Cela s’appelle bafouer ouvertement et sans vergogne la démocratie. Le billet du jour…

MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Et voilà… les départementales c’est fini, une nouvelle fois la gauche, toute la gauche s’en prend plein les dents. Ici et là on se réjouit que le FN n’obtienne aucun département. La droite traditionnelle celle qui se dit républicaine se vante d’avoir gagné et être le premier parti de France. Et malgré ce résultat désastreux, les responsables du PS continuent à dire qu’ils poursuivront à faire les réformes qui s’imposent. Ces réformes qui ne cessent de plonger notre pays dans l’austérité. Une austérité que le peuple de France ne veut pas et il l’a fortement proclamé lors de ces élections.
La France, cette république où l’on se vante de notre démocratie, une démocratie bafouée, car la plupart de celles et ceux qui ont été élus l’ont été par ce sursaut républicain, l’ont été par défaut, mais l’ont surtout été par seulement 50 % des Françaises et des Français. Alors des questions se posent forcément, qu’auraient votées les abstentionnistes ? Droite ? Gauche ? Ou extrême droite ?
Pourquoi autant de citoyens ne répondent plus aux urnes ?

Des questions auxquelles il va bien falloir répondre, et ne pas attendre comme d’habitude qu’il y ait le feu au lac. Car le sursaut républicain un jour ne fonctionnera plus et nous serons devant le fait accompli, le FN au pouvoir. D’ailleurs, aujourd’hui, c’est le seul parti majoritaire de France, les autres le sont parce qu’il s’acoquine entre eux pour pouvoir gagner. Ils ont la même politique, celle de favoriser les riches et le MEDEF.
Certes le FN n’est pas mieux, il veut nous sortir de l’Europe et revenir au franc, en clair nous isoler du reste du monde et nous plonger dans une catastrophe inimaginable. En plus de cela, c’est un parti raciste, xénophobe, antisémite qui n’a aucun respect pour l’humain. Néanmoins, il fait des voix et commence à faire des scores. De là à dire que celles et ceux qui votent FN soient toutes et tous d’accord avec ses thèses il y a un pas qu’il ne faut pas franchir. S’ils votent FN aujourd’hui, c’est par dégoût, écœurement des politiques mises en place depuis des décennies, pour démontrer leur mécontentement, un mécontentement légitime quoique puissent en penser les responsables politiques et cela de tous les bords.
Faire face au FN cela se fait tout au long des années et pas seulement entre deux tours d’élections. Cela se réalise en faisant une politique pour l’humain d’abord en y mettant toute la place que mérite le peuple. Une fois élu, il faut aussi consulter et respecter le choix des électrices et des électeurs. Force est de constater qu’aujourd’hui ces choix sont loin d’être la préoccupation des élus. Ils font ce qu’ils veulent au détriment de ce qui a été promis, et surtout des aspirations des Françaises et des Français. La démocratie est loin de se reposer sur celles et ceux qui sont élus, la démocratie doit être des moments de dialogues, d’échangent, d’écoutes, aujourd’hui ce n’est pas ou plus le cas.
Entendre celles et ceux qui ont tout perdu hier dire qu’ils continueront leurs réformes prouve que la voix du peuple n’est pas entendue, qu’elle n’est pas respectée, que de toute façon voter ou pas ne sert à plus rien, que les dés sont pipés, qu’ils feront ce qu’ils veulent sans tenir compte des attentes des Françaises et des Français.
Cela s’appelle bafouer ouvertement et sans vergogne la démocratie.
Certes, les moments sont difficiles, mais comment expliquer légitimement que certains s’augmentent leur salaire d’une façon intolérable (exemple du PDG de chez Renault sa rémunération totale de Carlos Ghosn passe de 2,67 à 7,22 millions). La nouvelle passe mal, car les autres salaires du groupe sont, eux, gelés. Celles et ceux qui travaillent et qui ne gagnent que le SMIC devraient comprendre, en fait ils comprennent que l’on se fout de leur g….. Même chose à radio France où une grève est en cours et où le président de cette radio publique s’est offert pour 100 000 € de travaux de rénovation alors que des dizaines d’emplois sont prévus de disparaitre, alors que Radio France est en déficit, et malgré cela il faudrait comprendre.
Non ! Non ! Et non ! Cela ne peut plus durer, il faut que les responsables qui nous gouvernent prennent les mesures qui s’imposent et où elles s’imposent ! Ce sont toujours les mêmes qui doivent payer, celles et ceux qui ont du mal à terminer leur mois, si cela n’est pas une injustice comment la nommer ?
N’attendons plus rien des urnes, n’attendons plus rien de nos dirigeants et responsables, il nous faut aujourd’hui créer un mouvement citoyen afin de faire face à tout cela, balayer tout ce qui va de travers. Remettre de l’ordre dans notre chère république et démocratie. Rassemblons toutes celles et tous ceux qui aspirent réellement à un changement radical de cette politique qui nous mène doucement, mais sûrement droit dans le mur. En France il y a de quoi faire une politique axée sur l’humain d’abord avec la participation du peuple, serions-nous plus bêtes que les Grecs, les Espagnoles et les Portugais ?
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Vivement un mouvement citoyen pour remettre les choses en place… Le billet du jour

c

MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Voilà le moment venu où les tracts des candidats aux élections départementales arrivent. Des mots et encore des mots sur lesquels nous allons devoir choisir.
Mais choisir qui et quoi ? Pour quoi faire ? Depuis des années, on nous abreuve de mots, de promesses qui ne sont jamais tenues, des mots et rien que des mots, des promesses et rien que des promesses.
Même celles et ceux qui devraient être celles et ceux qui font partie de nos options politiques sont et font partie de celles et ceux qui ne cessent de nous tromper.
Ils sont contre le cumul, mais ils cumulent… maire, conseiller général, vice-président d’une communauté de communes sans compter leurs jetons de présence en tant que conseillers généraux ici et là. Comme s’ils étaient les seuls à pouvoir être élu, comme si les autres, les militants n’étaient pas capables de pouvoir assumer une responsabilité.
Il y a pire, aujourd’hui avec l’excuse du FN, nos élus se disant être communistes et Front de gauche font alliance avec la droite dès le premier tour, alors on s’étonne du peu de participation aux élections, on s’étonne de ces propos « tous les mêmes, tous pourris », on s’étonne de la montée de ce parti fascisant qu’est le Front national. Il n’y a rien, plus rien d’étonnant, quand on en arrive à ce point, il n’y a que ces mots qui peuvent l’expliquer : la place est bonne… tout, absolument tout, pour gagner !
Certes, le FN est menaçant, certes, il ne faut surtout pas qu’il puisse gagner, mais de là, à s’acoquiner avec la droite dès le premier tour, il y a une limite à ne pas franchir. Et puis si aujourd’hui, le FN est si présent,  n’est-ce pas la faute aux politiques menées depuis des décennies ? Qu’elles soient de droite, ou de gauche !
Et la droite avec l’UMP qui a remplacé en son temps l’UDF, est-elle prête à jouer le jeu républicain pour faire barrage au FN ?
Ce n’est pas ce qui a été fait dans le Doubs dernièrement pour remplacer Moscovici, alors pourquoi se dire être de gauche et faire avec ces personnages qui n’ont plus de morale politique ?
Faut-il y voir la même analyse au PS, au PCF et au Front de gauche ? Les convictions ne seraient-elles plus les arguments premiers pour faire avancer les choses ?
En tant que communiste et adepte du Front de gauche j’ai toujours critiqué la politique de droite parce qu’elle ne va pas dans le sens des plus opprimés, les riches d’abord ! Depuis 2012, en tant que communiste et adepte du Front de gauche je critique la politique du gouvernement socialiste, parce qu’elle va dans le même sens que celle de la politique de Sarkozy, d’abord le MEDEF ! Et celles et ceux qui se disent communiste et Front de gauche élus surtout, dénoncent la politique austéritaire qui est mise en place dans notre pays. Et il faudrait comprendre ce genre d’alliance, une alliance contre nature. Je suis pour le mariage pour tous, mais pas celui contre nature.
« Le bonheur c'est lorsque vos actes sont en accord avec vos paroles » disait Gandhi. Oh combien c’est vrai ! Car à vouloir dire et faire son contraire on finit toujours par se planter, installer la confusion, pousser les citoyens dans l’incompréhension, et surtout faire et donner dans l’irréparable.
Alors certains diront que de faire avec c’est avoir de la maturité politique (vous avez dit maturité ?), d’autres diront le monde change (faut-il accepter même les changements qui vont dans le mauvais sens ? Et qu’est-ce qui change : les pauvres sont toujours de plus en plus pauvres et les riches sont de plus en plus riches ! C’est ça le changement dans ce monde ?), et puis d’autres ajouteront que ce n’est que de l’ouverture d’esprit (ouverture ou fermeture ? Allez savoir !). Pour ma part, cela s’approche plus de la tromperie pour se faire élire, chacun sa façon de penser. Dans le même temps si les partis politiques en sont à se faire plaisir uniquement en ayant des élus, vivement un mouvement citoyen pour remettre les choses en place. Il s’agit bien de cela REMETTRE les choses à sa place ! REDONNER toutes ses lettres de noblesse à la politique, car force est de constater qu’aujourd’hui c’est le capharnaüm que ce soit à gauche ou à droite.
Faire binôme avec la droite n’est certainement pas un gage pour garder le département à gauche et quand je dis « gauche » je pèse mes mots.
La politique n’est pas un jeu, on ne joue pas avec les citoyens, avec les humains que nous sommes, et nous nous en apercevons tous les jours, les françaises et les français souffrent et ce n’est pas en s’alliant avec celles et ceux qui approuvent les politiques passées et d’aujourd’hui  que les choses avanceront dans le bon sens. Il faut être soi, se battre contre les idées, maintenir coûte que coûte nos convictions, rester fidèle à nos origines, et surtout rester sincère dans nos actes et avec les mots si nous voulons réellement soigner les maux de cette société sans partage.
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Manifestation mariage pour tous : « le gouvernement ne doit pas céder, la société française est prête »

article_photobaiser1Plusieurs centaines de milliers de personnes ont manifesté aujourd'hui contre le droit au mariage pour tous. Les forces de la réaction, la droite, l'extrême droite avaient complaisamment attisé les peurs pour cela. Elles ont cherché à cristalliser à cette occasion les oppositions au changement. Elles ont utilisé pour cela les interrogations d'une partie minoritaire des familles sur le sujet envisagé.
Cette manifestation ne peut faire oublier que la société française dans toute sa diversité est prête et majoritairement favorable à ce que 2 personnes qui s'aiment et souhaitent fonder une famille puissent s'unir – si elles le souhaitent- par les liens du mariage, quelle que soit leur orientation sexuelle.
Le gouvernement ne doit pas céder aux pressions de ceux qui refusent le progrès vers le respect universel de l'égalité des droits et plus simplement de l'amour.
L'histoire avance comme elle a avancé au moment du droit de vote des femmes, des jeunes à partir de 18 ans, de l'IVG. Celles et ceux qui tentent de l'arrêter par les moyens de la peur ou de l'intimidation de l'autre, n'y parviendront pas.
Quel que soit le caractère escarpé de ses chemins, l'émancipation humaine va une nouvelle fois l'emporter, c'est l'opinion du plus grand nombre. C'est l'appel profond de notre peuple et de notre jeunesse, les batailles d'arrière-garde n'y feront rien.

Meeting FDG à Marseille : la droite veut-elle freiner la dynamique du Front de gauche? (Pierre Dharréville – PCF)

La mairie de Marseille a fait connaître son refus de permettre la tenue d’un meeting de campagne du Front de gauche avec Jean-Luc Mélenchon le 14 avril prochain sur les plages du Prado.
Depuis plus d’un mois, des discussions sont engagées pour trouver la meilleure solution à notre demande. De nombreuses possibilités ont été envisagées et au bout de ces discussions, les plages du Prado ont fini par apparaître comme étant la solution la plus adéquate en termes de sécurité, d’accès et d’espace.
Ce refus apparaît aux yeux de beaucoup comme une volonté de la droite de freiner la dynamique du Front de gauche parce que son projet remet radicalement en cause le système.
Ces derniers temps la droite a trop souvent considéré que Marseille était son terrain de jeux. Peut-être craint-elle cette image de Marseille populaire, rebelle, rassemblée ?
Ce que nous demandons est simple : un lieu pour accueillir dignement notre candidat et cette foule qui déjà s’impatiente. Aucune autre solution correspondant à notre demande ne nous a été faite. C’est pourquoi, en l’état, nous la maintenons parce qu’elle nous semble être la plus sérieuse. A moins que la Canebière soit disponible ?
Il y aura bien à Marseille le 14 avril prochain un grand rassemblement populaire du Front de gauche avec Jean-Luc Mélenchon.
J’ai écrit ce jour à monsieur Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille afin de lui faire part de notre disponibilité afin de trouver une solution.

Nicolas Sarkozy sur France 2 : « la bonne vieille droite hyper réac, nationale-populiste est en campagne »

Après plus d'une centaine d'heures de temps de parole sur les chaines de télévision entre le 1° janvier et le 10 février selon le CSA, le président-candidat était de nouveau sur nos écrans ce soir. Comme au temps de l'ORTF, sauf que ce n’est pas « Bonne nuit les petits ». Restons bien éveillés. Car pour se sauver, Nicolas Sarkozy tire ses dernières cartouches : TVA antisociale, offensive sur les salaires et la durée légale du temps de travail, traités européens austéritaires. Le cru Sarkozy 2012, c'est la bonne vieille droite réac, nationale-populiste, celle qui tache, qui ne fait pas dans la dentelle, qui tape comme une brute. Elle est en campagne et il faut que cela se sache !
Un référendum sur les chômeurs et les étrangers pour diviser le salariat et stigmatiser les plus fragiles tout en refusant de « redonner la parole au peuple » sur l'Europe. Remise en cause de la prime pour l'emploi et du RSA, mise sous surveillance des plus pauvres, volonté d'opposer celles et ceux qui ont un petit salaire aux privés d'emploi. Quoi d'autre ? Le candidat UMP propose des assemblées générales des actionnaires pour fixer le niveau des hauts salaires tout en promettant de ne plus retourner au Fouquet's. Quelle audace !
Face à une droite bien à droite, une gauche qui tient bon, une gauche sur ses valeurs et ses combats est plus que jamais nécessaire. Son prochain rendez-vous est fixé le 28 février au Sénat où, une majorité de gauche, peut et doit mettre en échec les traités Sarkozy/Merkel.

Candidat de droite : super-libéral pour une super-austérité

Pour vous permettre de vous faire une opinion sur ce que propose vraiment François Bayrou, qui se présente, avec la complicité bienveillante des médias, comme un candidat « au-dessus des partis », quasiment gaulliste et rassembleur au-delà des clivages gauche-droite, nous publions ci-dessous une brochure éditée par le «Front de Gauche».

Pour lire la brochure , cliquez sur l'image ci-dessus

Droite ou Gauche (vous avez dit “gauche” ? Il faut le dire très, très vite !) ? Cherchez la différence

Rocard (PS) codirige avec l'UMP Juppé actuel Ministre des affaires étrangères un programme d'investissement d'avenir. Cette mission qui n'est "ni de droite ni de gauche" dit-il lui a été confiée par… Sarkozy lui – même.
Rocard est satisfait du choix des premiers investissements. "Globalement, nous pensons avec Alain Juppé que les enveloppes ont été bien calibrées".

 


Manuels Valls, autre PS, député, maire d'Evry et candidat à la primaire socialiste a déclaré fin juillet : "Je reste convaincu que des hommes et des femmes comme De Villepin, Bayrou ou C. Lepage, pour ne citer qu'eux, peuvent faire partie d'une majorité de large rassemblement".

Cantonales : l’UMP contre des fronts républicains face au FN

Edition spécial de L'Humanité demain mardi. Retrouvez tous les résultats du premier tour et les analyses avant le second tour.
Stratégie de la terre brulée ou plus sûrement dérive vers l'extrême droite. La majorité présidentielle a confirmé de lundi matin qu'elle ne participerait pas à des fronts républicains pour battre le Front national là où les candidats d'extrême droite sont au deuxième tour des cantonales face à des candidats de la gauche.
Fort de son score, le parti de Marine Le Pen est en mesure dimanche prochain de jouer les trouble fête dans 394cantons. Il se retrouvera en duel, en majorité face au PS (204 cantons), mais aussi face à l'UMP (89), au PCF (37) ou d'autres candidats, de gauche ou de droite. Il y aura également 5 triangulaires UMP-PS-FN.
Pour contrer la percée du FN, le Premier ministre François Fillon a seulement appelé, dimanche soir, au rassemblement de la droite républicaine "autour de ses valeurs". Mais pour autant l'UMP n'entend pas dévier de sa ligne : "pas d'alliance avec le FN mais pas de front républicain non plus", comme l'a clamé son secrétaire général Jean-François Copé.

août 2018
L M M J V S D
« Juil    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :