extrème droite


Marche pour la révolution fiscale à Paris 1

front-de-gauche-6Le Front de gauche appelle à une marche le 1er décembre
Contre l’injustice fiscale et sociale, le Front de gauche appelle à une grande marche le dimanche 1er décembre à Paris pour une révolution fiscale, la taxation du capital et l’annulation de la hausse de la TVA. Cette marche se dirigera vers le « portique » de Bercy, symbole de la politique du gouvernement Ayrault plus favorable au Medef et à la finance qu’aux salariés et à la grande masse de la population.
Cette manifestation aura lieu au moment du vote du budget d’austérité auquel nous nous opposons. Cette politique continue à entraîner le pays dans la stagnation économique, elle amène toujours plus de chômage et de licenciements. Après Sarkozy, elle aggrave l’injustice fiscale en augmentant les impôts pour la grande majorité de la population tout en multipliant les cadeaux au patronat et en continuant la destruction des services publics et de la
protection sociale. C’est inacceptable et cela bafoue le principe républicain d’un impôt juste. La hausse de la TVA prévue le 1er janvier en est l’exemple le plus scandaleux puisque prévue pour pallier une partie des 20 MDS d’Euros accordés au patronat sans aucune conditionnalité. C’est pourquoi nous exigeons son annulation immédiate.
La colère populaire contre les conséquences de l’austérité est juste et légitime. La droite, le Medef, l’extrême droite essaient aujourd’hui de la dévoyer. Leurs objectifs n’ont rien à voir avec les intérêts du peuple : il ne faut pas les laisser faire.
C’est pourquoi le Front de gauche conçoit cette initiative comme la plus ouverte possible. Il appelle en conséquence tous ceux et celles, organisations et personnalités, qui refusent cette politique socialement et écologiquement désastreuse à prendre des initiatives localement et à faire de cette marche la leur. Nous sommes donc disponibles à la préparer ensemble.
Il est temps pour ceux qui ont voulu la défaite de Nicolas Sarkozy et enragent de voir sa politique continuer à être appliquée, de se mobiliser le plus largement possible dans l’unité.


Marie-George Buffet : “François, arrête d’écouter les patrons, écoute le peuple”

mgb_3_0La députée de Seine-Saint-Denis Marie-George Buffet (PCF) exhorte le président de la République à ne pas donner prise à l’extrême droite par une politique libérale.
Comment réagissez-vous aux incidents qui ont émaillé la cérémonie parisienne du 11 Novembre ?

Marie-George Buffet. Il faut d’abord 
condamner ces quelques individus de 
droite et d’extrême droite qui utilisent 
le 11 Novembre pour conspuer le 
président de la République. Ce sont 
des hommes et des femmes qui 
ne savent pas que la République s’est bâtie sur le don de soi d’hommes 
et de femmes qui se sont battus pour la créer et la défendre. Ma seconde réaction est : où en est-on du discrédit du président de la République 
qui n’a plus le soutien du peuple, au point que la droite extrême semble pouvoir tout se permettre ? J’ai envie 
de dire à François Hollande : arrête 
d’écouter les patrons, écoute le 
peuple qui a envie d’égalité, envie 
de services publics, qui a envie que 
la République joue son rôle. Et si tu 
t’appuies sur ce peuple, les autres, 
on ne les entendra plus. Ce qui me 
frappe le plus, c’est de voir à la une 
des JT une bande de bourgeois 
qui hurlent le long du cortège 
du 11 Novembre, et pas le peuple descendant des poilus.
Pour le peuple de gauche, n’y a-t-il 
pas une inquiétude sourde à voir la droite extrême battre le pavé de plus 
en plus violemment ?
Marie-George Buffet. Posons 
la question au peuple de gauche, 
vous êtes gênés par quoi ? Gênés 
de protester parce que vous avez 
un gouvernement soi-disant de gauche au pouvoir ? Mais même s’il menait une politique de gauche, 
il faudrait manifester pour l’aider face au patronat, pour obtenir 
qu’il aille plus loin dans les réformes démocratiques et sociales. La deuxième question à poser : croyez-vous réellement les discours que tiennent les ministres les uns après les autres, qui serinent que nous serions dans une situation « contrainte », 
le mot que j’entends le plus désormais à l’Assemblée nationale ? Pourquoi ne parle-t-on pas plutôt d’une véritable réforme de la fiscalité ? Je me félicite de la marche du 1er décembre pour une révolution fiscale, comme y a appelé Jean-Luc Mélenchon. Parce qu’il faut faire rentrer dans les caisses de l’État l’argent inutile ; la « contrainte » budgétaire, il faut enlever ça des têtes. On va boucler la discussion budgétaire dans les prochains jours, 
il faut manifester pour que ce 
budget réponde au besoin de droits, au besoin d’État, au lieu d’économies qui ne réduiront pas le déficit public. La troisième chose, c’est cette hésitation à se battre contre ce gouvernement. Manifester serait 
faire revenir la droite au pouvoir, voire l’extrême droite ? C’est au contraire 
si l’on se tait face à une politique 
de plus en plus libérale que la droite apparaîtra comme un recours.


Jean-François Copé a un problème de latéralisation politique

couv-copePauvre Jean-François Copé. A l'émission de télévision « Des paroles et de actes » hier soir, le secrétaire national de l'UMP a encore fait fort. Déroulant un programme largement inspiré des thèses de l'extrême droite, notamment sur le droit du sang ou la chasse aux fonctionnaires, Jean-François Copé a expliqué que "le programme de Mme Le Pen est un copier-coller de celui des communistes". Surréaliste !
Adepte de la lumineuse stratégie du « plus c'est gros, plus ça passe », le leader de la droite française ne sait plus quoi inventer en confondant sa droite de sa gauche.
Nous pouvons aider Jean-François Copé à résoudre son problème de latéralisation » politique. Une première leçon pour commencer : la droite c'est l'égoïsme, la gauche,c'est la solidarité.


Pétition de soutien à la militante PG harcelée par l’extrême-droite

2013-09-20julie-del-papaPlus de 5000 personnes avaient signé ce vendredi midi cette pétition lancée sur le web par une plateforme progressiste à l'encontre des appels au viol et au meurtre envoyés à Julie Del Papa via Twitter.

Signez la pétition ici

Rappel des faits:
Twitter est devenu un réflexe pour beaucoup de militants. Donner ses impressions, de la Fête de l’Humanité à un conflit social, d’une manifestation à une réaction à un discours, est aujourd’hui monnaie courante. Julie Del Papa, samedi, a fait l’expérience que le réseau social peut parfois, aussi, se retourner contre ses abonnés. Violemment. La jeune femme, coresponsable de la commission écologie au Parti de gauche, a manifesté à Marseille contre la tenue, dans la ville, de l’université du FN. En chemin, elle tweete. Des photos, d’abord, puis des slogans scandés sur la manifestation ou écrits sur des banderoles.
Presque aussitôt, « sur le ton de la moquerie », précise la jeune femme jointe par téléphone, des inconnus tentent de minimiser la portée du rassemblement. Elle n’y prend pas garde. Ce n’est que le soir, en rentrant à son domicile, qu’elle constate qu’elle a été « snoodée », autrement dit, plusieurs centaines de personnes, visiblement dans la mouvance d’extrême droite, lui ont envoyé des centaines de messages, jusqu’à saturation de son compte.


Le billet du jour : Dénoncer la violence, c’est un devoir , la laisser se développer par ruse politique c’est un crime !

clement-meric

MOI_pClément Méric, assassiné par la haine, par des racistes, par des gens qui ne vivent que pour la violence.
Un militant antifasciste est mort. Mort pour avoir défendu ses idées, mort pour combattre la bête immonde qui propulse ces idées de haine et de violence, mort parce que nos politiques ont tout fait pour que ces idées d’extrême droite soient banalisées.
Les médias également en portent une lourde responsabilité en invitant régulièrement sur leurs plateaux la Marine et autres compères du FHaine.
C’est de la colère, du dégoût, de l’indignation, une honte pour notre pays que de voir ce genre de choses se passer.
Dédiabolisé par l’UMP, par cette droite décomplexée, par les médias en faisant l’amalgame avec l’extrême gauche alors que les idées sont totalement opposées.
D’un côté le souci de l’humain, des valeurs de justice, de solidarité, de fraternité, d’égalité, et de l’autre la haine, la violence, rien de comparable !
Pourtant ces actions meurtrières étaient prévisibles suite aux manifestations contre le mariage pour tous. Nous les avons vu ces fascistes violents narguer et provoquer la police, nous les avons vu frapper à coups de pied celles et ceux qui manifestaient pour cette loi.
Barjot avait promis du sang, en voilà !
Nous les voyons régulièrement de noir vêtu, le crâne rasé jouant le rôle de service de sécurité lors des déplacements de cette Marine.
On a diffusé de nombreux documentaires sur ces groupes, montrant leur détermination, leur entraînement, à croire que certaines images ne sont pas enregistrées par les humains que nous sommes.
Il faut interdire ces groupuscules, dénoncer leurs idées pros nazies, et cela sans se poser la question si cela est démocratique ou pas. Ces gens sont des assassins, ce n’est pas la première fois que cela arrive. Ils sont contre les libertés, contre la démocratie, contre nos idéaux républicains.
Il nous faut tout mettre en œuvre pour proposer un modèle social plus cohérent et lisible aux Français qui sont inquiets et non les pousser à aller vers le FHaine ou autres groupuscules factieux.
Expliquer et agir sont les deux actions prioritaires que doivent engager tous les démocrates pour mettre un terme à ce climat et éviter que des citoyens partent dans les extrêmes.
On a le droit d’avoir des convictions, mais on n’a pas le droit de tuer quelqu’un pour ses convictions.
Une société qui ne peut plus protéger ses enfants n’est plus une société, elle est perdue.
Il faut dissoudre ces groupes, mais ce ne sera pas la situation idéale, car même dissous, les idées morbides que ces groupes véhiculent existeront toujours. La solution n'est pas là, la solution serait déjà de vivre dans une société harmonieuse et plus juste ; la violence ne vient pas de nulle part. Il y a des idéologues dans ces groupes extrémistes, mais ils réussissent à recruter parce que la société est malade. Pensez-vous que des jeunes biens dans leur vie iraient perdre leur temps et leur jeunesse dans ces groupuscules d'un autre temps, je pense que non. C'est là que la politique aurait un rôle fondamental à jouer. Même si dissoudre est déjà faire un pas, dissoudre ne changera rien, c'est juste plus facile que de changer la vie des gens en souffrance.
C'est un meurtre politique. D'une sauvagerie inouïe.
Clément Méric a été assassiné pour ses opinions antifascistes et libertaires.
Dénoncer la violence, c'est un devoir, la laisser se développer par ruse politique c'est un crime.
Que les auteurs de cet assassinat soient durement punis.


Les Femen perturbent l’hommage de l’extrême-droite à Jeanne d’Arc

fememtwitterQuatre militantes du groupe féministe des Femen ont déployé une immense banderole anti-nazie sur un balcon surplombant une manifestation de groupes d'extrême droite en hommage à Jeanne d'Arc, en fin de matinée place des Pyramides, à Paris.
Plusieurs cortèges distincts s'étaient succédé place des Pyramides, où se trouve la statue équestre de la Pucelle en bronze doré fleurie chaque 1er mai par le Front national : Celui des Jeunesses nationalistes, environ une centaine de personnes, a précédé une centaine de royalistes de l'Action française et une cinquantaine de militants du Renouveau français. Alors que ce dernier cortège s'apprêtait à se disperser dans les rues adjacentes, et que la police contenait un 4ème cortège prêt à déboucher sur la place, celui de l'Union sacrée des patriotes, les Femen sont apparues au 4ème étage d'un immeuble haussmannien au-dessus de la place. Le néologisme "sextermination" inscrit au feutre sur leurs bustes nus, elles ont déployé une grande banderole rouge sur laquelle était écrit "sextermination for nazis" et "neofeminism is watching you" (le néoféminisme vous regarde), avec un dessin représentant des femmes torse nu brandissant le poing. Elles voulaient "se dresser contre la montée du nazisme en Europe".
Elles ont brandi quelques fumigènes allumés, sous les huées et les insultes de plusieurs centaines de militants d'extrême droite regroupés sur la place: "Femen au bûcher" ou "Femen salopes" puis "Police complice" lorsqu'un cordon de CRS s'est rapidement mis en place au pied de l'immeuble pour en barrer les accès aux militants.
Après avoir passé près d'une demi-heure au balcon, elles ont été évacuées une par une via la grande échelle d'un camion de pompiers arrivé sur place.

 


Copé : « Des histoires de cour d’école pour servir un discours communautariste »

Jean-François Copé a un problème. Il a sans doute dû se faire voler son goûter par un plus grand que lui dans la cour de récréation. Peut-être est-ce cela qui l'oppose aujourd'hui à François Fillon.
Aller chercher des histoires de cour d'école pour servir un discours communautariste aux relents racistes montre à quel point la droite en général et Jean-François Copé en l'occurrence sont prêts à tout pour masquer leurs graves responsabilités dans la situation que connaît notre peuple. On lui rappellera au passage en cette période de crise qu'il ferait bien de se préoccuper de ceux qui ne peuvent pas se payer un pain au chocolat plutôt que de disputes puériles. Attiser de nouvelles guerres de religion est indigne d'un responsable politique.
Si nous le comprenons bien, il s'agit d'aller faire du gringue à l'extrême droite et de continuer à protéger les saigneurs de la finance qui se délectent de la guerre des pauvres, dont on a vu moult exemples ces derniers temps. Il nous trouvera face à lui pour rassembler tous ceux et celles qui en ont assez qu'on avilisse ainsi les êtres humains et qui veulent de vraies solutions. Monsieur Copé, nous vous enverrions bien au piquet, mais vos propos sont autrement plus graves que cela. Ils sont une insulte à la République et à la laïcité !


Le Chant des Partisans interdit par l’extrême-droite à Bollène

A la mairie d'extrême-droite de Bollène (Vaucluse), on révise les chants. Lundi dernier, le Chant des Partisans a été interdit lors de la cérémonie de commémoration du 18 juin. Et la force a été employée pour faire taire les anciens combattants récalcitrants.
Officiellement, la décision de la mairie dirigée par Marie-Claude Bompard (Ligue du Sud), dissidente du Front national comme son mari Jacques Bompard à Orange, est d'éviter les redondances. "A chaque cérémonie, nous choisissons un hymne qui colle. Pour l'appel du 18 juin, le Chant des Partisans n'est pas au programme. Il sera en revanche joué le jour de la libération de la ville" le 26 août, a déclaré André-Yves Beck, adjoint délégué aux finances et à la communication à l'AFP.
Intervention de la police municipale
L'adjoint en profite pour renvoyer la responsabilité des incidents à "nos "amis" communistes (qui) le savent pertinemment. Pourtant, ils avaient apporté une sono pour diffuser (le Chant des partisans) et nous n'étions pas d'accord. Ils ont provoqué sciemment un incident." Non content d'interdire ce chant de résistance, la mairie a fait intervenir la police municipale pour arrêter la diffusion, tandis que des élus entonnaient la Marseillaise.
Le mépris de la Résistance
Jean Roudil, ancien combattant présent à ce moment, réfute la manipulation politique. "Je chantais le Chant des Partisans à 17 ans, je vois pas pourquoi à 85 ans on voudrait m'interdire de le chanter et me déclarer hors-la-loi !", fulmine ce fervent gaulliste.
De son côté, la fédération PCF du Vaucluse, qui a fait connaître le scandale, "assure de son soutien les citoyens médaillés militaires pris à partie" et fustige, dans un communiqué, "l'extrême droite (qui) montre une fois de plus son vrai visage, celui du révisionnisme, du mépris des Résistants et de leurs familles et de sa haine anti-communiste."

  • A lire aussi:

Le communiqué du PCf du Vaucluse


Longuet, le poisson pilote de l’alliance de la haine

Il n'est pas si loin le temps où Gérard Longuet, actuel ministre de la défense, sévissait dans les rangs d'Occident un groupe d'extrême droite anticommuniste ultra violent. Hier, lors d'une interview pour le journal d'extrême droite Minutes, il a aboli les frontières entre l'UMP et le FN en déclarant que Marine Le Pen était désormais fréquentable.
Dans la course à l'extrême-droitisation du discours de l'UMP, cette initiative ne doit rien au hasard. Depuis le soir du premier tour le candidat UMP a largement ouvert les vannes de cette future alliance. Nicolas Sarkozy a d'ailleurs déclaré hier encore qu'il y avait trop d'immigrés en France, se calquant mot pour mot sur l'argumentation raciste et xénophobe de Marine Le Pen.
Gérard Longuet joue les poissons pilotes de l'alliance de la haine. Le 6 mai, faisons œuvre de salubrité publique en votant François Hollande. Il faut les empêcher de nuire. Le PCF et ses partenaires du Front de gauche continueront de combattre les idées rétrogrades et dangereuses de la droite et de son extrême