GDF Suez


Le billet du jour : L’assemblée citoyenne c’est vouloir participer, être un acteur dans sa ville.

28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_17Une assemblée citoyenne pour quoi faire ?
Réunir, informer les gens, écouter et entendre ceux-ci, débattre, échanger ce sont les buts que ce sont donnés les communistes de Villerupt avec le Front de gauche pour les élections municipales de 2014.
Élections municipales qui seront un enjeu dans le contexte politique d’aujourd’hui !
Nous le disons et nous le souhaitons vivement que la place au peuple soit donnée, que celui-ci participe au choix des grands projets qui vont être proposés. Les Villeruptiennes et les Villeruptiens ont ce droit
28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_07fondamental de dire ce qui va et ce qui ne va pas.
Le 28 juin 2013, la section PCF de Villerupt membre du comité local Front de gauche de Longwy-Longuyon-Villerupt a organisé une de ces assemblées sur le thème des énergies et en priorité l’eau.
Pourquoi l’eau ? En janvier 2014, le contrat qui lie la Lyonnaise des eaux avec la ville prendra fin, il faut que l’équipe en place prenne une décision, soit de renouveler ce contrat, soit de passer en régie municipale.
Le choix n’est pas simple, mais dans le même temps, et on le voit ici et là, qu'elles soient de gauche ou de droite, de nombreuses communes reviennent dans le giron du public en revenant à une régie municipale ou intercommunale.
Quelle est la différence de ces deux façons de gérer la distribution de l’eau ?

28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_08D’abord, soulignons que l’eau n’est pas une marchandise, qu’elle est un besoin vital pour les humains que nous sommes. Elle devrait être gratuite !
Néanmoins, il nous faut être objectifs, elle a un coût puisqu’il faut la rendre propre et potable. Il faut également entretenir les réseaux.
Les sociétés privées que sont Veolia, Suez-la Lyonnaise et la Saur si ce sont des professionnels de la chose, il n’en reste pas moins qu’elles se doivent non seulement d’équilibrer leur budget, mais en plus de faire des bénéfices (c’est la loi du marché) qui seront distribués aux actionnaires. Qui dit bénéfices, dit prix plus chers que celui qui n’a comme obligation que d’équilibrer son budget, c’est le cas d’une régie municipale. Et surtout que l’on ne me dise pas le contraire, ça coule de source (c’est le cas de le dire).

28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_22Pour les militants communistes et Front de gauche que nous sommes, il y a urgence à sortir l’eau des griffes des marchés. Car les biens et les droits essentiels à la vie, ne peuvent être marchandises. L’eau doit devenir l’objet d’une bataille plus intense pour sa réappropriation publique et citoyenne, mais aussi devenir un droit universel, fondamental et inaliénable.
Au niveau national, les Sénateurs et les Députés Front de gauche argumentent pour la création
28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_32d’une grande agence nationale publique de l’eau et de l’assainissement. Et au niveau local, nos élus, celles et ceux qui se prétendent communistes et Front de gauche n’auraient-ils pas ces mêmes convictions ?
Certes, je veux bien que l’on me dise que notre population est trop faible pour qu’une régie soit rentable, mais ne sommes-nous pas engagées dans une intercommunalité (plus de 20.000 habitants) ?
Et puis lors de cette assemblée du
28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_3328 juin, un exemple de proximité a été donné, celui de la ville de Saulnes, 2.400 habitants, Villerupt en compte plus de 9.000. Prix du m3 à Saulnes 3,674 € et à Villerupt 4,15 €, cherchez l’erreur ?
Il ne s’agit pas à partir de ces arguments à faire pour faire, mais simplement se donner le temps de réfléchir, de bien réfléchir sur le devenir de la distribution de l’eau dans notre ville.
Des exemples existent et pas si
28 Juin 2013 Assemblée Citoyenne à Villerupt_19loin de chez nous, pourquoi pas à Villerupt ?
Dans tous les cas, une majorité des présents (plus de 30 personnes y participaient) étaient pour sauvegarder les services publics voir même pour le gaz et l’électricité et le logement de créer dans ces domaines aussi une grande agence nationale publique.
En effet, l’eau, l’électricité, le gaz et le logement sont incontournables pour vivre décemment !
Dernière chose, ce n’est pas être un opposant ou encore être contre que de vouloir dialoguer, réfléchir, entendre, écouter et construire ENSEMBLE. C’est vouloir participer, être un acteur dans sa ville.
Ça s’appelle donner et faire la place au peuple, référence que les communistes et le Front de gauche ne cessent de réclamer.


Multinationales : trop riches ? Trop puissantes ?

Certaines sont plus « fortes » que des États. C'est une réalité si on compare le chiffre d'affaire des plus grandes multinationales avec le produit intérieur brut de certains États. Ainsi, GDF Suez serait comparable à la Belgique, Shell à l'Iran et McDonald's à Chypre. Les exemples de ce type ne manquent pas.


Total, le grand gagnant de la guerre en Libye

S’il y en a un qui doit se réjouir de l’issue de la guerre, c’est bien le géant pétrolier français qui est bien placé pour faire main basse sur une belle part de l’or noir libyen.
Qui était parmi les tous premiers Français à venir début mars à Benghazi encourager les insurgés libyens ? Un représentant de Total. Et l’entreprise peut aujourd’hui se frotter les mains : l’empressement de l’Elysée à reconnaître le CNT, comme à défendre l’intervention militaire a fait rentrer le groupe dans les bonnes grâces du futur régime.
Car si les insurgés libyens sont sur un champ de ruines politique, ils ont déjà réorganisé une filière du pétrole avec l’entreprise AGOCO. Celle-ci vient d’annoncer que les pays qui n’ont pas activement soutenu la rébellion se verraient certainement privés du marché pétrolier libyen. A savoir la Russie, qui se dit résignée à y perdre ses intérêts, la Chine, qui proteste déjà vigoureusement pour tenter de sauver ses 50 projets et 36000 emplois, et le Brésil. A l’inverse, AGOCO aurait promis une part conséquente du gâteau à Total.
Avant la guerre, la compagnie pétrolière française n’exploitait qu’une part marginale de la production libyenne : 3 % des 1,6 millions de barils par jour extraits dans le pays. C’est une victoire très importante pour Total, d’autant plus que la Libye dispose de réserves très importantes. Ce que les marchés financiers ont très bien compris puisque avec l’entrée des insurgés à Tripoli, l’action du groupe a bondit de plus de 4 % dès lundi. Autre signe des négociations en cours, l’inquiétude d’Eni, qui a préféré ne pas attendre la fin de la guerre pour revenir en Libye et tenter de préserver ses intérêts qui y sont très importants.
Autre acteur français qui pourrait bien bénéficier de l’engagement militaire français en Libye : GDF-Suez. Le pays contient d’importantes ressources en gaz également, et le groupe français y est totalement absent. Pour l’instant, puisque des négociations seraient en cours. Ce que GDF refuse de commenter, mais si qui ne trompe pas, l’action du groupe a elle aussi bénéficié grandement de la victoire de Tripoli (+ 5%).
Cette guerre du pétrole reste risquée. Le CNT est profondément divisé et il est fort probable qu’il peine à maintenir la paix, une fois la guerre terminée, ce qui n’est pas encore fait. On peut en ce cas parier que la France devrait trouver un prétexte pour maintenir des troupes dans la région, même si c’est contraire à la résolution de l’ONU.
► Sur les opérations militaires
–> Libye : les rebelles prennent d'assaut le QG de Kadhafi
–> La journée de lundi en détail
–> Les événements depuis le début de l'offensive
–> Les dates-clés depuis le début de l'insurrection, le 15 février, contre le régime de Mouammar Kadhafi en Libye


Hausse du gaz : un nouveau coup de poignard contre le pouvoir d’achat 12

La Commission de régulation de l'énergie a annoncé une augmentation des tarifs du gaz naturel de 5,2% au 1er avril, ce qui porte l'augmentation des prix à 21% sur un an et plus de 60% depuis 2005. Ce nouveau coup de poignard contre le pouvoir d'achat est insupportable !
Les bénéfices du gazier échappent une fois de plus à l'effort de solidarité nationale. Pourtant en mars, le groupe GDF Suez a annoncé un résultat net de 5,63 milliards d'euros, dont 70 % reversés aux seuls actionnaires. Le PCF demande le gel du prix du gaz. Les bénéfices de GDF doivent être consacrés en priorité à la baisse des tarifs pour les usagers, alors que l'usage du gaz devient un luxe. Ce nouvel effort demandé aux français est d'autant plus inacceptable qu'il s'ajoute aux augmentations continus de l'essence.


GDF Suez, distribue aux actionnaires, augmente le prix du gaz et oublie les salariés : la conception de l’équilibre !

Après Total (10,57 milliards d'euros), BNP (7,84 milliards d'euros); Sanofi-Aventis (5,46 milliards d'euros) ; France Télécom (4,88 milliards d'euros), Société Générale (3,91 milliards d'euros) etc, GDF Suez annonce un résultat net (Groupe) de 5,63 milliards d'euros, un chiffre d'affaires en augmentation de 5,7 % à 84,5 milliards d'euros.
Comme les pétroliers et les banques, GDF Suez engrange les profits pour les actionnaires mais rien pour les usagers gaz et les salariés. Comble du cynisme, en même temps que ces bénéfices, GDF SUEZ annonce une nouvelle augmentation des tarifs gaz (+5%).
GDF SUEZ redistribue 70 % de son résultat aux actionnaires (3, 93 milliards d'euros).
L’augmentation des tarifs du gaz est d’autant plus injustifiée (5 % au 1er avril après plusieurs hausses qui se montent à 20 % sur un an et 60 % depuis la privatisation) que l’effet prix sur les ventes du gaz a permis à GDF SUEZ d’engranger de l’ordre de 250 millions d’€ supplémentaires en 2010, et plus 350 millions supplémentaires grâce à l’hiver froid.
Au contraire, la CGT propose de baisser de 8 % les tarifs en restituant ces 600 millions d’euros aux consommateurs. Alors que, dans le Groupe, des salariés survivent avec 1 070 euros par mois, les 18 membres du comité exécutif GDF SUEZ, les plus gros salaires du Groupe, se partageaient 19.5 millions d’€ (2009), sans compter les actions de performance et autres.
S’il était prélevé 25 % des versements aux actionnaires alors il serait possible d’augmenter les salaires des 204 000 salariés d’environ 10 %.
Le Groupe, considérant que les salariés ne sont pas encore suffisamment pressurés, met en place un 2ème plan de performance qui après le 1er (1,5 milliards d’euros) devrait réduire les dépenses de 900 millions d’euros en 2011. Les salariés vont apprécier !
L’Etat premier actionnaire est responsable autant que les dirigeants de cette répartition des richesses au détriment des salariés et des consommateurs. Rappelons-nous de la règle des 3 tiers proposée par le Président de la République !
Des actions, pour l’augmentation générale des salaires, sont déjà en cours dans le Groupe (Savelys, Novergie, Lyonnaise des eaux, Sita etc) d’autres vont suivre.
La CGT, par la coordination de ses fédérations, appelle les salariés et les usagers à se mobiliser afin de réclamer leur dû.