C’est quoi 10 000 €uros quand on est riche ? Être solidaire avec celles et ceux qui ne peuvent plus joindre les deux bouts ! SOLIDARITE !!!!

Après les mauvais coups le mensonge pour disculper Les vrais coupables

Non, les salariés, les retraités, les assurés sociaux ne sont pas des tricheurs, des fraudeurs ! Nos gouvernants avec l’annonce d’un super fichier destinés à faire la chasse aux assurés sociaux ont trouvé là le remède- miracle au déficit de la Sécurité Sociale !
Politique oblige, cette annonce « people » convient à l’actualité : il faut un coupable !
Justement, parlons-en de ce fichier des allocataires sociaux destiné à croiser toutes les données nécessaires afin de savoir qui touche quoi ! Ce fichier existe déjà depuis 2008 :
Il a été mis en place par la Délégation Nationale à la lutte contre la fraude !
Ah, les effets d’annonce du gouvernement pour démontrer qu’ils se retroussent les manches pour réduire le déficit de la Sécurité Sociale !
Par ailleurs, il faut se reporter aux travaux de la Mission d'évaluation et de contrôle des lois de financement de la Sécurité sociale, publiés ces derniers mois :
En ce qui concerne l’évaluation de la fraude imputable aux salariés, elle serait de l’ordre de 2 à 3 milliards d'euros et encore, ces chiffres sont ceux comptabilisés avant la récupération des sommes indûment perçues et dont la majeure partie des 2 à 3 milliards d’euros est récupérée auprès des assurés sociaux……
Quant à la fraude des entreprises, elle représente la majeure partie des 20 milliards d’euros : pourquoi ne pas créer alors un fichier sur la fraude patronale où seraient enregistrés les noms des patrons voyous qui asphyxient les caisses de la Sécurité Sociale en ayant massivement recours au travail dissimulé :
– En ne déclarant pas les salariés.
– En dissimulant les heures supplémentaires.
– En convertissant les heures supplémentaires en frais professionnels.
Ou encore en mettant la clé sous la porte en laissant des ardoises à l’Urssaf !

Continuer la lecture de « Après les mauvais coups le mensonge pour disculper Les vrais coupables »

France : 11 milliards d’euros de coupes sombres supplémentaires

Le FMI vient de déclarer " La France ne peut pas prendre le risque de ne pas respecter les objectifs budgétaires…" A peine en place, l'UMP Christine Lagarde marche dans les pas de son prédécesseur le socialiste Dominique Strauss-Kahn. Des mesures de rigueur vont devoir être prises", entre autres "une nouvelle hausse de l'âge l'égal de la retraite et la baisse des dépenses de santé".
Pour sa part, la commission des finances du Sénat estime que le gouvernement pourrait dégager 11 milliards d'euros de recettes d'économies en plus.
Plus que jamais une grande action nationale est indispensable dès la rentrée pour bloquer les plans du gouvernement.

Fiscalité : qui peut le plus paye le moins !

L’Assemblée nationale vient de voter la nouvelle « réforme » fiscale de l’UMP. La logique est toujours la même : assistanat fiscal pour les plus riches, rigueur pour les travailleurs. La méthode, elle aussi, est empreinte du plus pur classicisme : on annonce un truc, et on en fait un autre.
L’UMP, la pauvre, était confrontée à un terrible dilemme. D’un côté, les élections présidentielles approchent, et les électeurs en ont marre de voir tous ces gros chèques donnés aux riches au nom du bouclier fiscal. Il fallait donc supprimer ce système mis en place par l’UMP elle-même. Mais d’un autre côté, les opulents assistés fiscaux sont les soutiens qui font élire ces Messieurs. Du coup, si on leur enlève la manne fiscale, ils risquent d’aller voir ailleurs… Que faire ? Qu’à cela ne tienne, l’UMP a sorti la parade : on renforce le bouclier fiscal dans les faits en même temps qu’on annonce sa suppression ! Les riches bien conseillés comprennent la « réforme », disent merci, et continuent à soutenir papa Sarkozy ; les électeurs, eux, mal informés, croient qu’on a supprimé vraiment le bouclier, et s’imaginent que la loi fiscale est devenue un peu moins injuste.
Voici comment ça marche.
L’abrogation du bouclier fiscal est décidée, mais le bouclier n’est pas abrogé… Concrètement, les gros revenus continueront de bénéficier de l’assistanat fiscal résultant du bouclier jusqu’en 2012. Il est vrai que, passée cette date, ils vont devoir mettre la main à leur large portefeuille mais, vous le voyez, ce sera après les élections… Il suffit donc que papa soit réélu au printemps 2012 pour que la « valeur travail » justifie un nouveau petit cadeau… En attendant, on enfume les gens.
Vu que l’UMP peut annoncer la suppression, future et donc hypothétique, du bouclier fiscal, elle en profite pour faire un gros chèque aux foyers les plus fortunés : l’allègement substantiel de l’ISF ! 300 000 contribuables en sont tout bonnement exonérés, les autres vont continuer de payer, mais beaucoup moins. Montant du chèque pour les riches : 2 milliards d’Euros. Comme la justice fiscale est une chose importante, il va de soi que cette petite ristourne sera proportionnelle au patrimoine, et ce seront donc les plus grosses fortunes du pays qui auront les plus beaux chèques, car ils le valent bien !
Résumé : demain, peut-être, les riches n’auront plus le bouclier fiscal mais, en attendant, ils se gavent dès maintenant des cadeaux fiscaux de l’UMP. Quant aux caisses de l’Etat, elles sont remplies (façon de parler) par la T.V.A. et autres joyeuses taxations « indirectes », c’est-à-dire par les « consommateurs », qu’ils soient chômeurs ou travailleurs, employés ou SDF. En somme, si jamais vous vous demandez d’où sort le pognon pour tous ces cadeaux, ristournes, entourloupes, niches fiscales, comptes off-shore, etc., vous n’avez qu’à regarder dans vos poches…

Profits fabuleux des banques et des entreprises du CAC 40 : mais où passent ces centaines de milliards ?

«Société Générale : profit multiplié par six » titre le journal financier « Les Echos » du 17 février. Le journal annonce aussi que le résultat de la banque BNP-Paribas est le plus important de son histoire, légèrement supérieur à son année record de 2007. Le PDG lui-même vient d’annoncer qu’en 3 ans les fonds propres ont doublé, passant à 68 milliards d’euros. Ainsi cette banque avoue avoir engrangé en 1 an 34 milliards de plus que l’année précédente !
Comme la Société Générale, elle a multiplié son profit par 6 !

Continuer la lecture de « Profits fabuleux des banques et des entreprises du CAC 40 : mais où passent ces centaines de milliards ? »

Dans les banques françaises, 1 984 400 000 EUROS de bonus pour les traders !

Le rapport de Michel Camdessus, dévoilé vendredi 14 janvier, offre un éclairage édifiant sur les rémunérations versées au titre de l’exercice 2010, qualifiées de « salaires hors normes proches d’une participation aux résultats de l’entreprise ».
Les activités de financement et d’investissement des banques françaises ont consacré aux bonus une enveloppe totale proche de 3 milliards d’euros, hors charges sociales. Les deux tiers de cette somme ont été captés par les 8.200 professionnels de marché soumis au contrôle de Michel Camdessus, qui ont reçu un bonus moyen de 242.000 euros.
Mais ce chiffre cache des écarts spectaculaires, comme le montre l’analyse des 100 plus grosses rémunérations dans les 4 banques qui regroupent 99 % de l’enveloppe totale (BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole et Natixis).
Ces 400 professionnels, âgés de 41 ans et affichant 9 ans d’ancienneté en moyenne, sont surtout basés à Paris (40 %), Londres (26 %) et New-York (16 %). Leur bonus varie de 0,1 million à 10 millions d’euros.
Mais dans l’une des 4 banques, les 100 traders les mieux payés ont tous touché au moins 1,7 million d’euros, et 50 ont perçu au moins 2,5 millions d’euros.
Les plus hauts bonus n’ont pas reculé par rapport aux années fastes de 2006 et 2007, mais la part versée en cash a reculé.
Le rapport analyse aussi le rapport entre bonus et salaire fixe. Pour les 400 plus gros bonus, ce multiple s’établit à 11 en moyenne.
De plus, 200 traders affichent un bonus au moins égal à 6 fois leur salaire fixe, dont 10 traders qui ont touché au moins 50 fois leur salaire fixe.
Enfin, un trader a touché en bonus près de 100 fois son fixe !
Face à de tels écarts, Bruxelles a récemment décidé (dans la directive CRD3) que chaque banque devrait désormais déterminer un plafond pour ce multiple. Au risque de les pousser à augmenter encore les salaires fixes…

146 milliards d’euros : Un confortable bas de laine pour les géants du CAC 40

En plus des 83 milliards d’euros de profits annoncés pour 2010 (+71% sur 2009) dont la plus grosse part va aux actionnaires (+110% ) pendant que les salaires sont bloqués, les stars du CAC 40 se vantent d’avoir un très confortable bas de laine : 146 milliards de liquidités dans leurs caisses. « De mémoire de banquier, jamais les multinationales françaises n’ont dégagé  autant de cash » affirme Daniel Lebègue président de l’Institut français des administrateurs.
Ce qu’ils en font :
-Ils construisent dans les pays émergeants, particulièrement en Asie, des usines, des centres de distribution, des bureaux d’étude,  dans les pays à bas coûts où les profits immédiats sont les plus élevés.  Selon les statistiques publiées récemment par le Boston Consulting Group, la rentabilité des capitaux investis dans ces pays est de 17% par an sur la dernière décennie.
Par exemple :

Continuer la lecture de « 146 milliards d’euros : Un confortable bas de laine pour les géants du CAC 40 »

Le refus de l’Élysée d’augmenter le SMIC est insupportable

Dans un rapport du ministère du Travail publié le 30 novembre, l’ensemble des experts sollicités ont préconisé de « limiter le prochain relèvement du Smic(…) à l’application des mécanismes automatiques légaux », autrement dit : pas d’augmentation sauf celle, dérisoire, qu’oblige la loi, soit 0,5% d’augmentation.
Pour la cinquième année consécutive, crise ou non, c’est toujours le même refrain qu’on sert à ceux qui n’ont presque rien pour vivre : « circulez, il n’y a rien à voir ».
Pourtant, l’année est très florissante pour d’autres… Au 1er semestre, les bénéfices des entreprises du CAC 40 ont enregistré une hausse de 86% par rapport à 2009 à la même période, soit 41,5 milliards d’euros. Ce refus têtu de l’Élysée de donner un coup de pouce aux plus démunis est insupportable !
Le PCF s’insurge contre le sort qui est fait à un Français sur dix payé seulement 1055 euros par mois ; soit 100 euros de plus que le seuil de pauvreté. Nous demandons une revalorisation immédiate de tous les salaires à partir du relèvement à 1600€ bruts du SMIC mensuel.

D’où sort le trésor de guerre du CAC 40 ?

Les 20 plus importantes entreprises du CAC 40 annoncent qu’elles ont accumulé un trésor de guerre de près de 80 milliards d’euros et le groupe pharmaceutique français SANOFI-AVENTIS a rendu publique son offre d’achat de 14,5 milliards d’euros sur la société américaine de Genzyme.
En pleine crise financière, d’où sort cette masse d’argent ?
Certainement pas des coffres-forts de leurs actionnaires !
En trois ans, SANOFI-AVENTIS a restructuré l’entreprise pour fermer 5 de ses 12 sites français et détruire 2 513 postes de travail liés au secteur recherche et développement alors qu’il a dégagé, en 2009, un bénéfice net de 5,3 milliards d’euros.
Ces grands groupes s’y sont mis, sans aucun état d’âme, avec un mépris et un cynisme sans borne pour leurs salariés. Par exemple, le groupe TOTAL, numéro 1 au CAC 40 qui dispose d’un magot de 15 milliards d’euros, joue la montre contre la décision de justice qui lui ordonne de redémarrer les activités de la raffinerie des Flandres à Dunkerque.
Plus de 164 000 vies ont été ainsi saccagées, en 2009, dans l’industrie. Voilà de quoi est fait ce « confortable matelas » pour la spéculation et les OPA : de coups d’assommoir sur le monde du travail ! Au moment où le Président de la République et le gouvernement veulent faire passer en force leur projet de réforme des retraites et instaurent une politique de rigueur, on voit encore une fois que les richesses créées existent pour financer un développement social solidaire mais qu’elles sont gaspillées dans la relance du casino financier.
Une autre réforme des retraites est décidément possible, ces chiffres le montrent avec éclat !