Yalla, Yalla peuple de France, à bâbord toute ! Le billet du jour.

MOI_pRévolution !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Avant hier soir, toute la France était devant son écran de TV (derrière cela aurait été bizarre) à supporter son équipe nationale afin qu’elle puisse se qualifier pour se rendre au Brésil dans le cadre du mondial.
Cela faisait longtemps que nous n’avions vu autant d’enthousiasme.
Comme quoi…
IL ne faut pas grand-chose pour donner la pêche et le sourire aux Françaises et aux Français.
La période est morose, mais ces joueurs, ceux que l’on a vus avant hier soir ont été extraordinaires, ils ont démontré QUE QUAND ON VEUT, ON PEUT, et cela est la même chose pour tout.
Je ne fais pas partie de ces gens fanatiques de ce sport ni des joueurs de foot, mais je dois avouer que cela faisait bien longtemps que je ne me suis pas endormi devant l’écran.
Ils ont gagné, et l'on pouvait entendre sur le stade ces fameux cris du supporter « allez les bleus, allez, les bleus » suivis très souvent par la Marseillaise et à la fin ce « et un, et deux, et trois zéro » ces mêmes mots qu’en 1998.
Malheureusement, nous ne sommes plus en 1998, et ce n’est pas cette victoire bien méritée qui fera avancer le « schmilblick. »
Hollande était là, il revenait de son séjour en Israël, où il n’a pas brillé, où encore une fois il ne s’est pas mouillé pour le peuple de Palestine, c’est plus facile sur un stade, d’autant qu’il croyait qu’il se ferait siffler et cela n’a pas été le cas. Les Françaises et les Français respectent plus le sport et le foot en général que le souvenir de celles et ceux qui sont morts pour la France.
Allez ne soyons pas méchant, voir tous ces gens sourire et être heureux un moment fait du bien, cela démontre aussi notre possibilité d’être des patriotes et cela dans la propreté du terme.
On pouvait lire cette banderole « on ne lâche rien », ces mêmes mots que nous crions dans nos manifestations, ils n’ont rien lâché et ils ont gagné. Un exemple à se mettre dans le « ciboulot », car cela prouve bien que de ne rien vouloir lâcher paye, et si cela paye, qu’attendons pour faire NOTRE match ? Le match qui nous fera gagner face à cette équipe sociale-démocrate qui veut à tout prix nous faire perdre.
Pourquoi ne sommes-nous pas aussi pugnaces face aux difficultés que nous rencontrons depuis une dizaine d’années ? Ce n’est pas le Brésil qui nous attendra, mais faire ce match face à l’argent, au capitalisme, à ces sociaux-démocrates, nous fera gagner le match de la DIGNITÉ. Cette dignité que tout être humain est en droit de préserver et de profiter.
À partir d’aujourd’hui, considérons-nous comme des joueurs de foot, ces mêmes joueurs qui ont tout donné pour gagner. Ces joueurs qui même si nous ne sommes pas des supporters avérés, nous ont fait vibrer. Soyons dans l’arène, prêt à préserver l’avenir de nos enfants et petits-enfants, des supporters nous en aurons aussi, et des remplaçants sur le bas-côté de la route seront prêts à prendre la relève, prêt à suivre un mouvement qui aura comme objectif l’humain d’abord.
L’objectif aussi que notre France reste notre France, alors l’équipe de France face à l’équipe de l’Europe, beau match en perspective NON ?
Allez les bleus, allez les bleus, que dis-je ? Allez les rouges, allez les rouges.
Les vrais, ceux qui savent encore faire rêver, comme ces joueurs qui ont fait rêver tout un pays, la France.
Ne rien lâcher, pour être qualifié afin d’assurer un avenir serein, un monde juste, une société de partage, où le mot d’humain a tout un sens, le sens du travail, d’un toit, de la nourriture, du respect et de cette possibilité de vivre, de vivre dans la DIGNITÉ tout simplement. Gagner ce match est aussi important, plus important que de gagner celui qui a été gagné pour aller au Brésil.
Entraîné nous le sommes déjà alors Yalla, Yalla peuple de France, à bâbord toute !
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

9ème Coupe du monde de foot des sans-abris

La neuvième Coupe du monde de football des sans-abri, qui rassemble durant une semaine environ 500 SDF, hommes et femmes, venus du monde entier, a débuté dimanche à 12h00 à Paris par un match opposant la France au Portugal.
L'édition 2011 a lieu du 21 au 29 août 2011 sur le Champ de Mars. Une compétition qui rassemble 64 délégations venues de 53 pays (48 équipes masculines et 16 équipes féminines). Les joueurs sélectionnés en fonction de critères de précarités ( exclusion, pauvreté, addictions ) s'affrontent par équipes de 4 joueurs sur des terrains de street soccer ( plus petits ) installés au pied de la Tour Eiffel.
Suivez les résultats quotidien sur le site officiel : www.homelessworldcup.org
Toutes les photos de la Coupe jours après jours : www.flickr.com/photos/homeless_world_cup

Pas de transfert à coup de millions d'€uros !
Pas de joueur qui gagne des centaines de fois le SMIC
!
L'envie de participer et de jouer, c'est tout !
Ça se joue dans la rue, avec des hommes qui vivent dans la rue !

 

Interview de Marie-George Buffet sur les quotas dans le foot (Médiapart)

Marie-George Buffet, ancienne responsable communiste, a été ministre des sports de 1997 à 2002 dans le gouvernement de Lionel Jospin. Elle est actuellement députée PCF de Seine-Saint-Denis et elle réagit aux révélations de Mediapart sur le principe de quotas discriminatoires officieux approuvés par certains dirigeants du football français, dont le sélectionneur Laurent Blanc, pour limiter le nombre de joueurs noirs ou arabes.(Propos reccueillis par Lenaig Bredoux de Mediapart)
Comment réagissez-vous aux révélations de Mediapart sur les quotas discriminatoires approuvés par certains dirigeants de la Fédération française de football?Marie-George Buffet. Si c'est vrai, c'est contraire à toute l'éthique du sport. Parce que les critères pour sélectionner un homme ou une femme dans une équipe doivent être seulement sportifs. On doit évidemment ignorer la religion, l'origine, la couleur… Ou alors on revient des années en arrière quand des joueurs devaient lever le poing aux Jeux olympiques, ou bien à l'apartheid de l'Afrique du Sud. La France est diverse, où tous ont le droit de pratiquer un sport et donc d'être dans une sélection. Sinon, on est en train d'appliquer des théories d'un autre âge. C'est ignoble! Je souhaite que le plus rapidement possible, la Fédération française de football apporte un démenti et des éléments pour l'attester ou qu'elle s'explique. Si tout cela est avéré, cela demanderait des sanctions immédiates du ministère.
Êtes-vous réellement surprise de ces informations?Profondément oui. J'ai entendu des choses après la Coupe du monde de 1998, parfois utopiques d'ailleurs, alors que les discriminations demeuraient, et j'ai aussi entendu les propos de Jean-Marie Le Pen. Mais là c'est d'une fédération dont il est question. Or les fédérations sont chargées de missions de service public, dont celle de porter l'éthique du sport.Imaginez, cela voudrait dire qu'on va appliquer des quotas à tous les gosses qui sont actuellement sur le stade, à jouer au foot, au rugby, à faire de l'athlétisme ou de la gymnastique, dans mon département de Seine-Saint-Denis par exemple où il y a toutes les couleurs, toutes les origines… Rendez-vous compte! Nous sommes tous des hommes et des femmes qui vivont en France, nous sommes égaux, c'est le fondement de la République française. Ou alors il n'y a plus de morale, ni de droit dans ce pays.
On a pourtant vu ces dernières années de nombreux cas de racisme dans le football, avec parfois une complicité des instances du sport…Qu'il y ait du racisme et de la violence dans les stades, c'est un fait, mais c'est à la société de le régler. On ne peut pas demander au sport de le faire. Que des supporters soient racistes, qu'on ait entendu des cris de singes, c'est vrai. Mais la société en est responsable. Et puis les réactions des fédérations dépendent aussi de la volonté politique d'un ministère. Elles vivent sous conditionnement du ministère, des outils politiques existent pour agir. Mais on a tellement libéré la parole xénophobe au plus haut niveau de l'Etat, c'est dans l'air du temps…
Les instances du football arguent de la question des binationaux pour justifier une partie de leur politique. Avez-vous déjà été confrontée à cette discussion?Mais combien sont concernés? Et puis imaginons un petiot de six ans, venu en France avec ses parents, qui s'inscrit dans un club de foot, qui est répéré, qui va à Clairefontaine, et qui est contacté par l'équipe de son pays d'origine. En quoi est-ce scandaleux? La France aura alors permis de former un jeune pour les couleurs du Cameroun ou de la Côte d'Ivoire, et alors? C'est très beau. Et si cela peut choquer, alors le sport n'est plus universel, alors l'olympisme ne veut plus rien dire. Que nos jeunes soient les Messi de pays africains, on devrait trouver cela merveilleux.
En 1997 déjà, des anciens de la Fédération française de football rapportent que les sacs de jeunes d'origine maghrébine ont été fouillés à la recherche de tapis de prière. En aviez-vous alors été avertie?Non. Je n'en ai jamais entendu parler. Le sport doit être comme la société, il doit être laïque, mais chaque individu doit porter ce qu'il est. Qu'on arrête de chercher l'uniformité partout. Je suis d'origine polonaise, d'autres d'origine algérienne, rien ne nous différencie.
Avec l'aimable autorisation de Médiapart

La Fifa accusée d’affamer les vendeurs de rue

Plusieurs voix se sont élevées pour défendre tous ces petits commerçants informels d'Afrique du Sud. La Fifa a obtenu qu’ils soient tenus à l’écart des stades de foot durant le Mondial.
La Fifa peut-elle expulser sans ménagement les petits vendeurs qui vivent habituellement du commerce lors des grands rassemblements en Afrique du Sud ?
Pour l'ancienne commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU, Mary Robinson, pas question. "C’est une question de droits humains", selon elle.
Interrogée par le journal économique sud-africain Business Report, en marge d’un forum économique en Afrique du Sud, Mary Robinson se dit inquiète pour les dizaines de milliers de petits vendeurs qui ont perdu leur travail.
En cause: la Fifa (organisme qui pilote la Coupe du monde) qui a fait interdire les petits commerces informels dans un rayon de 1 km autour des stades de football. Parallèlement, la Fifa s’est réservée l’exclusivité de la vente de boissons, d'aliments et de produits dérivés.
Selon l’ONG Street Net, qui travaille avec des vendeurs de rue – très nombreux dans les pays en développement comme l’Afrique du Sud -"100.000 travailleurs informels auraient perdu leur gagne-pain pendant le Mondial". "Ils méritent une compensation", estime l'ONG.
La place des vendeurs de rue devra également être prise en compte pour la prochaine Coupe du monde qui aura lieu au Brésil.

Comme quoi , le vaccin n’était pas tout à fait inoffensif !

Pour le peuple Français,

la coupe  est pleine ….

de misère

d'injustices

de promesses

de mensonges

 

Roselyne Bachelot commence la lessive.

Les trois joueurs de la "sagesse"

Evra, Abidal et Henry se sont donc exprimés hier. Pour dire quoi ? Pas grand chose.
Ils n'ont rien entendu mais peuvent nous dire que les mots rapportés dans la presse sont faux. Ils refusent d'écouter tout discours différent de leur version.
Ils n'ont rien vu mais imposent leur vérité des faits, la même, comme s'ils s'étaient concertés.
Quoiqu'ils aient pu voir ou entendre, ils ne diront rien, sinon que le groupe est uni.
Ça ne vous rappelle rien ?

Les Bleus Bites en Afrique du Sud

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :