Sarkosy le retour… Allons-nous encore changer de pansement ou penser au changement ? Le billet du jour…

MOI_pRÉVOLUTION !!!
Bonjour et bises à toutes et tous mes amis (es),
Il y a la France des édentés, des illettrés à qui rien n’est épargné. Leur salaire ne cesse de diminuer et leurs charges ne cessent d’augmenter. Et s’ils ne respectent pas la loi, ils sont tout simplement emprisonnés.
Et, il y a la France de celles et ceux qui ne cessent de TRICHER, de nous VOLER, et celle-là voit chaque jour son lot de nominés.
Il y a celui qui jure les yeux dans les yeux qu’il n’a pas trompés la République et qui quelque jours après et rattrapé par la vérité. IL EST VIRÉ.
Il y a celui qui a condamné l’autre, qui les yeux dans les yeux avait dit qu’il n’avait pas fauté. Celui-là, a une phobie, la phobie administrative, il n’a ni déclaré, ni payé ses impôts, ni son loyer d’ailleurs. IL EST VIRÉ DU GOUVERNEMENT, mais IL TIENT À RESTER UN DÉPUTÉ.
Et des comme ça depuis deux ans et demi il y en a eu quelques-uns.
Et aujourd’hui, il y a celui qui a présidé notre pays pendant cinq ans. Qui traîne depuis deux ans et demi tellement de gamelles qui pourrait être à lui seul une batterie de cuisine.
IL S’EST FAIT VIRER PAR LES FRANÇAISES ET LES FRANÇAIS et remplacé par un menteur qui a fait croire pour se faire élire qu’il allait changer de politique. Le changement c’est pour maintenant qu’il ne cessait de dire. EN GUISE DE MUTATION, NOUS SUBISSONS UNE FIXATION DE LA POLITIQUE DE CELUI QUI S’EST FAIT VIRER.
MAIS VOILÀ QUE CELUI QUI S’EST FAIT VIRER RÉAPPARAÎT.
Il veut être le sauveur de notre pays, celui sur qui il faut compter, celui qui se prend pour un héros, celui dont les médias ne cessent de nous parler, celui qui dit avoir changé.
CELUI-LÀ, FAIT DANS LES AFFAIRES :
► Enquête sur les comptes de campagne de 2012 ;
► Affaire des écoutes ;
► Affaire Bygmalion ;
► Les sondages de l'Élysée ;
► Affaire Karachi ;
► Libye ;
► Affaire Lagarde/Tapie ;
► Des voyages d'affaires suspects ;
Et allez savoir s’il n’en traîne pas d’autres encore.
Dans tous les cas, il n’a jamais prouvé son honnêteté.
D’après les sondages, il serait même bien placé. À se demander si aujourd’hui pour diriger et se faire entendre il faut être passé par une mise en examen et à l’œil de la justice. Ne nous étonnons pas que la délinquance soit en augmentation, celles et ceux qui devraient être un exemple n’en sont pas. C’est même le contraire.
Il y a de quoi s’en faire pour les années à venir. Elles et ils se disputent le pouvoir non pas pour améliorer la situation, mais encore et encore la dégrader.
De l’autre côté, les administrés n’ont pas l’air d’être si offusqués de ces réalités. Je dirais même qu’ils sont muets et immobilisés pour ne pas dire plantés devant leur TV à écouter les chiens de garde qui ne font qu’adulés ces gens qui n’ont plus aucun respect pour nos valeurs républicaines.
Alors, nous les sans dents, les illettrés de service qu’avons-nous encore à perdre ? Le chômage ne cesse d’augmenter et demain ce sera peut-être toi ! La pauvreté ne cesse de prendre le large et demain ce sera peut-être toi ! Tu ne peux plus te soigner, tu ne peux plus envoyer tes enfants faire des études ou alors c’est avec d’énormes sacrifices, tu as un mal fou à payer ton électricité, ton eau, ton loyer, tes échéances, tes impôts, etc., etc.
Au lieu de résister, de gueuler, de réagir et d’agir trop nombreuses et trop nombreux sont celles et ceux qui restent prostrés à croire que cela serait la fatalité. Alors que cette crise n’est pas notre crise, elle est celle de la finance, du monde des riches, du MEDEF.
Si nous continuons dans cette lignée, notre société dans quelques années est laminée.
Se dire INDIGNÉ n’est plus suffisant, aujourd’hui il faut se RÉVOLTER, se REBELLER et EXIGER de ces femmes et de ces hommes que nous avons mis au pouvoir de RESPECTER leurs engagements premiers.
Nous n’avons plus rien à perdre, alors pour quoi encore et encore attendre ?
ILS N’ONT PAS CHANGÉ, IL N’A PAS CHANGÉ. À partir de ce constat c’est à nous de faire changer ces façons de faire, ces façons d’être, ces façons de nous traiter, ces façons de vouloir faire des êtres humains que nous sommes des esclaves alors que sur cette terre il y a tout, absolument tout pour rendre les femmes et les hommes des êtres heureux. CE N’EST PAS DE LA LUNE DONT NOUS PARLONS, MAIS BIEN DE NOTRE PLANÈTE, LA PLANÈTE TERRE.
Allons-nous encore CHANGER LE PANSEMENT ou PENSER AU CHANGEMENT ?
Prenons le pouvoir, il est grand temps… Demain ce sera trop tard !
Liberté, égalité, fraternité, solidarité, laïcité, poing fermé et levé.

Le billet du jour : Profitons de ce printemps qui s’est bien fait attendre pour un réel nettoyage de printemps.

MOI_pQue cela fait du bien de se lever le matin et de voir le soleil pointer le bout de son nez. Que cela fait du bien de pouvoir ouvrir sa fenêtre tôt le matin et de sentir ce petit vent chaud effleurer ta peau. Que cela fait du bien de voir le ciel devenir bleu, tout bleu. Que cela fait du bien au moral.
Le printemps est enfin là !
Six mois sans soleil, six mois à se les geler, six mois avec les couleurs grises de l’hiver, la neige, la pluie, le givre du matin, six mois, c’est long, mais le printemps va-t-il tout arranger ?
Les arbres retrouvent leurs feuilles, les oiseaux chantent, les fleurs reviennent égayer nos espaces, les champs redeviennent tout vert, et même si le moral remonte un peu dans les sondages, il n’en reste pas moins, que les gens sont maussades.
Il y a un air de printemps, mais ce n’est pas encore la panacée.
Serions-nous indéfiniment des mécontents ? Des râleurs invétérés ?
Si la nature a cette magie de pouvoir se transformer, ce n’est pas le cas chez les humains, chaque jour, que cela se fasse en été, en automne, en hiver ou encore au printemps, ces humains qui dirigent le monde font que les saisons qu’elles quelle sont, n’apportent pas l’effet escompté.
Tous les jours on nous annonce des désastres, des magouilles, des privations qui font que nous ne pouvons pas être heureux, nous ne pouvons pas apprécier la vie comme nous devrions la ressentir.
Comment être heureux en ayant peur du lendemain ? Comment être heureux en ayant peur de ne pas pouvoir terminer son mois ? Comment être heureux en ayant chaque jour l’épée de Damoclès sur ta tête ? Comment être heureux devant toutes ces injustices ? Ces inégalités ? Ce n’est pas possible !
Pourrait-on changer cela ?
Changer tout ce qui est mal en bien serait une très bonne chose, cela ne se ferait pas de suite bien sûr, mais au moins il y aurait cette volonté de voir notre planète terre devenir un astre paradisiaque. Nous sommes sur la terre et nous ne demandons pas la lune à ce que je sache.
Un peu de partage des richesses ici, là un peu de solidarité, partout un peu d’humanisme, est-ce trop demander ? Comment un humain peut-il se dire un humain et réagir comme une machine sans cœur, sans vue, sans ouïe ? Car c’est de cela qu’il s’agit !
Ne voient-ils pas toutes ces femmes, ces enfants et ces hommes plonger dans la pauvreté ?
N’entendent-ils pas ces femmes, ces enfants et ces hommes dire il y en assez ! Ça suffit !
N’ont-ils pas un peu de coeur, d’amour pour refuser cela ?
Faut croire que non puisque cela continue et s’amplifie.
Le printemps, il y a deux ans nous appelions cela le « printemps arabe » parce que dans les pays arabes, les peuples s’étaient soulevés, révoltés contre toutes ces inégalités.
Ils ont eu ce courage de réagir et d’agir, ils ont eu ce courage d’avoir eu ce sursaut pour garder leur dignité et pourtant dans ces pays où la monarchie et la dictature régnaient ce n’a pas dû être facile de se réveiller.
Chez nous c’est la démocratie, enfin c’est ce que l’on dit, chez nous on peut voter, donc choisir, chez nous, nous sommes libres de dire ce que l’on pense, on a aussi ce droit de manifester, le droit de faire grève, mais pourquoi, si nous ne sommes pas entendus ?
Faut-il faire comme dans ces pays arabes, la révolution ?
En sommes-nous arrivés à ce stade ?
Je pense que oui, certes une révolution citoyenne, sans brutalité, mais une révolution quand même.
Car quoique l’on puisse se dire, nous sommes la majorité, nous n’acceptons pas ce qui se passe, et si nous ne l’admettons pas, nous devons tout faire pour que cela cesse.
Le dimanche 5 mai 2013, nous sommes appelés à manifester, il paraît que ce jour-là il nous sera demandé de balayer toutes ces façons de faire, ces façons d’appréhender notre avenir, et plus nous serons nombreux et plus nous nous ferons entendre. Balayer n’est pas brutal, mais balayer, c’est nettoyer, ne dit-on pas « le nettoyage de printemps ? » Alors, profitons de ce printemps qui s’est bien fait attendre pour un réel nettoyage de printemps. Montrons que nous respectons les mots et que nous voulons que ces mots deviennent des actes.
Montrons leur, que nous voulons une république propre, une France nette et toujours basée sur la liberté, l’égalité, la fraternité et la solidarité.

Le billet du jour : Il ne faudrait pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages !

Au lieu de faire la guerre à la gauche, le Parti communiste devrait aider le Gouvernement à faire la guerre au chômage et à la crise
Harlem Désir, premier secrétaire du PS

MOI_pLe Parti communiste vient de dévoiler un clip vidéo qui vise de façon inacceptable le Président de la République et le Gouvernement. Ce clip est  de mauvaise foi, mensonger et caricatural : il est une faute contre la gauche.
► La faute ne vient pas du PCF mais de celles et de ceux qui nous gouvernent et qui se disent de gauche en mettant en application une politique étrangement ressemblante avec celle pratiquée par Sarkozy.
François Hollande et la gauche qui gouverne sont la cible exclusive de ce clip qui épargne totalement la droite et l'extrême-droite.
► La droite n’est pas épargnée puisque la politique menée depuis mai 2012 est la même, faut-il croire que c’est la gauche qui gouverne ? Prouvez-le alors !
Ce clip est une honte pour ses auteurs. Il ne met pas seulement en cause le Président de la République, il ignore délibérément l'action menée depuis 8 mois au service des Français: il passe sous silence les emplois d'avenir, les contrats de générations, la hausse du SMIC de 2% dès juillet 2012, l'augmentation de l'Allocation de rentrée scolaire, la retraite à 60 ans pour les carrières longues, les nouveaux postes dans l'Éducation, la loi de séparation des activités bancaires, la loi sur le logement, la création de la Banque publique l’investissement… Plusieurs de ces lois ont d'ailleurs été votées par le Parti communiste au Parlement.
► Oui voté par le PCF en espérant que les promesses allaient être tenues, mais aujourd’hui force est de constater que nous devons montrer notre différence et notre volonté de voir enfin dans ce pays une réelle politique de gauche se mettre en place. Les promesses ne sont pas tenues !
 Ce clip passe aussi sous silence l’incohérence du Parti communiste qui a, pour la première fois avec la droite au Parlement, voté contre des réformes qui améliorent la vie quotidienne des Français comme le budget de la Sécurité sociale.
► Le parti communiste n’a pas voté avec la droite, il a voté « contre » suivant ses convictions et les besoins des françaises et des français. Dire que le PCF a voté avec la droite est une insulte envers tous les communistes de ce pays, envers toutes celles et ceux qui mettent en avant l’humain d’abord. La droite a voté « contre » pour d’autres raisons.
 J'appelle le PCF à cesser de se tromper d'adversaire, à se garder d’une dérive contraire à sa tradition de responsabilité.
► Il ne s’agit pas pour le PCF de dire que le PS est un adversaire, le PCF tient tout simplement à remettre sur les rails le PS, lui faire respecter les promesses de son candidat devenu Président afin que celui-ci engage dès maintenant une politique de gauche. On exigeant une politique réellement à gauche, le PCF fait preuve de responsabilité.
 Ces caricatures sont insultantes et dangereuses pour l'unité de la gauche. La France n’a rien à gagner à la division de la gauche.
► Faut-il encore que le PS cesse de mettre en place une politique sociale libérale pour demander l’unité de la gauche. L’unité de la gauche ne pourra se faire qu’à gauche.
 Au lieu de faire la guerre à la gauche, le Parti communiste devrait aider le Gouvernement à faire la guerre au chômage et à la crise.
► C’est ce que font tous les jours les militants communistes en dénonçant la politique mise en place depuis 8 mois, nous faisons la guerre au chômage et à la crise depuis bien plus longtemps. Mais comme le changement n’est pas pour maintenant, nous ne pouvons pas rester silencieux.
Quand le gouvernement aidera les gens à devenir moins pauvre, quand le gouvernement s’attaquera à ces investisseurs qui brisent le travail des françaises et des français le PCF aidera le Gouvernement.
 Il ne s’agit pas d'attendre que les évènements arrivent comme nous le souhaitons….
Mais de décider et de vouloir ce qui arrive…

ss3

 

 

 

 

 

s4s2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

s5

Le billet du jour : La campagne nationale contre l’austérité débute mal, c’est un faux départ.

Alors que le Conseil national du PCF lance avec le Front de gauche une campagne nationale contre l’austérité, les députés Front de gauche s’abstiennent lors du vote du budget 2013.
Un budget austère, un budget qui ne correspond pas au mandat que nous avons donné lors de l’élection présidentielle. IL FALLAIT VOTER CONTRE.
ASSEZ D’ÊTRE CONCILIANT AVEC LES SOCIALISTES. Et dire cela ne veut en aucun cas dire vouloir l’échec de la gauche.
Le Parti Socialiste n’est plus à gauche, la gauche, c'est l'ensemble des composantes du Front de gauche et le contenu du programme « l'humain d'abord ». Alors oui, démarquons nous rapidement de la politique d’austérité mise en œuvre par le parti socialiste.
Appliquer le programme du Front de Gauche ! C'est le minimum, non ? Place au peuple et révolution citoyenne, vous vous rappelez ? Comment le Front de gauche va rassembler celles et ceux qui n'abdiquent pas devant la finance si les députés abdiquent à l'assemblée ?…
Quant au budget des Départements, va-t-on voir et entendre les conseillers généraux Front de gauche proposer un budget alternatif et le mettre en débat auprès des citoyens, ou vont-ils grignoter dans leur coin des bouts de chandelle avant de voter celui du PS ?
Ne pas vouloir se démarquer, c’est à court terme s’effacer, disparaitre de la vie politique de notre pays. C'est faire disparaitre notre crédibilité.
Pourquoi vouloir encore jouer les bons soldats alors que nous savons toutes et tous que ce budget nous entraine encore plus contre le mur.
Arrêtons de gesticuler, de tergiverser, soyons nous, cette gauche qui souhaite réellement un changement radical par rapport à cette politique menée dans notre pays et dans toute l’Europe.
La campagne nationale contre l’austérité débute mal, c’est un faux départ.

Le Conseil national du PCF (21 nov. 2012) décide d’une grande campagne nationale contre l’austérité

Suite au rapport présenté par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF, le conseil national a décidé d'engager, avec le Front de gauche, une grande campagne nationale contre l'austérité.
En France, des salariés, les organisations syndicales ne baissent pas les bras. Des citoyens, des économistes, des pans entiers de notre société n'acceptent pas l'idée que la gauche va de nouveau se fracasser contre ce mur de la finance. C'est aussi vrai en Europe.
C'est en pensant à ces forces disponible que nous proposons une grande campagne nationale sur le thème « l'alternative à l'austérité, c'est possible ». Le PCF propose au Front de gauche de s'y engager très fortement, d'en faire notre feuille de route des six prochains mois, et d'y associer toutes celles et ceux qui veulent en être. Nous proposons une implication citoyenne très large : grand meeting national de lancement avec une série de réunions publiques en régions, organisation de votations citoyennes, de marches contre l'austérité, assemblées, ateliers législatifs, journées de mobilisation sur des questions précises permettant de faire la démonstration que des solutions existent. Nous allons proposer des mesures plus justes socialement et bien plus efficaces économiquement.
La coordination du Front de gauche a réagi très positivement à cette proposition d'une grande campagne nationale contre l'austérité dont l'objectif politique pourrait se résumer à une idée : dans six mois, nos concitoyens qui se retrouvent dans des valeurs de gauche seront-ils résignés, abattus, où au contraire dans un esprit de combativité contre l'austérité, mobilisés pour obtenir un changement de cap au nom de ceux qui ont fait le choix du changement ?

Le billet du jour : Il suffit d’un peu de BON SENS ! De vouloir vraiment…….

Il y a volonté de rassembler, rassembler toutes ces forces de gauche anti capitaliste de notre pays.
Rassembler c’est bien, très bien, surtout que si on lit ou en écoute, à peu de chose près, nous voulons toutes et tous la même chose. LE CHANGEMENT, UNE RÉELLE POLITIQUE DE GAUCHE ET A GAUCHE DE LA GAUCHE.
Par contre rassembler, c’est aussi regrouper différentes forces politiques avec chacune ses façons de faire, ses femmes et ses hommes qui ne pensent pas toujours exactement la même chose.
Alors rassembler « OUI » mais en respectant les propos et les faits de chacun.
Malheureusement ce n’est pas toujours le cas, comme toujours, il y a celles et ceux qui ont raison, et celles et ceux qui ont, et qui auront toujours torts.
Un peu de bon sens mes camarades et amis(es).
Aujourd’hui nous vivons, si cela ne change pas, les derniers moments de la démocratie, les derniers moments de la liberté, de la fraternité et les inégalités ne cessent de grandir. Je ne vous cause pas de la solidarité !!!!
Croyez-vous qu’en Tunisie, en  Egypte et dans les autres régions du monde Arabe, les peuples se posent autant de questions sur des badges, des bannières, ou je ne sais quoi encore ?
Non, ils ont en assez, ils se révoltent, ça c’est un exemple, et ce sont les peuples qui décident et qui ont décidé.
Chez nous, on se réuni, on crée des structures, des instances, certaines et certains prennent des pouvoirs qui ne leur sont pas attribués, on tergiverse, on palabre et pendant ce temps, rien ne change.
Je ne suis qu’un militant de base, qui tous les jours comme la majorité des femmes et des hommes de ce pays, se posent les questions de savoir « mais où va-t-on arriver ? », « comment allons-nous faire pour vivre dignement ? » et des questions de ce genre il y en a tant que l’on en veut.
Oui, le peuple attend, il attend un programme, des idées nouvelles, des propositions qui le sortiront de la misère, car notre France est devenu un pays de miséreux.
Nous avons une histoire, nous avons constaté, aujourd’hui il nous faut Réagir et Agir avec toutes les leçons que nous avons à tirer.
La première, et ça ce n’est pas un scoop, la droite fera toujours une politique de droite, la Palice n’aurait pas dit mieux.
Le Parti Socialiste, ne fera pas changer énormément les choses, et nous le savons.
Alors, nous avons décidé de créer un Front de Gauche, parce que les gens souhaitent, rêvent d’une autre politique, une politique de partage, de solidarité, de fraternité, une politique réellement à gauche.
Rassembler, toujours rassembler, car c’est ENSEMBLE, que nous ferons avancer les choses.
Militant de base, j’en arrive à me poser la question de savoir si vraiment cette volonté de changement existe réellement ?
Nous venons de loin, certaines et certains se sont déchirés dans leur parti pour faire admettre que le Front de Gauche devait être cet outil pour une politique tout autre de ce que nous avons connu jusqu’aujourd’hui.
Ces hommes et ces femmes, ne demandent pas grand, chose, l’écoute et l’attention, pas les moqueries de celles et ceux qui s’imaginent avoir toujours raison.
ENSEMBLE, ENSEMBLE il est toujours possible de métamorphoser les situations qui ne correspondent pas au peuple, ENSEMBLE dans ce RASSEMBLEMENT nous avons toutes nos chances de réussir.
Il suffit d’un peu de BON SENS !

octobre 2018
L M M J V S D
« Juil    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Traduire

%d blogueurs aiment cette page :