges Marchais, mais il faut bien lui reconnaître un grand talent dans l'outrance. Il sait être tout à la fois Maximilien Robespierre, Lénine, Mao Tsé-toung et Hugo Chavez. Bref, il a des références, assez folles, sans doute, mais il en a. Face à lui, il y a François Hollande, dont chacun a reconnu, et surtout à gauche, que sa vision générale des choses est un peu floue…Jean-Luc Mélenchon exige de François Hollande qu'il soit à gauche, et plutôt plus que moins."
► L'Humanité (Patrick Apel-Muller)  : "Quelque chose nous dépasse dans cette foule immense arpentant le pavé de Paris, brandissant des drapeaux rouges, enlacée et rieuse, émerveillée de son nombre, de cette mosaïque de colères et d'espérances. Se retrouvent celui qui n'y croyait plus et celui qui y croyait encore ; ceux qui ont connu de grandes vagues populaires et ces jeunes qui rêvent de déferlantes citoyennes…(Le) peuple commence à prendre le pouvoir…Le Front de gauche n'est plus la seule addition de ses partis fondateurs. Il n'est plus un noyau entouré d'un halo de sympathie. Il est devenu un mouvement populaire…Les sondages qui grimpent en faveur de Jean-Luc Mélenchon n'ont pas atteint leur sommet. Chaque point gagnépousse Nicolas Sarkozy vers la reconversion professionnelle qu'il a annoncée, déjoue l'opération qui entendait livrer les couches populaires à Marine Le Pen et exige de François Hollande qu'il entende les revendications populaires, dès aujourd'hui et pour demain."P
► Le Progrès (Pascal Jalabert) : "C'est une révolution ? +Non, sire une indignation+ répondrait le Duc de Liancourt s'il conseillait Sarkozy, Hollande ou Bayrou, après avoir vu cette place de la Bastille, noire de monde et

Continuer la lecture de « Discours de Jean-Luc Mélenchon à la Bastille »

Législatives : le Front de gauche boucle son casting

En attendant le meeting conjoint de Jean-Luc Mélenchon et Oskar Lafontaine à Metz, mercredi, le Front de Gauche panache ses listes entre PCF, Parti de gauche et Gauche unitaire.

Interrogez les gens. Ils sont perplexes. Même les électeurs de gauche manquent de visibilité », glisse, sur le ton de la confidence, Patrick Hatzig, secrétaire fédéral du PCF en Meurthe-et-Moselle. Visé, le PS n’est jamais cité. Tout de même, Hatzig s’interroge : « Sur la retraite, la fiscalité… la gauche ne doit pas être élue pour rien. Il faut enfin ouvrir des perspectives. Ne pas se contenter d’un petit quinquennat et puis s’en va. » Les temps sont durs, certes, « mais tout de même, la courbe des salaires baisse tandis que celle des placements financiers augmente, dopée par la hausse des emprunts découlant de la baisse des salaires ». La boucle est bouclée…
De L’Huma… à l’humain

Pour tordre le cou à la fatalité, le PCF vibre désormais en mode Front de gauche à l’unisson avec le Parti de gauche de Mélenchon et la Gauche unitaire de Christian Picquet (ex LCR).
« L’objectif, c’est de mettre en œuvre la logique de la présidentielle dans chaque circonscription », confirme le Mosellan Jacques Maréchal (PCF) candidat, lui, sur Metz 3. De lL’Huma… à « l’humain d’abord », résume le conseiller municipal messin.
« Entre le discours de Patrick Abate (PCF candidat sur Metz 1) et Jean-Luc Mélenchon, il n’y aura pas l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette », promet Maréchal.
Oskar Lafontaine en renfort
En Meurthe-et-Moselle, Marx sera même de la partie, même si celui-là répond au prénom de Philippe. L’intéressé y a obtenu l’investiture Front de gauche sur la 3 (Longwy-Briey). Seule ombre au tableau, il devra ferrailler contre l’une des figures locales du PCF, Serge De Carli, disposant lui, du soutien des élus du secteur. Pas de quoi entamer la confiance des camarades. Lesquels trépignent en attendant l’arrivée de Jean-Luc Mélenchon. Le leader du PG est annoncé avec Oskar Lafontaine, fondateur de Die Linke, pour un meeting commun programmé mercredi 15 janvier à 19h30 au palais des sports, boulevard Saint-Symphorien, à Metz.
À deux circonscriptions près, la 7 e en Moselle (Créhange-Faulquemont) et la 4 e en Meurthe-et-Moselle (Lunéville), le Front de gauche a bouclé son casting.
Metz 1 : Patrick Abate ; Metz 2 : Danielle Bori; Metz 3 : Jacques Maréchal; 4 e circonscription – Sarrebourg/sud mosellan : Estelle Gallot; 5 e circonscription – Sarreguemines–Bitche : Alphonse Walter ; 6 e–Forbach : David Seyer; 8 e–Thionville Ouest : Patrick Perron; 9 e–Thionville Est: Annie Hackenheimer.
Première circonscription de Meurthe-et-Moselle : Mathieu Piotroski (gauche unitaire) ; 2 e : Pierre Hanegref (Parti de gauche); 3 e Philippe Marx (PCF); 5 e : Annie Levi-Cyferman (PCF); 6 e: Julie Meunier (PCF).

Républicain Lorrain du 12 Janvier 2012 (X. B.)

Le Front de gauche discriminé dans les médias (communiqué)

Le Front de Gauche déplore l’important déséquilibre de temps d’antenne qu’il subit depuis des mois du fait de l’omniprésence des primaires socialistes.
Ce déséquilibre a été reconnu par le CSA lui-même, lors d'une conférence de presse, à laquelle participait Eric Coquerel pour le Front de Gauche. Le conseil parle d'un "déficit particulièrement lourd pour le Front de gauche".
En effet, alors que le Front de gauche représente 20% du total gauche aux dernières élections, il n'a disposé que de 7% à 9% du temps d'antenne consacré à l'opposition parlementaire.
Pour autant, nous contestons vivement la décision du CSA de ne pas demander de mesures de rattrapage aux médias. Le CSA a en effet décidé de remettre "les compteurs à zéro" à la fin septembre.
Cette disparité de traitement n'est pas un accident statistique : elle fausse incontestablement le débat démocratique et porte atteinte au principe même du multipartisme.
Le Front de Gauche sera particulièrement vigilant sur sa représentation au cours des prochains mois. Il appelle les rédactions à corriger d'elles-mêmes ces anomalies avant la fin de l'année.

Communiqué du Front de Gauche

Des soutiens de marque et incontournables !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Luc Mélenchon candidat PCF/FDG à la Présidentielle ;
Pierre Laurent Secrétaire National du PCF ;
André Chassaigne Député Communiste ;
Clémentine Autain Responsable de La Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique (FASE) ;
Christian Piquet Responsable de la Gauche Unitaire (GU)

La FASE rejoint le Front de Gauche

C'est la première fois de sa jeune histoire que le Front de gauche s'agrandit, composé depuis les européennes de 2009 du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon, du PCF et de Gauche unitaire, petite composante issue de l'ancienne LCR. Samedi, la Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase), qui comprend notamment d'anciens communistes, a voté à 60% pour rejoindre ce rassemblement, au terme d'une consultation interne à laquelle environ 900 personnes ont participé.
D'autres groupes de la gauche radicale pourraient suivre le même chemin, en particulier des déçus du NPA, à l'instar du courant “Convergences et alternative”, qui a quitté l'organisation anti-capitaliste en février. Entretien avec Clémentine Autain, co-directrice du mensuel Regards et figure de la Fase.
Votre mouvement, la Fase, vient de choisir de rejoindre le Front de gauche et de soutenir Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle. Pourquoi ?
Nous mesurons l'urgence à sortir de l'alternative, qui n'en est pas une, entre une droite dure et une gauche molle. Les plans de rigueur, ce n'est pas notre horizon. Que faire? Le NPA, dans sa majorité actuelle, a tourné le dos au rassemblement et choisi de faire cavalier seul. Quant à Europe Ecologie-Les Verts, même s'il reste en son sein une tendance de gauche antilibérale, il contribue à polariser la gauche au centre. Aujourd'hui, le Front de gauche est le cadre le plus unitaire pour une transformation sociale et écologique. S'il n'est encore qu'un cartel d'organisations, il a exprimé sa volonté de s'ouvrir.
Nous avons donc lancé une consultation interne à la Fase pour savoir si nous voulions travailler avec le Front de gauche ou intégrer ce cadre pour contribuer à le changer : c'est la deuxième option qui l'a emporté. Partout où cela sera possible, nous chercherons à
fédérer plus largement, comme en Limousin ou en Aquitaine. Quant à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon apparaît comme le candidat qui peut porter cet espace commun. Sa candidature présente un atout de taille, historique : elle est en passe d'obtenir l'accord du PCF.
La Fase appelle de ses vœux à un «Front de gauche transformé». Qu'entendez-vous par là ?

Continuer la lecture de « La FASE rejoint le Front de Gauche »

G8 dégage ! Rendez-vous au Havre les 21 et 22 mai

Au banquet des requins, les peuples se rebiffent ! C’est le titre du tract unitaire diffusé par le collectif havrais anti-G8. A diffuser sans modération pour faire du rassemblement havrais des 21 et 22 mai un tremplin pour les initiatives anti-20 prévues à Cannes en novembre.
Le G8 réunira les 26 et 27 mai à Deauville les dirigeants des 8 pays les plus riches du monde. Au lendemain de la tempête financière de 2008, ce G8 a maintenu la dictature de la finance qui emprisonne tous les aspects de notre existence : logement, travail, éducation, agriculture, climat, retraites, connaissance, biodiversité… Les réponses solidaires et démocratiques à la crise mondiale viendront des peuples eux-mêmes, pas des dirigeants des pays les plus riches ! Nous leur refusons le droit d'imposer des plans d'austérité dont ils sont exonérés et qui font payer aux citoyens la crise dont leur capitalisme est responsable.
La planète est bousculée !
Les exemples européens montrent la violence des attaques contre les conditions d’existence des populations. Mais les énormes manifestations à Londres et ailleurs prouvent la volonté des peuples de ne pas se résigner.
Les processus révolutionnaires en cours dans le monde arabe ont abattu deux dictatures et viré leurs familles mafieuses.
Continuer la lecture de « G8 dégage ! Rendez-vous au Havre les 21 et 22 mai »

Front de gauche : « Une véritable alternative » RL : Politique élections cantonales – Républicain Lorrain du 17 Février 2011 (Réunion du 12 Février 2011)

Cliquez sur l'image pour l'agrandirLe Front de gauche a choisi Villerupt pour présenter ses candidats aux élections cantonales en Meurthe-et-Moselle. Revue de l’ensemble des troupes.
Nous sommes prêts à aller tracter, à aller coller. » Philippe Spillmann, porte-parole de la Gauche solidaire du Pays-Haut, motive les troupes. Samedi après-midi, la plupart des candidats du Front de gauche aux élections cantonales, des 20 et 27 mars prochain, étaient à Villerupt pour une présentation officielle des duos qui partent en campagne en Meurthe-et-Moselle.
Si au niveau national le Front de gauche comprend trois composantes, le Parti communiste, le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon et la Gauche unitaire (composé d’anciens du NPA), en Lorraine le cadre est plus large. La Jeunesse communiste, la Gauche alternative, la Gauche solidaire du Pays-Haut, le Mouvement pour une éducation populaire (dissidents d’Attac) ont rejoint le mouvement. Dans la quasi-totalité des cantons (18 sur 22), le Front de gauche présente des candidats.
Parmi eux des visages incontournables du Pays-Haut : Jean-Pierre Minella sur le canton de Homécourt depuis 1998, Alain Casoni sur Villerupt, Laurent Righi sur Herserange ou encore Michel Mariuzzo sur Audun-le-Roman. «  Nous voulons continuer à peser sur la politique de la majorité départementale, à gauche depuis 1998 », souligne Alain Casoni, également maire de Villerupt.
L’élu insiste sur l’enjeu que représentent ces élections sur le territoire : «  Continuer à répondre au mieux aux besoins du territoire, maintenir le cap des orientations de progrès, continuer à défendre des valeurs humanistes » et au niveau national «  voter Front de gauche aux cantonales, c’est exprimer le choix d’une véritable alternative d’ici les élections présidentielles de 2012 ».
Profils et âges variés
Éducateur, étudiant, avocate, journaliste à la retraite, ouvrier, du monde associatif ou déjà élu de longue date… à la présentation des candidats, Philippe Spillmann fait remarquer «  les profils et les âges variés ». Mathieu Potrowski, éducateur, part sur Nancy-Est avec l’envie de «  porter les aspirations des couches populaires ». Nathalie Toussaint, travailleur social, suppléante de Jean-Pierre Minella, fait ses premiers pas dans la politique. Le duo Olivier Tritz-Manuela Ribeiro, qui part sur le canton de Conflans-en-Jarnisy, représente l’union entre le Parti communiste et Europe écologie-Les Verts… Les courants politiques sont divers. Et le choix de Claude Blaque, du Parti socialiste, qui a décidé de rejoindre le mouvement, a également attisé la curiosité. L’homme se présente sur le canton de Tomblaine et justifie son choix, le mettant en perspective avec les prochaines élections présidentielles : «  Nous devons être capables de construire ensemble un projet de transformation sociale et sortir du système capitaliste financier. »
V. I.
Publié le 17/02/2011