Yalla, Yalla peuple de France, à bâbord toute ! Le billet du jour.

MOI_pRévolution !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Avant hier soir, toute la France était devant son écran de TV (derrière cela aurait été bizarre) à supporter son équipe nationale afin qu’elle puisse se qualifier pour se rendre au Brésil dans le cadre du mondial.
Cela faisait longtemps que nous n’avions vu autant d’enthousiasme.
Comme quoi…
IL ne faut pas grand-chose pour donner la pêche et le sourire aux Françaises et aux Français.
La période est morose, mais ces joueurs, ceux que l’on a vus avant hier soir ont été extraordinaires, ils ont démontré QUE QUAND ON VEUT, ON PEUT, et cela est la même chose pour tout.
Je ne fais pas partie de ces gens fanatiques de ce sport ni des joueurs de foot, mais je dois avouer que cela faisait bien longtemps que je ne me suis pas endormi devant l’écran.
Ils ont gagné, et l'on pouvait entendre sur le stade ces fameux cris du supporter « allez les bleus, allez, les bleus » suivis très souvent par la Marseillaise et à la fin ce « et un, et deux, et trois zéro » ces mêmes mots qu’en 1998.
Malheureusement, nous ne sommes plus en 1998, et ce n’est pas cette victoire bien méritée qui fera avancer le « schmilblick. »
Hollande était là, il revenait de son séjour en Israël, où il n’a pas brillé, où encore une fois il ne s’est pas mouillé pour le peuple de Palestine, c’est plus facile sur un stade, d’autant qu’il croyait qu’il se ferait siffler et cela n’a pas été le cas. Les Françaises et les Français respectent plus le sport et le foot en général que le souvenir de celles et ceux qui sont morts pour la France.
Allez ne soyons pas méchant, voir tous ces gens sourire et être heureux un moment fait du bien, cela démontre aussi notre possibilité d’être des patriotes et cela dans la propreté du terme.
On pouvait lire cette banderole « on ne lâche rien », ces mêmes mots que nous crions dans nos manifestations, ils n’ont rien lâché et ils ont gagné. Un exemple à se mettre dans le « ciboulot », car cela prouve bien que de ne rien vouloir lâcher paye, et si cela paye, qu’attendons pour faire NOTRE match ? Le match qui nous fera gagner face à cette équipe sociale-démocrate qui veut à tout prix nous faire perdre.
Pourquoi ne sommes-nous pas aussi pugnaces face aux difficultés que nous rencontrons depuis une dizaine d’années ? Ce n’est pas le Brésil qui nous attendra, mais faire ce match face à l’argent, au capitalisme, à ces sociaux-démocrates, nous fera gagner le match de la DIGNITÉ. Cette dignité que tout être humain est en droit de préserver et de profiter.
À partir d’aujourd’hui, considérons-nous comme des joueurs de foot, ces mêmes joueurs qui ont tout donné pour gagner. Ces joueurs qui même si nous ne sommes pas des supporters avérés, nous ont fait vibrer. Soyons dans l’arène, prêt à préserver l’avenir de nos enfants et petits-enfants, des supporters nous en aurons aussi, et des remplaçants sur le bas-côté de la route seront prêts à prendre la relève, prêt à suivre un mouvement qui aura comme objectif l’humain d’abord.
L’objectif aussi que notre France reste notre France, alors l’équipe de France face à l’équipe de l’Europe, beau match en perspective NON ?
Allez les bleus, allez les bleus, que dis-je ? Allez les rouges, allez les rouges.
Les vrais, ceux qui savent encore faire rêver, comme ces joueurs qui ont fait rêver tout un pays, la France.
Ne rien lâcher, pour être qualifié afin d’assurer un avenir serein, un monde juste, une société de partage, où le mot d’humain a tout un sens, le sens du travail, d’un toit, de la nourriture, du respect et de cette possibilité de vivre, de vivre dans la DIGNITÉ tout simplement. Gagner ce match est aussi important, plus important que de gagner celui qui a été gagné pour aller au Brésil.
Entraîné nous le sommes déjà alors Yalla, Yalla peuple de France, à bâbord toute !
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.