Adieu nos valeurs, adieu ces mots sur les frontons de nos mairies, adieu notre France, celle que l’on appelle « la belle, la rebelle. » Le billet du jour…

MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Il y a un pas qu’il ne faut pas franchir, affranchir le FN, c’est faire un pas de trop et on le constate, les mots, les paroles, les provocations de celui qui nie l’existence des chambres à gaz (J.M LE PEN) et qui ne se gêne pas de dire que l’on va faire une nouvelle fournée au sujet d’artistes qui ont critiqué le vote FN est le vrai visage de ceux que les Françaises et les Français ont mis en tête lors des dernières élections Européennes.
Certes, le mécontentement est grand, notre peuple connaît de plus en plus la misère, les promesses non tenues sont de plus en plus nombreuses, mais de là à choisir la bête immonde, cet animal raciste, xénophobe, antisémite, qu’est le FN il y a une ligne jaune qu’il nous faut respecter.
Nous sommes une République, une démocratie avec tous les défauts que l’on peut aujourd’hui dénombrer, mais nous sommes aussi ce pays où nos valeurs d’égalité, de fraternité, de liberté ont fait rêver bien des pays.
Le système politique d’aujourd’hui n’est plus crédible, il faut en changer, c’est  pourquoi certains demandent depuis quelque temps la création d’une sixième république.
Il nous faut tout repenser, tout reconstruire avec l’aide des citoyens que nous sommes, car c’est bien nous qui vivons chaque jour la république.
Voter FN c’est peut être vouloir contester ce qui se passe, mais c’est aussi un danger, car si demain à vouloir réfuter, ces gens arrivent à prendre le pouvoir, adieu nos valeurs, adieu ces mots sur les frontons de nos mairies, adieu notre France, celle que l’on appelle « la belle, la rebelle. »
La droite de l’UMP n’a rien prouvé, le Parti socialiste ne prouve rien non plus, et malgré cela depuis des années ces deux partis se partagent les pouvoirs qu’ils soient nationaux, régionaux ou encore départementaux.
Il y a d’autres partis qui seraient capables de diriger notre pays, dont les paroles depuis des décennies ont dénoncé ce qui arrive aujourd’hui. Il faut aussi faire travailler notre mémoire, il y a déjà plus de vingt ans que les communistes, que le communiste que je suis dît haut et fort qu’il ne fallait pas que l’argent soit roi. Qu’il fallait produire Français. Et pourtant, aujourd’hui c’est le cas, l’argent est roi et l'on ne produit plus Français. Si le peuple de France avait fait ce choix de ce qui était dit certainement que nous n’en serions pas là.
Les riches, celles et ceux qui disposent du pouvoir tiennent comme à la prunelle de leurs yeux à l’argent qu’ils possèdent et aux pouvoirs qui les font reconnaître. Ils sont la minorité, il suffit d’inverser les rôles et donner le pouvoir à celles et à ceux qui ont vraiment la sincérité de vouloir choisir une autre société, une société de partage, une société où l’humain soit la priorité.
C’est le peuple, celui qui tous les jours constate que la misère s’installe, que certains ont tout et d’autres riens. C’est le quotidien qui fera mettre en place une politique plus juste, moins inégale et avec plus de justice.
On ne parle que de droite et de gauche et dans la gauche on y met même celles et ceux qui ne sont plus de gauche. Aurions-nous perdu nos repères ? Serions-nous incapables de faire la différence ?
Il y a à peine quelques jours, la France a commémoré le débarquement des alliés pour nous libérer du nazisme, de la xénophobie, de l’antisémitisme et du racisme, et nous ferions confiance à ces gens qui en font leur fonds de commerce ?
Il est grand temps que nous recommencions à réfléchir, à nous parler, à nous écouter et il est grand temps que nous prenions à cœur notre devenir. Ce n’est que les Françaises et les Français qui le peuvent, pour cela ne soyons pas à l’écoute de celles et ceux qui travaillent pour le pouvoir (les médias, ces chiens de garde), soyons tout ouïe, regardons ce qui se passe objectivement autour de nous et disons-nous qu’il est grand temps de réagir et d’agir.
Celles et ceux qui ont fait le choix du FN ne sont pas toutes et tous des extrémistes de droite, elles et ils ont voulu démontrer leur mécontentement, si tel est le cas, il y a d’autres solutions, celles de se rassembler, de faire l’unité sur un projet de société où l’argent sera banni, où l’humain aura toute son importance.
Il est heure à nouveau de faire rêver, d’imaginer une société où il fait bon vivre, une société dirigée par de vrais représentants du peuple. Une société où personne ne sera sur le côté de la route, une société où les chances sont égales pour toutes et pour tous.
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Place au peuple nous disons… Alors prenons la, cette place qui nous revient ! Le billet du jour…

MOI_pRÉVOLUTION !!!
O.S.E.Z. : objectif Solidarité Exclusion Zéro.
Puisque nos gouvernants n’y arrivent pas et ne souhaitent pas et pire que cela ne cesse de nous plonger dans l’austérité et dans la misère, prenons les difficultés de nos concitoyens en main. Montrons qu’il est possible de faire autrement et que dans notre pays le mot Fraternité a un sens, le sens de la solidarité fraternelle.
Aujourd’hui pour toi tout va bien, tu as du travail, un salaire et tu peux continuer malgré la crise à subvenir à tes besoins, mais demain en sera-t-il toujours ainsi ? Te sera-t-il toujours possible de faire face aux dépenses obligatoires que sont la nourriture, le loyer, l’électricité, le gaz, l’eau et j’en passe et des meilleurs ? Rien ne te le confirme, absolument rien, un changement de situation peut intervenir très vite et qui va t’aider ?
Face à ces différences, à cette ségrégation sociale qui règne dans notre pays il nous faut être SOLIDAIRES et démontrer que le citoyen français a encore des valeurs, qu’il peut encore aider, être disponible pour essayer de réduire la précarité de nos concitoyens touchés en plein par la crise économique provoquée par la finance.
Toi qui a besoin, qui te retrouve dans une situation où tu ne vois pas le bout du tunnel essaies de retrouver toute ta dignité d’être humain, ne soit pas gêné, car ce qui t’arrive aujourd’hui, sans vouloir le souhaiter peut arriver à quiconque.
Il ne s’agit pas de créer une association avec compte en banque et encore une structure lourde, il nous faut pouvoir réagir et agir vite, très vite. Présente-nous ton dossier, nous le ferons connaître sur la page « O.S.E.Z. et celles et ceux qui peuvent verser, ne serait-ce qu’un petit euro t’aideront à t’en sortir. Cette somme sera versée directement sous forme de chèque au créancier à qui tu dois de l’argent, c’est pour cela qu’il nous faudra un dossier avec les coordonnées du créancier afin que personne ne brasse d’argent.
Toi qui peux ou qui pourras verser pour aider tu enverras ce que tu veux envoyer directement au créancier et nous avertir de ton envoi afin d’envoyer juste le nécessaire pour aider la personne concernée.
La démarche peut paraître utopique, mais pour l’avoir déjà appliquée à petit niveau, je sais que cela peut fonctionner, je sais que beaucoup ne supportent plus de voir son voisin, un ami ou un membre de sa famille accaparer par ces soucis d’argent dont il n’est pas responsable. Aujourd’hui, chacun a le droit de vivre décemment, dans la dignité et nous le constatons chaque jour, tout est fait, absolument tout pour que cela soit le contraire.
OSONS, oui, osons l’ « objectif solidaire exclusion zéro », en entreprenant de le faire nous donnerons à notre manière une leçon à ces gouvernants qui n’ont aujourd’hui que la sauvegarde de la finance au détriment des humains que nous sommes. Démontrons que nous sommes capables de nous donner la place qui nous revient, la place au peuple comme on dit.
« O.S.E.Z. » sera un groupe de personnes volontaires pour suivre et solutionner les problèmes de nos concitoyens, l’aide à tel ou tel dossier se fera par un vote, et une fois le vote prononcé, nous embrayerons l’appel aux dons.
Je n’ai pas la prétention de gérer cela tout seul, d’ailleurs cela n’aurait aucun intérêt. Aussi je fais appel aux bonnes volontés, à toutes celles et à tous ceux dont la préoccupation première est l’humain, les femmes et les hommes que nous sommes. N’hésitez pas à me contacter, j’aurais ce plaisir de vous adjoindre comme administrateur de cette page, pour être efficace il faut au moins être onze.
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, accessibilité, poing fermé et levé.

OSEZ00

Réagir et agir est une façon comme une autre de dire non, de savoir dire non. Le billet du jour.

MOI_pR E V O L U T I O N !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Allé les filles, allé les gars, on se réveille, pas de soleil, mais une envie d’être en éveil.
La vie n’est responsable de rien, elle nous laisse le choix, le choix de bien faire ou de mal faire, le choix de nous laisser faire ou le choix de réagir et d’agir, à partir de ce constat, nous sommes les responsables.
Responsable, de toute cette misère qui peu à peu a pris le dessus du bien-être.
Responsable de toutes ces maladies qui ont pris le dessus sur le remède.
Responsable de toutes ces guerres qui ont pris le dessus sur un monde de paix.
Responsable de toute cette immigration qui a pris le dessus sur le départ de tous ces gens qui essaient de s’évader du mal, de l’autoritarisme, de la dictature de ces hommes qui sont friands de la déportation.
Responsable de cette société où les mots ne sont restés que des mots.
Tiens, tu connais Fraternité ? Ce mot qui te demande de vivre comme des frères et sœurs, car si tu regardes l’autre que vois-tu comme différence à part sa couleur de peau, sa culture qui n’est pas la même que la tienne, sa religion ? À part cela, l’autre a une tête, un corps et des membres, comme toi.
Connais-tu le mot Liberté ? Ce mot qui dit que tu dois être libre de faire, libre de penser et de dire, libre de choisir, libre d’accepter ou de ne pas admettre, ce mot, nous l’avons oublié, aujourd’hui tout nous est imposé.
Connais-tu le mot Égalité ? Ce mot qui veut dire le contraire de différence, car les femmes et les hommes ne sont différents que parce que nous voulons qu’ils soient différents. Tout ce que font les humains se retrouve chez tous les humains. De manières différentes, mais pour la même finalité. Vivre, vivre libre et égal de l’autre.
Connais-tu le mot Solidarité ? Ce mot qui pour ma part est le regroupement de ces mots Liberté, Égalité et Fraternité. Aider, supporter, porter, suppléer, éduquer, soigner ne sont-ils pas les devoirs de tout à chacun ? Être solidaire, c’est se donner l’envie d’exister, d’être, de pouvoir construire ENSEMBLE.
Ces mots de Liberté, d’Égalité, de Fraternité et de Solidarité, nous les avons transformés, ils n’ont plus aucune connotation avec le pourquoi ils ont été prononcés.
Liberté s’est transformée en interdiction, censure, contrat, domination, rigueur, servilité, etc.
Égalité est devenue irrégularité, différence, diversité, supériorité, infériorité, etc.
Fraternité a été remplacée par la haine, l’inimitié, l’hostilité, la désunion et la mésintelligence.
Solidarité est devenue indépendance et individualisme.
Si l’homme un jour a choisi ces mots de Liberté, d’Égalité, de Fraternité et de Solidarité, c’était bien parce qu’il les pensait, parce qu’il le souhaitait, parce qu’il voulait d’un monde juste. Alors pourquoi l’homme a décidé de les transformer ? Pour le pouvoir ? L’argent ?
Et pourquoi l’a-t-on laissé faire ? Par peur ? Par inconscience ?
On remarque bien que de laisser-faire, on en arrive à des situations qui n’ont rien d’humain, et que la vie n’y est pour rien, c’est bien l’homme qui a créé la condition.
Il n’est pas trop tard, il n’est jamais trop tard pour corriger ce qui a été créé à un moment et qui a dévié. De quel droit des humains seraient supérieurs à d’autres humains ? Qui a prédit ce genre de différences ?
Ils ont pris le pouvoir, ils ont fait qu’aujourd’hui ces mots sont devenus des maux, à nous de soigner, de corriger et de revenir à la genèse de ces mots. Si nous ne le faisons pas, ce sera la fin de ce vocabulaire et les mots de Liberté, d’Égalité, de Fraternité et de Solidarité disparaîtront à jamais.
Pourquoi ne pas ajouter à nos façons de faire ces mots de courage, d’envie, de transformation, de réaction et d’agissement ? C’est de cela qu’il s’agit de vouloir se réattribuer ces pensées d’une fois, ces pensées qui avaient pour but de vivre dans une société où toutes et tous auraient eu sa place, rien que sa place.
Réagir et agir est une façon comme une autre de dire non, de savoir dire non.
De refuser le monde que certains veulent nous imposer.
Nous n'avons pas ce droit de nous dérober.
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Le billet du jour : Encore des mots, toujours des mots, les mêmes mots, rien que des mots, des mots faciles…..

MOI_pDes mots, toujours des mots, des mots qui restent des mots ou des mots qui deviennent des faits.
Allez savoir ! Normalement les mots ne sont pas que des mots, ils représentent des faits ou ils le deviennent. Pour le devenir, il faut que ces mots soient forts et décrivent bien des actes.
Des mots forts, des mots qui font réfléchir, des mots qui appellent aux débats, des mots qui doivent faire comprendre que les mots peuvent aussi soigner les maux.
Des mots, un enchevêtrement de lettres, des lettres qui assemblées deviennent des mots, des mots à mots qui deviennent une phrase, une phrase pleine de mots.
Des mots qui font plaisir et des mots qui blessent, des mots d’amour et des mots de haine, des mots, oui toujours des mots.
Liberté, Égalité, Fraternité sont des mots, mais aussi des actes.
Liberté ! Qui ne rêve pas de liberté ? Ce mot qui fait rêver, pouvoir faire ce que l’on veut où l’on veut et comme on veut. Mais sommes-nous vraiment libre de penser, d’agir, de dire ?
Je ne le crois pas, pour dire, il ne suffit pas de dire, mais aussi de se faire entendre, et qui t’entend, tes amis(es), ta famille est-ce suffisant ?
Pour faire, il faut les moyens et aujourd’hui les moyens deviennent de plus en plus rares.
Agir, pour agir il faut être ensemble, car seul tu n’agis pas, tu essaies seulement de te faire entendre.
Petit tu es et personne ne t’entend.
Égalité, force est de constater, que l’égalité n’existe pas, bien au contraire aujourd’hui ce n’est plus ce mot qu’il faut employer, mais inégalités, car le fossé, que dis-je, le détroit se creuse de plus en plus.
Pourtant des mots disent que les hommes naissent égaux et que l’homme est l’égal de l’homme.
Et c’est l’homme qui fait que ces inégalités progressent, augmentent de plus en plus.
Fraternité, mais qu’est devenu ce mot ? Fraternité, oui Fraternité un mot qui en dit long sur ce que devrait être les actes pour l’accomplir. Partage, solidarité, aujourd’hui, on ne réparti plus, on est plus solidaire, on tue. On tue à petit feu.
Ces mots ont été écris par des hommes, pour le moment ils ne restent que des mots.
Et voilà que les mots ne restent que des mots, que ces mots qui devraient soigner des maux en provoquent de nouveaux.
Des nouveaux maux, mais aussi des nouveaux mots. Mondialisation, austérité, pauvreté, terroriste, et j’en passe et des meilleurs, et à l’Académie française chaque année en rajoute de nouveaux mots dans les dictionnaires. Des mots créés par notre jeunesse, meuf (fille), keuf (policier), vénère (colère), reum (mère), et on rajoute avant de faire de ces mots qui existent une réalité.
Le monde est-il qu’un seul mot ? Non ! Il représente bien quelque chose de grand, d’immense, d’imaginable et qu’avons-nous fait de ce mot ? Un mot plein de maux !
Moralité de cette histoire, est-ce que les mots doivent ne rester que des mots ? Ou les mots doivent-ils devenir des actes, des faits, des mots pour soigner des maux ?
Pour que les mots deviennent des actes, il faut obliger celle ou celui qui les prononce à les mettre en adéquation avec des actes, et l’obliger, c’est notre rôle de citoyenne et de citoyen.

Le billet du jour : JOYEUX NOËL ! VOUS Y CROYEZ-VOUS ?

MOI_pJoyeux Noël, oui joyeux noël, c’est ce que l’on dit généralement chaque année.
Cette année je n’ai envie de dire ces mots, ces mots qui ne veulent plus rien dire, des mots qui sonnent faux, des mots qui ne sont pas la réalité.
Pourquoi dire « JOYEUX NOËL » alors qu’il y a de plus en plus de gens qui n’ont rien, plus les moyens de se soigner, de se chauffer, de s’éclairer, de se nourrir ?
Dire ces mots, seraient se moquer de ces gens, ne pas les respecter, accepter sans broncher l’austérité, se dire que c’est la fatalité. D’autant que nous ne savons pas ce que demain nous réserve !
Alors il ne s’agit pas de dire « MAUVAIS NOËL », mais simplement réveiller les consciences sur ce qui se passe dans notre société, dans notre pays, en Europe. Nous n’avons pas le droit de laisser faire, notre devoir est de réagir et d’agir pour que cela change réellement, notre devoir est de réaliser un avenir meilleur pour notre jeunesse, pour nos enfants et petits-enfants.
Ces derniers jours, on a parlé que de fin du monde, de l’apocalypse, et n’est-ce pas la fin du monde que d’appauvrir les peuples, de les ramener à l’époque de « Germinal ?»
N’est-ce pas l’apocalypse que de voir tous ces gens dormir dehors, faire les poubelles pour se nourrir ?
Au lieu de parler de la fin du monde, parlez, parlons plut
ôt de la faim du monde.
Les Mayas disent que c’est une nouvelle ère de paix qui a vu le jour, vous y croyez-vous ?
On nous a dit et répéter pendant des mois que le changement c’était maintenant, vous avez remarqué quelque chose de changé ? Votre vie est devenue meilleur ?
Non ! Force est de constater que plus on avance et plus ça va mal !
Est-ce la fatalité ? Est-ce normal ?
Une autre politique est possible, non pas basée sur l’argent, mais sur l’humain, l’argent ne vit pas, l’argent n’est qu’un moyen, alors que l’humain ressent, aime, mange, dort, a froid, a chaud, a faim, l’humain n’est pas un billet de banque ou une piécette de monnaie que l’on place dans sa poche.
Nous avons fait confiance aux politiques pour s’occuper de tous ces problèmes, objectivement c’est un fiasco, nous n’obtiendrons rien de ces gens qui nous gouvernent, c’est à nous de prendre le pouvoir, c’est à nous d’exiger de vivre comme des humains, c’est à nous de tout faire pour garder notre dignité, c’est à nous de réagir et d’agir !
Partage, solidarité, fraternité, liberté,  ne doivent pas rester que des mots ! Ne sont pas que des mots !
Nous avons les moyens de faire changer les choses, nous sommes la majorité, alors pourquoi rester dans l’inertie, dans l’attente, dans l’immobilisme ?
JOYEUX NOËL ! VOUS Y CROYEZ-VOUS ?

Non ! Rien à changé !
Faisons ENSEMBLE que cela change réellement !

Polémique des drapeaux à la Bastille: Aliot et Morano poursuivent l’alliance de la haine

Alors que la place de la Bastille raisonne encore de la victoire face à Nicolas Sarkozy, Nadine Morano et Louis Aliot sonnent la charge ce matin pour dénoncer la présence de « beaucoup de drapeaux rouges et étrangers » lors de cette fête populaire. Dès le lendemain du second tour, ces deux là, représentants d'une alliance de la haine, prépare le terrain à une recomposition à droite toute. Il ne s'agit pas simplement de postures électoralistes mais bel et bien d'une orientation sur le fond.
Nadine Morano et Louis Aliot, qu'il faut bien associer dans la défaite puisqu'ils se plaignent de concert de la célébration de la victoire de la gauche, n'ont rien compris à ce qui fait la grandeur de la France : son message d'universalisme, d'amitié entre tous les peuples du monde. Malgré leur piètre tentative, ils ne feront pas oublier cette Marseillaise entonnée à dizaines de milliers de voix. C 'est le vrai visage de la France, une France rassemblée et métissée, jeune et joyeuse, fière de ses valeurs : liberté, égalité, fraternité.

Le billet du jour : Pour que le monde du partage remplace le partage du monde.

Le vote n’est pas une mode, le vote n’est pas un jeu, le vote est un droit, un devoir, un choix qui dure des années.
Le vote doit être un acte qui soit garant de nos valeurs Républicaines.
Liberté, Égalité, Fraternité et Solidarité sont des mots pour lesquels des femmes et des hommes sont morts.
A chaque élection, on nous parle du vote utile, le seul vote utile, c’est le vote pour changer.
Changer catégoriquement les choses.
Tergiverser ne sert à plus rien.
Aujourd’hui, il s’agit de prendre nos responsabilités, et de tout faire, absolument tout faire, pour changer cette société où il n’y a que l’argent qui compte.
« L’Humain d’abord ! » « Place au Peuple ! » Ne doivent pas rester que des mots !
Ils doivent se traduire dans la réalité de tous les jours.
Changer fondamentalement les choses, n’est plus utile, mais indispensable, une nécessité pour notre avenir, et l’avenir de notre jeunesse.
« Dans tout État libre, le premier soin, au moment où l’on va consulter la nation, est d’ouvrir toutes les voies par lesquelles peut arriver la liberté ».
Aujourd’hui, c’est nous, le peuple qui doit ouvrir toutes ces voies de la liberté, c’est nous qui devons exiger par notre vote, par les urnes, notre volonté de ne pas redevenir ESCLAVE, de vouloir rester des « Humains », rien que des humains, des humains dignes de ce nom, des humains respectables, des humains qui ne demandent qu’à vivre décemment.
Voter c’est aussi dans ces moments se révolter, dire NON !
Voter, c’est une révolte silencieuse, mais si le peuple arrive à retrouver sa liberté, sa dignité, voter sera devenu bruyant, efficace, et cela sans faire couler de sang.
Pas de vote utile, pas de votes aux intérêts électoraux, mais un vote radical pour un réel changement, un changement voulu par le peuple, et pour le peuple.
Citoyens libres, nous sommes, citoyen libre, vous êtes, citoyen libre, tu es, citoyen libre, je suis, profitons de ce moment qu’est le vote pour influencer, pour diriger, pour mettre en place une autre politique, une politique de partage, une politique où toutes et tous doivent profiter.
Dressons le poing, votons pour cette transformation radicale, votons pour un réel bouleversement, pour une fois votons par exigence, votons pour ce Front de Gauche qui appelle à la révolution citoyenne, qui appelle a une 6ème République, pour que le monde du partage remplace le partage du monde.
Dans 23 jours, profitons de l’occasion qui nous est donnée, profitez de l’occasion qui vous est donnée pour nous révolter, pour dire tout simplement, ça suffit !
Nous voulons rester des humains, des humains vivants, bien vivants.
RÉSISTE, RÉSISTONS, RÉSISTEZ, c'est nous, la majorité !

La République pour de vrai

Atteintes aux libertés, autoritarisme, discriminations : l'Etat Sarkozy s'en prend aux fondements même de notre République. Il est temps d'engager une refondation républicaine conforme à la devise, « Liberté, égalité, Fraternité ».

  • Réaffirmer la loi 1901 sur la laïcité comme pilier de la République, porteur de droits à tous.
  • Mettre en place un Ministère des femmes et de l'égalité dans tous les domaines.
  • Abroger les lois liberticides et sécuritaires et garantir la sécurité par la prévention et le développement d'une police de proximité.

Le billet du jour : L’humain ne demande pas la lune….

Voilà, tout arrive, nous sommes le dernier jour de l’année 2011.
Ce soir comme beaucoup, nous allons fêter en famille ou avec des amis, l’arrivée de la nouvelle année. L’année 2012.
Une année chargée pour celles et ceux qui militent en politique.
En effet, 2012 sera une année importante puisque nous sommes appelés à aller voter un nouveau Président de la République et nos représentants à l’Assemblée Nationale.
Depuis que je milite, ces moments sont des moments très fort dans la vie d’un militant.
Des moments plein d’espoir pendant la campagne, et souvent des moments de désespoir après les résultats.
Pourtant, aujourd’hui nous vivons des moments très durs, une crise s’est installée, nos hommes politiques actuels, nous imposent la récession, l’austérité au nom de l’argent. L’argent roi.
Sommes-nous encore à un moment où il nous faut tergiverser ?
Non, après nos expériences vécues avec la droite et la soi disant gauche, nous avons toutes les cartes en main pour réaliser un changement radical. Un changement radical à gauche.
Un changement pour la « place au peuple », pour « l’humain d’abord ».
Certains disent que la crise est économique, qu’elle va durer, que nous ne pouvons pas faire autrement, que le monde est en crise, que les choix mis en place sont pour le bien de notre avenir.
Certes, quelque chose existe, ça bouge dans le monde, mais qu’est-ce qui bouge ?
Les peuples. Oui les peuples, car depuis des décennies, nous vivons dans un monde où tout est mis en œuvre pour réduire les peuples à néant.
L’argent, que l’argent, on ne parle que d’argent, comme si toute une vie n’était basée que sur l’argent.
En fait, les peuples ne demandent que la DÉMOCRATIE, de pouvoir vivre dignement dans ce monde, où les différences ne cessent d’augmenter, au détriment du bien être de l’humain que nous sommes.
Réfléchir, encore et encore, sur qui nous allons porter notre voix, est un réflexe normal pour des êtres humains. Mais aujourd’hui, avons-nous encore besoin de cela ? Nous constatons qu’actuellement, la politique libérale, capitaliste, cette politique où l’argent est roi, nous mène droit dans le mur.
Il faut changer, non pas pour changer, car si tel est le cas, pas besoin d’aller voter.
Il faut changer radicalement de politique, une politique qui nous met en avant, qui met l’humain devant toutes les priorités.
L’humain ne demande pas la lune, il ne demande que de vivre décemment, de pouvoir joindre les deux bouts en fin de mois, de pouvoir se soigner, travailler, pouvoir éduquer ses enfants dans de bonnes conditions.
L’humain ne demande pas la lune, il ne demande que de vivre dans la liberté, la fraternité, dans l’égalité, avec la solidarité, est-ce demander la lune que de vouloir vivre dans ces conditions ?
Quand vous lirez ces mots, vous vous direz, encore un qui se bat pour lui, pour son parti, pour ses idées, encore un qui veut nous faire croire n’importe quoi, encore un qui veut être élu.
Encore un « politique » qui veut plaire.
Non, du fond de mon cœur, si je souhaite faire passer ces idées, c’est parce qu’aujourd’hui nous sommes arrivés au summum de ce que les humains ne devraient pas vivre.
Récession, austérité, alors que certains dépenses chaque jour des sommes extravagantes pour leur plaisir, alors que certains ont a mangé et d’autres pas, que certains dorment au chaud et d’autres sous les ponts, oui je combats ces différences, parce qu’aujourd’hui, ces différences ne devraient plus exister. Ces différences sont d’un autre âge, d’une autre époque.
Avoir faim, avoir froid, avoir soif, ne doit plus exister.
Une femme, un homme, est une femme et un homme, qu’ils soient riches ou pauvres, ils ont ce droit de vivre comme une femme et un homme.
Et pour qu’ils puissent vivre de la sorte, il faut que cela change, que cela change réellement à tous les niveaux, pour cela, il ne faut pas essayer de faire autrement, IL FAUT FAIRE AUTREMENT.
Faire autrement, avec le souci de mettre l’humain d’abord, de donner la place au peuple, et mettre en place une politique républicaine, qui respecte notre attachement à nos valeurs.
Dire LIBERTÉ, c’est mettre en place la LIBERTÉ, dire ÉGALITÉ, c’est mettre en place l’ÉGALITÉ, dire FRATERNITÉ, c’est mettre en place la FRATERNITÉ.
Mais de le dire ou de l’écrire ne suffit pas, il faut que le peuple, que les peuples prennent en main ces valeurs, pour que les femmes et les hommes de ce monde vivent comme des humains. Des humains dignes de ce nom.
Ce matin j’ai pu lire dans la presse régionale un article où un jeune dit que de ne pas voter est un acte politique.
Chacun son appréciation sur le vote, mais voter, avoir ce droit de voter, pouvoir voter est un réel acte politique, des femmes et des hommes sont morts pour ce droit, mais voter est un acte parmi tous ceux qui suivent le vote.
Voter c’est faire un choix, après, quand le choix est réalisé, il faut que le peuple, que les peuples agissent et réagissent pour que le choix soit respecté. L’élu n’est qu’un représentant de ce peuple, il doit rendre des comptes, et c’est à nous le peuple à exiger cela.
Rien n’est impossible à réaliser, et ENSEMBLE ON PEUT, nous sommes la majorité, nous avons ce devoir de faire, de bien faire, car si nous ne le faisons pas, demain nous serons complices de ce qui n’aura pas été fait. Nous serons autant responsables que celles et ceux qui dirigent ce monde.
Voter ce n’est pas donner du pouvoir à une femme ou à un homme, ce n’est que donner quitus à une personne pour nous représenter. REPRÉSENTER LE PEUPLE.
Après c’est au PEUPLE de vérifier si les idées données sont reçues.
Il vous reste encore ce jour pour vous inscrire, faites le, pour vous-même, vos enfants, vos petits enfants, pour l’avenir de la planète, voter, c’est s’exprimer, voter, c’est choisir, voter, fait partie de votre LIBERTÉ.

août 2018
L M M J V S D
« Juil    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :