Le billet du jour : René BALME et Philippe MARX même combat ? Certainement pas … !!

Une tâche rouge-brune dans la campagne du Front de Gauche » pour René BALME.
Les amis d'Alain Soral, toujours au Front de Gauche ? Pour Philippe MARX

« Il faut examiner la situation, estime Lydie Benoît du PCF, s’il y a un problème, on le règle.
Nous, on l’a fait en Meurthe-et-Moselle avec Philippe Marx, qui s’est finalement retiré
(lire ici). Il appartient au PG de faire la même chose. »
Un proche de Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF, explique de son côté que « d’après ce qu’on nous dit localement, Balme est tout sauf un facho ».
En effet, la secrétaire départementale du PCF du Rhône, Danièle Le Bail, le certifie : « Je le connais bien, il est cheminot comme moi, l’homme est irréprochable dans ses combats, et je le dis sans crainte.
Comme maire, il a toujours été impeccable sur les OGM, ou sur les expulsions locatives. Il n’a jamais été antisémite dans ses combats.
On ne le lâchera pas. Il est secoué par cette affaire, et ça va l’amener à être plus vigilant dans la gestion de ce site. »

Que c’est beau le soutien d’un Secrétaire Départemental, au bout de quarante ans de loyaux et bons services, le mien (Patrick HATZIG) s’est aperçu que j’étais antisémite, xénophobe, raciste et j’en passe et des meilleurs.
Faut dire que je ne suis pas un élu, donc pas connu, ni reconnu, n’ayant aucune notoriété et pas le candidat voulu par le Secrétaire Départemental.
Pourtant, il aurait fallu aussi écouter les gens localement, car ici, ils n’en reviennent pas de constater que mes amis du Conseil Général et que mon Secrétaire Départemental puissent un seul instant penser que je sois l’ami de SORAL. Et pour cause, j'ai été dans toutes les luttes qui combattaient l'injustice. Les gens ne sont pas aveugles, ils ne sont pas dupes.
J’ai eu beau dire que je ne connaissais pas ce SORAL, que j’admettais mon erreur.
Quand on est candidat aux législatives, ce genre d’erreur n’est pas permis m’a-t-on répondu, René BALME est Maire de sa ville et candidat aux législatives, pour lui cette affaire l’amènera à être plus vigilant dans la gestion de son site. Si cela n’est pas deux poids deux mesures, qu’est ce que cela peut être ?
Lydie BENOÎT au téléphone, je t’entends et je crois à ta sincérité. Mais cela n’a pas empêché mon parti à me désavouer, et pour cause il avait un dossier à charge monté de toutes pièces par mon responsable Fédéral.
Il a voulu jouer par les deux bouts, passer pour un démocrate en utilisant le vote des militants. Il était sûr que face à un élu je serais vite éliminé. Mais les militants, malgré la pression, ont choisi le candidat n’ayant aucun mandat électif. Il a perdu, et n’a pas accepté.
Donc à partir de là pas de soutien, au contraire, il m’a enfoncé avec un tel plaisir que j’ai fini à perdre ce que les militants souhaitaient.
Oui, MOI, j’ai perdu mon investiture. Et René BALME va-t-il perdre la sienne ?

Vivre dans la ville dans l’impasse ?

Le conflit entre le conseil général de Meurthe-et-Moselle et les éducateurs de rue de Vivre dans la ville se dirige lentement mais sûrement vers l’impasse.
Mathieu Klein a envoyé un courrier à cette association de Vandœuvre-lès-Nancy pour lui demander son positionnement sur un projet départemental de mutualisation. « Faute de réponses précises, nous ne renouvellerons pas la convention de cette association », prévient le vice-président du CG, en charge de ce dossier. Puis d’ajouter dans un doux euphémisme : « On n’a pas pris le chemin de l’accord. »
Réduction de la voilure administrative
Contraints par leur budget et décidés à réorienter des moyens publics vers les personnes les plus fragiles, les conseillers généraux ont voté un plan de réorganisation qui prévoit d’entamer les moyens administratifs consacrés à la prévention spécialisée. Deux associations du Pays Haut (Haucourt-Moulaine et Mont-Saint-Martin) devront par exemple composer avec une seule secrétaire, un seul comptable, etc. Cette réduction de moitié s’appliquera aussi pour le sud du département avec un rapprochement des personnels administratifs des associations de Laxou, Maxéville et Vivre dans la ville. « Il n’est pas question de faire disparaître la prévention spécialisée de Vandœuvre qui est une ville prioritaire, précise Mathieu Klein. Il n’y aura aucun licenciement de travailleurs sociaux ».
Durant plus de vingt jours, ces éducateurs ont organisé une grève tournante dans les locaux du CG. Ils s’opposent à cette réduction de la voilure administrative et craignent notamment de devoir intervenir sur d’autres secteurs. Ils reprochent aussi à Mathieu Klein son refus du dialogue. « Faux, répond ce dernier. Je suis allé voir spontanément les salariés au début du mouvement et ils ont refusé de négocier avec moi. On n’est plus dans l’échange fairplay. Maintenant, je refuse de traiter en direct avec eux mais il y a un dialogue constant avec le conseil d’administration. »
Que se passera-t-il si la convention de Vivre dans la ville n’est pas renouvelée ? « Il y aura toujours une équipe de prévention spécialisée sur Vandœuvre, insiste Klein, mais, demain, nous ferons avec ou sans cette association. Dans les clauses, on inclut la reprise du personnel et l’hypothèse de l’internalisation est possible. L’association pourra aussi "recandidater" pour un nouveau conventionnement mais elle sera en concurrence avec d’autres. » Dans ce contexte tendu, elle n’aurait surtout aucune garantie de remporter le pompon.

Ch. J. Républicain Lorrain du 26 Janvier 2012