Le billet du jour : En fait le PSG a perdu sa victoire sportive pour gagner la victoire de la brutalité, de la grossièreté.

MOI_pLe foot, l’opium du peuple.
Alors que le PSG équipe de ligue 1 financé par le QATAR est sacré champion de France, Paris s’enflamme, cela devait être la fête, c’est une guerre de rue, 30 blessés et 21 arrestations qui prennent le dessus.
Déjà la vielle cela avait commencé par des heurts avec la police sur les Champs Élysées.
C’est fou comme ce sport peut rassembler autant de personnes !
Des joueurs qui gagnent des centaines de milliers d’euros par mois voir pour certains des millions. Avoir un public populaire avec des salaires en général équivalents au SMIC et pour beaucoup être au chômage est plus que surprenant. En effet, l’entrée d’un stade coûte et coûte cher.
Être supporter, ne veut pas dire être un casseur. Alors que le sport devrait être un moyen de se retrouver en ami, être ce que l’on pourrait appeler un moment de détente, il devient petit à petit un lieu où la violence fait sa loi.
Quand on voit les images, cela fait froid dans le dos. Ce ne sont pas des moments que nous souhaitons vivre et revivre.
Champions peut-être, mais champions de quoi ? Encore une fois les Parisiens ont démontré que le sport n’était pour eux que secondaire.
Espérant que les QATARIS rembourseront les dégâts.
Rassembler, réunir autant de monde, l’univers politique en rêve et pour cause, de profonds problèmes existent (chômage, pauvreté, austérité, mal-logés, etc., etc.) Il faudrait être nombreux dans la rue pour les combattre. Bien évidemment le politique que je suis, souhaite, autant de monde, mais avec la violence en moins.
Nous l’avons prouvé, le 5 mai de cette année, 180.000 personnes ont manifesté dans la rue sans un seul instant où la police a dû intervenir.
La barbarie est l’acte du faible !
En fait le PSG a perdu sa victoire sportive pour gagner la victoire de la brutalité, de la grossièreté.

Mompontet : Censure Sarkoziste le 10 Mai 2011 et Barthez & Alain Boghossian (FFF) en Tchétchénie

Mompontet

Interview de Marie-George Buffet sur les quotas dans le foot (Médiapart)

Marie-George Buffet, ancienne responsable communiste, a été ministre des sports de 1997 à 2002 dans le gouvernement de Lionel Jospin. Elle est actuellement députée PCF de Seine-Saint-Denis et elle réagit aux révélations de Mediapart sur le principe de quotas discriminatoires officieux approuvés par certains dirigeants du football français, dont le sélectionneur Laurent Blanc, pour limiter le nombre de joueurs noirs ou arabes.(Propos reccueillis par Lenaig Bredoux de Mediapart)
Comment réagissez-vous aux révélations de Mediapart sur les quotas discriminatoires approuvés par certains dirigeants de la Fédération française de football?Marie-George Buffet. Si c'est vrai, c'est contraire à toute l'éthique du sport. Parce que les critères pour sélectionner un homme ou une femme dans une équipe doivent être seulement sportifs. On doit évidemment ignorer la religion, l'origine, la couleur… Ou alors on revient des années en arrière quand des joueurs devaient lever le poing aux Jeux olympiques, ou bien à l'apartheid de l'Afrique du Sud. La France est diverse, où tous ont le droit de pratiquer un sport et donc d'être dans une sélection. Sinon, on est en train d'appliquer des théories d'un autre âge. C'est ignoble! Je souhaite que le plus rapidement possible, la Fédération française de football apporte un démenti et des éléments pour l'attester ou qu'elle s'explique. Si tout cela est avéré, cela demanderait des sanctions immédiates du ministère.
Êtes-vous réellement surprise de ces informations?Profondément oui. J'ai entendu des choses après la Coupe du monde de 1998, parfois utopiques d'ailleurs, alors que les discriminations demeuraient, et j'ai aussi entendu les propos de Jean-Marie Le Pen. Mais là c'est d'une fédération dont il est question. Or les fédérations sont chargées de missions de service public, dont celle de porter l'éthique du sport.Imaginez, cela voudrait dire qu'on va appliquer des quotas à tous les gosses qui sont actuellement sur le stade, à jouer au foot, au rugby, à faire de l'athlétisme ou de la gymnastique, dans mon département de Seine-Saint-Denis par exemple où il y a toutes les couleurs, toutes les origines… Rendez-vous compte! Nous sommes tous des hommes et des femmes qui vivont en France, nous sommes égaux, c'est le fondement de la République française. Ou alors il n'y a plus de morale, ni de droit dans ce pays.
On a pourtant vu ces dernières années de nombreux cas de racisme dans le football, avec parfois une complicité des instances du sport…Qu'il y ait du racisme et de la violence dans les stades, c'est un fait, mais c'est à la société de le régler. On ne peut pas demander au sport de le faire. Que des supporters soient racistes, qu'on ait entendu des cris de singes, c'est vrai. Mais la société en est responsable. Et puis les réactions des fédérations dépendent aussi de la volonté politique d'un ministère. Elles vivent sous conditionnement du ministère, des outils politiques existent pour agir. Mais on a tellement libéré la parole xénophobe au plus haut niveau de l'Etat, c'est dans l'air du temps…
Les instances du football arguent de la question des binationaux pour justifier une partie de leur politique. Avez-vous déjà été confrontée à cette discussion?Mais combien sont concernés? Et puis imaginons un petiot de six ans, venu en France avec ses parents, qui s'inscrit dans un club de foot, qui est répéré, qui va à Clairefontaine, et qui est contacté par l'équipe de son pays d'origine. En quoi est-ce scandaleux? La France aura alors permis de former un jeune pour les couleurs du Cameroun ou de la Côte d'Ivoire, et alors? C'est très beau. Et si cela peut choquer, alors le sport n'est plus universel, alors l'olympisme ne veut plus rien dire. Que nos jeunes soient les Messi de pays africains, on devrait trouver cela merveilleux.
En 1997 déjà, des anciens de la Fédération française de football rapportent que les sacs de jeunes d'origine maghrébine ont été fouillés à la recherche de tapis de prière. En aviez-vous alors été avertie?Non. Je n'en ai jamais entendu parler. Le sport doit être comme la société, il doit être laïque, mais chaque individu doit porter ce qu'il est. Qu'on arrête de chercher l'uniformité partout. Je suis d'origine polonaise, d'autres d'origine algérienne, rien ne nous différencie.
Avec l'aimable autorisation de Médiapart

Comme quoi , le vaccin n’était pas tout à fait inoffensif !

Pour le peuple Français,

la coupe  est pleine ….

de misère

d'injustices

de promesses

de mensonges

 

Roselyne Bachelot commence la lessive.

Les trois joueurs de la "sagesse"

Evra, Abidal et Henry se sont donc exprimés hier. Pour dire quoi ? Pas grand chose.
Ils n'ont rien entendu mais peuvent nous dire que les mots rapportés dans la presse sont faux. Ils refusent d'écouter tout discours différent de leur version.
Ils n'ont rien vu mais imposent leur vérité des faits, la même, comme s'ils s'étaient concertés.
Quoiqu'ils aient pu voir ou entendre, ils ne diront rien, sinon que le groupe est uni.
Ça ne vous rappelle rien ?

Les Bleus Bites en Afrique du Sud

Allez les Bleus, allez la France : Tous en grève le 24 juin !

Désolé, je ne vous parlerai pas de la grève de l'équipe de France.
Sur le football, Domenech etc… tout a été dit ici :
Rendez-nous Domenech !
Et si on parlait football ?

…et autrement mieux qu'à la télévision !
Non. Assez des people, place au peuple et à cet appel du Front Syndical de classe.
Vu de loin, cela ressemble au Tous en grève le 24 juin ! de la CGT.
A l'examen, cela parle plus fort mais sonne surtout très juste, notamment sur la question de la C E S (Confédération européenne des syndicats : l'adjectif "européenne" pouvant être aisément remplacé par "patronale", j'y reviendrai) et de ce qui peut être attendu d'une négociation avec l'Union pour une Minorité de Privilégiés (UMP)

Enfin, je vous laisse juges…
(puisque vous êtes là, avant de commencer, allez donc signer une pétition contre la répression antisyndicale à La Poste : http://soutienpostiers92.rezisti.org/  : ils sont pas en shorts, ils jouent pas mais ils risquent gros, eux… )

Continuer la lecture de « Allez les Bleus, allez la France : Tous en grève le 24 juin ! »