Socialisme : les Français se sentent de plus en plus pauvres

Les Français ressentent de plus en plus un sentiment d’appauvrissement (sondage CSA).
Ceci est dû à l’augmentation de la pression fiscale entrainant une baisse du pouvoir d’achat et à la hausse du chômage :

http://www.youtube.com/watch?v=P6J2c2jjlq8

Huit millions de Français n’ont pas les moyens de se chauffer

"Huit millions de personnes souffrent du froid parce qu'elles n'ont pas les moyens de chauffer leur logement": la campagne d'hiver de la Fondation Abbé Pierre alerte cette année sur la "précarité énergétique", en réclamant "une action massive" des pouvoirs publics.
A l'occasion du lancement de sa campagne d'affichage hivernale, jusqu'au 14 décembre, la Fondation réclame la création d’"un bouclier énergétique capable d’assurer à tous une capacité minimum à se chauffer". "En France, aujourd'hui, 3,8 millions de ménages souffrent de précarité énergétique, soit un ménage sur six, correspondant à 8 millions de personnes. Des personnes qui ne peuvent se chauffer et s’éclairer normalement, et parfois qui ne peuvent se chauffer du tout", explique-t-elle dans un communiqué. Parmi elles, "les ménages modestes vivant dans des maisons individuelles", dont "plus d'un million de propriétaires occupants", selon l'édition 2011 du rapport de la fondation sur le mal-logement.
La "précarité énergétique" n'a cessé de se développer ces dernières années. En cause: des loyers "qui ont bondi de 50% en 10 ans" et une "hausse dramatique des charges (gaz, électricité, fuel)". "Alors que l’hiver arrive, un tel phénomène n’est tout simplement pas acceptable et doit faire l’objet de toute l’attention des pouvoirs publics. Et d’une action massive et concrète. Sans attendre", plaide la Fondation Abbé Pierre. "Les mesures actuelles (tarifs sociaux, aide aux impayés…) sont beaucoup trop faibles. Elles n’allègent qu’une partie du public concerné et ne compensent pas les diverses augmentations subies par les familles les plus modestes", analyse-t-elle. "La période d’austérité budgétaire qui s’annonce ne peut affaiblir davantage les ménages touchés par la pauvreté ou la précarité", estime-t-elle.
Les affiches diffusées jusqu'à la mi-décembre dans toute la France montrent deux personnes âgées dans leur appartement aux murs défraîchis, dans les bras l'une de l'autre, enroulées dans une couverture, ou une femme et son fils dans un lit, sous les couvertures. "Ils s'aiment mais ce n'est pas ce qui les rapproche. Huit millions de personnes souffrent du froid parce qu'elles n'ont pas les moyens de chauffer leur logement. Agissons !", peut-on lire au bas des affiches.

Spectaculaire lancement, jeudi, à Paris, de la campagne hivernale de la Fondation Abbé-Pierre : deux militants ont passé toute la journée dans un appartement de trois mètres sur quatre, avec des trous béants à la place des fenêtres, reconstitué devant la fontaine des Innocents. Leur but ? Sensibiliser l’opinion à la précarité énergétique dont souffrent 8 millions de personnes, dans 3,7 millions de logements qualifiés de « passoires énergétiques ».

Hausse des prix de l’essence : Fillon, nouveau VRP de Total

En pleine hausse de l'essence et pendant que des millions de Français s'apprêtent à partir en vacances, François Fillon a choisit son camp : celui du patron de Total, Christophe De Margerie qui a annoncé des hausses futurs des prix du carburant à la pompe. Pour le Premier ministre, et maintenant VRP du groupe pétrolier français, les propositions visant à stabiliser les prix et taxer les super-profits sont « démagogiques » et « sans aucun sens ». Les rendez-vous annoncés en grande pompe entre le Ministre Baroin et le PDG de Total ne sont donc que de la gesticulation visant à calmer une opinion publique mécontente. Les Français sont de plus en plus las d'un gouvernement incapable d'imposer sa volonté aux puissants. Le PCF dénonce cette collusion et demande l'instauration d'un prix maximum à la pompe, la diminution de 5 % de la TIPP sur les produits pétroliers et le financement de ces mesures par une taxe sur les profits des compagnies pétrolières.

Guerre en Libye : un « non » à 51 %

Exclusif. Pour la première fois, une majorité de Français désapprouve l’intervention militaire de la coalition de l’Otan, selon notre étude d’opinion réalisée par l’Ifop.
La propagande médiatique a ses limites. Le sondage que nous publions montre que, malgré le soutien sans faille apporté par l’ensemble des médias – à l’exception notable de l’Humanité – à l’intervention de l’Otan en Libye, une majorité de Français s’y dit maintenant défavorable.
Plus que le pourcentage en lui-même (51 %), c’est bien le renversement de tendance qui est à considérer. De nombreux facteurs expliquent sans doute cette attitude des Français. Mais il y en a un en particulier qui ne fait aucun doute : les semaines passent et l’opinion publique sent de plus en plus qu’elle a été grugée par le gouvernement français, particulièrement en pointe dans son discours guerrier. Il s’agissait, nous disait-on alors, d’empêcher une catastrophe humanitaire, un génocide que seraient en train de perpétrer les forces loyales au colonel Kadhafi. Un responsable libyen des droits de l’homme, qui avait rallié la rébellion, faisait même état, depuis Paris, de 2 000 morts dans la seule ville de Benghazi et évoquait quelque 6 000 cadavres dans l’ensemble du pays, quelques jours seulement après les manifestations du 17 février. Beaucoup s’y sont laissés prendre ou ont craint de se trouver en porte-à-faux avec la majorité du pays, d’apparaître comme soutenant Kadhafi et ont approuvé l’intervention. Comme si l’Otan avait jamais largué une seule bombe pour le bien d’un peuple !

Continuer la lecture de « Guerre en Libye : un « non » à 51 % »

Les images du jour : Nicolas Sarkozy a définitivement réussi sa rupture avec les français


Cliquez sur les images pour les agrandir !

Parfois faut savoir rappeler les choses : 15 Mars 1944, le programme du Conseil National de la Résistance (C.N.R)

LE CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE

Le CNR se réunit pour la première fois le 27 mai 1943, clandestinement, dans un appartement parisien, sous la présidence de Jean Moulin, représentant en France occupée du Général de Gaulle (installé à Londres puis à Alger comme chef de la France libre). Jean Moulin sera arrêté par les nazis en juin de la même année. Lui ont succédé Georges Bidault, démocrate chrétien, puis, à la Libération, le 15 septembre 1944, Louis Saillant, CGT.
Le CNR regroupait :
► huit mouvements de RÉSISTANCE intérieure : "Combat", "Libération zone Nord", "Libération (Sud)", "Francs-tireurs partisans (FTP)", "Front national" (rien à voir avec le Front national actuel), "Organisation civile et militaire" (OCM), "Ceux de la Résistance" (CDLR), "Ceux de la Libération" (CDLL),
► les deux grandes confédérations syndicales de l'époque : CGT (réunifiée) et CFTC,
►six représentants des principaux partis politiques reconnaissant la France Libre, dont le parti communiste, le parti socialiste, les radicaux, la droite républicaine et les démocrates-chrétiens.
Le CNR a défini son programme prévisionnel pour la Libération le 15 mars 1944. Comme vous pourrez le constater, on y trouve des objectifs d’une troublante actualité.


LE PROGRAMME DU CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE
Née de la volonté ardente des Français de refuser la défaite, la RÉSISTANCE n'a pas d'autre raison d'être que la lutte quotidienne sans cesse intensifiée.
Cette mission de combat ne doit pas prendre fin à la Libération. Ce n'est, en effet, qu'en regroupant toutes ses forces autour des aspirations quasi unanimes de la Nation, que la France retrouvera son équilibre moral et social et redonnera au monde l'image de sa grandeur et la preuve de son unité.

Continuer la lecture de « Parfois faut savoir rappeler les choses : 15 Mars 1944, le programme du Conseil National de la Résistance (C.N.R) »

Des millions de français et moi , et moi , et moi !

Hé oui ! les musulmans , les roms , tous les émigrés , les sans -papiers , les athées , les mères célibataires ,tous les différents , toutes celles et tous ceux qui ne rentrent pas dans les cases du " bon français " qui ne coûte pas d'argent à l'état selon eux ,tous ceux qui mettent " la nation " en péril toujours selon eux….