Raviver l’espoir n’est-il pas un beau défi pour les semaines, les mois et les années à venir ? Le billet du jour…

MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Être membre du parti communiste et avoir cette volonté de rassembler, rassembler sincèrement toutes celles et tous ceux qui ont des convictions et des valeurs bien à gauche, à gauche toute n’est pas une sinécure, mais bien un devoir citoyen.
Depuis quelque temps on ne parle que de la montée du FN, alors que le nombre d’électeurs de ce parti est le même ou presque. Ce n’est que le pourcentage qui fait que… alors que le nombre d’abstentionnistes ne cesse de grimper. A se demander, si c’est encore une réelle démocratie que nous vivons. Et si, il y a abstention il n’y a pas volonté à voter FN, il en est de même pour les autres partis que nous représentons. Personne n’a aujourd’hui de quoi offrir le rêve à nos concitoyens.
Aujourd’hui, il nous faut raviver l’espoir, créer un réel chantier politique.
Des signes d’espoir existent en Europe, il faut savoir regarder : Podemos, Syriza ou la Belgique, voire même dans la manifestation contre l’austérité du jeudi 9 avril de cette année où il y avait plus de monde que d’habitude.
Il faut nous faire ce constat que des sujets rassemblent au-delà des divergences que ce soit politiquement, syndicalement et associativement alors que des liens se sont distendus.
Démocratique, morale, sociale écologique, économique, la crise invite à la refonte.
Avec urgence il nous faut retrouver le  sens du terrain, il nous faut un discours qui crée du lien, qui va de l’avant. Ce ne sont pas les précaires qui votent FN, mais bien les gens qui ont peur de le devenir qu’il nous faut mobiliser, rassembler.
Nous avons toutes et tous une histoire ouvrière en commun, nous avons toutes et tous un jour lutté dans et avec une association afin d’enrayer tel ou tel problème. Et quand nous avons bougé, nous avons aussi gagné. Et quand nous avons gagné, nous avons donné envie de faire de la politique avec nous.
Pour cela, il faut marquer la différence, notre différence pour que le message soit clair et leur faire savoir que on peut faire sans eux, car force est de constater que même les frondeurs ne contredisent pas leur gouvernement.
Il nous faut raviver l’espoir, faire renaître le rêve si nous voulons à tout prix une société de l’humain d’abord, une société où le peuple ait toute sa place. C’est un devoir, une obligation pour les citoyens que nous sommes, une priorité pour demain.
Ceci étant dit, allons-nous attendre d’en haut que l’on nous préconise ceci ou allons-nous prendre nos responsabilités et réunir toutes celles et tous ceux qui sont réellement motivés pour une reconquête des idées de gauche ? Pour une reconquête d’un espoir grandissant malheureusement trop silencieux de nos jours pour nous faire savoir que c’est le moment.
Et pourquoi ne pas forcer le moment du moment ? Arrêtons de dire que nous n’avons pas les forces pour… car si nous continuons dans ce sens, nous ne les aurons jamais. En tant que militants nous savons que tout est possible et que parfois et même souvent il faut oser, forcer et pousser pour que cela se passe. Si nous ne le faisons pas, personne ne le fera.
Raviver l’espoir n’est-il pas un beau défi pour les semaines, les mois et les années à venir ?
Revivre le rêve n’est-il pas un objectif sérieux pour redorer nos convictions et nos valeurs ?
Reconstruire une société saine, où l’injustice soit beaucoup moins prépondérante ne serait-il pas un gage de bienveillance pour l’avenir de nos enfants et petits-enfants ?
Alors Yalla ! En avant et à bâbord tout !
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Pierre Laurent à Madrid : la France ne doit pas plier devant la commission européenne.

blgtfyqceaamlcn.jpg-largeEn publiant ses recommandations pour la France, la Commission européenne s'arroge une nouvelle fois le droit de dicter sa politique à la France. Le voile est levé sur les contreparties austéritaires du soi-disant "sursis" accordé à notre pays pour réduire les déficits et la dette.
Nouvelle réforme des retraites et de l'assurance chômage, attaques contre le SMIC, déremboursement de médicaments, déréglementation des prix du gaz et de l'électricité,  privatisation du rail, augmentation de la TVA, réduction du service public dans les collectivités… Ce sera le programme du gouvernement s'il choisit de s' y plier.
François Hollande dit que la Commission européenne n'a pas à dicter au gouvernement la politique à mener. Nous sommes d'accord. Mais alors il faut être conséquent et traduire ces paroles en actes en refusant clairement la mise en oeuvre de cette bombe sociale.
Le problème est le même dans toute l'Europe. J' ai rencontré ce matin à Madrid, avec les dirigeants d'Izquierda Unida et Alexis Tsipras de Syriza, les secrétaires généraux des deux syndicats espagnols (CC.OO et Ugt) dont l'un des deux est Président de la CES. Tous disent qu'il faut en finir avec l'austérité et la Troïka.
Un acte de résistance de la France serait un espoir pour tous les peuples européens.

Urgent, à diffuser, en parler, c’est le moment ou jamais

C'est le moment ou jamais ! Il faut diffuser cette vidéo et parler autour de soit de ce qui se passe en Islande. Ce qui se passe est historique et j'espère que la contagion gagnera le reste du monde soit-disant libre. Cette vidéo est la preuve que nous povons changer les choses et je remercie Peter de "The Plot 911" de l'avoir mise en ligne. C'est par soucis de maximisation de sa diffusion que je me permet de la mettre à nouveau en ligne. N'hésitez pas à faire comme moi en changeant le titre pour que cette vidéo se propage comme un virus, vous participerez ainsi à la libération !

Réveil de ce matin avec – BONNE ET HEUREUSE ANNEE 2012 – Les Enfantastiques chorale d’enfants

La Cour de cassation redonne de l’espoir aux salariés. Lutter, ça paye toujours !

La Cour de cassation a estimé que des licenciements économiques de salariés d'une filiale en cessation d'activité étaient infondés, compte tenu de la bonne santé du groupe vis-à-vis duquel elle n'avait aucune autonomie.
Selon le quotidien La Tribune daté du 7 février, la Cour de cassation a contesté, dans un arrêt du 18 janvier dernier, le motif économique invoqué en 2004 pour licencier les salariés de l'entreprise Mécanique Industrie Chimique (MIC). Les juges, qui ont confirmé une décision de la cour d'appel de Paris du 25 juin 2009, ont retenu "une confusion d'intérêts, d'activités et de direction" entre JFH et sa filiale MIC et qu'en conséquence "la société JFH avait la qualité de co-employeur à l'égard du personnel de la société MIC". Par conséquence, le licenciement économique n'étant plus justifié, les salariés de la société MIC pourront être indemnisés.
La cessation d'activité ne peut constituer une cause économique de licenciement qu'à la condition d'être justifiée par des difficultés économiques, par une mutation technologique ou par la nécessité de sauvegarder la compétitivité du secteur d'activité du groupe, rappelle l'arrêt.  MIC était entièrement sous la dépendance de Jungheinrich finances holding, qui absorbait 80% de sa production, fixait les prix, dictait les choix stratégiques, assurait la direction opérationnelle et la gestion administrative, a relevé la Cour.
Le syndicat CGT de Goodyear n'a pas tardé à réagir et a assigné le groupe de pneumatique américain devant le TGI de Nanterre. Une décision qui va donner des idées du côté des Molex ou des Contis

Le billet du jour : L’ESPOIR FAIT VIVRE, ET QUAND IL Y A DE L’ESPOIR, IL Y A DE LA VIE.

IL y a des moments dans la vie, où tout bascule, tu as oublié ou presque, tu imagines encore et …….
Une mise à jour, de tes logiciels sur ton PC, qui te permet de pouvoir dialoguer, de te faire des amis (es), vient te remettre à jour, une partie de ta vie cachée.
Parce que nous avons, toutes et tous, au fond de nous-même, de ces belles choses cachées.
De ces choses, que la vie a fait, que tu n'as pas pu vivre pleinement.
De ces choses de la vie, dont tu veux garder le secret.
Des choses, dont tu as pendant des années pensées, des moments qui avec le temps disparaissaient, des circonstances dont tu te disais qu'il fallait complètement oublier.
Puis, un jour, un jour, comme les autres, sans savoir pourquoi, ton écran affiche un « bonjour, comment vas-tu ? ».
Ton cœur se met à battre, tu te dis, « mais je rêve », mais oui c’est elle, c’est lui, après tant d’années d’absences, elle ou il réapparaît.
Pas beau ça !
Il est vrai que l’on dit, qu’il n’y a que les montagnes qui ne se rencontrent pas.
Mais la femme ou l’homme n’est pas une montagne, et vas savoir, le destin, la chance, le moment, la magie de la vie, peut être aussi, tes pensées, font qu’un jour, ce que tu souhaitais pendant des années, se réalise.
Des retrouvailles.
Des retrouvailles, pas comme les autres puisqu’elles se font virtuellement, mais une partie n’est pas virtuelle, puisque la personne existe, existe vraiment.
Rêve, réalité, quand les lettres commencent à s’afficher, tu comprends que tu ne dors pas, que tu es éveillé, et que les mots qui s’affichent sur ton écran, sont bien réels.
Après l’effet de surprise, le dialogue s’engage, des souvenirs forts te reviennent dans ta tête, dans ton cœur.
Puis comme une drogue, chaque jour  qui va passer, tu es impatient de revoir sur ton écran ce « bonjour », pour continuer à te rappeler, à savoir ce qu’elle ou il, est devenu.
Des bons moments reviennent en surface, des mauvais font leurs apparaissions.
Malgré cela, tu tiens cette envie de garder le contact, de ne plus le perdre, et cette fois pourquoi pas accomplir, ce que tu aurais voulu réaliser dans le passé.
Très vite, la réalité te rattrape, tu as ta vie, elle ou il a sa vie, et tu comprends que quelque part, tu ne pourras réaliser qu’en partie, ce que tu aurais voulu effectuer avant.
Cela n’est pas la fin du monde, tu as retrouvé un ami, une amie, et cela est déjà important, alors malgré les déboires de la vie, tu veux malgré tout garder ce contact, tout faire pour jouir du moment, bénéficier de ce que la vie t’a séparé, exploiter, de ce que tu aurais pu profiter.
Jamais, je n’aurais pensé que derrière un écran, que dans ce virtuel, de belles et bonnes choses pouvaient exister.
Moralité : L’ESPOIR FAIT VIVRE, ET QUAND IL Y A DE L’ESPOIR, IL Y A DE LA VIE.

La vérité sur… Le bilan de Fadela Amara

Les critiques pleuvent sur Fadela Amara. A droite comme à gauche. Procès en incompétence, manque d'organisation, absence de résultats… Mais la secrétaire d'Etat chargée de la Politique de la ville, qui tire toute sa légitimité de l'Elysée, n'en a cure. D'autant plus que dans le dernier baromètre Ipsos elle cartonne au Top-5 des ministres les plus populaires. Elle continue donc de s'exprimer sur tout sujet, avec son style résolument provoquant. Dénonçant la campagne « puante » contre Ali Soumaré, affirmant qu'« il faut «nettoyer au Kärcher» cette violence qui tue nos enfants dans les cités » … Bref, Fadela Amara reste droite dans ses bottines. « Je suis dans la même posture que le jour où le président de la République est venu me chercher, soutient-elle. Et Nicolas Sarkozy ne m'a jamais appelée pour me dire son insatisfaction. » Sa satisfaction non plus !
Or son bilan a de quoi décevoir. Même si le travail est ardu. Selon le rapport 2009 de l'Observatoire national des zones urbaines sensibles, la pauvreté en banlieue augmente, le chômage aussi : 16,9 % de demandeurs d'emploi en 2008, deux fois plus qu'au niveau national, 41,7 % pour les hommes de 15 à 24 ans… La crise risque de noircir le tableau, et les mesures de Fadela Amara, lancées en février 2008 sous le nom de « dynamique Espoir banlieues », n'y changeront pas grand-chose car, sur le terrain, le constat est sans appel : ses idées sont devenues des gadgets et l'urgence se compte en années. Les élus parlent désormais de « plan désespoir banlieues ». Continuer la lecture de « La vérité sur… Le bilan de Fadela Amara »

%d blogueurs aiment cette page :