Baisse de l’aide financière publique aux partis : un coup contre la démocratie

assemblee-nationale_2Prenant prétexte de la crise, Nicolas Sarkozy et le gouvernement de droite avaient décidé en 2011 de diminuer de 5 % l'aide attribuée aux partis politiques.
Par décret, le gouvernement socialiste vient de raboter encore cette aide, et cette fois ci pour un montant de 10 %. Cette décision vient durement pénaliser les partis, notamment les moins représentés au parlement.
Cette aide bénéficie déjà essentiellement – pour plus des deux tiers – au PS et à L'UMP. Les députés communistes ont à ce propos récemment déposés une proposition de loi visant à modifier les conditions d'attribution de cette aide. L'aide financière aux Partis est en effet une contribution au débat d'idées et à une vie démocratique plus intense dans notre pays. Elle doit constituer un point d'appui permettant de faire face au bipartisme qui marque nos institutions et notre mode électoral.
Le PCF élève une protestation vigoureuse contre cette décision injuste et dangereuse.
La démagogie au prétexte de la crise ne doit pas limiter le débat d'alternative et sur la façon même d'affronter cette crise. Frapper les partis au porte monnaie, c'est frapper la vie démocratique du pays alors que le débat d'idées et d'alternatives s'avère d'une brûlante nécessité.

Le billet du jour : Disons que pour le consensus nous étions 180.000 dont 30.000 avec des balais !

MOI_pHier dimanche 05 mai 2013 a été un grand jour pour le peuple de gauche, nous manifestions pour une 6ème République, contre la finance et l’austérité, pour un changement de politique, une politique de gauche, réellement à gauche.
La police a évoqué 30.000 participants, ce qui nous a bien fait rire, en effet nous étions 180.000, et dans tous les cas nous avons dépassé les 100.000. Il y en avait partout, sur les ponts, les cabines téléphoniques, les abris bus, même certains étaient perchés sur les arbres et il nous a fallu plus de 3 heures pour ne faire que 3 à 4 kilomètres.

Marche du 05 Mai 2013_118aAprès les discours de Pierre LAURENT, de Jean-Luc MÉLENCHON, Clémentine AUTAIN, Christian PICQUET, Eva JOLY etc. Etc. il nous a fallu plus d’une heure avant de pouvoir démarrer.
Nous n’allons pas faire la course au chiffre, disons que pour le consensus nous étions 180.000 dont 30.000 avec des balais (bien trouvé François DELAPIERRE).
Des jeunes, des moins jeunes mais aussi des personnes âgées, des chômeurs mais aussi des actifs, toutes et tous ont défilés en criant des slogans contre la politique menée par HOLLANDE et dans toute l’Europe.

Marche du 05 Mai 2013_094Il faut en finir ! Ça suffit ! Stop ! Il faut écouter le peuple et remettre l’humain en avant ! La finance, ça suffit ! L’austérité aussi !
Tous des mots que l’on pouvait entendre dans la foule. Des mots qui en disent long sur ce que pensent les Françaises et les Français après un an du règne de HOLLANDE.
En ce qui nous concerne, nous sommes partis en bus dès 7 heures 30 du matin, un bus pratiquement plein ou l’ambiance était bon enfant, où la fraternité était présente. Nous sommes arrivées aux alentours de 12 heures à la bastille. La place était vide, le temps de prendre un repas et celle-ci s’est vite rempli.

Marche du 05 Mai 2013_123aRencontres avec des amis (es) de notre département mais aussi d’ailleurs, des amis (es) rencontrés sur Facebook, de la joie en nous voyant, de la joie à voir tout ce monde prêt à ne pas subir, à ne pas se laisser faire, à vouloir réagir et agir, à ne pas vouloir être des moutons.
Des chants aussi, des chants à nous faire dresser les poils de notre corps, l’internationale, la Marseillaise, le chiffon rouge, des chants qui donnent l’envie de chanter, qui l’envie de continuer.
Malgré la lenteur du déroulement causé par le nombre de participants cette journée de lutte, de révolte, d’indignation s’est vite passée.
19 heures nous étions dans notre bus prêt à repartir dans notre département.

Pat et moiLa radio allumée nous entendions VALLS a répété maintes et maintes fois que la police savait compter et qu’elle n’avait dénombré que 30.000 participants, calcul mental, arithmétique frauduleuse dans tous les cas notre police doit ajouter puis diviser par 6 le nombre exact de participants. Enfin cela nous a permis de bien rire de ce VALLS qui ne veut pas reconnaître que le peuple de France critique ouvertement la politique de son gouvernement.
23 heures 30 arrivée sur le lieu de notre départ du matin. Nous nous quittons après avoir passé toute une journée ensemble.
Et ce matin, c’est le mal de jambes, de dos qui nous ont atteints.
Mais nous sommes requinqués, remontés, et je reste persuadé que nous sommes prêts pour une nouvelle manifestation.
Nous avons été pendant cette journée du 05 mai 2013 des acteurs, nous avons fait partie de celles et de ceux qui ne veulent pas que ce soient les autres qui choisissent pour nous, nous n’avons pas envie de suivre un berger qui nous amène dans une prairie où l’herbe est inexistante.
C’est d’un monde meilleur que nous voulons, un monde où le peuple à sa place, toute sa place, un monde de l’humain d’abord !

[satellite gallery=1]